Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2017

Ce jeudi, une camionnette a percuté plusieurs passants dans le centre-ville de Barcelone. La méthode est désormais tristement célèbre.

Une fourgonnette a percuté la foule à Barcelone sur la fameuse Rambla, lieu hautement touristique de la capitale catalane et grande artère de la ville.© Josep LAGO / AFP Une fourgonnette a percuté la foule à Barcelone sur la fameuse Rambla, lieu hautement touristique de la capitale catalane et grande artère de la ville.

La course folle d’une voiture ou d’un camion comme arme de terreur: l’attaque commise ce jeudi en plein centre-ville de Barcelone renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d’attentats imputés ou revendiqués par Daesh à Nice, Berlin ou Londres.

Fête nationale à Nice

Le 14 juillet 2016, jour de fête nationale en France, un Tunisien de 31 ans fonce au volant d’un camion-frigorifique dans la foule qui vient d’assister au feu d’artifice sur la promenade des Anglais, à Nice. 86 personnes sont tuées et 450 blessées dans l’attentat, revendiqué par Daesh.

Marché de Noël de Berlin

Le 19 décembre 2016, un Tunisien fonce à bord d’un camion sur un marché de Noël de la capitale allemande, faisant 12 morts et 48 blessés. Il est tué quelques jours plus tard lors d’un contrôle de police en Italie. L’attaque est revendiquée par Daesh.

Londres, deux fois visée

Le 22 mars 2017, un homme lance sa voiture dans la foule sur le pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben, tuant quatre personnes, puis poignarde à mort un policier avant d’être tué dans la cour du Parlement. L’attentat est revendiqué par Daesh.

Le 3 juin 2017, la capitale britannique est de nouveau frappée. Dans la soirée, trois assaillants renversent des piétons à bord d’une camionnette sur le London Bridge, avant d’attaquer au couteau des passants dans le quartier animé de Borough Market, sur la rive sud de la Tamise. Le bilan de l’attaque s’élève à huit morts et près d’une cinquantaine de blessés. Les agresseurs, abattus par la police, portaient de faux gilets explosifs. Daesh revendique l’attentat 24 heures plus tard.

Voiture bélier en Suède

Le 7 avril 2017, le conducteur d’un camion de livraison lancé à près de 100 km/h sur Drottninggatan, une rue piétonne très fréquentée de Stockholm, fauche une vingtaine de personnes, faisant cinq morts et une quinzaine de blessés avant de finir sa course contre la façade d’un grand magasin.

Un ressortissant ouzbèke arrêté quelques heures après l’attaque revendique devant un juge avoir commis « un acte terroriste ». Selon la police ouzbèke, il avait tenté de rejoindre Daesh en Syrie via la Turquie en 2015.

__________________________________________________________________________________________________

AUSSI SUR MSN : DAILYMOTION

Attentats en Europe : « Vivre avec, c’est savoir s’adapter »

Lecteur vidéo depuis : Dailymotion (Politique de confidentialité)

Read Full Post »

Deux heures du matin dans la vieille ville de Barcelone: effarés, des dizaines de touristes en tenue d’été errent dans l’attente de pouvoir regagner leur hôtels ou locations sur les Ramblas où un attentat a tué au moins 13 personnes et blessé une centaine d’autres.

figarofr

© JAVIER SORIANO/AFP figarofr

À cent mètres de la statue de Christophe Colomb pointant le doigt vers la Méditerranée, un couple d’Écossais de 64 et 66 ans, hiératiques, scrutent l’entrée des Ramblas barrée par un cordon de sécurité. «Nous ne pouvons pas accéder à notre hôtel sur les Ramblas», dit l’homme en simple tee-shirt, debout. «Nous étions assis au balcon quand l’attentat s’est produit, juste en bas: on a tout vu, la camionnette (qui fonçait sur la foule), la panique partout…» «Mais on ne racontera rien», le coupe sa femme, le regard vide. «On a tout dit aux policiers. Ils sont arrivés en deux minutes. Ils étaient très bons».

Quelques heures plus tôt, le coeur de la ville baigné de soleil a été ébranlé par le premier attentat sur le sol espagnol revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI). Sa cible: la foule qui baguenaudait parmi les kiosques à fleurs et à souvenirs, sur l’allée centrale des «Ramblas», l’avenue longue de plus d’un kilomètre qui descend vers la mer.

Depuis la petite rue étroite Hospital, Benjamin, Barcelonais de 45 ans, aperçoit l’endroit où la macabre camionnette a percuté un kiosque. «Là où on voit la police scientifique au travail, avec les blouses blanches, vous voyez: c’est là que la camionnette a foncé contre un kiosque», explique ce mécanicien industriel.

Dans la ville aux 1,6 million d’habitants – où 9 millions de touristes dorment à l’année – plusieurs bateaux de croisières attendaient aussi à quai le retour de leurs passagers.

La tragédie a surpris la cité dans son ordinaire: le FC Barcelone digérait une défaite contre le Real Madrid, le gouvernement catalan persistait à préparer un référendum sur l’indépendance de la région, une grève des agents de sécurité se prolongeait à l’aéroport… Mais aussitôt, la ville qui accueillit les jeux Olympiques de 1992 a serré les rangs, solidaire et empressée.

La grève à l’aéroport a cessé. Des taxis se sont mis à transporter gratuitement ceux qui le nécessitaient. Des volontaires se sont précipités pour donner leur sang, ont rapporté les médias locaux. Des hôtels voisins des Ramblas offrent refuge et couverture aux touristes venus patienter dans leurs halls.

Silence irréel

Dans le centre privé de ses habituelles festivités de la mi-août, annulées, un silence irréel s’est installé. «C’est une ambiance étrangement calme», constate Remy Gredin, étudiant de 23 ans venu de Marseille, finissant de dîner à une des rares terrasses restées ouvertes sur la Rambla del Raval, une artère parallèle à la Rambla principale. «On attend de rentrer dans l’appartement qu’on loue sur les Ramblas, l’attentat s’est passé juste en dessous mais nous étions partis une heure avant visiter le parc Guell», dit-il avec trois autres amis français.

Sous les lampadaires, des balayeurs en gilet fluo côtoient des policiers baraqués en civil. En chemise blanche, deux serveurs évoquent déjà l’après: «C’était une question de temps (qu’il y ait un attentat en Espagne) mais on ne savait pas si ce serait à Madrid ou ici», dit Juan Manuel Ruiz, Barcelonais de 43 ans. «À partir d’aujourd’hui, ça ne sera plus pareil. Et il ne faudra plus qu’il laisse rentrer n’importe qui: Ce n’est pas une question de racisme mais d’ordre. On vous donne à manger, ne venez pas nous tuer!», lance-t-il.

Son collègue Marc de la Iglesia, 29 ans, assure au contraire que «ça n’a aucun sens de s’alarmer». «Il faudrait un message d’unité, aider les gens qui ont souffert et que l’image de Barcelone ne soit pas trop endommagée». «Nous ne laisserons pas une minorité en finir avec notre manière d’être, qui s’est forgée au cours des siècles, nous sommes et nous serons des gens de paix et d’accueil», a déclaré le président séparatiste de la région, Carles Puigdemont.

De téléphone en téléphone, passait le message: «Ne partagez pas d’images de l’attentat de Barcelone, c’est ce qu’ils recherchent».

Read Full Post »

MINUTE PAR MINUTE – Alors que 13 personnes ont été tuées dans un attentat à Barcelone, jeudi 13 août, une nouvelle attaque à la voiture-bélier a fait 7 blessés dans cette station balnéaire du sud-ouest de la capitale catalane. Cinq « terroristes présumés » ont été abattus.

La camionnette qui a foncé sur la foule sur La Rambla, à Barcelone, le 17 août 2017
La camionnette qui a foncé sur la foule sur La Rambla, à Barcelone, le 17 août 2017Crédit : PAU BARRENA / AFP
103029000663527498057 
Eléanor Douet et Julien Absalon

Scène de terreur à Barcelone. Une fourgonnette blanche a percuté la foule sur l’avenue emblématique du centre de la ville catalane, La Rambla, dans l’après-midi de jeudi 17 août. Un bilan provisoire fait état de13 morts et plus de 100 blessés. Les forces de l’ordre ont interpellé deux suspects, mais le conducteur de la camionnette est quant à lui toujours recherché par les autorités. Le groupe jihadiste État islamique a revendiqué l’attaque. Un numéro d’urgence est ouvert pour les ressortissants français : 0034.93.270.30.35. Le Quai d’Orsay a également mis en place une cellule de crise : 01.43.17.51.00.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, six civils et un policier ont été blessés dans une nouvelle attaque à Cambrils, station balnéaire située à 120 kilomètres au sud-ouest de Barcelone, après avoir été percutés par une voiture. Les autorités ont rapidement neutralisé les assaillants, présentés comme des « terroristes présumés ».

Quatre d’entre eux ont été abattus sur le champ et un cinquième a succombé à ses blessures peu de temps après. La police catalane pense que les cinq terroristes présumés tués à Cambrils pourraient être liés à l’attentat de Barcelone, mais aussi à l’explosion jeudi de la maison à Alcanar où des explosifs étaient préparés.

Suivez l’évolution de la situation :

05h36 – Ce vendredi matin, les journaux du monde entier dédient leurs unes à l’attentat qui a coûté à 13 personnes à Barcelone, selon un bilan encore provisoire.

04h53 – Concernant l’attentat de Barcelone, les victimes sont d’au moins 18 nationalités différentes. Les nationalités confirmées dans la nuit, sans indication du nombre de ressortissants concernés ni de leur état, étaient les suivantes : française, allemande, espagnole, néerlandaise, argentine, vénézuélienne, belge, australienne, hongroise, péruvienne, irlandaise, grecque, cubaine, macédonienne, chinoise, italienne, roumaine et algérienne.

04h08 – La police annonce que le cinquième terroriste présumé, blessé dans l’opération de Cambrils, est décédé. 

À lire aussi

Des passants fuyant La Rambla, à Barcelone, le 17 août 2017ATTENTAT À BARCELONE

DIAPORAMA – Attentat à Barcelone : la presse entre effroi et colère

ACTUALITZACIÓ
El 5º terrorista de  ha fallecido
El 5è terrorista de  ha mort
The 5th terrorist in  is now dead

03h45 – Une personne est dans un état critique après l’attaque de Cambrils, annonce la protection civile catalane sur Twitter.

03h40 – Les terroristes présumés ont foncé dans la foule à bord d’une voiture, à Cambrils, avant d’être abattus par la police. Les autorités cherchent toujours à déterminer si cette attaque et l’attentat de Barcelone sont liés.

03h16 – Les autorités informent que six civils et un policier ont été blessés dans l’opération à Cambrils, dont deux gravement. 

 además 4 terroristas muertos + 1 herido:
6 heridos (2 graves) + 1 @mossos leve
Trasladados a Joan XXIII, Santa Tecla, Reus y CAP

03h15 – La police indique que des vérifications sont en cours pour savoir si les terroristes présumés portaient des ceintures explosives sur eux.

03h12 – La police catalane indique travailler sur le fait que les individus abattus à Cambrils pourraient être liés à l’attentat de Barcelone et l’explosion d’Alcanar survenue la veille. Pour information, Cambrils se trouve entre les deux villes.

03h09 – « Quatre terroristes présumés » ont été abattus par la police à Cambrils, au sud-ouest de Barcelone dans la nuit. Un cinquième individu a été blessé. Retrouvez plus d’informations sur cette opération dans notre article ci-dessous.

02h55 – Le cinquième terroriste présumé, blessé, a été arrêté par la police. 

02h51 – Les autorités appellent à suivre les informations des sources officielles et à ne pas divulguer de fausses informations sur les réseaux sociaux.

02h39 – Selon les médias espagnols, les terroristes présumés auraient attaqué et blessé plusieurs personnes à Cambrils, avant d’être abattus par la police.

02h15 – La police a annoncé que « quatre terroristes présumés » avaient été abattus dans la nuit de jeudi à vendredi à Cambrils, à 120 km au sud-ouest de Barcelone. « Quatre terroristes présumés abattus à Cambrils et un cinquième blessé », a annoncé la police, sans préciser s’ils étaient liés ou non à l’attentat à la camionnette bélier dans la deuxième ville d’Espagne.

02h06 – La police indique avoir abattu « plusieurs terroristes », à Cambrils, au sud de Barcelone.

01h52 – La police catalane annonce avoir abattu trois « suspects » à Cambrils et cherche à savoir s’il s’agit d’un attentat.

01h50 – Les victimes de l’attentat de Barcelone sont au moins de 18 nationalités différentes, ont indiqué les services de la protection civile, vers 1 heure du matin.

01h36 – La sécurité civile de Catalogne indique sur Twitter que l’opération à Cambrils est en cours pour une éventuelle attaque terroriste. 

Police operation in  for possible terrorist attack. If you are now in  avoid going out. Stay home, stay safe

01h17 – La sécurité civile de Catalogne indique aux habitants de Cambrils, situé à une centaine de kilomètres de Barcelone, qu’une opération de police est en cours et appelle la population à rester chez elle. Toutefois, le tweet des autorités ne fait, pour le moment, mention d’aucun lien avec l’attentat de Barcelone.

URGENTE
Por operativo policial en  evite la calle, enciérrese en casa!

00h12 – Une partie de la Rambla a été rouverte. Les touristes sont accompagnés par la police locale jusqu’à leurs hôtels situés dans la zone où l’attentat a eu lieu. Mais des centaines de touristes doivent toujours patienter pour regagner leurs hôtels.

Des centaines de touristes pacientent avant de pouvoir rentrer à leur hotel. Centre ville bouclé

23h20 – À cette heure-ci, selon les dernières déclarations de la police, voici ce que l’on sait de l’attaque :

Le bilan provisoire est de 13 morts et plus de 100 blessés.
Deux hommes ont été interpellés. L’un est Espagnol, l’autre est Marocain.
Le conducteur de la fourgonnette, dont on ne sait pas s’il est armé, n’est pas l’un des deux hommes arrêtés.
Une explosion, survenue la veille dans une maison à Alcanar (nord-est), est liée à l’attaque. Elle a fait un mort et sept blessés.

23h12 – Les deux suspects arrêtés sont bien en lien avec l’attentat, mais le conducteur de la fourgonnette n’a pas été interpellé, annoncent les autorités.

The two detainees are related to the attack in , but they are not the driver of the van 

23h03 – La Tour Eiffel s’éteindra à 00h45 pour rendre hommage aux victimes de l’attentat.

Ce soir, je m’éteindrai dès 00h45 pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Barcelone. 

22h50 – Le bilan s’alourdit une nouvelle fois : les autorités évoquent toujours 13 morts mais affirment désormais qu’il y a plus de 100 blessés.

22h43 – Une minute de silence sera observée avant le début des matches de la première journée du championnat d’Espagne, vendredi, en hommage aux victimes de l’attentat.

22h35 – La solidarité s’organise à Barcelone. Hôtels, taxis, et commerçants proposent d’accueillir les réfugiés de l’attaque de La Rambla, tout comme les utilisateurs des réseaux sociaux. Plus d’informations à découvrir dans notre article.

22h30 – Selon El Pais, le suspect qui a été identifié s’est rendu de lui même dans un commissariat. Il nierait avoir participé à l’attentat et affirmerait qu’on lui a volé ses papiers d’identité. Des soupçons se porteraient désormais sur le petit frère de l’individu.

22h00 – Une femme de nationalité belge a été tuée dans l’attaque terroriste, a annoncé dans la soirée le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

21h38 – Les autorités expliquent enquêter sur un incident survenu à 19h24, impliquant un conducteur ayant mis à terre deux membres des forces de l’ordre à Barcelone. « Leur vie n’est pas en danger », a déclaré à l’AFP une porte-parole de la police régional, ajoutant que des agents avaient tiré en direction du véhicule. Ce dernier a été localisé à l’ouest de la ville et un dispositif de déminage activé. On ne sait pas si le conducteur se trouvait dans le véhicule, ni s’il contenait des explosifs. Il n’est pas non plus établi si cet individu n’est autre que la deuxième personne arrêtée.

21h25 – Le groupe jihadiste État islamique revendique l’attentat à Barcelone, par le biais de son agence de propagande Amaq. Daesh indique qu’il s’agit d’une attaque perpétrée par ses « soldats ».

 l’ revendique l’attaque de  « les exécutants de l’attaque sont des soldats de l’« 

21h20 – Une deuxième interpellation a été effectuée par les forces de l’ordre.

21h15 – Un suspect a été identifié. Il s’agit du premier homme arrêté vers 20h.

21h13 – Au micro de RTL, l’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic analyse la situation et les possibles liens terroristes de cette attaque : « À Barcelone, il y a un milieu de cellules, marocaines généralement, qui se sont fait remarquer par le passé. Ils ont des liens avec les cellules marocaines de Belgique depuis de nombreuses années ».

20h58 – Le Quai d’Orsay a ouvert une cellule de crise en France au numéro suivant : 01.43.17.51.00.

20h42 – Les hôpitaux espagnols ont lancé un appel aux dons du sang afin de « pallier de possibles pénuries ». Plus d’informations à consulter dans notre article, en cliquant sur ce lien.

20h23 – Un nouveau bilan a été officialisé par les autorités : 13 morts et plus de 50 blessés.

La meva més rotunda condemna a l’atemptat terrorista de Barcelona. Podem confirmar 13 morts i més de 50 ferits. @mossos @solercampins

20h20 – Les autorités ont précisé quelques minutes auparavant qu’elles ne disposaient d’aucun élément concernant le « mobile » de l’attaque. La police rappelle néanmoins que les faits sont traités comme une « attaque terroriste ».

20h11 – Un homme a été arrêté, annonce la police régionale. « Personne n’est retranché dans un bar du centre de Barcelone », précisent les autorités catalanes sur Twitter.

20h05 – C’est au tour de Donald Trump de « condamner » cette attaque. « Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour aider. Soyez forts, nous vous aimons ! », a-t-il écrit.

19h55 – Emmanuel Macron a réagi à l’attentat, par le biais de son compte Twitter. « Toutes mes pensées et la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à #Barcelone. Nous restons unis et déterminés », a déclaré le président de la République.

Toutes mes pensées et la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à . Nous restons unis et déterminés.

19h52 – La deuxième fourgonnette blanche qui était recherchée a été localisée et neutralisée dans la province de Barcelone, à Vic. Selon l’agence de presse espagnole Efe, ce véhicule pourrait avoir un lien avec l’attaque terroriste.

19h50 – Le dispositif de sécurité demeure important autour de La Rambla.

19h44 – Anne Hidalgo, la maire de Paris, a tweeté un message de soutien aux Barcelonais : « #Barcelone et #Paris sont des villes de partage, d’amour et de tolérance. Ces valeurs sont plus fortes que ce terrorisme odieux et lâche ». Christian Estrosi, édile de Nice, a partagé son « effroi » et son « soutien aux victimes de cette attaque ignoble ».

19h42 – La police espagnole a ouvert un numéro d’information : +34.93.21.42.124.

19h38 – Voici une carte montrant le parcours macabre de la fourgonnette sur l’avenue. Elle aurait effectué des zigzags à vive allure, afin de heurter un maximum de personnes sur un peu moins de 600 mètres.

Le trajet de la fourgonnette sur la Rambla de Barcelone
Le trajet de la fourgonnette sur la Rambla de BarceloneCrédit : RTLnet

19h35 – Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a assuré que les Etats-Unis étaient « prêts à assister » les autorités espagnoles. « Les terroristes à travers le monde doivent savoir que les États-Unis et leurs alliés sont déterminés à les trouver et les traduire en justice », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

19h18 – La police présente un nouveau bilan officiel : un mort et trente-deux blessés dont dix sont dans un état grave. Ce bilan pourrait s’aggraver, a fait savoir le responsable de l’Intérieur du gouvernement catalan, Joaquim Forn.

19h06 – Qu’est-ce que La Rambla, où l’attaque est survenue ? Cette grande artère touristique est constituée de cinq boulevards en enfilade. Pour en savoir plus sur ce lieu, découvrez notre éclairage en cliquant ici.

19h04 – Un chauffeur de taxi a témoigné, au micro de la télévision catalane TV3, de la violence de l’attentat. « J’ai vu plusieurs personnes voler », a décrit cet homme, assurant que la fourgonnette roulait à haute vitesse sur la zone piétonne.

19h01 – Le Safety Check a été déclenché sur Facebook. Ce dispositif permet aux utilisateurs présents à Barcelone d’indiquer à leurs amis qu’ils sont en sécurité.

18h52 – Un passeport espagnol a été retrouvé à l’intérieur de la fourgonnette, rapporte El Pais.

18h48 – Retrouvez le témoignage sur RTL d’un ressortissant français qui se trouvait sur La Rambla au moment de l’attaque. Il évoque notamment le mouvement de panique survenu sur cette avenue touristique.

18h43 – Une deuxième fourgonnette blanche, de marque Fiat, serait recherchée par les services de police, d’après El Pais. Elle pourrait être impliquée dans l’attaque.

18h35 – Un suspect s’est retranché dans un restaurant situé à proximité des lieux de l’attaque, confirme une source policière auprès de l’AFP.

18h29 – Le consulat français en Espagne a ouvert une ligne d’urgence : +34.93.270.30.35.

18h19 – L’attaque a fait « des blessés et des morts », annoncent les autorités sur les réseaux sociaux. Une source de l’administration régionale confirme auprès de l’AFP que le drame a coûté la vie à deux personnes.

18:15 Hi ha víctimes mortals i ferits arran de l’atropellament. NO hi ha hagut cap tiroteig a El Corte Inglés. Seguiu fonts oficials

18h17 – « Priorité : aider les blessés à Las Ramblas et faciliter le travail des forces de sécurité », a tweeté le président du gouvernement d’Espagne Mariano Rajoy.

18h12 – La présence de deux hommes armés retranchés dans un restaurant est désormais avancée par plusieurs médias. Le bar en question serait le Luna de Istanbul.

18h09 – Le déroulement des faits se précise : la voiture semble être montée sur la zone piétonne de l’avenue pour faucher les passants sur une distance d’environ 600 mètres.

18h03 – La télévision TV3 évoque la présence de deux hommes armés dans un restaurant, mais cela n’est pas confirmé par les autorités. El Pais affirme que la police recherche un homme mesurant 1,70 mètres, portant une chemise blanche et bleue.

17h57 – Un bilan provisoire de 20 blessés est évoqué par plusieurs médias, dont La Vanguardia et El Pais. Pour l’heure, la police indique simplement qu’il y a « plusieurs blessés ».

17h56 – « Merci d’utiliser les réseaux sociaux pour informer votre entourage et libérer les lignes téléphoniques. », ont tweeté les services d’urgence catalans.

  Merci d’utiliser les réseaux sociaux pour informer votre entourage et libérer les lignes téléphoniques.

17h46 – L’auteur des faits aurait pris la fuite en abandonnant la fourgonnette, à en croire des sources policières citées par El Pais.

17h45 – Il s’agit d’une « attaque terroriste », selon une déclaration de la police.

17h41 – Les services d’urgence de la Catalogne diffusent des messages de prévention sur les réseaux sociaux.

⚠⚠⚠⚠⚠⚠IMPORTANT: Évitez sortie dans la rue à Plaza Catalunya de Barcelone

17h32 – La zone a été fermée par un cordon de sécurité et cinq ambulances et une vingtaine de police se trouvaient sur place, a constaté le correspondant de l’AFP.

17h18 – La police espagnole annonce qu’une camionnette a percuté la foule sur La Rambla, l’avenue la plus fréquentée de Barcelone. Plusieurs personnes ont été blessées, annonce la police catalane. Les faits semblent s’être produits peu après 17 heures.

There has just been a massive trampling on the Ramblas in Barcelona by a person with a van. There are injured

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Steve Bannon, le conseiller stratégique de Donald Trump, est depuis quelques semaines dans une position particulièrement délicate en raison de ses liens avec l’extrême droite américaine et ses prises de position.

Steve Bannon, le très controversé conseiller stratégique de Donald Trump, a fait de nouveau parler de lui, en livrant sa vision du monde au site American Prospect, clairement marqué à gauche.

© REUTERS/Joshua Roberts Steve Bannon, le très controversé conseiller stratégique de Donald Trump, a fait de nouveau parler de lui, en livrant sa vision du monde au site American Prospect, clairement marqué…Les suprémacistes blancs sont des « clowns » et « des losers (…) à la marge » auxquels « les médias donnent trop d’importance ». Voici comment Steve Bannon a qualifié les auteurs des violences racistes de Charlottesville, au cours de l’entretien téléphonique accordé au rédacteur en chef d’American Prospect.

Des propos inattendus de la part de l’ancien patron de Breitbart News. Un site d’information que Steve Bannon a utilisé pendant la campagne présidentielle de 2016 pour rallier les suffrages de ces groupes d’extrême droite.

Par ailleurs, sur la Corée du Nord, Steve Bannon affiche son désaccord avec le président américain. Le conseiller stratégique estime, lui, qu’« il n’y pas de solution militaire » possible, car une guerre ferait peser un trop grand danger sur la population sud-coréenne.

Contrairement à l’administration Trump, Bannon ne croit pas non plus à une solution du conflit négociée par l’intermédiaire des Chinois. Pour lui, il n’y a donc aucune raison de ménager Pékin, comme le font le Pentagone et le Département d’Etat.

Considérant que la Chine et les Etats-Unis « sont en guerre économique », il prône des sanctions commerciales fortes.

Read Full Post »

L’écrivain a été arrêté pour un quadruple meurtre commis en 1995. Dans un roman publié en 2010, il évoquait l’histoire d’un auteur jamais inquiété pour ses crimes.

Un auteur de roman policiers chinois a été arrêté le 11 août pour un quadruple meurtre commis en 1995
© afp.com/Loic Venance Un auteur de roman policiers chinois a été arrêté le 11 août pour un quadruple meurtre commis en 1995L’histoire est digne d’un mauvais polar. Un auteur de roman policiers chinois a été arrêté le 11 août pour un quadruple meurtre commis en 1995, rapporte The Guardian. Selon le site d’information chinois Sixthone, Liu Yongbiao a avoué les crimes. « Je vous attendais ici depuis tout ce temps », aurait-il glissé à la police. Il leur a remis une longue lettre adressée à sa femme, à qui il n’avait jamais parlé de ses crimes. Il y avoue les meurtres et se dit libéré du « tourment mental qu’il endure depuis si longtemps ».

Un détail sème le trouble dans cette affaire. Dans la préface de son roman Le secret coupable, publié en 2010, Liu Yongbiao dévoilait son futur projet littéraire, qui tournait autour des crimes jamais découverts d’une auteure. « Je veux écrire un roman au sujet d’une belle écrivaine qui a tué de nombreuses personnes, mais dont les meurtres n’ont jamais été résolus », écrivait-il.

Un enfant de 13 ans tué

L’auteur est accusé d’un quadruple meurtre commis le 29 novembre 1995. Ce jour-là, deux hommes s’introduisent dans une maison d’hôtes de Huzhou, afin de commettre un cambriolage. La tentative d’effraction tourne au carnage. Le propriétaire tente s’interposer, avant d’être battu à mort. Les deux cambrioleurs sont suspectés d’avoir ensuite tué un couple et leur petit-fils de 13 ans pour supprimer tous les témoins de la scène.

L’enquête sur ces crimes a longtemps pataugé. Interrogé par le site d’information chinois The Paper, un officier chargé de l’affaire confie que les enquêteurs ne parvenaient pas à établir un lien entre les victimes et leurs agresseurs. Le site précise que les progrès en matière d’ADN ont permis de confondre les suspects. 60 000 empreintes digitales auraient été analysées dans cette affaire.

Read Full Post »

Older Posts »