Feeds:
Articles
Commentaires

ANNEE NOIR POUR LE GOUVERNEMENT SOCIALISTE 2014/2015

numérisation0002

MISE A JOUR

  1. Le Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants Kader Arif est visé par une enquête concernant une affaire de marchés passés par le conseil régional de Midi-Pyrénées, et vient de démissionné du Gouvernement7
  2. Gironde : l’élu PS condamné à un an avec sursis pour harcèlement sexuel
  3. Contrôlé à 171 km/h sur l’A 13, Jean-Paul Huchon n’a plus de permis
  4. Marseille : le député PS Henri Jibrayel mis en examen pour abus de confiance
  5. Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds
  6. Exclusif: Le Maire PS de Clichy soupçonné de détournement de fonds publics
  7. Jean-Vincent Placé doit 18 000 euros pour une centaine d’infractions routières
  8. Affaire Ségolène Royale: 12 ans de procédures Judiciaires avec l’une de ces attachées parlementaires.
  9. Marc Sebaoun, 20 ans, fils du parlementaire socialiste du Val-d’Oise, est en garde à vue
  10. Soupçons de fraude fiscale contre le conseiller de Hollande Faouzi Lamdaoui
  11. Affaire Rocancourt: Kofi Yamgnane en garde à vue
  12. Soupçons de fraude fiscale contre le conseiller de Hollande Faouzi Lamdaoui
  13. Ségolène Royal voyageait dans les trains sans ticket
  14. Marc Sebaoun, 20 ans, fils du parlementaire socialiste du Val-d’Oise, est en garde à vue depuis lundi à Tours. Il est soupçonné de trafic de drogue
  15. L’ex-maire PS d’Hénin-Beaumont condamné à trois ans de prison ferme
  16. Addition non payée – Marie-Arlette Carlotti
  17. Le député-maire socialiste d’Asnières rappelé à l’ordre par le parquet de Nanterre
  18. L’ex-maire PS d’Hénin-Beaumont condamné à trois ans de prison ferme
  19. Affaire Cahuzac
  20. Clichy-la-Garenne : un élu condamné à 5 ans de prison pour agressions sexuelles
  21. Le maire de Clamart, Philippe Kaltenbach, entendu par les juges comme témoin assisté.
  22. Un élu PS de Clichy jugé pour agressions sexuelles
  23. Courbevoie. Le frère de Ségolène Royal en garde à vue
  24. Yamina Benguigui épinglée pour un vol en Falcon à 140.000 €
  25. Amiante : Martine Aubry pourrait être mise en examen
  26. Le maire de Clamart suspecté de recevoir un pot-de-vin en échange d’un logement
  27. Peine alourdie en appel pour Pascal Buchet, condamné pour harcèlement moral
  28. Affaire DSK
  29. Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds

Guerre de nom chez les Rothschild

Banque Edmond de Rothschild Group estime que   Paris-Orléans se présente à tort comme "la maison mère du groupe Rothschild".
Edmond de Rothschild Group estime que Paris-Orléans se présente à tort comme « la maison mère du groupe Rothschild ». (Crédits : Reuters)

latribune.fr avec Reuters  |  27/03/2015, 8:29  –  260  mots
Le suisse Edmond de Rothschild Group, spécialisé dans la gestion de fortune et la banque privée, va demander à la société française Rothschild et Cie de cesser d’utiliser illégalement son nom de famille, rapporte le Financial Times. Un nouveau cap est franchi dans la rivalité entre les deux branches de la dynastie née il y a plus de 200 ans.

Nouvelles tensions chez les Rotschild. Selon Edmond de Rothschild Group, spécialiste dans la gestion de fortune et la banque privée, Paris-Orléans, la holding de tête de Rothschild et Cie, se présente à tort comme « la maison mère du groupe Rothschild », révélait Challenge, mercredi 25 mars.

Edmond de Rothschild Group va donc demander à la société française Rothschild et Cie de cesser d’utiliser illégalement son nom de famille. Pour rappel, les deux branches sont issues de la dynastie Rothschild qui a commencé à faire fortune dans les banques en Europe il y a plus de deux cents ans.

Pour le moment, Paris-Orléans n’a reçu aucun document relatif à cette affaire et reste très serein, écrit le Financial Times, qui cite un source proche du dossier. Rothschild et Cie, Edmond de Rothschild et Paris-Orléans n’ont pu être jointes pour obtenir un commentaire en dehors des heures de bureau.

Escalade des hostilités au sein de la famille

Les tensions avaient resurgi fin 2013, quand Paris-Orléans avait subi une dépréciation d’actif de 22 millions d’euros dans ses 8% de parts détenues dans le groupe Edmond de Rotschild.

À l’époque, Benjamin de Rothschild (président du Groupe Edmond de Rothschild) et dont la famille est propriétaire de l’ensemble de l’entreprise avait parlé publiquement, en disant qu’il craignait que Rothschild & Cie pourraient être vendus un jour, avec le nom de famille. Ce à quoi une personne proche de Paris-Orléans avait répondu que le groupe avait toujours « un esprit professionnel et familial ».

Comme il l’avait annoncé il y a quelques semaines, le présentateur de Touche pas à mon poste a déposé sa candidature au CSA pour devenir président de France Télévisions.

Alors que tous les téléspectateurs pensaient que Cyril Hanouna plaisantait lorsqu’il annonçait vouloir présenter sa candidature à la présidence de France Télévisions, l’animateur de Touche pas à mon poste a fait taire les mauvaises langues hier soir. Comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo ci-dessus, le chroniqueur Camille Combal s’est rendu au siège de France Télévisions avec la candidature de Cyril Hanouna dans les mains. Si les équipes de Touche pas à mon poste n’ont pas pu filmer l’intérieur du bâtiment, le public de l’émission a pu écouter le dialogue entre Camille Combal et le staff de France 2.

« Voilà toutes les idées pour les émissions qu’on prévoit » annonce Camille Combal. « Des chiffres et des boulettes, Des Racines et des makroutes. Thalassa va devenir Harissa ! Il n’y aura que des voyages dans des pays avec des plats un peu relevés. On ne fait pas une Jospin, on va à fond et on va jusqu’au bout les amis. Vous avez connu René Coty, vous connaîtrez Cyril Hanouna« . Une séquence surprise pour le présentateur de Touche pas à mon poste, qui n’a pas cessé de rire pendant sa diffusion. Retrouvez ce passage en cliquant sur la vidéo ci-dessus.

EN DIRECT. Crash de l’A320 : le copilote était suivi par plusieurs médecins

C’est la stupeur et l’incompréhension la plus totale après les révélations sur Andreas Lubitz, le copilote allemand de l’Airbus A320 de Germanwings. Le copilote âgé de 27 ans est désormais fortement soupçonné d’avoir volontairement précipité l’appareil sur la montagne et provoqué ainsi la mort de 149 autres personnes.

S.N., V.F. M-L.W. Ch.G. et A.R. | 27 Mars 2015, 06h45 | MAJ : 27 Mars 2015, 19h15

0
1/4 réagir

134
Le copilote Andreas Lubitz  à la Une du «Bild».
Le copilote Andreas Lubitz  à la Une du «Bild».
Capture d’écran/Bild

L’analyse de l’une des boîtes noires de l’A320 a permis de révéler que le copilote allemand, Andreas Lubitz, 27 ans, s’est enfermé seul dans le cockpit de l’avion pour accomplir son geste fou et précipiter l’avion sur la montagne.

Cette révélation frappe de stupeur les familles des 150 victimes qui se recueillent depuis jeudi sur les lieux du drame.

L’enquête se poursuit sur les lieux du crash et en Allemagne.. Le parquet allemand a révélé ce vendredi midi qu’Andreas Lubitz faisait l’objet d’un arrêt de travail le jour de l’accident et qu’il l’avait dissimulé à son employeur. D’après les journaux allemands, Andreas Lubitz était suivi en même temps par plusieurs médecins. A priori, outre des troubles psychiques, il pourrait être atteint d’une maladie somatique, selon le site du «Rheinland Post».

Le procureur de Marseille, Brice Robin, qui dirige l’enquête depuis mardi, avait décrit jeudi au cours d’une conférence de presse en milieu de journée l’incroyable scénario qui a précédé le crash de l’avion dans les Alpes françaises. Andreas Lubitz a refusé d’ouvrir la porte de la cabine de pilotage au commandant de bord, qui était sorti pour un moment de la cabine afin d’aller aux toilettes, et il a actionné les commandes activant la descente de l’appareil. Le pilote a désespérément tenté de forcer la porte du poste de pilotage avec une hache, affirme le quotidien «Bild».

Question du jour : Notre question du jour : faut-il imposer la présence en permanence de deux personnes dans le cockpit ?

>>>Suivez les événements de la journée

18h45. Le Portugal impose la présence de deux personnes dans le cockpit.  Cette mesure, qui concerne notamment la compagnie nationale TAP Portugal, «entre en vigueur immédiatement»,  annonce le secrétaire d’Etat aux Transports Sergio Monteiro.

18h10. La petite amie de Lubitz aurait confirmé la dépression du copilote. C’est ce qu’indique I>TELE. Les parents du jeune homme devraient également être entendus par la police française dans les heures ou les jours qui viennent.

17h50. Andreas Lubitz aurait récemment commandé deux voitures. Une pour lui, l’autre pour son amie, selon le magazine «Focus». Les voitures étaient des Audi et l’une d’entre elles aurait été livrée il y a quelques jours.

17h15. Les premiers prélèvements ADN vont être analysés ce vendredi, toujours selon BFM TV.

17h10. Selon BFM TV, 3 gendarmes ont été dépêchés en Allemagne. 

17h01. La Germanwings retire une publicité à Londres. «Get ready to be surprised» : «dSoyez prêts à être surpris». Tel était le slogan publicitaire que l’on pouvait lire dans les transports londoniens pour inciter les Britanniques à faire du tourisme en Allemagne. La Germanwings a demandé le retrait de cette réclame. Ce qui a été fait immédiatement pour les publicités sur écran et devait l’être rapidement pour 17 affiches traditionnelles en papier, selon «Bild».

16h46. Le copilote avait deux arrêts de travail en cours. Selon le «Rheinland Post», Andreas Lubitz avait deux arrêts de travail en sa possession. Il était suivi par plusieurs psychiatres, ce que confirme la «Suddeutsche Zeitung».  Les arrêts seraient «apparemment» signés d’un «neurologue et psychiatre».

16h35. «Sans défense. Un pilote, 149 victimes», titre l’hebdomadaire Der Spiegel de samedi.

16h21. «Ce qui est inédit, c’est la difficulté du relevage des éléments biologiques». «Je ne suis pas maître du temps. Si les conditions météorologiques s’avèrent défavorables, cela s’avérera compliqué. Je ne donnerai pas de date de fin», détaille Patrick Touron, colonel de la gendarmerie.

16h19. «Chaque élément biologique est placé sous scellé et dans un congélateur. S’il y a besoin d’analyses sanguines ou cheveux, le procureur pourra le demander», explique la gendarmerie, suite à une question posée sur le copilote mis en cause dans ce crash.

16h15. L’identification se déroulera depuis le laboratoire de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). La gendarmerie explique entrer en contact avec les familles afin de leur demander d’envoyer des indices médicaux pour aider à l’identification des victimes. Une fois les indices reçus, l’identification débutera. «Nous sommes en mesure d’identifier tous les corps», indique la gendarmerie, qui procède au relevage d’indices biologiques sur le site du crash (sang, salive, cheveux).

16h12. «Nous n’avons pas retrouvé un seul corps intact», indique la gendarmerie lors d’un point-presse. 

Crash A320: «Nous n’avons pas retrouvé un seul corps intact»

16 heures. Andreas Lubitz souffrait d’un problème de santé autre que mental. L’hôpital universitaire de Düsseldorf avait reçu deux fois la visite d’Andreas Lubitz en février puis le 10 mars. Les dossiers médicaux vont être transmis au procureur de Düsseldorf. D’après la rédaction du «Rheinland Post», le copilote n’est pas venu pour un problème psychique mais bien pour une souffrance physique.

15h18. L’UE souhaite imposer la présence de deux personnes en permanence dans le cockpit. «Nous attendons les conclusions de l’enquête en cours et, si cela s’avère nécessaire, les règles de sécurité seront revues», déclare la porte-parole de la Commission, Mina Andreeva. L’obligation d’avoir en permanence deux membres d’équipage dans le cockpit «est à l’étude», ajoute-t-elle.

«A ce jour, aucune règle européenne n’impose de remplacer un des pilotes par un membre de l’équipage s’il doit s’absenter pour un besoin physiologique», confirme la porte-parole.

14h55. Des troubles psychiatriques pour Adreas Lubitz ? Selon le quotidien allemand Tagespiegel, le copilote était suivi de près par l’hôpital de Düsseldorf pour sa dépression.

14h25. Les compagnies allemandes adoptent la règle des deux personnes dans le cockpit. Les compagnies aériennes allemandes décident d’adopter la règle des deux personnes en permanence dans le cockpit de leurs avions, annonce vendredi la fédération allemande du secteur aérien (BDL).

14h22. Le domicile des parents du copilote sous protection policière. A Montabaur, dans l’Etat régional de Rhénanie-Palatinat, frontalier de la France, le domicile des parents du copilote, qui y résidait lui-même une partie du temps, est sous protection policière. Un camion de police est stationné devant la maison aux volets baissés.

14h09. Le copilote en arrêt de travail du 16 au 29 mars selon M6.

13h56. Deux personnes imposées aussi dans les cockpits de Corsair et Thomson Airways. Dans le sillage de nombreuses compagnies européennes, les transporteurs français Corsair et britannique Thomson Airways du groupe TUI, annoncent qu’elles avaient pris la décision de maintenir une présence obligatoire de deux personnes dans le cockpit après le crash de l’A320 de Germanwings. «La mise en œuvre est immédiate et applicable sur l’ensemble des vols de la compagnie», précise Corsair dans un bref communiqué. Thomson rend elle aussi cette consigne immédiate.

13h13. Aucune lettre d’adieu ou courrier annonçant un acte prémédité n’a été découvert au domicile du copilote.

13h11. Le copilote était traité pour sa maladie. Les documents retrouvés au domicile d’Adreas Lubitz viennent «appuyer la thèse» selon laquelle il «a caché sa maladie à son employeur et à son environnement professionnel», explique le parquet de Düsseldorf. Les documents retrouvés attestent d’une «maladie existante et de traitements médicaux correspondants», selon la même source.

13h05. L’Autriche impose deux personnes dans le cockpit. L’autorité aérienne autrichienne Austro Control impose la présence de deux membres d’équipage dans les cabines de pilotage tout au long des vols, annonce le ministère des Transports. La mesure prend effet «immédiatement» précise une porte-parole. «Nous souhaitons qu’une réglementation européenne soit adoptée au plus vite», souligne t-elle. En pratique, la réglementation d’Austro Control ne s’impose qu’aux deux compagnies autrichiennes, Austrian Airlines et Flyniki, filiales respectivement des groupes allemands Lufthansa et de Air Berlin.

12h45. Le copilote a caché qu’il était en arrêt de travail le jour de l’accident, annonce le parquet de Düsseldorf. Les enquêteurs ont retrouvé chez lui des formulaires d’«arrêts maladie détaillés, déchirés» et qui concernaient aussi «le jour des faits», affirme le parquet dans un communiqué, sans préciser la nature de la «maladie».

12h29. La délicate indemnisation.  Délicate, mais pas prématurée au regard des textes internationaux en vigueur, la question de l’indemnisation des proches des victimes se pose. Le droit allemand est en tout cas moins généreux que le droit international en matière de préjudice moral. Le patron de Lufthansa, la maison mère de Germanwings, a d’ailleurs anticipé ce problème en parlant dès jeudi d’indemnités «suffisamment hautes». Le montant prendra en compte une sorte de hiérarchisation économique des victimes, la vie d’en enfant étant par exemple moins indemnisée que celle d’un grand patron. Enfin, si le suicide du copilote est avéré, un tel cas pourrait ne pas être couvert par les assureurs et c’est donc la compagnie qui devrait payer.

>>>Crash de l’A320 : la délicate question de l’indemnisation

12h20. Le directeur général de la gendarmerie nationale sur les lieux du crash. Le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale, est aux côtés des 500 gendarmes engagés à Seyne sur les lieux du crash.

12h12. Des syndicats de pilotes dénoncent les révélations sur l’enquête. L’European Cockpit Association (ECA) dénonce «la fuite des données du cockpit voice recorder», la boîte noire enregistrant les sons dans le poste de pilotage de l’appareil, dont la teneur a été dévoilée dans la nuit de mercredi à jeudi par le New York Times, puis confirmée jeudi midi par le procureur de Marseille, Brice Robin. La divulgation de ces informations «est une violation grave des règles fondamentales et mondialement acceptées en matière d’enquêtes sur les accidents», dont «les motivations et les conséquences devront être abordées», estime l’ECA dans un communiqué.

Plus tôt, dans la matinée, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a «pris la décision de porter plainte contre X pour violation du secret professionnel».

11h50. Des antidépresseurs retrouvés chez le copilote. Selon M6, les enquêteurs allemands ont retrouvé au domicile d’Andreas Lubitz des antidrépresseurs lors de leur perquisition jeudi soir. Le dossier médical du copilote a également été saisi par la police.
Toujours selon M6, les enquêteurs ont enfin entendu son ancienne petite amie qui a expliqué que l’homme suivait depuis 6 ans un traitement pour lutter contre sa dépression.

VIDEO. Crash de l’A320 : les premières images des recherches au sol

11h35. Une quarantaine d’enquêteurs travaillent à l’identification des victimes. Une quarantaine d’enquêteurs travaillent, à l’identification des victimes se basant sur les «prélèvements effectués sur la montagne, rapatriés par hélicoptère jusqu’à l’aérodrome (dropzone), avant d’être transférés par six gendarmes» jusqu’au laboratoire déclare le lieutenant-colonel Vialenc, porte-parole de la gendarmerie. «On extrait l’ADN ici et on fait la comparaison avec les prélèvements effectués sur les familles», ajoute t-il.

Le local technique de Seyne a été reconverti en laboratoire biologique, avec plusieurs tentes blanches complétement opaques, raccordées à des générateurs. Il y a également plusieurs camions frigorifiques ainsi que des véhicules de l’identification criminelle. L’endroit est sous haute surveillance: plusieurs voitures de police montaient la garde devant la grille du portail qui a été entièrement masquée.

11h20. Un labo -in situ- pour l’identification des victimes. «Nous avons un labo -in situ- mis en place dans la commune, dans un local technique de Seyne, à 800 m de la dropzone (aérodrome) ou nous procédons à la chaîne d’identification des victimes du crash», précise le lieutenant-colonel Vialenc, porte-parole de la gendarmerie.

11H05. Les parents des jeunes mariés échappent miraculeusement au crash. Les parents du jeune marié d’origine marocaine, Mohamed Tehrioui, qui devaient accompagner leur enfant à Düsseldorf, à bord de l’A320, sont des miraculés révèle le site marocain le360.ma. Un retard de dernière minute sur la réservation a fait qu’ils n’ont pas pris le même vol.

10h17. Les compagnies japonaises n’imposent pas deux personnes en permanence dans le cockpit. Les deux principales compagnies aériennes japonaises ANA et JAL se disent prêtes à discuter d’évolutions avec les autorités compétentes, à la lumière du geste encore inexpliqué du pilote de la compagnie allemande Germanwings, filiale à bas coûts de Lufthansa.

La procédure en vigueur actuellement
http://atelier.leparisien.fr/widgets/slider/crash/demos-jquery/Avion.html

10h15. Un ordinateur saisi lors des perquisitions. Les enquêteurs allemands ont perquisitionné jeudi soir aux deux domiciles du copilote de l’avion, à Düsseldorf où il disposait d’un appartement et à Montabaur, dans la Rhénanie-Palatinat où il vivait une partie du temps chez ses parents. Une personne, le visage couvert par un manteau, est sortie avec les enquêteurs qui n’ont fait aucune déclaration à la presse. Ils ont notamment emporté l’unité centrale d’un ordinateur, ainsi que deux grands sacs bleus et un carton visiblement pleins.

10h10. La police allemande affirme avoir saisi des indices. La police allemande affirme avoir saisi des indices à l’un des domiciles du copilote Andreas Lubitz. «Lors de la perquisition de l’appartement du copilote, on a saisi des indices. Il s’agit de divers objets et papiers», affirme un porte-parole de la police de Düsseldorf, Marcel Fiebig. Il dément cependant les informations de la presse britannique évoquant en particulier une «découverte significative».

«On verra si (les indices saisis) apportent finalement des éléments de preuve. On va étudier tout cela», a-t-il précisé, évoquant un «malentendu» avec des médias britanniques citant la police de Düsseldorf sur la découverte de preuves.

10 heures. Des preuves d’une maladie psychiatrique ? Le site du journal allemand «der Spiegel» annonce que les enquêteurs ont trouvé au domicile d’Andreas Lubitz «des indices témoignant d’une maladie psychiatrique». «Der Spiegel» assure que le contenu des ces indices reste «peu clair» pour l’instant.

9h48. Quatrième jour de recherche sur le site de la catastrophe. Enquêteurs et secouristes reprennent, pour la quatrième journée consécutive leurs recherches pour localiser la seconde boîte noire de l’A320 de Germanwings et identifier les 150 victimes du crash. Trente-sept secouristes et onze gendarmes de la police scientifique doivent être dépêchés sur la zone d’impact de l’appareil, au départ de Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence) située à une dizaine de kilomètres des lieux du drame, à bord de deux hélicoptères, contre cinq jusqu’à présent, selon la gendarmerie, qui précise que les opérations ont débuté à 9 heures.

«Comment une société sérieuse a t-elle pu laisser un homme dépressif piloter un avion?»
Claude Driessens, le frère de Christian qui a perdu la vie dans le crash de l’A320, est abasourdi par les dernières révélations sur le passé dépressif du copilote Andreas Lubitz. Interrogé sur RTL, Claude Driessens est sous le choc : «Je ne comprends pas comment une société sérieuse puisse laisser un homme dépressif … piloter un avion.» Il poursuit : «Là il y a quelque chose qui ne va pas. Là où j’en veux vraiment à cette société c’est de ne pas avoir instauré dans leur règlement intérieur d’aviation, le fait qu’il doit toujours y avoir deux personnes dans un cockpit, ça se fait dans des tas de compagnies aériennes …»

Claude Driessens déclare également qu’il est très en colère : «Je tombe à la renverse quand j’apprends qu’il n’y a même pas un membre de l’équipage qui est présent dans le cockpit quand l’un des pilotes va se dégourdir les jambes ou se soulager. C’est pas normal de laisser quelqu’un tout seul qui commande tout et qui bloque les portes … Je suis très fâché.»

VIDEO. A320: La colère du frère de la victime belge

A la question, «Comptez-vous engager un recours contre la compagnie et souhaitez-vous aller demander des réparations en justice?», la réponse de Claude Driessens est cinglante : «Je ne veux pas que mon frère soit l’objet de réparations. Mais j’attends la fin des enquêtes parce que les enquêteurs vont continuer leur travail, cette affaire n’est pas finie. Quand nous aurons tous les résultats des enquêtes, à ce moment-là on pourra peut-être intervenir et dire le fin fond de notre pensée parce que pour le moment, je vous l’avoue honnêtement, je me freine pour ne pas dire le fond de ma pensée parce que ça risque d’être très méchant.»

9h10. Le SNPL demande une réforme du BEA. Sur BFM TV/RMC, Eric Derivry, le président du Syndicat national des pilotes de ligne , réclame «une réforme du BEA(Bureau d’enquêtes et d’analyses) afin de garantir la confidentialité des informations de l’enquête».

9h03. Le SNPL porte plainte contre X pour violation du secret professionnel. «Nous avons décidé de déposer plainte contre X pour violation du secret professionnel» indique Eric Derivry, le président du Syndicat national des pilotes de ligne sur BFM TV/RMC. Le président du SNPL poursuit : «Le BEA n’est pas indépendant».

VIDEO. Crash de l’A320 : Le SNPL va «déposer plainte pour violation du secret professionnel»

8h50. «Tout le monde est mobilisé pour récupérer les corps», déclare Valls. Le Premier ministre sur i>Télé met en avant le travail mené par les opérations de secours sur le lieu du crash : «Je tiens à saluer l’extraordinaire travail des services de l’Etat français, gendarmes, sapeur pompiers, services de santé, sécurité civile, bénévoles, élus locaux –je pense au maire de Seyne. Tout le monde est mobilisé pour récupérer les corps et que les familles puissent enfin pouvoir leur rendre un dernier hommage».

8h42. L’avion en pilote automatique lors du drame selon CNN. La chaîne d’informations indique que le pilote automatique a été reprogrammé par quelqu’un dans le cockpit pour passer de 11 000 m à 30 m d’altitude ce qui a provoqué le crash. CNN se base sur les données du transpondeur de l’avion révélées par le site spécialisé Flightradar24.

8h35. «Mais pourquoi était-il autorisé à voler?» C’est la question posée à la Une du «Daily Mail» qui tente de comprendre comment Andreas Lubitz qui avait souffert de dépression a été autorisé à voler. Une question qui tourmente désormais les familles des victimes.

8h22. «Les familles auront droit à des réponses» déclare Manuel Valls. Pour le Premier ministre, interrogé sur i>Télé, «Il appartient à cette compagnie de donner le maximum d’éléments pour comprendre. Les familles vont poser des questions et elles auront droit à des réponses.»

8h15. «Tout s’oriente» vers la thèse du «geste fou, criminel» selon Manuel Valls. Interrogé sur i>Télé, Manuel Valls, le Premier ministre déclare au sujet du crash de l’A320 : «Par principe, aucune piste ne peut être écartée car nous devons la vérité aux familles de victimes. Mais le procureur a donné hier assez d’éléments pour que l’on pense que ce geste fou… Tout s’oriente vers ce geste fou, suicidaire, criminel, on a du mal à le qualifier…»

VIDEO. «Tout s’oriente» vers la thèse du «geste fou, criminel» selon Valls

7h50. Un psychologue doit consulter les documents des autorités de supervision du transport aérien. Cette affirmation émane du journal Bild après les révélations sur une grave dépression dont a souffert  le copilote Andreas Lubitz. Ces documents seront ensuite récupérés par les autorités judiciaires allemandes qui doivent les transmettre aux enquêteurs français.

7h20. Le pilote a tout tenté. Le pilote de l’Airbus A320, coincé hors du cockpit, a tenté de forcer la porte du poste de pilotage avec une hache, affirme le quotidien Bild citant des sources sécuritaires. Alors que son copilote était en train de manoeuvrer l’avion vers le sol pour des raisons encore inconnues, le pilote du vol Germanwings a utilisé une hache se trouvant à bord de l’appareil pour tenter de forcer la porte blindée, et tenter d’empêcher la catastrophe, rapporte Bild. Une porte-parole de la compagnie allemande assure à Bild qu’une hache «fait partie de l’équipement de sécurité d’un A320».

6h48. Le copilote suivi pour dépression. Citant des informations transmises par Lufthansa à l’autorité allemande de supervision du transport aérien (Luftfahrtbundesamt, LBA), le quotidien Bild révèle que le copilote avait traversé «un épisode dépressif lourd» en 2009 et suivi alors un traitement psychiatrique. Depuis, le jeune homme était sous traitement «médical particulier et régulier», poursuit le quotidien. Selon Bild, à l’époque où sa formation a été interrompue, en 2008, il souffrait «de dépressions et de crises d’angoisse».

http://cdn.knightlab.com/libs/timeline/latest/embed/index.html?source=1JFki_1uXAtEFMiSWbJojnR-EzOlDl1h_7UTsEkERjXo&font=Bevan-PotanoSans&maptype=toner&lang=fr&height=650

6h30. La presse perplexe. Le geste irrationnel du jeune copilote qui a volontairement provoqué la chute de l’A320 de la compagnie Germanwings, plonge la presse française dans la perplexité et la réflexion. «Crash de l’A320 : le geste fou d’Andreas Lubitz», titre Le Figaro, tout comme le gratuit Metronews, alors que Libération se penche sur «les mystères d’Andreas Lubitz». Ces trois quotidiens publient en une la photo du copilote, posant devant le célèbre pont, le Golden Gate à San Francisco, tandis que 20 Minutes remarque que le copilote était «hors de contrôle». «Crash des Alpes. Le copilote voulait en finir», affirme Le Parisien/Aujourd’hui en France.

2h30. Deux membres d’équipage dans le cockpit. L’acte du copilote de l’A320 de Germanwings, qui a empêché le commandant de bord de regagner les commandes avant le crash, conduit dès jeudi un pays, le Canada, et plusieurs compagnies aériennes européennes à imposer la présence de deux membres de l’équipage dans la cabine de pilotage tout au long du vol.

1h30. Perquisitions au domicile d’Andreas Lubitz. Les enquêteurs allemands perquisitionnent depuis jeudi soir les deux domiciles du copilote de l’A320, dans la région de Düsseldorf. Le parquet de Düsseldorf a ouvert une enquête parallèle aux investigations faites en France. Dans un communiqué, le parquet évoque ces perquisitions pour y trouver des «éléments personnels susceptibles d’éclairer les faits».

VIDEO. Crash de l’A320: «presque toutes» les familles d’accord pour les tests ADN

https://dailymotion.com/video/k7EpascACf4OGNaxjDq?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO. Crash A320: des équipes d’authentification hélitreuillées

https://dailymotion.com/video/k4J2E8ypOK6Xdcaxhjz?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO. Crash A320 : la surveillance des pilotes en question

https://dailymotion.com/video/k4y8WRFhcxDofMax4YD?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO. Crash de l’A320 : un jeune allemand apparemment sans histoire

https://dailymotion.com/video/k6eaudus8ahCApax5HO?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO. A320: «Pas le moindre indice» sur les motivations du copilote

https://dailymotion.com/video/k7gAx1GN3v0usIax8JA?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

VIDEO. Crash A320 : «C’est un crime», selon Angela Merkel

VIDEO. A320 : «Les familles sont dans la première partie du deuil»

> Venez débattre et poser vos questions sur nos forums !

 

Illustration.  Illustration.  LP/PHILIPPE DE POULPIQUET

Soupçonné de viols et d’agressions sexuelles commis sur une fillette de son entourage familial, un instituteur des Yvelines de 63 ans a été mis en examen jeudi à Versailles et écroué. Selon le parquet de Versailles, l’enseignant est mis en examen pour «viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans» (la fillette est née en 2005) et «détention d’images pédopornographiques».

Interpellé par les gendarmes des Yvelines, à son domicile d’Orgeval, le professeur des écoles est passé aux aveux lors de sa garde à vue, selon cette source. Les investigations vont se poursuivre, sous l’autorité d’un juge d’instruction. L’auteur présumé des agressions n’est «pas connu pour des faits similaires», a précisé une source proche de l’enquête, ajoutant que les faits présumés s’étaient déroulés entre 2011 et 2012 dans le Rhône,«au sein de son cercle familial élargi».

L’instituteur suspendu de ses fonctions

L’instituteur a été suspendu de ses fonctions jeudi, a annoncé le rectorat de Versailles dans un communiqué, précisant que «ces faits de pédophilie viennent d’être portés à la connaissance de l’Education nationale». «A la demande du recteur, Serge Clément (directeur académique des Yvelines) se rend sur place pour accompagner la communauté éducative» de l’école, selon un communiqué.

L’affaire intervient quelques jours après qu’un directeur d’école de Villefontaine (Isère), mis en examen et placé sous mandat de dépôt pour des viols sur ses élèves et déjà condamné en 2008 pour détention d’images pédopornographiques.

Alors que neuf plaintes ont été enregistrées par la justice, des parents de 14 élèves ont signalé de nouveaux faits potentiels aux enquêteurs. Ces signalements ne concernent pas seulement des enfants de la classe que pilotait ce directeur-enseignant ou de l’école qu’il dirigeait, mais aussi «d’autres écoles du nord de l’Isère»  selon Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble.

Nanterre : le tribunal juge une nouvelle affaire de marchés truqués au conseil général

Valérie Mahaut |

Nanterre, 25 mars 2015. Un ancien cadre du département et sept chefs d’entreprises sont jugés depuis lundi dans la seconde affaire des marchés truqués des ordinateurs. (LP/V.M.)

Les marchés truqués de l’informatisation des collèges au conseil général des Hauts-de-Seine font l’objet d’un second procès. Depuis lundi, Marc Botolaccio, ancien directeur des services informatiques du département, et sept chefs d’entreprise, comparaissent devant la 15e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre pour favoritisme et recel de favoritisme, corruption et recel de corruption.

Dès l’ouverture du procès, l’ancien cadre du conseil général a reconnu avoir favorisé plusieurs sociétés pour qu’elles décrochent les marchés de prestation de service ou fourniture de matériel. Le montant des commandes litigieuses, passées entre 2001 et 2004, atteint plus de 4 M€. Le principe était simple : le directeur des services informatiques faisait connaître le détail des appels d’offres à Daniel Zaoui, chef d’entreprise douteux. La société de celui-ci ayant été « blacklistée » par le conseil général après la révélation du premier volet de l’affaire des marchés truqués, Daniel Zaoui utilisait des sociétés écrans. « Quand je l’ai rencontré, témoignait l’un des chefs d’entreprise à la barre lundi, il faisait du conseil. Il m’a dit qu’il y avait un appel d’offres au conseil général, ça m’intéressait. Après, il faut savoir rédiger les appels d’offres… Lui savait. » Bien sûr, l’apporteur d’affaires providentiel a pris une coquette commission. En « recrutant » ainsi des sociétés ayant pignon sur rue mais sans apparaître, Daniel Zaoui a pu continuer de décrocher les marchés du département avec la complicité de Marc Botolaccio. Qui percevait des rétrocommissions. Il a admis avoir touché quelque 350 000 € en espèces.

En décembre 2012, le tribunal correctionnel de Nanterre a déjà condamné Daniel Zaoui et Marc Botolaccio à quatre ans d’emprisonnement dont la moitié avec sursis dans le premier volet de l’affaire, pour les marchés truqués à la fin des années 1990. L’arnaque reposait alors sur le principe du saucissonnage des marchés, permettant de contourner les procédures de mise en concurrence.

Ce second procès se poursuit vendredi. Les réquisitions seront prononcées lundi.

Lyon : la fillette était frappée à coups de bâton depuis plus d’un an

Son calvaire aura duré plus d’un an. Depuis janvier 2014, cette fillette de 8 ans aurait reçu de nombreux coups de bâton de la part de sa mère et de son beau-père. Ces derniers, âgés de 29 et 33 ans, ont été interpellés vendredi matin à leur domicile du 8e arrondissement de Lyon. Ils seront convoqués devant la justice le 28 septembre prochain. Quant à la fillette, elle a obtenu 10 jours d’ITT.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 322 autres abonnés