Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

par Marilou Le Menn

 

© Fournis par Conde Nast France

Pourquoi faut-il laver ses pinceaux ? (Et est-ce que finalement, c’est vraiment important ?) 

La réponse est oui. Oui, oui, et trois fois oui, c’est vraiment important. Cette étape cruciale est bien trop souvent oubliée, au plus grand plaisir des bactéries, qui se propagent dans nos pinceaux et beautyblenders à une vitesse grand V. En effet, afin de conserver une peau saine et d’éviter de faire apparaitre des boutons sur notre visage (car on en a déjà bien assez naturellement, pas la peine de provoquer la chose…), l’hygiène est primordiale.

De plus, bien nettoyer ses pinceaux de maquillage prolonge la durée de vie de ces applicateurs. Et comme ça coûte quand même un peu cher, autant en prendre soin, non ?

Les différents moyens de nettoyage, du plus simple au plus stylé, car on adore garder le meilleur pour la fin : 

Le savon de Marseille (ou le shampooing doux) 

C’est une technique très simple et peu coûteuse : appliquer du savon de Marseille ou du shampoing doux sur votre pinceau, un peu d’eau et bien frotter ! Normalement, vous devriez vous retrouver avec une boue orange dégoulinante de vos pinceaux… Un peu dégueu, on vous l’accorde, mais tellement satisfaisant !

 

© Fournis par Conde Nast France

De l’huile d’olive

Eh oui, l’huile d’olive marche aussi plutôt bien. Surtout pour les beautyblenders. Sa texture ultra-grasse permet de retirer les restes coriaces de maquillage. N’hésitez pas à la mélanger avec un peu de liquide vaisselle, ça marchera encore mieux.

Le seul petit bémol de cette technique : il faut ensuite réussir à retirer l’huile en elle-même ! (Notre conseil : bien bieeeeeen rincer à l’eau tiède)

Les nettoyants à pinceaux sans rinçage 

Les marques ont décidé de vous faciliter la vie (et celle des maquilleurs pros) en inventant des nettoyants à pinceaux sans rinçage. Quelques pchitts pschitts suffiront à désinfecter vos ustensiles. N’hésitez tout de même pas à passer un petit coton sur le pinceau pour éliminer le résidu, et laissez sécher naturellement pendant quelques minutes.

Cependant, nous vous conseillons quand même d’effectuer un réel nettoyage à l’eau de temps en temps.

© Fournis par Conde Nast France

Brush cleaner en silicone  

Ils existent sous forme de gants, de tapis ou encore de cylindres multi-fonctions : ces nettoyants pour pinceaux en silicone possèdent des textures diverses et variées et vous permettent de frotter vos pinceaux contre leur surface afin d’éliminer plus facilement le maquillage, et de les nettoyer vraiment en profondeur. (C’est là que nous vous conseillons de faire intervenir le fameux savon de Marseille, pour un nettoyage plus qu’efficace).

Les kits de nettoyage ultra-innovants 

Tout le monde en parle et ça donne vraiment envie de tester : ces petites machines électriques sont des kits de nettoyage pour pinceaux à maquillage. Elles sont composées de plusieurs embouts qui s’adaptent à la taille de vos pinceaux, qu’il faut ensuite plonger dans un bain d’eau tiède et de savon. Lancez la machine, et grâce à la centrifugeuse, votre pinceau se mettra à tourbillonner dans le bol de nettoyage afin d’éliminer toutes traces de maquillages et bactéries. Cette fonctionnalité marche aussi pour le séchage à l’extérieur du bol.

Les petites astuces supplémentaires (parce qu’on n’en a jamais assez)  

À quelle fréquence ? 

On vous conseille de laver vos pinceaux en fibres synthétiques qui vous servent pour le teint, les lèvres ou l’anti-cernes, toutes les semaines au minimum.

En ce qui concerne les pinceaux pour les yeux, ils retiennent généralement moins de bactéries, toutes les 3 semaines/un mois devrait donc suffire. Même consigne pour les pinceaux en fibres naturelles qui servent généralement pour le blush ou la poudre libre.

© Fournis par Conde Nast France

Comment les sécher ? 

Rien de plus simple : pour bien sécher vos pinceaux, entourez-les d’une serviette et pressez-la afin d’absorber un maximum d’eau. Ensuite, le mieux serait de les sécher la tête en bas, mais si cela s’avère compliqué, assurez-vous juste de faire dépasser la tête du pinceau dans le vide pour éviter qu’elle ne se déforme.

Si jamais vous êtes vraiment pressés et que le sèche-cheveux vous fait de l’oeil, utilisez-le à une température tiède pour ne pas bruler les poils, et ne positionnez pas votre sèche-cheveux en face du pinceau, au risque de créer un gros trou à l’intérieur de ce dernier.

Quand se débarrasser de ses pinceaux ? 

C’est toujours compliqué de savoir quand l’un de nos ustensiles est en fin de vie. (Et puis, on essaye toujours de gratter quelques jours de plus avant d’aller en racheter un nouveau…) Nous vous conseillons donc de dire adieux à vos loyaux pinceaux lorsqu’ils comment à perdre leurs poils. (Parce qu’il n’y a rien de pire que de se retrouver avec des petits poils collés dans notre fond de teint…)

Make-up : Comment (bien) laver ses pinceaux de maquillage ?

© Photo by Manu Camargo on Unsplash Make-up : Comment (bien) laver ses pinceaux de maquillage ?

Publicités

Read Full Post »


Camille Combal : la TRÈS DRÔLE de raison pour laquelle il a accepté de signer chez TF1

© KCS Camille Combal : la TRÈS DRÔLE de raison pour laquelle il a accepté de signer chez TF1

Camille Combal sera le nouveau maître d’orchestre de Danse avec les stars à la rentrée. Et si l’ancien chroniqueur de Touche pas à mon poste a pris la décision de rejoindre TF1, c’est pour une très étonnante raison. Découvrez laquelle.

C’est à la grande surprise des fanzouzes que Camille Combal avait annoncé son départ de Touche pas à mon posteAprès avoir été aux commandes du Poste de surveillance du talk-show durant six longues années, le complice de Cyril Hanouna a décidé de claquer la porte de C8. Et pour cause, le chroniqueur a fait face à une direction qui n’a pas tenu ses promesses, comme il l’a lui-même laissé entendre à Puremédias : « C’est ma sixième année de TPMP. Je pense qu’il faut se renouveler et faire de nouvelles choses. J’aurais aimé grandir dans l’émission. C’est ce qui devait arriver cette année […] Malheureusement, ça ne s’est pas fait. » Face à cette nouvelle, les bruits de couloir s’étaient très vite faits de plus en plus assourdissants quant à la potentielle arrivée du chroniqueur sur TMC.

Burger Quiz ? Quotidien ? Les médias et les internautes voyaient déjà Camille Combal « trahir » Cyril Hanouna en acceptant de débarquer sur les émissions concurrentes de Touche pas à mon poste. Après avoir mis un terme aux rumeurs par ses propres moyens, le trublion de Virgin Radio a révélé qu’il allait faire sa rentrée… sur TF1 ! Une chaîne que Cyril Hanouna a dans le collimateur depuis bien longtemps puisqu’il soupçonne Ara Apikian, directeur des programmes du groupe, de vouloir lui nuire en lui débauchant des talents. Qu’à cela ne tienne, l’ancien acolyte du roi de C8 a bien décidé de céder aux sirènes de la Une, et cela pour une bonne, et surtout très drôle de raison.

Camille Combal chez TF1 à cause de… Mimie Mathy !

C’est officiel, à partir de la rentrée, ce n’est autre que Camille Combal qui sera aux commandes de Danse avec les stars. Si, sur son compte Twitter, l’animateur a assuré qu’il était « très heureux de rejoindre[son] nouveau club TF1 pour grandir et vivre de nouvelles aventures », même s’il a « de vraies lacunes en rumba », le trentenaire vient de révéler la raison qui l’avait définitivement convaincu de rejoindre les bancs de la première chaîne : « Ils avaient de beaux projets et des idées à moyen et à long terme qui m’ont séduit », a-t-il expliqué à Puremédias, avant de se fendre de son humour imparable pour évoquer son plus grand souhait. « C’est le rêve de ma mère de visiter cette grande tour et le mien était de rencontrer Mimie Mathy, donc ça fait d’une pierre deux coups. » Si elle entend ce petit message, il y a fort à parier que l’actrice devienne le nouvel ange gardien de Camille Combal.

AUSSI SUR MSN : Camille Combal à la tête de « Danse avec les stars » : « J’espère qu’on va lui laisser la liberté de s’exprimer »

Lecteur vidéo depuis : Dailymotion (Politique de confidentialité)

 

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l’info!

Read Full Post »

 

L’ONG a dit prendre « au sérieux » ces accusations, qu’elle n’a toutefois pas été en mesure de confirmer.

4© Fournis par Francetv info

Des travailleurs humanitaires de Médecins sans frontières (MSF) ont eu recours à des prostituées durant leurs missions en Afrique, affirme la BBC (en anglais), jeudi 21 juin, citant des lanceurs d’alertes anonymes, dont l’un rapporte que des médicaments auraient été échangés contre des relations sexuelles.

Interrogée par l’AFP, l’ONG a dit prendre « au sérieux » ces accusations, qu’elle n’a toutefois pas été en mesure de confirmer, et appelé « quiconque ayant des inquiétudes de les signaler via les mécanismes de signalement confidentiel de MSF de manière à ce que nous puissions agir ».

Nous ne tolérons pas les abus, le harcèlement et l’exploitation au sein de MSF.

MSF

à l’AFP

« Les filles étaient très jeunes »

Selon la BBC, ces accusations visent des logisticiens, et non des médecins ou infirmiers, en poste au Kenya, au Liberia et en Afrique centrale. « Il y avait ce collègue plus âgé, qui a installé une femme dans la base (de l’ONG). Il était clair que c’était une prostituée mais il l’appelait sa petite amie. Elle passait nuit après nuit avec lui », a raconté une des anciennes employées, qui travaillait auprès de malades du sida en Afrique centrale.

Une autre a dit avoir vu un membre expérimenté de l’équipe, posté au Kenya, ramener des filles dans les logements de MSF. « Les filles étaient très jeunes et la rumeur disait qu’elles étaient des prostituées », a-t-elle dit, ajoutant qu’il était « implicite » qu’elles étaient là pour le sexe.

Read Full Post »

le baron Edouard-Jean Empain sort du tribunal correctionnel de Paris, le 11 septembre 2003. Ce dernier et un autre homme d’affaires, Eric Graham, sont poursuivis pour banqueroute dans la gestion de leur entreprise de marchands de biens immobiliers Empain-Graham-Developpement. AFP PHOTO JACK GUEZ / AFP PHOTO / JACK GUEZ

L’ancien président de l’empire Empain-Schneider, avait été enlevé le 28 janvier 1978 et libéré 63 jours plus tard, amputé d’un doigt. Son rapt avait marqué l’opinion de l’époque. Il est mort à l’âge de 80 ans, a-t-on appris ce jeudi.

Le baron Édouard-Jean Empain est mort en France, à l’âge de 80 ans, selon une information confirmée au Figaro. Ancien président du groupe Empain-Schneider – 300 sociétés, 120.000 employés -, il avait défrayé la chronique le 23 janvier 1978. Ce jour-là, l’homme d’affaires belge est kidnappé dans sa voiture – une Peugeot 604 – près de son domicile à Paris, avenue Foch.

» LIRE AUSSI – Il y a 40 ans le rapt du baron Empain défrayait la chronique

Âgé de quarante et un ans, il est l’un des plus puissants hommes d’affaires européens, à la tête d’un empire. Et depuis son habile prise de contrôle du groupe Schneider en 1969, il dirige l’un des fleurons français. Le monde politique est en émoi, l’opinion sous le choc. Toutes les pistes sont examinées.

Cet événement a lieu dans un contexte international particulier. En effet, en Italie, les enlèvements crapuleux sont devenus un business; en France, le directeur général de Fiat France Luchiano Revelli-Beaumont est enlevé en avril 1977 – il est libéré après quatre-vingt-neuf jours de captivité contre une rançon ; en Allemagne, le 5 septembre 1977, Hanns Martin Schleyer, président du patronat de la République fédérale d’Allemagne, est kidnappé avec brutalité à Cologne par la Fraction armée rouge (RAF), appelée aussi la bande à Baader.

De nombreuses hypothèses

L’enquête sur la disparition d’Édouard-Jean Empain conduit à des révélations sur sa vie privée: dettes de jeu, garçonnière, maîtresses. Il fait alors les choux gras de la presse et les gros titres. Cet aspect éclipse rapidement le drame de son enlèvement. Le riche héritier est dépeint comme un noceur, un flambeur. L’hypothèse de l’organisation de son propre enlèvement pour éponger ses dettes est même envisagée. Mais à l’époque, un fait marque durablement les esprits: la phalange de son auriculaire gauche est tranchée par les ravisseurs – le premier jour de sa détention – et déposée dans une consigne à la gare de Lyon. La détermination des kidnappeurs est prouvée. Le baron Empain est détenu dans des conditions très difficiles: enchaîné, humilié, dans le noir et le silence, sans eau, ni chauffage, sous une tente.

» LIRE AUSSI – En 2008, le baron Empain se confiait au Figaro: «Je vis toujours cette histoire»

À la suite d’une remise de rançon ratée – l’un des kidnappeurs est arrêté – la victime est enfin libérée après soixante-trois jours de détention: abandonnée à Ivry-sur-Seine avec dix francs en poche. Il est libre, profondément affaibli physiquement et psychologiquement. Mais surtout à la suite de ce drame il perd tout. Sa famille, ses amis, ses collaborateurs et ses soutiens politiques se détournent de lui. Il perd jusqu’à son empire qu’il doit céder. Quelques mois après sa libération, les ravisseurs sont tous arrêtés et le 2 décembre 1982 s’ouvre leur procès. Les six protagonistes écopent de cinq à vingt ans de réclusion criminelle.

Dans une interview au Figaro réalisée en 2012, Alain Caillol, un des cerveaux du rapt, raconte que le choix s’est porté sur le baron Empain, après avoir envisagé Marcel Dassault ou Liliane Bettencourt, à la lecture du Canard enchaîné, qui faisait mention de licenciements massifs de la part de l’industriel belge. «C’était une histoire de gros sous et de symbole. Empain était la caricature du capitaliste sauvage», expliquait-il ainsi. Il évoque aussi les conditions de détention «hyperdures, au milieu d’une galerie souterraine longue de plusieurs kilomètres, sans eau, ni chauffage. Enchaîné à la cheville pendant trente jours dans le noir et le silence absolu, Empain avait perdu toute notion du temps…».

» LIRE AUSSI – «En enlevant Empain, on s’est trompé sur toute la ligne…»

Le Belge refusait toutefois de n’être défini que par ce calvaire enduré. «Vouloir résumer l’histoire de la famille Empain par un rapt crapuleux qui a duré deux mois, c’est un peu court», déclarait-il ainsi en 2015, invité au Grand oral Le Soir-La Première. «J’ai tout de même doublé le groupe Empain pendant mes dix ans de présidence et si la France dispose aujourd’hui d’un outil nucléaire, c’est quand même grâce à moi», s’exclamait-il encore à l’époque.

Le baron était l’héritier d’un empire industriel, fondé par son grand-père, le baron Edouard Louis Joseph Empain, au XIXe siècle. Ce dernier, né en 1852 à Beloeil, avait construit sa dynastie en investissant dans les chemins de fer ou en participant à la création du métro parisien en 1898. Il avait aussi créé au début du siècle dernier Héliopolis, une nouvelle ville aujourd’hui absorbée dans Le Caire, la capitale égyptienne. Edouard-Jean Empain avait d’ailleurs émis son souhait, lors du Grand oral, d’être enterré dans cette ville.

«La charnière de ma vie»

Edouard-Jean Empain lors d'une conférence de presse après sa libération.

Marqué à jamais il racontera son enlèvement au Figaro trente ans plus tard. «Cet enlèvement est la charnière de ma vie, une fracture intervenue à 40 ans. Avant, il y avait la vie facile où tout me réussissait. J’étais jeune, puissant et l’on me craignait en raison de mes relations tant dans les milieux patronaux que politiques. J’incarnais le capitalisme conquérant sans être connu du grand public», indiquait-il dans nos colonnes. Et après? «Tout a changé. Je me suis aperçu que le monde extérieur m’avait condamné en soixante jours. Ma famille, mes collaborateurs s’étaient organisés à vivre sans moi. On avait même vendu ma Mercedes de fonction, mes héritiers s’intéressaient au testament, les organigrammes avaient été refaits. J’ai passé trente années à digérer ce mauvais polar…».

Il racontera qu’à son retour, seul son labrador Love était content de le revoir. Sa famille, ses amis et ses collaborateurs l’avaient déjà enterré, ses relations avec ceux-ci se dégradèrent complètement jusqu’à ce qu’il coupe les ponts et commence une nouvelle vie. Edouard-Jean Empain s’est retiré des affaires au début des années 80. Il vivait à Monaco avec sa compagne.

Read Full Post »

Après avoir bercé plusieurs générations d’enfants entre 1969 et 1993, le célèbre magazine va reparaître à partir de septembre. Une cagnotte en ligne a été ouverte, mardi, afin de recruter des abonnés.

 

Le magazine \"Pif Gadget\", lors du salon du livre de la jeunesse de Montreuil, le 22 novembre 2016.

Faites de la place, Pif Gadget va (encore) faire son retour dans les kiosques. La reparution du légendaire magazine pour enfants est prévue pour le mois de septembre. A cette occasion, une campagne de financement participatif a été ouverte, mardi 19 juin, sur la plate-forme KissKissBankBank.

Comme à ses débuts, le Pif Gadget version 2018 restera hebdomadaire. On continuera de suivre Pif « dans un monde où la nature a disparu et où un dictateur fait la loi, mais un héros est heureusement attendu », écrit France Bleu.

La principale innovation du projet tient « au choix de recourir à la réalité augmentée, selon Livres Hebdo. Ce nouveau magazine fait dialoguer deux usages, écran et lecture, il crée une passerelle entre contenu numérique et imprimé. Il s’inscrit dans les codes et l’univers des enfants d’aujourd’hui », et notamment les mangas, You Tube, ou encore les jeux vidéo.

Quant au personnage, ce sera « le même qu’avant, sauf qu’il sera habillé ! », précise le dessinateur Thomas Labourot.

On voulait donner une autre image pour attirer un nouveau public de jeunes.le dessinateur Thomas Labourotà France Bleu

Le magazine, qui a bercé plusieurs générations d’enfants entre 1969 et 1993, avait disparu des kiosques en 1993, avant de reparaître de manière occasionnelle en 2004.

Read Full Post »

 

 

Cette décision doit entraîner l’arrêt du service de véhicules en libre-service à Paris et en banlieue dans les prochains jours.

 

Une station Autolib\' à Paris le 19 juin 2018. 

 

Sans surprise, le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole (SAVM), qui réunit les 103 communes partenaires, dont la capitale, a voté jeudi 21 juin la résiliation du contrat avec le groupe Bolloré. Le syndicat refuse de verser les 233,7 millions d’euros demandés par le groupe pour éponger son lourd déficit.

Le service Autolib’ ne sera « ni repris en régie par le syndicat, ni confié par convention de délégation de service public à un autre délégataire », précise la délibération du SAVM.

« On va continuer à se battre »

Le groupe Bolloré va contester cette décision, a annoncé un responsable du groupe à l’issue du conseil syndical. « On va continuer à se battre, n’écoutez surtout pas les balivernes du syndicat, sachez que nous irons au tribunal administratif et que nous obtiendrons beaucoup d’argent, je pense que c’est comme ça que ça va se terminer », a déclaré à la presse Gilles Alix, président d’Autolib’ SAS.

Dans un communiqué, la mairie de Paris précise que les « 3 244 places de stationnement qui sont actuellement dévolues à Autolib’ seront dédiées à terme aux Parisiens et aux Franciliens propriétaires d’un véhicule électrique ou utilisant un véhicule électrique en autopartage, à titre personnel ou professionnel ». La ville ajoute que « ce stationnement sera gratuit, dans la limite de six heures consécutives ». La mesure doit entrer en vigueur à l’arrêt du service Autolib’.

Lancé en 2011, le service Autolib’, qui compte près de 150 000 abonnés actifs, a vu sa trajectoire financière dérailler au fil de problèmes dans la gestion du parc de voitures et d’un nombre de locations insuffisant.

Read Full Post »

Ces surveillants sont soupçonnés d’avoir participé aux moqueries visant ce collégien en situation de handicap, scolarisé en section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), au collège Claude Debussy d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

L\'entrée du collège Claude Debussy, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Quatre surveillants du collège Claude Debussy, d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ont été suspendus, jeudi 21 juin, à titre conservatoire, après la diffusion sur internet d’une vidéo où l’on voit un élève handicapé en pleurs, moqué par les adultes qui l’entourent, rapporte France Bleu Paris. Une enquête administrative est en cours. Ces surveillants sont soupçonnés d’avoir participé aux moqueries visant ce collégien en situation de handicap, scolarisé en section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa).

La direction alertée mercredi

La direction du collège a été alertée mercredi de la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux. « Si les faits sont avérés, ils sont parfaitement inacceptables », a indiqué à France Bleu Paris la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de Seine-Saint-Denis.

La DSDEN dit avoir agi pour faire disparaître la vidéo de la toile, mais des captures d’écran sont toujours visibles. L’Éducation nationale assure que l’enfant « va bien » et que ses parents ont été informés de leur « droit de porter plainte ».

Read Full Post »

Older Posts »