Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2009

prcisions:

A la suite dun article paru sur le blog de Marie-Sophie , et la suite des commentaires suscits ,je crois devoir apport des prcisions suivantes.
1) Joelle ceccaldi-Raynaud est dpute par accident de Neuilly/puteaux jusquen 2012.Pour permettre un jeune militant prestigieux de devenir dput de Neuilly/Puteaux.
2) Ds Juin 2009, au lieu de 2012,il a t envisag de donner la dpute actuelle linvestiture pour la prochaine lection europenne de cette anne.
3) Pour des raisons qui nont pas etre rvl actuellement mais qui ninterdise personnes de les devines. Il a t juger que linvestiture ne pouvait pas etre donner joelle Ceccaldi-Raynaud.
4) Il est dailleurs prfrable de se prsenter une lection gnrale plutot qu une partielle , ou l abstention est toujours trs forte.
5) Aprs la place sera libre .Nou nous rassemblerons derrire Jean pour sa victoire.
Joelle et son fils se sera enfin fini.
Christel et Emeric

Read Full Post »

Des Franais attaqus sur l'esplanade des Mosques Jrusalem

Visitant l'esplanade des Mosques, Jrusalem,un groupe de touristes franais a t pris pour des fidles juifs venus prier et attaqu par un groupe de musulmans dimanche matin.

653912mlo19mideastconflictreli150x113.jpg

Les premiers heurts ont clat dimanche matin, apparemment par mprise. Environ 150 musulmans, selon la police, ont attaqu coups de pierres ce qu'ils pensaient tre un groupe de fidles juifs venus prier par provocation dans le haut lieu de l'Islam. En fait, si des juifs religieux se trouvaient bien proximit du site, le groupe attaqu tait constitu de touristes franais non juifs visitant l'esplanade, a assur le porte-parole de la police de , Shmouel Ben Rubin.

 

De jeunes Palestiniens ont ensuite affront coups de pierres les forces de l'ordre dployes en nombre dans les rues troites de la Vieille ville qui rpliquaient avec des grenades assourdissantes. Des tmoins ont fait tat d'une dizaine de blesss parmi les Palestiniens tandis que 17 membres des forces de l'ordre ont t lgrement blesss, a prcis la police qui a procd 11 arrestations.

L'intervention condamne

L'Autorit palestinienne a accus de crime ncessitant l'intervention immdiate de la communaut internationale tandis que pour le principal ngociateur palestinien Sab Erakat, l'Etat hbreux provoque dlibrment une escalade de la tension Jrusalem au moment o tente de faire avancer la paix. L'intervention a t aussi condamne par le mouvement islamiste Hamas, qui contrle la bande de Gaza, voquant une dangereuse escalade.Amman a convoqu l'ambassadeur d'Isral et la Ligue arabe a fait part de son extrme colre, parlant d'agression prmdite des forces israliennes.

Site ultra sensible de la ville sainte, le lieu est sacr pour les juifs et les musulmans. Abritant les mosques Al-Aqsa et du dme du Rocher, il s'agit du troisime lieu saint de l'islam. Les juifs qui l'appellent le mont du Temple parce qu'elle est btie sur le site du Temple juif dtruit par les Romains en l'an 70, dont l'ultime vestige est le Mur des Lamentations est un lieu sacr du judasme. L'esplanade est accessible aux non-musulmans certaines heures de la journe, mais pas lors des ftes musulmanes. La police permet des groupes de juifs de s'y rendre mais pas d'y prier.

En 2000, c'est une visite de cette esplanade – perue comme provocatrice – du chef de la droite isralienne, Ariel Sharon qui avait dclench la seconde Intifada.

 

Leparisien.fr

Read Full Post »

<!––>

Le club sinstalle Nanterre, sauf

61528310508037o150x113.gif

Arena, le futur stade du Racing-, devrait tre construit , 500 m de la Grande Arche de La Dfense, sur lactuel stade des Bouvets. La gigantesque enceinte servira aussi des spectacles et des manifestations diverses. Lger problme, le site appartient la ville de Puteaux. Jolle Ceccaldi-Raynaud, dpute-maire de cette ville, acceptera de cder ce site via un bail emphytotique, une seule condition, rcuprer une surface quivalente (23 000 m 2 ) pour ses tablissements scolaires et les associations de la commune.

 

Une solution est en vue : le parc des sports de lle de Puteaux qui, lui, appartient au conseil gnral et la Ville de Paris. Selon Rama Yade, le dossier avance plus vite quon pourrait limaginer. Le dpartement est daccord pour le cder. Je vais bientt rencontrer Bertrand Delano (NDLR : maire PS de Paris) sur ce sujet .

Le Parisien

Read Full Post »

<!––>

Entre duel politique et manipulations, la saga Clearstream en procs partir de lundi

644858photo125335058874930150x113.jpg

 

Cinq ans aprs la rvlation de l'affaire Clearstream, le tribunal de va tenter partir de lundi de dmler le vrai du faux, si troitement imbriqus au coeur de cette rocambolesque saga, et d'arbitrer entre un chef d'Etat et un ancien Premier ministre.
Au coeur des 40 tomes du dossier: des courriers et listings bancaires adresss anonymement entre mai et octobre 2004 au juge van Ruymbeke, charg de l'instruction sur des pots-de-vin lis la vente des frgates Taiwan en 1991.

 


Un corbeau y accuse des personnalits de l'industrie et des , dont Nicolas Sarkozy, de dtenir des comptes occultes la chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream, comptes par lesquels auraient transit les commissions indues du march des frgates. On apprendra par la suite que le juge van Ruymbeke connaissait en fait l'expditeur de ces courriers, Jean-Louis Gergorin, alors vice-prsident d'EADS.
C'est la plainte de Philippe Delmas, ancien vice-prsident d'Airbus cit dans les listings, qui dclenche l'instruction pour « dnonciation calomnieuse ». Il fut le seul avoir t plac en garde vue par le juge van Ruymbeke avant qu'il apparaisse que les listings taient des faux.
Confi aux juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons, le dossier s'oriente sur la piste d'une rivalit industrielle avant de prendre une dimension politique avec la constitution de partie civile, en janvier 2006, de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intrieur.
L'aspirant prsident souponne tout haut Dominique de Villepin, alors Premier ministre, d'avoir particip cette machination afin de le dstabiliser dans sa course vers l'Elyse.
Alors que M. Sarkozy promet de pendre les responsables de cette affaire « un croc de boucher », les juges s'engagent dans une instruction hors norme: d'importants moyens policiers mobiliss, des perquisitions choc, notamment au ministre de la Dfense et la DGSE, et des dizaines d'auditions de personnalits.
Bilan de l'instruction: cinq hommes renvoys en correctionnelle pour un mois de procs. Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud, un mathmaticien, dont certains adversaires soulignent « l'extraordinaire capacit de manipulation », sont accuss d'avoir jou les faussaires. Un ex-auditeur d'Arthur Andersen, Florian Bourges, et un journaliste, Denis Robert, sont poursuivis pour avoir fourni Lahoud des listings comptables authentiques de Clearstream.
Et enfin Dominique de Villepin, souponn d'avoir demand Gergorin d'alerter la justice sur les listings alors qu'il les savait faux, est poursuivi pour « complicit de dnonciation calomnieuse », infraction qu'il nie en bloc.
Quarante parties civiles et 18 tmoins complteront cette affiche d'exception, aux cts du procureur de la Rpublique de Paris en personne, Jean-Claude Marin. Aprs avoir hsit renvoyer Villepin au prtoire, il a adopt une posture beaucoup plus offensive.
Simple affaire de dnonciation calomnieuse pour les uns, scandale d'Etat pour les autres, le procs Clearstream risque de se plaider autant devant les camras que dans la salle d'audience.
Depuis trois semaines, pas un jour sans qu'un mdia n'apporte sa dose de « rvlation » ou son interview « exclusive » d'un des protagonistes du dossier.
Les principaux rivaux de l'affaire ont d'ores et dj afft leurs armes. Tandis que depuis Brasilia, Nicolas Sarkozy appelait au dbut du mois se « dbarrasser » de « toutes ces combines », Dominique de Villepin dnonait « la confiscation » de l'affaire par l'Elyse.
L'ancien diplomate a beau assurer se rendre « le coeur trs lger » l'audience, il y joue son avenir politique.

le parisien

Read Full Post »

Procs Clearstream: combat de titans partir de lundi au tribunal de Paris

Un ancien Premier ministre sutream, affaire de manipulation hors normes, s'ouvre lundi devant le trir le banc des prvenus face un chef de l'Etat partie civile: le procs Clearstream au tribunal de , qui jugera durant un mois cette rocambolesque saga couronne par un duel politique.
Aux cts de , aujourd'hui isol politiquement, comparatront l'ancien vice-prsident d' Jean-Louis Gergorin, l'ancien trader devenu agrg de mathmatiques Imad Lahoud, l'ex-auditeur Florian Bourges et le journaliste Denis Robert dans ce dossier de dnonciation calomnieuse.

 


Tandis que Bourges et Robert sont poursuivis pour avoir fourni Lahoud des listings comptables de la chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream, Lahoud et Gergorin sont souponns d'avoir falsifi ces fichiers.
On les accuse d'y avoir ajout plusieurs centaines de noms d'industriels et de politiques, dont celui de Nicolas Sarkozy, afin de faire croire la justice qu'ils dtenaient des comptes occultes, ventuellement dpositaires de rtro-commissions lors de la vente de frgates Tawan en 1991.
Selon l'accusation, ce serait Dominique de Villepin qui aurait demand Gergorin d'alerter le juge Renaud van Ruymbeke sur les listings alors qu'il les savait faux, ce qu'il nie.
Pas moins d'une quarantaine de parties civiles rclameront leur condamnation. Avec en tte Nicolas Sarkozy, reprsent par son avocat, mais aussi l'ancien ministre Jean-Pierre Chevnement, le prsident du CSA Dominique Baudis, le ministre de l'Intrieur Brice Hortefeux, le snateur des Hauts-de-Seine Charles Pasqua ou le prsident du FMI Dominique Strauss-Kahn.
Alors que d'autres parties civiles pourraient se dclarer lundi l'audience, comme l'homme d'affaires franco-russe Arcadi Gaydamak, les avocats de M. de Villepin contesteront la prsence de Nicolas Sarkozy, dont la constitution de partie civile rompt selon eux le principe du procs quitable.
Autre singularit: c'est le procureur de la Rpublique lui-mme qui soutiendra l'accusation. Fait rarissime, Jean-Claude Marin s'est exprim sur le dossier dans les mdias trois semaines du procs, dclarant que Dominique de Villepin tait « un des bnficiaires collatraux, mais parfaitement conscient » de la manipulation.
Une posture qui a dclench la colre de l'ancien diplomate, le parquet ayant jug un temps, avant de se raviser, qu'il n'existait pas de charges suffisantes pour le renvoyer en correctionnelle.
Le casting sera tout aussi exceptionnel du ct des tmoins avec notamment le juge van Ruymbeke, l'ancien directeur des RG Yves Bertrand, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l'ancien directeur de la DST Pierre Bousquet de Florian, mais surtout le gnral Philippe Rondot, l'un des premiers avoir dout de la fiabilit des listings. Saisis au cours de l'enqute, ses carnets sont au centre de la procdure.
Enfin, une cinquantaine d'avocats, dont les plus renomms de la place de Paris, devraient ferrailler jusqu' tard le soir dans cette mme salle d'audience o, le 16 octobre 1793, le tribunal rvolutionnaire condamna Marie-Antoinette.
Pour arbitrer ce combat et dmler l'cheveau des manipulations: un magistrat discret aux yeux clairs, le prsident de la 11e chambre correctionnelle, Dominique Pauthe.
Dans sa balance, l'avenir politique de Dominique de Villepin, qui il y a encore quelques jours brocardait « l'acharnement » de Nicolas Sarkozy son encontre.
Pour les faits de dnonciation calomnieuse, Villepin, Gergorin et Lahoud encourent jusqu' 5 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Tous les articles de la rubrique

Read Full Post »

<!––>

SEINE-SAINT-DENIS

Tir de flash-ball Montreuil : un policier mis en examen

Un policier a t mis en examen pour violences volontaires dans l'affaire du tir de flash-ball ayant entran la perte de l'oeil d'un homme de 34 ans le 8 juillet (Seine-Saint-Denis), en rgion parisienne. Le juge (Jean Gervilliers) charg de l' a procd une mise en examen d'un fonctionnaire de police, a indiqu mardi l'AFP une source judiciaire.

 

Cepolicier serait l'auteur du tir et appartient la brigade anticriminalit (BAC). Il a t convoqu la semaine dernire par le juge, qui lui a notifi sa mise en examen, au terme d'un rapport accablant de la police des polices. Mais il reste libre. Le juge lui a interdit de porter une arme mais il n'a pas interdiction de travailler, a prcis cette source. Il est notamment reproch au fonctionnaire de police des violences volontaires ayant entran une infirmit ou une mutilation par dpositaire de l'autorit publique.

Dans la journe du 8 juillet, de violents heurts avaient oppos des membres des forces de l'ordre et des manifestants soutenant les occupants d'une clinique dsaffecte expulss Montreuil. Joachim Gatti, 34 ans, qui participait ce rassemblement, avait perdu un oeil la suite d'un tir de flash-ball.

 

leparisien.fr

Read Full Post »

Le maire de Senlis plac en garde vue

65656910353541150x113.jpg

Jean-Christophe Canter, maire de Senlis (), a t entendu mardi, sous le rgime de la garde vue, par la section de recherches de la gendarmerie d', dans le cadre d'une enqute sur d'ventuelles irrgularits commises lors du financement du dernier march de Nol de la ville.

Le domicile senlisien du maire a t perquisitionn 6 heures du matin et les gendarmes sont galement alls l'htel de ville pour se faire remettre des documents.

 

Le parquet de Senlis se refusait ce soir encore tout commentaire.

L'audition de Jean-Christophe Canter intervient un peu moins de trois semaines aprs que la mairie eut dpos une plainte contre X auprs du parquet de Senlis au sujet d'ventuelles irrgularits commises dans le financement, en 2008, des marchs de Nol et du terroir.

La plainte aurait t dpose pour viter tout amalgame et interprtation malveillante suite l'implication dans ces manifestations d'un homme actuellement incarcr pour escroquerie, et salari de l'entreprise retenue par la ville pour l'organisation des festivits, avait alors indiqu M. Canter au Courrier Picard.

En l'tat actuel des choses, rien ne permet d'affirmer que la ville a subi un prjudice matriel l'occasion de ce march de Nol, affirmait la municipalit.

leparisien.fr

Read Full Post »

Older Posts »