Feeds:
Articles
Commentaires

Le chanteur et producteur mexicain Juan Gabriel, le 28 avril 2016 à Miami© Fournis par AFP Le chanteur et producteur mexicain Juan Gabriel, le 28 avril 2016 à Miami

Le chanteur et producteur mexicain Juan Gabriel, légende de la musique latino-américaine, est décédé dimanche à 66 ans d’une crise cardiaque, a annoncé le site de la chaîne Televisa.

Juan Gabriel, de son vrai nom Alberto Aguilera Valadez, est « décédé à 11H30 locale d’une crise cardiaque » à Santa Monica, en Californie, selon Televisa, principale chaîne du Mexique.

Considéré comme l’Elvis Presley mexicain, pour son immense popularité, cet artiste a traversé les décennies dans toute l’Amérique latine où ses ballades romantiques sont reprises en coeur dans les mariages, les anniversaires ou les fêtes et sont régulièrement diffusées à la radio.

« Jaunga », comme il était surnommé, totalise plus de 1.000 disques d’or, de platine et multi-platine et une étoile sur Hollywood Boulevard.

Ses tournées lui permettaient de figurer toujours parmi les plus hauts revenus de l’industrie musicale.

C’est d’ailleurs au lendemain d’un concert de plus de deux heures devant 17.000 personnes à Los Angeles que la légende de la musique mexicaine est décédé dans sa maison de Santa Monica.

« Une voix et un talent qui représentait le Mexique (…) Il est parti trop tôt », a écrit sur Twitter le président mexicain Enrique Peña Nieto.

Juan Gabriel, dont les tubes incluent « Hasta que te conoci » (« Jusqu’à ce que je te rencontre »), « Amor eterno » (« Amour éternel ») ou « No tengo dinero » (« Je n’ai pas d’argent »), est né le 7 janvier 1950 dans l’Etat de Michoacan.

Mémorial improvisé en hommage à Juan Gabriel, le 29 août 2016 à Hollywood© Fournis par AFP Mémorial improvisé en hommage à Juan Gabriel, le 29 août 2016 à Hollywood

Au cours de ses 44 ans de carrière, il a composé pour des artistes internationaux comme l’Espagnole Rocio Durcal.

Des centaines de personnes se sont réunies dimanche soir pour lui rendre hommage sur la place Garibaldi, au centre de Mexico, célèbre pour ses groupes de mariachis qui jouent pour quelques billets ou peuvent se louer à l’heure.

Cette prison, qui date de 1847 pouvait accueillir 72 détenus et 18 surveillants. Elle était à l’abandon depuis 1992, car une nouvelle maison d’arrêt a été construite.

© Fournis par Francetv info

Sur l’annonce diffusée sur le site www.economie.gouv.fr, on peut voir que le bâtiment dispose d’une superficie de « 1277,42 m2 », qu’il est de type « traditionnel des prisons de la fin du XIXe siècle, construit autour d’une nef centrale éclairée par une verrière ». On y apprend également qu’il est composé « d’anciennes cuisines et réserves, de deux appartements de fonction, de bureaux, de parloirs ».

A noter, poursuit l’annonce que le bâtiment est « vendu sans garage, ni parking », et que des « travaux sont à prévoir ».

La caution pour participer à l’appel d’offre est fixée à 50.000 euros. Les premières visites s’effectueront les 8 et 13 septembre.

Des hommages, comme celui très attendu d’Archie Shepp à John Coltrane, et des pianistes prestigieux – Chick Corea, McCoy Tyner, Chucho Valdès -, l’histoire du jazz va continuer de s’écrire au festival Jazz à la Villette qui s’ouvre mardi soir.

Près de 50 ans après sa mort, John Coltrane n’a jamais été aussi actuel. La puissance de la musique de ce saxophoniste qui a ouvert de nouvelles perspectives à cet instrument et au jazz, continue d’influencer les nouvelles générations.

Archie Shepp, l’un des pères de la « Great Black Music », lui rendra hommage samedi lors d’un concert qui s’annonce comme un sommet du festival, dont c’est la 15e édition.

Dans le All Stars monté pour cette création figurent deux talents de la jeune génération, le trompettiste Ambrose Akinmusire et le pianiste Jason Moran.

« Il n’est pas seulement important pour le jazz, mais pour la musique du XXe siècle », a confié à l’AFP Archie Shepp. « Il a changé la direction de la musique en introduisant beaucoup de gammes et techniques nouvelles. Il est bien plus qu’un jazzman », a poursuivi celui dont la vie fut bouleversée après avoir assisté à un concert de  Coltrane en 1965, et qui joue sur un disque de son mentor, « Ascension » (1966).

Plusieurs pianistes contemporains d’Archie Shepp, qui ont marqué l’histoire du jazz, seront également à l’affiche.

– Page spéciale hip hop –

McCoy Tyner, qui fut membre du mythique quartette de John Coltrane de 1962 à 1967, sera à la Philharmonie le 11 septembre, pour le concert de clôture du festival. Ce musicien percussif ayant introduit dans le jazz des structures modales venues d’Inde ou d’Afrique, jouera ce soir là après deux autres pianistes de renom, Geri Allen et Craig Taborn.

Chick Corea poursuivra, lui, à La Villette la tournée de ses 75 ans fêtés en juin. La riche carrière de ce musicien d’origine italienne, dont le jazz se caractérise par une certaine forme de romantisme et une fantaisie toute méditerranéenne, est jalonnée de disques importants, sous diverses esthétiques.

Il aura l’honneur de deux concerts, le premier dans un duo qu’il forme régulièrement depuis plus de quarante ans avec le vibraphoniste Gary Burton, le second à la tête d’un trio où il retrouvera le contrebassiste AvhiShai Cohen, qu’il avait enrôlé dans son groupe dans les années 1990 avant que celui-ci ne devienne célèbre.

Jazz à La Villette a toujours accueilli d’autres musiques que le jazz. Symbole de cet esprit d’ouverture, la soirée de mardi verra se succéder deux icônes américaines du rap, Saul Williams et Nas, sur la grande scène « Charlie Parker » dans la Grande Halle.

Saul Williams, autant poète et slameur que rappeur, s’exprimera sur des arrangements du saxophoniste David Murray. Suivra Nas, dont la fluidité du « flow » sur des rythmiques souples très nu soul en font l’un des plus grands MC’s de l’histoire du rap.

Côté « world music », un autre hommage sera rendu au saxophoniste nigérian Fela Anipulapo Kuti, musicien majeur d’Afrique de l’Ouest.

Seun Kuti, son plus jeune fils, perpétuera la musique du père, l’afrobeat – une fusion ensorcelante et hypnotique de rythmes yoruba, de funk, de hihglife et de jazz – au sein d’une formation exceptionnelle où s’illustreront Tony Allen, ancien batteur et directeur musical de Fela, et le Malien Cheick Tidiane Seck aux claviers.

McCoy Tyner, qui fut membre du mythique quartette de John Coltrane de 1962 à 1967, sera à la Philharmonie le 11 septembre, pour le concert de clôture du festival.© Fournis par AFPRelaxNews McCoy Tyner, qui fut membre du mythique quartette de John Coltrane de 1962 à 1967, sera à la Philharmonie le 11 septembre, pour le concert de clôture du festival.

L’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron a affirmé mardi, sur TF1 avoir démissionné pour « être libre » et « parce que c’est la meilleure façon d’être utile à la République ».

Macron a démissionné "pour être libre"© Capture écran TF1 Macron a démissionné « pour être libre »

 

Emmanuel Macron a affirmé mardi soir, sur TF1, avoir quitté le gouvernement pour « être libre », « libre de proposer, d’agir, de rassembler autour d’un projet que je veux porter avec d’autres pour notre pays. Cette liberté nécessaire n’était pas compatible avec cette fonction. »

« La meilleure façon d’être utile ». L’ancien ministre s’estime davantage « utile » en quittant le gouvernement qu’en n’y restant. « C’est la meilleure façon d’être utile à la République ».

Après des mois de rumeurs de départ, de déclarations provocatrices et le lancement de son mouvement politique au printemps, Emmanuel Macron a présenté mardi sa démission. L’Elysée a confirmé mardi peu après 17h la démission du ministre, dont les attributions reviendront à Michel Sapin, jusqu’alors ministre des Finances.

6077225_gao_1000x625 

La police pense avoir capturé un tueur en série surnommé le «Jack l’Eventreur chinois», auteur en Chine du meurtre et du viol de 11 femmes, certaines ayant subi des mutilations sexuelles.

Gao Chengyong, 52 ans, a été interpellé dans l’épicerie qu’il gère avec sa femme à Baiyin, dans la province pauvre du Gansu (nord-ouest), a indiqué le journal China Daily. L’homme a avoué ces meurtres, commis entre 1988 et 2002 dans le Gansu et la région voisine de Mongolie intérieure, selon le quotidien, qui cite le ministère chinois de la Sécurité publique.

L’auteur des crimes s’en prenait à des jeunes femmes habillées en rouge, les suivant jusqu’à chez elles pour les violer puis les tuer, souvent en les égorgeant. Sa plus jeune victime avait huit ans. Le tueur avait mutilé plusieurs de ces femmes, leur découpant des parties du corps, a précisé le journal Xinjing Bao (Beijing News). Un mode opératoire qui lui a valu le surnom de «Jack l’Eventreur chinois» dans plusieurs médias du pays.

Un pervers sexuel qui haïssait les femmes

«Il a une perversion sexuelle et hait les femmes», avait déclaré la police en 2004, lorsqu’elle avait pour la première fois établi le lien entre les différents meurtres, offrant une récompense de 200.000 yuans (27.000 euros) pour toute information. «Il est solitaire et asocial», avait-elle par ailleurs souligné.

Gao Chengyong a été identifié par hasard, après qu’un membre de sa famille, arrêté pour un délit mineur, ait vu son ADN prélevé par la police, a indiqué le China Daily. Les enquêteurs ont alors noté des similitudes avec l’ADN du tueur recherché depuis 28 ans, et ordonné des tests pour des hommes de la famille. Aucune explication n’est pour l’instant avancée pour expliquer l’arrêt des meurtres depuis 2002.

  Leparisien.fr avec AFP

 

A Puteaux, le rond-point des Bergères a amorcé sa mue en parc

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine>Puteaux|Florence Hubin|29 août 2016, 16h00|0

Puteaux, rond-point des Bergères, samedi 27 août 2016. Les travaux de couverture de la RD 913 ont débuté. (LP/Florence Hubin.)
Florence Hubin
PuteauxUrbanisme

D’ici quelques années, le rond-point des Bergères et l’avenue (RD 913) qui le traverse auront disparu sous une colline verdoyante et des immeubles à colonnes. A Puteaux, en limite de Nanterre, l’immense chantier de la ZAC des Bergères prend un nouvel élan avec le lancement de la couverture de cet axe qui relie La Défense à Rueil-Malmaison en passant par la place de la Boule à Nanterre. Aujourd’hui, les piétons traversent l’artère de deux fois trois voies, ex-RN 13, à pied.

Un premier bloc a déjà été posé mais il faudra des mois pour que l’actuel rond-point des Bergères se transforme en espace vert de 3 ha entouré d’immeubles construits en couronne. Même si le passage de la route en souterrain, un temps évoqué, n’a pas été retenu car les travaux auraient été plus longs et plus coûteux, l’artère sera bien entièrement couverte. Des travaux qui représentent un budget colossal, que seule la vente du foncier aux promoteurs permet à Puteaux de réaliser.

Un projet à plus de 150 M€Le projet prévoit 2 200 logements (dont 20 % de sociaux), 11 000 m² de commerces et autant de bureaux, un hôtel 3 étoiles, une résidence de tourisme 4 étoiles et des équipements publics (écoles, crèche, parking). Les recettes et charges foncières de cette opération devraient rapporter 276 M€, couvrant les 153 M€ (hors taxes) de dépenses. Une grande partie des programmes lancés est déjà vendue.

p>

Le projet de parc sur le rond-point (DR.) La création de ce quartier a été lancée par la mairie de Puteaux en juin 2008, à travers un concours d’idées sur l’image architecturale et urbaine de ce site, d’une superficie globale d’environ 11 hectares. La ville avait retenu plusieurs principes d’aménagement : la création d’un parc paysager sur l’actuel rond-point permettant la liaison entre les quartiers tout en couvrant la RD 913 ; l’aménagement d’une voie circulaire assurant la desserte du quartier et la jonction entre les deux routes départementales ; l’aménagement de jardins agrémentés de plans d’eau et bassins.

Gloriettes, fontaines et plans d’eau, bâtiments inspirés de l’architecture grecque antique, le quartier dessiné par l’architecte Xavier Bohl illustre le « bien vivre à Puteaux » tel que le conçoit la maire (LR) Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

  leparisien.frFlorence Hubin

1/1Puteaux, rond-point des Bergères, samedi 27 août 2016. Les travaux de couverture de la RD 913 ont débuté.

     

 

Une trentaine de Finistériens se sont réunis pour se baigner habillés de la tête aux pieds, dimanche, par « solidarité » avec les femmes ciblées par les arrêtés « anti-burkini ». 

Burkini : une trentaine de bretons se baignent habillés par "solidarité"© Capture d’écran vidéo Ouest-France Burkini : une trentaine de bretons se baignent habillés par « solidarité »

En pleine polémique autour du burkini, interdit par plusieurs maires via des arrêtés municipaux, une trentaine de Finistériens ont pris une initiative originale, dimanche, rapporte Ouest-France. Sur la plage des Dames, à Douarnenez, ils se sont baignés habillés de la tête aux pieds.

« Nous voulons être solidaires ».

La tête couverte par des fichus de couleur, hommes et femmes de tous âges se sont donc mis à l’eau malgré les quelques gouttes de pluies. « Nous voulons être solidaires des femmes qui portent des burkinis et ne peuvent pas se baigner », a expliqué l’une des participantes au quotidien local.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 402 autres abonnés