Feeds:
Articles
Commentaires

les  ordures ménagère sont de  sortie

Doc1

Puteaux, samedi 23 mai 2015. La liste d’opposition Le Rassemblement, candidate pour les municipales du 14 juin 2015, ne porte le logo d’aucun parti, mais elle réunit des élus d’opposition MoDem (sans le soutien du parti), EELV, PS et sans étiquette. Puteaux, samedi 23 mai 2015. La liste d’opposition Le Rassemblement, candidate pour les municipales du 14 juin 2015, ne porte le logo d’aucun parti, mais elle réunit des élus d’opposition MoDem (sans le soutien du parti), EELV, PS et sans étiquette. (LP/F.H.)

La liste d’opposition « Le Rassemblement » a été lancée samedi à Puteaux, sur l’esplanade de l’hôtel-de-ville. Cette liste est portée par cinq membres de l’opposition au conseil municipal, élus sur deux listes différentes : Christophe Grébert (Modem), Bouchra Sirsalane (Modem), Olivier Kalousdian (EELV), Evelyne Hardy (sans étiquette) et Francis Poézévara (PS).

L’équipe a battu le pavé de Puteaux samedi en distribuant un tract où ne figure le logo d’aucun parti et porte le slogan : « Pour la première fois à Puteaux… le Rassemblement pour construire ensemble une nouvelle majorité ».

Si Europe écologie Les Verts soutient cette liste, l’investiture du PS n’a pas encore été officiellement accordée.. «Ce n’est qu’une question de jours et nous avons d’ores et déjà le soutien des responsables socialistes, dont Philippe Sarre (NDLR : patron de la fédération PS départemental) », assurent les candidats.

En revanche, le MoDem des Hauts-de-Seine tient à préciser qu’il n’apporte pas son soutien à la liste Le Rassemblement, pour les municipales de Puteaux. « Christophe Grébert ne nous a pas sollicités car il ne voulait pas faire une liste d’étiquettes », ajoute le MoDem des Hauts-de-Seine. Une posture du parti centriste qui ne doit pas être étrangère au fait que des discussions sont en cours entre le MoDem et l’UMP sur les candidatures pour les élections régionales de décembre prochain.

REPONSE DE  LA GAZETTE DE PUTEAUX

Les Lois fondamentales de la stupidité humaine

L’Humanité A PUTEAUX est dans le pétrin . C’est peu de l’écrire. Rassurez-vous : elle l’a toujours été… C’est même une constante chez elle. Un caprice de la nature, dirait-on, son mystère même affirme Carlo Cipolla, qui n’a cessé d’en scruter les manifestations pour parvenir à cette heureuse conclusion qu’il s’agissait d’une constante anthropologique. Heureuse, parce que le fait social n’a rien à voir avec cela. Du haut en bas de l’échelle sociale, la stupidité rôde, touchant indistinctement tous les groupes sociaux, des élites aux plus défavorisés, avec toujours au sein de chaque groupe comme au sein de l’humanité elle-même, la même proportion de gens stupides. Descartes avait tort : ce n’est pas l’intelligence qui est la chose la mieux partagée au monde, c’est la stupidité. De là à en faire une sorte de discrimination génétique, il y a un pas, que franchit pourtant allégrement notre auteur : à ses yeux, c’est rien moins qu’un fait de nature… A tout prendre, on bichonnerait presque l’assertion pour ne pas avoir à désespérer de l’humanité : elle n’y peut rien, la Nature s’est jouée d’elle et ce, depuis ses commencements. Mathématiquement, la stupidité se répartit donc selon une proportion constante. Avec cependant, force est de l’admettre, un léger avantage pour les hommes. On ignore comment la nature est parvenue à un résultat aussi remarquable, mais c’est un fait : incontestablement, l’humanité est empêtrée dans sa propre stupidité. Les animaux, non. Peut-être parce qu’ils ont déjà beaucoup à faire les uns les autres avec leurs histoires de prédation. L’humanité, elle, s’est trouvée en son sein même une prédation sans pareille : sa propre stupidité. Et nul n’y échappe encore une fois, il est essentiel de l’observer. Prenez le fonctionnement des universités comme celui de nos grandes écoles par exemple : de l’administratif au savant, de l’étudiant de base à la bête à concours, la stupidité persiste et signe. Et à chaque niveau l’on trouve la même proportion de personnes stupides. Les Nobels ne font pas exception à la règle, pas davantage que Harvard ou Normal Sup’. Bon, cela dit, il faudrait tout de même savoir ce que l’on entend par là. La définition qu’en donne Carlo Cipolla est lumineuse : « est stupide celui qui entraîne une perte pour un autre individu ou pour un groupe d’autres individus, tout en n’en tirant lui-même aucun bénéfice et en s’infligeant éventuellement des pertes ». Limpide ! Mais d’une limpidité qui nous plonge aussitôt dans des affres d’anxiété : confiez le moindre pouvoir à une personne stupide, immanquablement, c’est la société tout entière qui en pâtira… Et c’est bien ce que l’on peut observer jour après jour, puisqu’il y a la même proportion d’individus stupides dans les sphères du pouvoir que partout ailleurs dans la société ! On comprend pourquoi le monde va mal… Ce petit opuscule est un chef-d’œuvre de sophisme, qui mine de rien compose avec brio sur les prémisses de la pensée de l’économie politique, caricaturant jusqu’à l’excès les travers des discours du management. Cela dit, peut-être oublie-t-il le seul point qui puisse sauver à mes yeux la stupidité, qui ouvre à la plus profonde des métaphysiques, car seule la stupidité humaine est capable de nous donner une idée de l’infini…

 

Les habitants d’un immeuble situé rue Erlanger, à la porte d’Auteuil, dans le 16ème arrondissement de Paris n’en peuvent des frasques sexuelles de leur voisin.

A tel point qu’une procédure d’expulsion a été engagée contre ce locataire du 3ème étage.

Il faut dire qu’à entendre les principaux intéressés, cet homme aurait une activité sexuelle plutôt riche.

« Je ne sais pas s’il leur fait faire des figures extrêmes du Kama-sutra, mais ça hurle toutes les nuits… et c’est du non-stop » a indiqué un habitant.

C’est « défilé perpétuel de très jeunes filles des pays de l’Est. Ils passent leur temps à s’envoyer en l’air. On ne peut plus dormir. Ils beuglent. On est otages. Quand il fait beau, c’est la fenêtre grande ouverte sur la cour. Et quand il ne fait pas beau, c’est de toute façon sans rideaux. On assiste à de véritables scènes pornographiques. Ils balancent même les capotes par les fenêtres » raconte une voisine.

Excédés, les locataires de l’immeuble ont fini par sonner à sa porte. L’intéressé, vêtu seulement d’un caleçon, leur a ouvert et leur a lancé « Je suis un homme. J’ai des besoins ».

L’affaire est allée jusqu’au bureau de Claude Goasguen, député-maire UMP du XVIe arrondissement qui a fait intervenir la police pour « constater l’infraction » de « nuisances sonores et d’exhibitionnisme » sur place.

Une procédure d’expulsion est maintenant en cours.

Un appel à témoin pour retrouver deux jeunes disparus à Beaujeu

Une adolescente de 14 ans et son petit ami de 25 ans sont actuellement recherchés dans le Beaujolais.
Les deux jeunes auraient quitté leurs domiciles respectifs à pied, à
Beaujeu, mercredi vers 20h. Le téléphone portable de la jeune fille a
été géolocalisé mercredi vers 22h à Frans, dans l’Ain. Selon les
gendarmes de Beaujeu, qui ont lancé un appel à témoin, les intéressés
pourraient s’être rendus à la Part-Dieu à Lyon, ou encore à Thoissey,
dans l’Ain.

Marie mesure 1,60 mètre et portait un pantalon de
treillis, d’un haut noir et d’une paire de basket. Elle a les cheveux
mi-longs frisés et châtain clair. A noter qu’elle présente des tendances
suicidaires. Adrien, lui, a les cheveux noirs coupés courts.
Défavorablement connu des services de police, il mesure 1,90 mètre et
portait un survêtement Lacoste.

Toute personne ayant des informations sur ces deux jeunes peut contacter le 04?74?04?84?31

Canton d’ArgovieLe corps sans vie d’un enfant découvert jeudi dernier dans l’Aar est bien celui du garçonnet porté disparu à Windisch (AG) lors d’une promenade. Une enquête contre le père est ouverte pour homicide par négligence.

Image: DR/Photo d’illustration

 

 
 
 
 
 
 

Veuillez SVP entrez une adresse e-mail valide

Un enfant de deux ans était porté disparu à Windisch (AG), près de Baden le 25 avril dernier. Son père l’avait perdu de vue lors d’une promenade le long de la Reuss.

Le Ministère public a ouvert ce mardi 19 mai une enquête contre son père pour homicide par négligence.

Une enquête pénale avait déjà été ouverte contre lui le jour-même de la disparition du petit, pour violation du devoir de sollicitude. Elle a été élargie au chef d’accusation d’homicide par négligence suite à la découverte du corps, indique mardi le Ministère public argovien.

En promenade

Il s’agit d’établir si le père a entraîné la mort de l’enfant en raison d’un manque d’attention. L’homme avait perdu de vue le garçonnet lors d’une promenade de fin de journée sur les bords de la rivière Reuss, le 25 avril dernier.

Les recherches se sont avérées vaines dans un premier temps. Des employés de la centrale hydraulique de Döttingen-Beznau ont finalement découvert le corps du bambin dans l’Aar jeudi dernier. (ats/Newsnet)

(Créé: 19.05.2015, 11h59)

 

 

 

Les faits se sont déroulés le 17 mai à Levittown, en Pennsylvanie, aux Etats-Unis.

Jacinda fêtait ses 16 ans dans son jardin avec sa famille et ses amis, lorsqu’un avion qui passait au dessus d’eux a vidé ses toilettes.

Par chance, des averses risquant de tomber, le beau père avait sorti la tente de jardin, afin de protéger les invités d’une éventuelle pluie.

Une pluie est bien tombée, mais ce n’était pas celle qu’on attendait.

« Grâce à Dieu, nous avions terminé le gâteau et rentré la nourriture deux minutes avant que cela tombe du ciel. C’était marron. C’était dégoûtant, il y en avait partout » a indiqué la maman de l’adolescente.

« J’ai attrapé un tuyau d’arrosage et immédiatement commencé à nettoyer » a précisé le beau père.

La famille a déposé plainte auprès de la FAA (Federal Aviation Administration), les avions ayant obligation d’éliminer leurs déchets à l’aéroport.

avionvidetoilettes2

LEVITTOWN, Pa. – It was a picture perfect Sweet 16 birthday party Sunday for one local girl, but that party came to a sudden messy end. What dropped from the sky had party-goers disgusted.

There’s a couple observations about Sweet 16 parties. Number one; you only get one in your lifetime and number two shouldn’t be there. But it was number two, at Jacinda’s Sweet 16 party in Levittown Sunday evening and it came from the sky.

Joe Cambray, Jacinda’s stepfather, was playing horseshoes in the backyard while others were swimming. About 40 people were there when it started raining– only it wasn’t raining.

« Out of nowhere, from the sky, comes a bunch of feces, lands on her, » Joe told FOX 29.

It slammed into the middle of a canopy. The canopy Joe just bought hours earlier to give his guests a little protection from the elements. Not realizing, of course, which element he’d be protecting them from.

« It landed on the baby seat that was here, » he explained. « We just got done with cake. Thank God. We took the cake back in, because within two minutes, something fell from the sky. It was brown, it was everywhere, it got on everything, » said Joe. « I grabbed a hose from over here, immediately started lining things up to start washing it off »

Joe’s tech savvy sister grabbed her smartphone and used an app to figure out five planes were flying above them at that moment. Not that the information offered much comfort right then.

The FAA tells FOX 29 all airplanes are required to dispose of the waste at an airport. The family filed a complaint with the FAA. The FAA says they will investigate.

Dans une interview pour Le Monde, le vice-président de l’UMP, Laurent Wauquiez, a pris quelques libertés sur son parcours scolaire, déclarant avoir fait ses études dans un collège de Chambon-sur-Lignon alors qu’il a fait ses études dans le prestigieux lycée Victor-Duruy, à Paris.

D’autres ont été accusés de gonfler leur C.V. en inventant des diplômes imaginaires pour mieux gravir les marches du pouvoir.

Ainsi, selon Médiapart, l’ancienne secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, a laissé entendre qu’elle avait obtenu deux maîtrises, une d’anglais et une d’économie, alors qu’en réalité elle n’en possède qu’une : « Anglais, option économie ». Concernant ce petit arrangement, Geneviève Fioraso s’en est défendu auprès des journalistes du site d’informations directement, comme le rapportait son entourage : « Dès qu’elle a été contactée par Médiapart Geneviève Fioraso a répondu qu’elle possédait en effet une maitrise d’anglais option économie. Elle a constaté, à cette occasion, que cela s’était traduit par erreur dans certaines publications comme deux maîtrises distinctes. »

Jean-Christophe Cambadélis dément mais…

Toujours selon Médiapart, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, aurait obtenu un doctorat en 1985 sans avoir eu le moindre diplôme universitaire. En clair, selon le journaliste Laurent Mauduit, Jean-Christophe Cambadélis se serait fabriqué de toutes pièces un parcours universitaire lui permettant de soutenir une thèse, alors qu’il n’avait pas le moindre diplôme. Le journaliste révèle aussi que le futur premier secrétaire a allègrement pillé les travaux de deux de ses « amis » pour publier son premier livre Pour une nouvelle stratégie démocratique.

Le principal incriminé avait démenti toutes ces accusations en brandissant des preuves écrites. Seulement, ces « preuves » ont ajouté un doute sur son parcours puisqu’il était inscrit qu’il avait fait une thèse en moins d’un an alors qu’il faut au moins deux à trois ans pour produire une thèse de troisième cycle en sciences humaines.

Taubira, Dati, Sarkozy soupçonnés

D’autres politiques ont été soupçonnés d’avoir trafiqué leur diplôme. Ainsi, toujours à gauche, de Christiane Taubira qui fut accusé en mars 2014 de ne pas posséder de doctorat, notamment par Philippe Bilger, ancien avocat général à la cour d’assises de Paris. Celui-ci faisait savoir que le garde des Sceaux n’avait pas contredit un journaliste qui lui accordait un doctorat qu’elle n’a pas. Or, Christiane Taubira n’avait jamais dit ouvertement ni écrit qu’elle en possédait un, elle a seulement laissé passer l’occasion de rectifier la parole du journaliste.

Sa lointaine prédécesseur place Vendôme, Rachida Dati, avait elle aussi été pointée du doigt en 2007 par l’Express qui l’accusait d’avoir été reçue à l’Ecole de la Magistrature en présentant un dossier mentionnant un diplôme qu’elle n’a en fait jamais eu. Rachida Dati avait alors vivement démenti cette accusation et son cabinet soutenu la thèse d’une erreur administrative.

Publicité

<a href= »http://www3.smartadserver.com/call/pubjumpi/8623/445891/3794/S/%5Btimestamp%5D/? » target= »_blank »>< img src= »http://www3.smartadserver.com/call/pubi/8623/445891/3794/S/%5Btimestamp%5D/? » border= »0″ alt= » » /></a>

En 2009, c’est au tour de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, d’être au cœur d’une polémique sur son parcours universitaire, à la suite de déclarations d’un enseignant de l’université de Nanterre. Celle-là même où Nicolas Sarkozy avait obtenu un diplôme de troisième cycle en sciences politiques, ce que contestait l’enseignant. Seulement l’université avait publié un communiqué confirmant l’obtention de ce diplôme à l’étudiant « Nicolas Sarkozy de Nagy ».

En savoir plus sur http://www.planet.fr/politique-ces-politiques-accuses-davoir-menti-sur-leur-cv.861146.29334.html#XTzgTWLLSXGeFiz5.99

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 328 autres abonnés