Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Non classé’ Category

 

 

 

 

 

PAR 

Le Point.fr

VIDÉO. Toute sa vie, l’homme qui a ressuscité Chanel a fait preuve d’un sens aigu de l’autodérision, d’un contrôle de soi infaillible et d’une créativité débordante.

Créateur de génie, personnage énigmatique et couturier exigeant à la verve cinglante, Karl Lagerfeld s’est éteint ce mardi 19 février. Auréolé d’un épais mystère – personne ne saurait attester précisément de sa date de naissance ni ne connaît avec certitude les détails de sa vie privée –, le directeur artistique au catogan poudré et lunettes de soleil opaques aura bouleversé l’histoire de la mode en général et celle des maisons de couture Chanel et Fendi (pour le prêt-à-porter femme) en particulier, parvenant toujours à capter l’air du temps avec humour.

Nul ne peut affirmer l’âge du couturier allemand. Pendant des années, ce dernier a volontairement semé le doute sur le sujet, se targuant de ne pas connaître lui-même sa date d’anniversaire. Toutefois, on imagine que Karl Lagerfeld – de son vrai nom Karl Otto Lagerfeldt – a environ une vingtaine d’années lorsqu’il arrive à Paris avec sa mère – une Prussienne. Comme une suite logique à la jeunesse aisée qu’il a menée outre-Rhin, Karl Lagerfeld, fils d’un homme d’affaires scandinave, pose ses valises dans un hôtel particulier germanopratin du Quai Voltaire, en 1954. À peine débarqué dans la capitale de la mode, les vents lui sont favorables. Ainsi, le jeune Karl remporte le premier prix du concours du « Secrétariat international de la laine », ex æquo avec un autre jeune couturier, Yves Saint Laurent – son futur meilleur ennemi. Le couturier Pierre Balmain, qui fait partie du jury, le remarque et le recrute alors comme assistant.

La folie Lagerfeld

Puis tout s’accélère : après avoir fait ses armes chez Balmain, il est nommé directeur artistique chez Jean Patou. Le styliste en herbe a la bougeotte et entame une carrière de designer indépendant. Rapidement, il crée des vêtements pour les marques Chloé et Fendi qui font respectivement appel à ses services en 1963 et 1965. Il dépoussière durablement l’image de marque de Fendi, à l’origine maison de fourrure romaine, en inventant l’idée d’un luxe ludique, loin de la silhouette bourgeoise de l’époque.

 Karl Lagerfeld en 1973.

En 1983, douze ans après la mort de Coco Chanel, il est nommé directeur artistique de la maison de la rue Cambon. À ce moment, la griffe vit des heures difficiles et l’intervention du celui qu’on surnommera plus tard le « Kaiser de la mode » lui redonne un second souffle. Puis en 1984, il lance sa marque éponyme, et en 1986 le fameux dé d’or – la sacro-sainte distinction à l’époque dans le milieu – vient couronner son travail. Plus rien n’arrête Karl Lagerfeld, qui semble détenir la formule pour réveiller les belles endormies – et les réinscrire dans la modernité.

Autodérision et persiflage

À l’aube de l’an 2000, Karl Lagerfeld s’offre une nouvelle image. Il perd 40 kilos pour pouvoir se glisser dans les costumes Dior Homme dessinés par Hedi Slimane. Le nouveau millénaire marque un véritable tournant dans la carrière du styliste, qui s’amuse de plus en plus avec son image et multiplie les projets avec la nouvelle génération. Si dans les années 80 Karl Lagerfeld s’enthousiasmait volontiers pour le physique irréprochable de son mannequin vedette, l’icône parisienne Inès de la Fressange, en 2017, il n’hésite pas à s’associer à Kristen Stewart, Pharrell Williams ou Lily-Rose Depp (la fille de).

FASHION-US-WWD-HONORS ©  ANGELA WEISS / AFP
Avec Lily-Rose Depp le 24 octobre 2017 à New York

© ANGELA WEISS / AFP

Devenu la caution d’un luxe moderne et branché, il multiplie petits et grands projets : il collabore avec H&M en 2004 pour une collection capsule, crée la ligne K par K en 2007, se met en scène dans le film Lagerfeld Confidential, rhabille sa vénérée bouteille de Coca-Cola Light, starifie son chat, le bien nommée Choupette, et œuvre à des défilés toujours plus spectaculaires (du lancement de la fusée Chanel au Grand Palais au défilé croisière organisé à Cuba). Agitateur intarissable, il ne manque pas une occasion de tacler ses rivaux, comme la Maison Pucci qui en prend pour son grade : « Je pense que les tatouages sont horribles, c’est comme porter une robe Pucci à vie » – les adeptes de la marque apprécieront.

FASHION-FRANCE-COCA-COLA-LAGERFELD ©  BERTRAND LANGLOIS / AFP
La soirée de lancement de la bouteille de Coca Cola Light redessinée par Lagerfeld le 7 avril 2011.

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

Le côté pile de sa verve cinglante ? Son sens poussé de l’autodérision. La preuve : en 2008, il prête son image à la Sécurité routière en vantant les mérites du gilet jaune dans un spot publicitaire : « C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie. » Autres faits d’armes, en 2010 : il apparaît dans le clip de Jean Roch auprès de Snoop Dogg jouant le rôle de Dieu. Et Karl Lagerfeld de conclure par une pirouette : « La chose la plus importante que vous devriez savoir sur moi, c’est que tout ce que vous ont dit les autres n’est pas nécessairement vrai. »

Read Full Post »

ENQUETE – Il a avoué les neuf meurtres dont il était soupçonné…

L’enquête avance. Takahiro Shiraishi, le Japonais de 27 ans soupçonné d’avoir tué et dépecé neuf personnes rencontrées sur Twitter a été mis en examen ce lundi pour un des meurtres. Le jeune homme aurait attiré ses victimes, âgées de 15 à 26 ans et presque toutes des femmes, dans son appartement en banlieue de Tokyo où il les aurait tuées, décapitées et découpées.

L'appartement où on été retrouvés neuf corps à Zama, près de Tokyo, le 31 octobre 2017.

© Toru YAMANAKA / AFP L’appartement où on été retrouvés neuf corps à Zama, près de Tokyo, le 31 octobre 2017.

Il a avoué les neuf meurtres et a été mis en examen lundi pour celui d’Aiko Tamura, 23 ans. Selon les médias il aurait dit avoir découpé la chair des corps pour la jeter aux ordures, puis répandu de la litière pour chats sur les restes dans l’espoir de dissimuler les preuves. La police avait fait la macabre découverte fin octobre.

Le frère d’une des victimes a aidé la police à retrouver le meurtrier

L’homme a été dans un premier temps mis en examen pour avoir démembré un corps et l’avoir placé dans une glacière, une accusation qu’il n’avait pas démentie, avait alors indiqué un porte-parole de la police de Tokyo. Il serait entré en contact avec ses victimes sur Twitter en leur proposant de les aider à mourir, selon les médias japonais. Après la disparition de d’Aiko Tamura en octobre, son frère était parvenu à pirater le compte Twitter de la jeune femme et avait remarqué un pseudonyme suspect, selon la presse locale.

Il avait alors aidé la police à retrouver la trace de Shiraishi, qui a été arrêté le mois dernierdans son appartement contenant les restes en putréfaction de neuf personnes. La police a précisé que l’homme avait étranglé la jeune femme le 23 octobre et l’avait ensuite pendue « pour l’assassiner ». « Il a dit aux enquêteurs qu’aucune (des victimes) ne voulait vraiment mourir. Elles voulaient simplement trouver quelqu’un à qui parler », a expliqué un porte-parole de la police. Takahiro Shiraishi devrait à terme être mis en examen pour les neuf meurtres.

Read Full Post »

Waldo County Jail
By Associated Press

November 7, 2017

(BELFAST, Maine) — A Maine woman charged with killing her 7-week-old baby told the jury she had multiple shots of liquor and smoked marijuana the night of her son’s death.

Thirty-two-year-old Miranda Hopkins took the stand Monday in her own defense at court in Belfast. The Troy resident says she doesn’t know how baby Jaxson died in January. But she previously told police that one of her two autistic sons may have been responsible.

Police say Hopkins had been drinking whisky and told investigators that she must have “blacked out.” She said she woke up to find her baby cold and “beat to hell.”

The baby’s cause of death was listed as blunt force head injuries.

The state and defense have both rested their cases. Closing arguments are expected to begin Tuesday.

Read Full Post »

Read Full Post »

Une compagnie de taxi fonctionnant via une application en ligne a lancé au Pakistan une campagne de publicité inhabituelle: une offre proposant de monter en voiture avec une marieuse pour trouver sa moitié le temps d'une course de taxi

© Fournis par AFP Une compagnie de taxi fonctionnant via une application en ligne a lancé au Pakistan une campagne de publicité inhabituelle: une offre proposant de monter en voiture avec une marieuse pour trouver sa moitié le temps d’une…

Une compagnie de taxi fonctionnant via une application en ligne a lancé au Pakistan une campagne de publicité inhabituelle: une offre proposant de monter en voiture avec une marieuse pour trouver sa moitié le temps d’une course de taxi.

Careem, une application de type Uber populaire dans le monde musulman, a envoyé mercredi matin une annonce inattendue proposant à ses clients de voyager avec une « rishta aunty », ou arrangeuse de mariage.

Les Rishta aunties ont des listes de candidats au mariages masculins et féminins, détaillant leur niveau d’éducation et de salaire, poids, taille et même teint de la peau, et favorisent des rapprochements contre rémunération.

La culture populaire les dépeint souvent comme des femmes à lunettes mûres, armées de leurs fiches et d’un antique portable Nokia. Careem les transporte dans la modernité.

Ce service, qui n’a été proposé que deux jours dans deux villes du Pakistan, a rapidement fait le buzz sur les réseaux sociaux. « Voilà que Careem devient le Tinder halal, sauf que c’est une rishta aunty qui va fouiner pour vous, » ironisait un internaute sous le nom de CrazeeGentleman.

Beaucoup ont souligné le joli coup de marketing qui a beaucoup fait parler de la compagnie.

Careem Pakistan s’est défendu en soulignant que le service répondait à une demande.

« Nous avons remarqué que les +rishtas+ (mariage arrangé entre deux familles) sont un sujet de discussion récurrent parmi nos utilisateurs plus âgés. Alors nous avons lancé ce service pour aider les jeunes à trouver la personne de leur vie, » a souligné le responsable de la communication de Careem Pakistan Sibtain Naqvi selon la presse locale.

« Pendant leur course, les gens peuvent dire à la marieuse leurs préférences, et elle les recontactera par la suite avec une proposition adaptée de rishta, » a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que la compagnie expérimente. En janvier, l’application avait proposé « Careem Doctor », proposant de livrer un médecin à domicile.

Read Full Post »

D’après notre sondage Elabe pour BFMTV et L’Express, il n’y a, à J-2 du premier tour de la présidentielle, plus qu’un point d’écart entre Marine Le Pen et François Fillon.Montage photo créé le 14 avril 2017 de François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

© afp.com/JOEL SAGET, Eric FEFERBERG Montage photo créé le 14 avril 2017 de François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

A l’avant-veille du premier tour de la présidentielle, les écarts se resserrent comme jamais. Si dans notre sondage Elabe pour BFMTV et L’Express* Emmanuel Macron arrive en tête avec 24% des intentions de vote (stable), le suspense est total sur l’identité du candidat qui l’accompagnerait au second tour.

Trois candidats en deux points

En effet, Marine Le Pen (21,5%, 1,5 point), François Fillon (20%, + 0,5 points) et Jean-Luc Mélenchon (19,5%, + 1,5 points) se tiennent en deux points. Alors même que la marge d’erreur se situe autour de… 2%, ce qui laisse entrevoir un second tour vraiment très incertain.

Cette étude confirme la mauvaise fin de campagne de Marine Le Pen, qui peine à enrayer son tassement sondagier, malgré son recentrage sur des thématiques régaliennes et identitaires, tandis que Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, dans une moindre mesure, confirment la bonne dynamique de leur campagne.

Mais les cartes pourraient bien être rebattues puisque ce sondage a été effectué avant l’attentat des Champs-Elysées dans lequel un policier a été tué et un autre grièvement blessé jeudi soir.

La sûreté du vote augmente

Benoît Hamon se place toujours en quatrième position mais est crédité de seulement 7% des intentions de vote, son plus mauvais résultat dans notre étude. Il est suivi par Nicolas Dupont-Aignan, qui obtient 4% des intentions de vote, puis Philippe Poutou (1,5%), Jean Lassalle (1%), François Asselineau (1%), Nathalie Arthaud (0,5%) et Jacques Cheminade (moins de 0,5%).

A deux jours du vote, 77% des personnes interrogées se disent sûres de leur choix, soit 4 points de plus que notre précédente enquête les 16 et 17 avril. Et quelque 71% des sondés se disent « tout à fait certains d’aller voter », soit 3 points de plus par rapport à la semaine, et tout simplement son plus haut niveau depuis le début de la campagne présidentielle.

* Sondage réalisé selon la méthode des quotas, sur un échantillon de 1500 personnes de plus de 18 ans, représentatives de la population française, les 19 et 20 avril 2017.

Read Full Post »

 

Pendant qu’il part faire pipi, son camion se fait la malle
Mardi 18/04/2017 à 10H53 Mardi 18/04/2017 à 16H26 <!–


–>

<!–

–>

.snli07863971705062608 * { margin: 0; padding: 0;}
#snli07863971705062608-target { list-style-type: none; padding: 0; text-align: left; }
.snli07863971705062608-content li { display: inline-block; *display: inline; vertical-align: middle; margin-right: 5px; font-family: Ubuntu, sans-serif; }
.snli07863971705062608-content li:last-child {margin-right: 0;}
.snli07863971705062608-content a { display: inline-block; *display: inline; text-decoration: none; color: #ffffff; padding: 0.2em 0.8em 0.3em 0.3em;text-align: center;border: 0;box-sizing: border-box;-webkit-border-radius: 2px;-moz-border-radius: 2px;border-radius: 2px;min-width: 34px;}
.snli07863971705062608-content a * { vertical-align: middle; display: inline-block; *display: inline; }
.snli07863971705062608-content a span {font-size: 11px;}
.snli07863971705062608-content img {width: 15px; height: 15px;margin-right: 4px;}
.snli07863971705062608-content .shareButton:hover {background-color: rgba(243,247,243,0.8);}
.snli07863971705062608-content .shareButton:focus {background-color: rgba(243,243,243,0.8);}
.snli07863971705062608-content .nli-facebook { background-color: #3B5998; }
.snli07863971705062608-content .nli-facebook:hover { background-color:rgba(59,89,152,0.8); }
.snli07863971705062608-content .nli-facebook:focus { background-color:rgba(59,89,152,0.5); }
.snli07863971705062608-content .nli-twitter { background-color: #55ACEE; }
.snli07863971705062608-content .nli-twitter:hover { background-color: rgba(85,172,238,0.8); }
.snli07863971705062608-content .nli-twitter:focus { background-color: rgba(85,172,238,0.5); }
.snli07863971705062608-content .nli-share-items { text-align: center; border-right: 1px solid #cccccc; padding-right: 15px; margin-right: 15px;}
.snli07863971705062608-content .nli-share-items span { display: inline-block; font-size: 1.4em; line-height: .9; }
.snli07863971705062608-content .nli-share-items .text { display: block;color: #888;font-size: .6875em;text-align: center;line-height: 1.2;}
.snli07863971705062608-content .text-hide a {padding: 0.5em;}
.snli07863971705062608-content .text-hide span { display: none; }
.snli07863971705062608-content .text-hide img {margin: 0;}

@media screen and (min-width: 768px) and (max-width:1024px) {

}

@media screen and (max-width: 767px) {
.snli07863971705062608-content img {margin-right: 0;}
.snli07863971705062608-content .text-no-hide { vertical-align: middle; display: inline-block; *display: inline; }
}
@media screen and (orientation: landscape) and (max-width: 767px) {
.snli07863971705062608-content .nli-share-items { vertical-align: middle; display: inline-block; *display: inline; }
}

<!–

–>

Pendant qu'il part faire pipi, son camion se fait la malle

Chargement ...

Alors qu’il soulageait un besoin pressant au bord d’une bretelle d’autoroute, ce chauffeur de camion anglais a eu une drôle de surprise. Il a eu la malchance d’oublier de serrer le frein à main de son véhicule avant d’en descendre. On aurait pu en rester là, mais voilà, la route était en pente, et le camion s’est lancé ni une ni deux vers l’autoroute, forçant les automobilistes paniqués à s’arrêter. Un conducteur a filmé la scène dans une vidéo qui montre le pauvre chauffeur paniqué courir après son camion. Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer, mais nul doute que ce cher Britannique a eu une peur bleue.

Read Full Post »

Older Posts »