Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2013

Publicités

Read Full Post »

Conseil Municipal de Puteaux le 26 septembre

September 26, 2013 by MSM

Au cours de ce Conseil Municipal, je suis intervenue sur les prestations sociales  en faveur des agents municipaux de façon que leurs primes soient revues à la hausse par une adhésion au CNAS. En effet, la question 27 portait sur l’institution de primes liées à des évènements familiaux.

Voici mon intervention :

Madame le Maire,

L’adoption de primes liées à des évènements familiaux qui nous est soumise ce soir, appelle quelques précisions et une comparaison avec un dispositif existant plus performant.

Il n’est pas inutile de rappeler que ce type de primes est proposé par le CNAS (Comité National d’Action Sociale pour le personnel des collectivités), dont l’adhésion annuelle permet à chaque agent municipal de bénéficier d’une série d’aides complémentaires et plus importantes que celles mises au vote ce soir.

La ville de Sceaux dont le Maire est représentant du CNAS pour les Hauts de Seine, la ville de Garches ou encore Montrouge y sont adhérentes comme 19 000 autres collectivités et 600 000 agents bénéficiaires.

Regardons-y en détails pour comparer concrètement ce qu’y gagneraient nos agents, cela va parfois du simple au double.

La prime relative aux naissances est de 200 Euros pour ce qui nous est proposé ce soir et limitée à un récipiendaire par foyer, elle est de 220 Euros pour les adhérents du CNAS et versée à chaque agent concerné. Pour un couple d’agents à la Mairie, cela représenterait donc 440 Euros par naissance au lieu de 200.

Concernant la  prime liée aux obsèques :  Dans le règlement qui est soumis à notre adoption, figurent bien les enfants à charge et le conjoint ou concubin, pour une aide à hauteur de 500 euros.

La notion d’ascendant n’apparait pas. Or la perte des parents est statistiquement plus fréquente, et donc impactante sur le niveau de vie des agents qui en assument les frais d’obsèques.

Le CNAS inclut la notion d’ascendant et fixe la prime à 610 Euros par décès (au lieu de 500 proposé ce soir).

Enfin, le CNAS répond à tout un tas d’autres besoins (aide au déménagement, rachat de dettes pour pallier le surendettement des agents, aide à l’ achat de matériel médical…)

La DRH de la ville de Puteaux, Madame BADEL, a rencontré un représentant du CNAS en janvier dernier.

Je souhaiterais savoir et comprendre pourquoi elle n’a pas retenu, à cette époque, l’adhésion à ce comité d’action sociale, qui permet une plus grande protection et  un renforcement du pouvoir d’achat des agents?

L’adhésion représente un coût de 0, 86% de la masse salariale. Des villes moins aisées que la nôtre y ont adhéré.

Une rapide simulation nous donne l’ investissement nécessaire en fonction du nombre de salariés :

Pour 2000 agents : 387 700 Euros

Pour 1694 agents (référence compte administratif 2012) : 326 942 Euros

Pour 1800 agents : 347 400 Euros

Par ailleurs, pouvez-vous nous préciser quelle est la politique de la ville pour prévenir le surendettement des agents?

Merci, Madame le Maire pour vos éclaircissements sur ces points.

Read Full Post »

Quelles places pour les handicapés à Puteaux ? (EELV)

sans-titre

Publié sur le site Europe Ecologie les Verts de Puteaux :

Ce jour, Le Parisien imprimait deux pages sur les incivilités et les infractions en constante augmentation privant nos concitoyens handicapés de places de stationnements, pourtant formellement réservées à leur usage ! « Cartes Handicapés » falsifiées; places de stationnement occupées en infraction (mais contrevenants si peu souvent verbalisés); mairie très en retard sur l’accès et la place faites aux handicapés…

A Puteaux, heureusement, nous avons des moyens financiers conséquents. De ce fait, et du fait de l’apparente préoccupation de la Maire pour ses concitoyens handicapés, Puteaux a fait installer des bornes électroniques devant chaque place réservée. Ces bornes, couteuses, imposantes et inratables clignotent d’un cercle rouge barré et affichent un message avertissant de l’amende encourue par les contrevenants (135 euros) indélicats qui n’auraient jamais vu, vécu ou même lu quelle pénibilité, quelle difficulté, quelle injustice vivent nos concitoyens handicapés pour qui la quasi majorité des infrastructures n’ont pas été pensées. Seule une carte idoine peut débloquer la borne qui, alors, affiche un cercle et un message vert, autorisant l’automobiliste à stationner là.

Problème : Comme pour beaucoup d’initiatives de la majorité, elles sont rarement suivies des faits. Car, dans les faits, neuf fois sur dix, des voitures stationnent sur ces emplacements sans en avoir le droit ! Cercle rouge ou pas; message promettant une sévère amende, ou pas.

Pire encore, une de ces places, située à vingt mètres de la Police municipale, à trente mètres du commissariat de Puteaux et à cinquante mètres de la mairie est constamment occupée illégalement et la borne clignotant en rouge et alertant pourtant tout passant la croisant à plusieurs mètres de distance n’alerte ni n’inquiète ni les agents municipaux, ni les agents de la police nationale de ces infractions !

Ces agents ne veulent ou ne peuvent-ils pas faire appliquer ce qui semble la moindre des mesures à l’égard de nos concitoyens qui, dans des logements sociaux non adaptés,  éprouvent déjà tout le mal du monde à vivre à peu près correctement ?

Pour eux, pour nous, pour que cette mairie applique enfin ses bonnes intentions jusqu’au bout, le groupe EELV de Puteaux demande à ce que les sanctions contre ces centaines de cartes handicapés  falsifiées et reconnaissables au premier coup d’œil pour la plupart soient exemplaires et immédiates ! Sinon, que les mots « solidaire » et  » égalité » soient retirés de toute communication de la majorité municipale.

————–

Une élue au cœur de la tourmente. La situation de Florence Lamblin, adjointe EELV au maire du XIIIe arrondissement, soupçonnée d’être liée à un vaste réseau de blanchiment d’argent provenant d’un trafic de drogue, plonge sa mairie, comme son parti, dans l’embarras.

 

De son côté, l’avocat de l’élue parisienne n’a «aucune implication dans cette affaire» qui, la concernant, révèlerait une simple fraude fiscale.

 

En l’espèce  la fraude est  un délit  et le  blanchiment  d’argent lier  à la  drogue c’est de   la réclusion criminel puni par le code pénal.

 

Et cela s’ajoute la  vente  d’objets érotiques voir  porno elle  vendais des sexe toys écolos ( en toile de jute)  oups et  oups

 

Et cela  ne nous étonne  pas,  à  Puteaux la section   des verts se vend à   Mr GREBET  ET Mme  CANCELLONI .Nous faisons  un petit retour en arrière. Mr Grébert  et Mme  Cancelloni  ont  pris  le  MODEM DE Puteaux  avec violence et  force  à coup de  procès et de  dénonciation  calomnieuses envers  l’ancienne  présidente et ces 2 vices présidents  .Mr GREBERT  a été  sanctionner   pour détournement  à  son  profit  personnelle  le fichier des adhérents de la section  MODEM de Puteaux .

 

Mr Bayrou via le département  a mis   LA SECTION SOUS TUTTELLE.

 

COMMENT ALORS  Mr GREBERT  PEUX CE  VANTE   D’AVOIR  L’Adhésion de  FRANCOIS  BAYROU EN PERSONNE  ET  DU  DEPARTEMENT cela reste  un MISTERE.

 

COMMENT  EXPLIQUER  QUE  Mme  Plic (alias CANCELLONI PEUX TELLE JOUET  UN DOUBLE  JEUX ET 

 

TELEPHONER PAR  VIA  SES  COLISTIERES  SUCESSIFS  pomerde et chatibien  alias Chavrier   et  Berlemont

 

Pour  faire  pression sur  M.S.N   alors  qu’elles déballent leurs   linges sales sur  les réseaux   sociaux sur  Charles Ceccaldi  -Raynaud , cela  cache peux être un secret  inavouable elles  ce  confesseront  devant les  putéoliens. Je rappelle à ces « chaudasses » de laisser tranquille Mr Charles Ceccaldi-Raynaud qui se préoccupe de ces petits enfants, plutôt que de la politique. Retour   au vert    noirci   par  les fraudes  de  leur élue  et  le  blanchiment  d’argent, à croire qu’ils aiment ça, puisqu’ils récidivent avec Grébert et Cancelloni.

 

 

CITATION

L’honnêteté est souvent une question d’ameublement. Il est plus difficile à une femme d’être vertueuse avec un divan qu’avec des fauteuils.

 

 

 

 A médité pour Cancelloni la tireuse de bonne aventure /POMME  Défraichie  par  le  temps qui passe et chômeuse de longue durée/ Chavrier par le temps présent / et notre vendeuse municipal de chocolat sdf  qui n’habite  plus  Puteaux  BERLEMONT.

Qu’elle grande  générosité et cœur de Mr Grébert pour cette femme .Pour  notre  part  je  l’aurais  laissé se  morfondre dans les baffons de Bamako.  

Read Full Post »

Clermont-Ferrand : Fiona enterrée nue en présence de sa petite soeur

Le Point.fr –

L’avocat de Cécile Bourgeon a réagi à la mise en examen de sa cliente : la mère de Fiona « n’a pas tué » et « le cauchemar s’est arrêté pour elle ».

La petite Fiona, disparue le 12 mai dernier, et sa mère, Cécile Bourgeon, ici le 16 mai.
La petite Fiona, disparue le 12 mai dernier, et sa mère, Cécile Bourgeon, ici le 16 mai. ©       THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Après la conférence de presse du procureur de Clermont-Ferrand, Me Portejoie, l’avocat de Cécile Bourgeon, a réagi à l’annonce de la mise en examen de sa cliente pour recel de cadavre, non-assistance à personne en danger, dénonciation de crime imaginaire et destruction de preuves entravant le travail de la justice, des chefs d’inculpation pour lesquels elle encourt une peine de 5 ans de prison au maximum. « Elle n’a pas tué personnellement, rappelle Me Portejoie au Point.fr. Le cauchemar s’arrête pour elle. Il fallait qu’elle brise le silence. Dans sa souffrance, il lui faut saisir maintenant l’occasion de se reconstruire. » Cécile Bourgeon doit être présentée à un juge vers 20 h 30.

La mère de Fiona, disparue en mai dernier, a en effet craqué en révélant mercredi, lors de sa garde à vue, que sa fille était décédée après avoir été frappée par son beau-père, Berkane Maklouf, un toxicomane marginal. Les parents de la petite fille auraient ensuite enterré son corps près du lac d’Aydat, une commune proche de leur ancien domicile du Puy-de-Dôme, mais les enquêteurs n’avaient toujours pas retrouvé son corps, jeudi soir, après une demi-journée de fouilles.

Le beau-père de Fiona et sa mère Cécile Bourgeon sont arrivés vers 18 h 15 au palais de justice de Clermont-Ferrand, sous les huées de la foule. Le procureur de la République de Clermont-Ferrand Pierre Sennès, qui s’est exprimé vers 18 h 30, a jugé probable que le juge d’instruction procède à la mise en examen de Cécile Bourgeon et de Berkane Maklouf, même si le corps de la petite fille n’avait toujours pas été retrouvé. C’est ce qui s’est produit. Le juge d’instruction a suivi les réquisitions du procureur pour le couple.

Il a ainsi retenu les quatre chefs d’inculpation pour Cécile Bourgeon. Berkane Maklouf, son compagnon, a été mis en examen pour « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », sur mineure de moins de quinze ans et par personne ayant autorité, un crime puni de 30 ans de réclusion. Le jeune homme, déjà condamné pour violences et usage de stupéfiants, a également été mis en examen pour « non assistance à personne en danger » et « recel de cadavre », pour avoir enterré l’enfant dans une forêt, avec la mère de Fiona, après avoir masqué son décès. Il est désormais prêt à participer aux fouilles pour retrouver le corps de la petite fille, qui reprendront vendredi après s’être avérées infructueuses jeudi, a indiqué son avocat. Les deux individus ont été placés en détention provisoire.

Pierre Sennès, le procureur, a rappelé les versions de chacun des deux protagonistes. La jeune femme, qui vient d’accoucher de son troisième enfant, accuse son compagnon d’avoir frappé mortellement la fillette lors d’une soirée arrosée entre amis. Berkane Maklouf, lui, « nie farouchement » ces accusations. Il a reconnu un accident domestique et a admis que le couple avait monté un scénario. Selon lui, l’enfant s’est étouffée dans son vomi. En trouvant la petite fille au matin, sa mère aurait souhaité appeler les secours, mais ils auraient paniqué, puis échafaudé un scénario.

Le couple a alors mis le corps dénudé de la petite fille dans un sac, puis dans le coffre de sa voiture. Cécile Bourgeon a ensuite pris le volant, Berkane était passager et la petite soeur de Fiona, Éva, est montée à l’arrière de la voiture. Ils sont ensuite allés dans une zone forestière, où Berkane a creusé un trou pour y déposer le corps nu de la petite fille. Cécile a jeté le sac qui contenait la dépouille de l’enfant au retour par la fenêtre de la voiture.

Milieux toxicomanes

Comment en est-on arrivé à ces chefs d’inculpation ? Dès la déclaration de la disparition, le 12 mai dernier, dans le parc Montjuzet de Clermont-Ferrand, les enquêteurs ont privilégié deux pistes : celle de l’enlèvement (une information judiciaire pour « enlèvement et séquestration » a immédiatement été ouverte) et la piste familiale. L’ensemble de la famille a donc été mis sous écoutes téléphoniques. Cette piste a prospéré au fil des semaines, le travail d’enquête ayant mis à jour un certain nombre de détails d’emploi du temps qui contredisaient la version de Cécile Bourgeon.

D’autre part, l’enquête a confirmé que Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf avaient des contacts quotidiens dans les milieux toxicomanes, où il leur arrivait de se rendre pour acheter ou consommer de la drogue accompagnés des deux petites filles (Fiona et sa petite soeur Éva, NDLR). Enfin, fin août-début septembre, les enquêteurs ont découvert que Cécile Bourgeon avait visionné un message sur Internet relayant un appel à témoins sur une disparition d’enfant dans un parc.

Mardi, les enquêteurs ont perquisitionné l’appartement du couple dans un quartier populaire du nord de Perpignan, où il s’était installé récemment. Une perquisition a également eu lieu à l’ancien domicile de Cécile Bourgeon à Clermont. Dans cette affaire, en plus du couple Bourgeon-Berkane, trois personnes – qui étaient présentes lors du repas précédant la mort de Fiona – ont été placées en garde à vue et entendues par les enquêteurs.

REGARDEZ une photo de Berkane Maklouf, le beau-père de Fiona, qui aurait provoqué sa mort © Geneviève Colonna d’Istria :

 

 

Read Full Post »

Les enquêteurs cherchent le corps de la petite Fiona
AFP         
Photo fournie le 13 mai 2013 par la police de la petite Fiona
Photo fournie le 13 mai 2013 par la police de la petite Fiona (Photo -. AFP)

La mère et le beau père de l’enfant ont tous deux avoué qu’elle était morte, alors qu’on la pensait disparue depuis mai. Les circonstances de son décès restent confuses.

Les recherches du corps de Fiona ont commencé jeudi près du lac d’Aydat (Puy-de-Dôme), après que la mère et le beau-père de cette fillette de cinq ans eurent avoué qu’elle était morte, chacun donnant sa version sur les circonstances du décès. Des barrages filtrants ont été installés aux abords de ce lac situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Clermont-Ferrand, l’accès à un camping voisin, au bord d’une forêt, étant aussi bloqué.

Trois chiens de la gendarmerie spécialisés dans la recherche de restes humains ont été engagés aux côtés de 40 gendarmes. Lors de ses aveux, la mère de Fiona, Cécile Bourgeon, 25 ans, avait évoqué «la lisière d’une forêt», selon une source judiciaire.

Elle et son compagnon Berkane Maklouf ont craqué sous les questions pressantes des policiers à Perpignan, où ils étaient en garde à vue depuis mardi soir. Ils ont quitté les lieux jeudi matin pour être déférés à Clermont-Ferrand. Le procureur de la République Pierre Sennès devrait s’exprimer en fin d’après-midi.

Après quatre mois de mensonges, le couple a avoué que Fiona ne s’était pas volatilisée mystérieusement le 12 mai dans un parc de Clermont alors que sa mère, enceinte, s’était assoupie sur un banc – comme ils l’affirmaient jusqu’à présent – mais qu’elle était morte et enterrée. Seule certitude dans cette affaire où les deux suspects divergent sur les circonstances du décès, entre coups mortels et accident domestique.

Les circonstances de sa mort encore floues

D’après une source proche de l’enquête, Cécile Bourgeon, dont le désarroi avait ému l’opinion et qui reprochait encore récemment aux policiers de ne pas travailler assez vite, accuse son compagnon d’avoir frappé mortellement la fillette lors d’une soirée arrosée entre amis, la veille ou l’avant-veille du 12 mai.

Berkane Maklouf, lui, après avoir protesté de son innocence avec véhémence en début de garde à vue, reconnaît que Fiona a reçu des coups dans les jours précédant son décès mais «nie farouchement» en être l’auteur, selon son avocat.

Le beau-père, père du troisième enfant de Cécile Bourgeon né cet été, conteste aussi le scénario d’une soirée trop arrosée. «Il a reconnu un accident domestique et il a reconnu que le couple av ait monté un scénario. Selon lui, l’enfant s’est étouffée dans son vomi. Ils l’ont trouvée le matin dans cet état et ont paniqué», après une soirée tranquille, a dit Me Xavier Capelet.

La petite avait l’habitude de se faire vomir, pour imiter les nausées de sa mère enceinte ou en se plaignant de maux de ventre, a expliqué le mis en cause aux policiers. Le soir du drame, il l’aurait réprimandée, lui aurait interdit de se faire vomir, et lui aurait donné une fessée en lui interdisant d’aller aux toilettes alors que Cécile Bourgeon était couchée.

Contrairement à elle, Berkane Maklouf ne charge pas sa compagne, sinon pour dire qu’ils n’étaient pas d’accord sur la conduite à tenir devant le cadavre : lui recommandait d’alerter les policiers, elle de ne pas le faire, selon Me Capelet.

«Enfermés dans leur mensonge»

Ils «se sont enfermés dans leur mensonge», ils ont «fini par y croire eux-mêmes», «complètement dépassés par l’impact médiatique de cette affaire», a poursuivi l’avocat, reconnaissant à demi-mots que le couple avait consulté internet sur les disparitions d’enfants. Trois autres personnes, soupçonnées d’avoir été présentes lors de la soirée fatale, ont été placées en garde à vue à Clermont.

Mardi, les enquêteurs ont perquisitionné l’appartement du couple dans un quartier populaire du nord de Perpignan, où il s’était installé dernièrement. La voiture du couple a été saisie. Une perquisition a également eu lieu à l’ancien domicile de Cécile Bourgeon à Clermont.

Des jeunes de leur quartier à Perpignan ont décrit Berkane Maklouf comme un «toxicomane notoire» en recherche d’héroïne dès son arrivée. «Les enquêteurs n’ont pas mis la mère en garde à vue rapidement car elle était enceinte, mais ils auraient bien aimé. Elle a accouché en août, ils ont attendu un mois pour la mettre en garde à vue», selon une source proche de l’enquête.

Dans un premier temps, alors que la parole de la mère semblait crédible, l’enquête s’était concentrée sur son entourage, notamment un Algérien de 34 ans à l’encontre duquel elle avait porté plainte un an plus tôt pour «viol et séquestration».

Depuis quatre mois, les enquêteurs ont aussi épluché les centaines d’appels reçus sur le Numéro Vert national (0800 958 081) mis en place au lendemain de la disparition, qui signalaient Fiona aux quatre coins du pays. «J’espère revoir ma fille en entier», disait mercredi à Clermont-Ferrand le père de Fiona et de sa sœur Eva, Nicolas Chafoulais, alors que les aveux de son ancienne compagne n’étaient pas encore connus

 

La Gazette de Puteaux:

Ou était l’Aide sociale à l’Enfance ? Une fois de plus ils étaient tranquillement installés dans leurs bureaux, à chercher des enfants « saints » en enlever à leurs parents. J’espère vraiment que le papa de Fiona, pourra récupérer sa sœur, car elle ne doit pas restée seule. Sa place est auprès de son papa et pas ailleurs. C’est vraiment inadmissible de faire une telle chose à son enfant. La mère savait très bien ce qui se passait, elle aurait prendre ces enfants et partir pendant qu’il en était encore temps, au lieu de cela elle est restée et n’a rien fait, pour empêcher un tel drame, elle se rend donc complice des faits de son compagnon, et par là même occasion il y a eu « non-assistance à personne en danger, sur mineur de moins de 15 ans. » J’espère que la mère et le beau –père seront condamné à de la prison ferme et pas  de la prison avec sursis. Ils ont vraiment de la chance que la peine de mort a été abolie en France , car ce qu’ils ont fait mérite la peine de mort et rien d’autre .

 

Read Full Post »

La Haute Qualité Environnementale à  Puteaux Encourager la Haute Qualité Environnementale dans tous les projets.

L’environnement  n’est  pas la panache  des verts ni de l’opposition

 Mais de tous

 

 

Pour favoriser la prise en compte des préoccupations environnementales dans les opérations de construction, nous construirons  Le Guide de la qualité environnementale en architecture et urbanisme, à l’intention des aménageurs et des constructeurs car nous souhaitons qu’une véritable culture locale puisse émerger dans ce domaine.

 

  • Véritable manuel de travail à disposition des acteurs de l’aménagement et de la construction : maîtres d’ouvrages publics, aménageurs, promoteurs, constructeurs, services de l’urbanisme et de l’aménagement, architectes, bureau d’étude, entreprises… Ce guide cherchera  à susciter l’envie de concevoir, de réaliser et de gérer des aménagements ou des bâtiments qui possèderont toutes les qualités habituelles en matière urbaine, de paysage, d’architecture, d’usage et de performance technique, plus celle de minimiser durablement les impacts sur l’environnement des aménagements ou des bâtiments en particulier en économisant l’énergie et en développant les énergies renouvelables, le solaire notamment.

 

Promouvoir un habitat durable, renforcer la mixité sociale, créer du lien entre les quartiers, préserver l’environnement.

E.Lorentz

imagesdsd

Read Full Post »

La Direction centrale de la Sécurité publique (DCSP)  et  les AGENTS Municipaux

 

1°) Elle assure la protection des personnes et des biens, prête assistance

2°) veille à la tranquillité et au maintien de l’ordre public. C’est la direction dont dépendent tous les commissariats de France, dans lesquels

les citoyens peuvent se rendre lorsqu’ils sont confrontés à une difficulté, même si elle ne présente aucun caractère pénal.

 

La  POLICE NATIONAL  ET  LA  police  Municipal  de  Puteaux assure la protection des personnes et des biens, prête assistance, veille à la tranquillité et au maintien de l’ordre public. Elle gère également les interventions dans le cadre de police-secours, qui symbolise le rôle d’assistance que la police doit à tous les citoyens. Les policier et agent Municipaux  que  l’on voie rarement, en patrouille véhiculé  et  pédestre. En raison de la grande diversité de leurs missions, les fonctionnaires  de  police  et   les agents MUNICIPAUX. Doivent  être  à part entière   intégré  à  la  vie   de notre  ville  et  doivent  être  au cœur des décisions   de la sécurité  de  l’environnement et   plus important de  veillez   à la  tranquillité des  personnes.

 

Les missions de la  municipal doit être réorganisé  et variées :

 

Interventions quotidiennes de police-secours (« appel 17 ») ;

 

1°) accueil et information du public ;

 

2°) prévention et dissuasion par une présence active et visible sur la voie publique ;

 

3°) lutte contre la criminalité, la délinquance et la violence urbaines ;

 

4°) lutte contre l’insécurité routière ;

 

5°) lutte contre la toxicomanie et les trafics de stupéfiants ;

 

6°) lutte contre le travail clandestin et le trafic de main d’œuvre ;

 

7°) travaille en partenariat (avec les élus, l’Éducation nationale, etc.) pour résoudre les questions de sécurité qui dépassent le seul champ de compétences de la Police nationale ;

 

8°) actions de prévention et d’apprentissage de la citoyenneté en direction de la jeunesse ;

 

9°) service d’ordre lors de manifestations culturelles ou sportives, de déplacements de personnalités cela  ne  prévaux  pas  au maire ni  ces  élus ;

 

10°) opération de rétablissement de l’ordre public ;

 

11°) surveillance et garde statique des établissements sensibles ;

 

13°) servitudes liées au fonctionnement de la justice et de l’administration pénitentiaire (police des audiences, garde des détenus hospitalisés, etc

Read Full Post »

Older Posts »