Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Tour de France’ Category

 

CYCLISME

TOUR DE FRANCE 2011 – Le Galibier pour sommet

Le Point.fr

TOUR DE FRANCE 2011 - Le Galibier pour sommet

La Grande Boucle 2011 empruntera le mythique col du Galibier, dans les Alpes, cent ans après l’avoir inauguré © Sipa

Trois autres arrivées au sommet, record de l’époque récente, seront jugées dans cette 98e édition : Luz-Ardiden et le plateau de Beille dans les Pyrénées, l’Alpe d’Huez dans les Alpes à deux jours de l’arrivée à Paris (24 juillet). Le prochain Tour de France cycliste, qui partira de Vendée le 2 juillet 2011, fera étape au sommet du Galibier pour le centième anniversaire du premier passage de ce grand col des Alpes, a annoncé mardi son directeur Christian Prudhomme. Un seul contre-la-montre individuel, long de 41 kilomètres, autour de Grenoble, est prévu le 23 juillet, à la veille de rejoindre les Champs-Élysées.

La course a été présentée mardi à Paris en l’absence du vainqueur sortant, l’Espagnol Alberto Contador (actuellement suspendu à titre provisoire pour soupçons de dopage). La cérémonie a commencé par un hommage à l’ancien champion Laurent Fignon, décédé en août. Le parcours visite d’abord l’ouest de la France, Vendée, Bretagne et Normandie. La course se dirige ensuite vers le Massif central pour deux étapes de moyenne montagne (Super-Besse Sancy, Saint-Flour) et la première des deux journées de repos.

Incursion en Italie

Le Tour a prévu de rester pendant trois jours dans les Pyrénées. Il va découvrir un nouveau col, la Hourquette d’Ancizan, avant de franchir le Tourmalet et grimper à Luz-Ardiden où la Grande Boucle n’est plus allée depuis 2003. Suivent une étape à Lourdes, qui n’a plus accueilli d’arrivée depuis 1948, et l’ascension vers le plateau de Beille, terme d’une succession de cols. Après une courte transition dans le Midi et la seconde journée de repos, le menu alpestre comporte une incursion en Italie, dans la petite ville de Pinerolo (Piémont), par les cols de Montgenèvre et Sestrières.

Le Galibier, escaladé pour la première fois en 1911, est grimpé ensuite par ses deux versants. La première fois, après les cols d’Agnel – le « toit » du Tour 2011 à 2.744 mètres d’altitude – et d’Izoard, pour une arrivée au sommet. Le lendemain, par son côté nord (le plus difficile) pour rejoindre l’Alpe d’Huez dans une étape courte et très attendue de 109 kilomètres. Vingt à vingt-deux équipes, selon le choix des organisateurs, sont attendues en Vendée en juillet prochain pour le départ qui sera donné à la sortie du passage du Gois, le ruban submersible qui relie Noirmoutier au continent.

Read Full Post »

Tour de France : Contador, la passe de trois !

 
 
Sans surprise, l’Espagnol Alberto Contador (Astana) a décroché dimanche son troisième Tour de France au terme de la vingtième et dernière étape, remportée au sprint sur les Champs-Elysées par l’Anglais Mark Cavendish (HTC-Columbia), déjà vainqueur l’an dernier sur la plus belle avenue du monde.

Comme l’an dernier, Contador devance au classement général le Luxembourgeois Andy Schleck, de 39 secondes.

Troisième : le Russe Denis Menchov à 2 minutes et 1 seconde. 

A 27 ans, Alberto Contador devient le dixième coureur de l’histoire à intégrer le club des triples lauréats du Tour de France. Déjà vainqueur du Tour en 2007 et 2009, il n’a cette fois pas remporté d’étapes.

15ème victoire d’étape pour Cavendish

Dans la dernière étape, longue de 102,5 kilomètres, Cavendish a dominé le sprint pour signer son 5e succès depuis le départ, son 15e au total dans le Tour. Le Britannique, 25 ans, a laissé à plusieurs longueurs l’Italien Alessandro Petacchi et le Néo-Zélandais Julian Dean.

Petacchi a toutefois enlevé le maillot vert du classement par points, le Français Anthony Charteau celui du GP de la Montagne.

Polémique autour du maillot de Lance Armstrong

L’Américain Lance Armstrong, 38 ans, a annoncé qu’il disputait sa dernière course professionnelle de l’année. Au départ de Longjumeau (Essonne), le septuple vainqueur du Tour a dû changer de tenue, comme ses coéquipiers de l’équipe RadioShack. Le Texan voulait porter un maillot différent des jours précédents, affichant le nombre (28) de millions de morts provoquées par le cancer dans le monde.

Un nombre record de coureurs (170 sur 197 partants) a rallié Paris malgré le parcours exigeant, les chutes et la chaleur, omniprésente pendant les deux premières semaines de cette 97e édition.

 

 

leparisien.fr

Read Full Post »

La foule des grands jours aux Champs-Elysées

Près de 310 000 spectateurs ont assisté à l’épilogue du Tour de France 2010.

 
 
Gaëlle Epinat
Mains, sifflets, cloches, tous les moyens étaient bons pour acclamer les coureurs ce dimanche à leur arrivée sur les Champs-Elysées et assister à la victoire finale d’Alberto Contador… Il n’a manqué que les vuvuzelas.

Le duel Contador/Schleck fait toujours parler

14h30, les chars des sponsors entonnent leur dernière valse de l’année sur les Champs-Elysées.

En ce dimanche après-midi, le Tour de France s’apprête à tirer sa révérence après 3 semaines de course. Les supporters sont venus nombreux pour saluer les champions. Ornés de maillots jaunes, à pois rouges, ou de drapeaux américains et espagnols, tous se pressent contre les barrières pour être aux premières loges. Jan et Frank, deux Allemands en vacances à Paris, sont partagés. Jan porte un maillot jaune, Frank un maillot de la Saxo Bank (l’équipe d’Andy Schleck). La «polémique», celle de la perte du maillot jaune pour Schleck suite à un saut de chaîne, est encore au coeur des débats. Manque de fair-play pour l’un, fait de course pour l’autre. Mais une ola vient stopper la conversation. Les deux hommes ne sont d’accord que sur un point : ce Tour était beau. Plus beau que les derniers. Le duel entre Andy Schleck et Alberto Contador y est évidemment pour beaucoup.

« Armstrong, un grand champion »

Plus loin, des grosses mains vertes à l’effigie d’un sponsor s’agitent aux cris des «Armstrong, Armstrong !» Karen et Emily, la trentaine, découvrent Paris pour la première fois. Et le ton est donné : Emily porte un drapeau américain sur le dos et Karen, vêtue d’une robe jaune pour l’occasion, clame être «LA plus grande fan de Lance». S’il n’était pas autant tombé, il serait sur le podium final. Elle en est sûre. Et l’affirme, l’Américain a démontré tout sa classe en finissant le Tour.

Cocorico pour les six étapes françaises

16h40, l’ambiance monte d’un cran sur les Champs. Les héros sont là, prêts à entamer leurs huit tours. Quatre garçons font sonner une cloche à leur passage. Originaires de Clermont-Ferrand, ils sont à Paris pour le week-end. Et se réjouissent des six victoires françaises de l’année. «Et n’oublions pas le maillot à pois !» renchérit Simon, vêtu … d’un maillot à pois. «C’est un peu chauvin de mettre ça en avant, mais ça faisait longtemps, et c’est toujours ça».

Un final en délire

A chaque passage des coureurs, les applaudissements s’intensifient. Tous attendent le sprint final, et le nom du possible vainqueur fait jaser : «Cavendish est meilleur, il va gagner aujourd’hui» déclare Jérémy. Sa prédiction se révèle bonne. . Le Britannique remet tout le monde à sa place dans la dernière ligne droite et remporte sa 5e étape du Tour. Une clameur se répand sur les trottoirs, alors que le visage d’Alberto Contador apparaît sur l’écran géant. Les Espagnols saluent le triple vainqueur du Tour, qui vient encore allonger la liste des Ibériques victorieux en sport cette année. Même les Luxembourgeois applaudissent: «C’est frustrant de perdre d’aussi peu, mais Andy a fait un Tour magnifique. Il fait honneur à notre petit pays. L’année prochaine, avec son frère, il gagnera, et on sera à nouveau là pour fêter ça !» Après le dernier tour d’honneur des coureurs, les nombreux spectateurs quittent les lieux. Avec un seul mot en tête : vivement l’année prochaine !
  

 
leparisien.fr

Read Full Post »

Tour de France : Contador reste en jaune avant les Champs-Elysées

 
 

 le Parisien.fr

Le suspense jusqu’au bout ! Dans les 52 kilomètres du contre-la-montre individuel, disputé entre Bordeaux et Pauillac, le Luxembourgeois Andy Schleck (Saxo Bank), 2ème au général, a longtemps fait jeu égal avant le maillot jaune espagnol Alberto Contador (Astana), avant de craquer sur la fin.

Pointé à 4 secondes de l’Espagnol après les 7 premiers kilomètres, le Luxembourgeois est revenu à hauteur de son adversaire au 16e kilomètre pour prendre ensuite l’avantage (5 sec au Km 22).

Mais la courbe s’est inversée à partir du 30e kilomètre, où Contador a commencé à reprendre l’avantage (7 sec au Km 32) pour creuser ensuite l’écart jusqu’à 31 secondes sur la ligne. Au classement général, l’Espagnol possède désormais 39 secondes d’avance sur son poursuivant au général, et semble bien parti pour remporter son troisième Tour de France consécutif, dimanche sur les Champs-Elysées. 

Derrière, ce contre-la-montre remporté par le Suisse Fabian Cancellara (Saxo Bank) a provoqué des bouleversements : le Russe Denis Menchov (11e de l’étape) a pris le dessus sur l’Espagnol Samuel Sanchez, qu’il a délogé de la troisième marche du podium.

Quant à l’Américain Lance Armstrong, pour son dernier «chrono» dans le Tour, il a terminé à plus de 7 minutes de Cancellara.

Read Full Post »

L'arrivée à Paris

//

Read Full Post »

Contador, troisième cuvée

Florian Egly (Sport24.com)

Alberto Contador va remporter son 3e Tour de France
Alberto Contador va remporter son 3e Tour de France Crédits photo : Reuters

Poussé dans ses retranchements par un magnifique Andy Schleck, Alberto Contador a préservé son Maillot Jaune pour 39 secondes au terme du contre-la-montre entre Bordeaux et Pauillac. L’Espagnol célèbrera dimanche son troisième Tour de France.

Ses larmes écrasées sur le podium traduisent son soulagement, sa frayeur. Le mano a mano aura ainsi duré jusqu’au bout, jusqu’au dernier mètre. La montagne n’avait pu les départager. Même le contre-la-montre aura eu du mal à désigner un vainqueur. Alberto Contador célèbrera dimanche sur les Champs-Elysées, à seulement 27 ans, son troisième sacre dans le Tour de France. Mais à quel prix ! Magnifique combattant, même sur un terrain qui ne lui convient pas, Andy Schleck a entretenu pendant longtemps l’illusion d’un improbable retournement de situation que seule la glorieuse incertitude du sport pouvait faire croire. Au final, le Luxembourgeois échoue à 39 secondes du Maillot Jaune, ces fameuses 39 secondes laissées dans le Port de Balès par la faute de son dérailleur. On ne refera pas l’Histoire. Tout du moins, le Maillot Blanc, pour la troisième année consécutive, n’aura rien à se reprocher sur ce contre-la-montre de 52 kilomètres qu’il a contribué à rendre haletant alors que tout le donnait perdant.

Schleck met le doute
Sa seule chance résidait dans un départ ultra rapide, afin d’insinuer le doute dans la tête de Contador. Au premier pointage, au km 18, le Luxembourgeois créait la surprise en passant deux secondes plus vite que son rival. Il s’approcha même jusqu’à une seconde virtuelle au général. L’exploit était en marche. D’autant que l’Espagnol, sans cesse en train de réajuster sa position sur sa selle, ne dévoilait pas les gages d’une grande sérénité. Mais il avait aussi un effort à gérer. 18 km plus tard, dans une zone où le vent de face soufflait fort, Contador reprenait la main, 6 secondes devant Schleck. Sa puissance légèrement supérieure faisait son effet tandis que le Luxembourgeois commençait logiquement à baisser de pied. La tendance se vérifiait à 7 km de l’arrivée. L’écart entre les deux augmentait à 17 secondes puis atteignait 31 secondes sur la ligne à Pauillac, où Contador, épuisé, n’avait même pas la force de célébrer sa joie. 31 + 8 = 39. Ainsi est la vie. L’ardoise du Port de Balès est effacée mais elle n’accorde pas à Contador l’immunité totale. Les deux hommes ont bien des années devant eux pour régler totalement cette dette.

Le 3e de Contador, Menchov sur le podium
Ils seront accompagnés sur le podium dimanche, sur les Champs-Elysées, par Denis Menchov. Privé de ce privilège en 2008 (il avait terminé 4e derrière Bernhard Kohl ensuite déclassé), le Russe a délogé Samuel Sanchez sans contestation (10e de l’étape malgré des conditions plus difficiles). L’Espagnol ne bénéficiait au départ que d’un maigre pécule de 21 secondes qui s’est avéré bien insuffisant (près de 2 minutes d’écart entre les deux) sur un parcours balayé par le vent au moment où les leaders se sont élancés. La victoire d’étape s’est ainsi jouée bien avant, Alberto Contador devant par exemple se contenter de la 35e place de l’étape. Sur un parcours à sa convenance, Fabian Cancellara a vaincu le signe indien en remportant son premier contre-la-montre en tant que tel sur le Tour de France. A plus de 50 km/h, le champion du monde de la spécialité a devancé Tony Martin de 17 secondes. Le Suisse avait entamé ce Tour de France 2010 par une victoire dans le prologue à Rotterdam. Il le conclut par un succès à Pauillac. La boucle est bouclée. Alberto Contador la clôturera définitivement dimanche par un troisième sacre, sans doute le plus dur.

Classement de la 19e étape :
1. Cancellara (Sui, Saxo Bank) 1h00’56 »
2. Martin (All, HTC-Columbia) à 17 »
3. Grabsch (All, HTC-Columbia) à 1’48 »
4. Konovalovas (Lit, Cervélo) à 2’34 »
5. Zabriskie (EU, Garmin-Transitions) à 3’00 »

La 19e étape en images :

 

Read Full Post »

Tour : Schleck triomphe du Tourmalet, Contador reste leader

 
Vainqueur en haut du Tourmalet, Andy Schleck a remporté la 17e étape du Tour de France, jeudi, mais n’a pu distancer Contador. L’Espagnol reste en tête du général avec 8 petites secondes d’avance sur le Luxembourgeois. Derrière, Samuel Sanchez, cinquième de l’étape à 1’32, a conforté sa 3e place en reprenant 8 secondes à Denis Menchov, qui se trouve désormais à 21 secondes du podium.

Comme il l’avait promis, Andy Schleck a bel et bien attaqué Alberto Contador dans le col du Tourmalet, ultime difficulté de cette étape. Mais le Luxembourgeois, qui a placé son accélération à dix kilomètres de l’arrivée, n’a pu se défaire du marquage du Maillot jaune, qui a pris la roue de son dauphin pour ne plus la lâcher.

Le contre-la-montre de samedi a priori favorable à Contador

Dans le brouillard et le froid, Alberto Contador s’est donc accroché sans trembler aux 8 secondes d’avance qu’il possède sur Schleck au général. Un avantage maigrichon que le double vainqueur de la Grande Boucle (2007, 2009) pourrait faire fructifier lors du contre-la-montre de 52 km, samedi entre Bordeaux et Pauillac, qui lui est a priori favorable.

Malgré un rythme soutenu, agrémenté de plusieurs accélérations, la tentative d’Andy Schleck n’a pas eu le succès escompté. Mais le mano à mano entre les deux hommes a tenu ses promesses. Dans le mythique Tourmalet, les deux coureurs ont fait route commune vers la ligne d’arrivée, fendant une foule souvent un brin indisciplinée. Toujours positionné dans la roue de Schleck, Contador a cependant tenté de fausser compagnie au meilleur jeune du Tour à 4 kilomètres de l’arrivée. Sans succès. En haut du Tourmalet, le Luxembourgeois a signé sa deuxième victoire d’étape cette année.

John Gadret, premier Français au général (17e), s’est classé premier tricolore de l’étape en 14e position et à 3’35 de Schleck. Anthony Charteau conserve de son côté le maillot à pois du meilleur grimpeur. Le Français, à moins d’un problème lors des trois dernières étapes, est mathématiquement assuré de ramener cette tunique à Paris.

 

 
leparisien.fr

Read Full Post »

Contador s’empare du maillot jaune et suscite la polémique

 

 

Sous quelques sifflets, Alberto Contador a endossé lundi le maillot jaune pour la première fois cette année, lors de la 15e étape gagnée à Luchon par le champion de France Thomas Voeckler. «Quand j’ai attaqué, je ne savais pas qu’Andy Schleck avait un problème mécanique», s’est défendu l’Espagnol, qui précède désormais de 8 secondes le cadet des frères Schleck, qui a lâché 39 secondes à son rival à cause d’un problème de dérailleur dans le dernier col, à quelque 25 km de l’arrivée.

 

Le Tour de France s’est peut-être joué ce lundi, à 4 km du sommet du col du Port de Balès, dans la 15e étape. Schleck déraille et doit s’arrêter. L’Espagnol le dépasse et se met à rouler, aidé par Sanchez (3e au général) et Menchov (4e). «Je n’aurais pas tiré avantage de cette situation», a réagi, à chaud, le Luxembourgeois à propos de l’attitude de ses rivaux. «Je ne fais pas partie du jury mais, c’est sûr, ces mecs-là ne gagneraient pas le prix du fair-play aujourd’hui», a ajouté l’ex-maillot jaune sans citer de noms. 

On se souvient que Jan Ullrich, en 2003, avait attendu Armstrong quand celui-ci était tombé dans Luz-Ardiden. Mais l’époque est révolue. Les nouveaux  héros du Tour traquent les secondes à gagner et les conditions de cette prise de pouvoir d’Alberto Contador dans le Tour de France n’a pas choqué la majorité du peloton. De même les internautes espagnols estiment à une très large majorité qu’Alberto Contador ne devait pas attendre Andy Schleck selon des sondages express publiés lundi soir par les sites web des quotidiens ABC, El Mundo ou AS.

Contador a-t-il quelque chose à se reprocher ?

Son passé fair-play témoigne en faveur de Contador. Dans l’étape de Spa, en début de Tour, l’Espagnol avait demandé à son équipe de couper son effort afin de laisser revenir d’autres coureurs, notamment les frères Schleck retardés sur chute.

Son comportement du jour ne prête pas davantage à discussion, à voir les images télévisées. S’il a réagi avec un léger temps de retard au démarrage d’Andy Schleck à moins de 4 km du sommet du port de Balès, soit à 25 km de l’arrivée, il s’est lancé aussitôt à sa poursuite. En plein effort, il l’a dépassé alors que le Luxembourgeois, évidemment nerveux, commençait à cafouiller sur son vélo. «Je n’ai appris l’incident que plus tard, une fois à l’avant», a répété après l’arrivée Contador qui, de fait, a semblé temporiser avant de relancer l’allure.

Le maillot jaune était alors pointé à une trentaine de secondes, un écart qui allait légèrement grandir à l’arrivée pour atteindre 39 secondes. Dans la descente, l’Espagnol s’est gardé de relayer, à l’inverse de son compatriote Samuel Sanchez et du Russe Denis Menchov, intéressés par l’opération.

L’épisode va-t-il peser sur le Tour ?

Sans nul doute bien qu’il n’y ait pas matière à polémique, de l’avis de Bernard Hinault, le dernier Français vainqueur du Tour en 1985. «C’est la course», a renchéri Jean-François Pescheux, directeur de l’épreuve. Bjarne Riis et Bradley McGee, les responsables de l’équipe de Schleck (Saxo Bank), n’ont pas dit autre chose : «Ce sont les circonstances, c’est la course !»

Mais la rage de Schleck, qui passe pour une victime aux yeux d’une partie du public, augure d’une suite encourageante pour l’intérêt de la course. «Fâché jusqu’à l’estomac» selon sa propre expression, celui qui porte désormais le maillot blanc a annoncé : «Je prendrai ma revanche dans les jours qui viennent.»

Duel au sommet

Le dauphin de Contador dans le Tour 2009 a même évoqué le lieu du rendez-vous pour ce défi hors normes. L’étape arrivant au sommet du Tourmalet, jeudi. «Je suis dans la même situation que l’année passée à la différence que je suis beaucoup, beaucoup plus fort», a conclu le Luxembourgeois. «Je vais tout donner, jusqu’à ce que je tombe de mon vélo !»

Read Full Post »

 

 
 

 

L’Italien Mauro Santambrogio (BMC), l’un des lieutenants en montagne du champion du monde australien Cadel Evans, a abandonné lundi dans la 15e étape du Tour de France.
Santambrogio, malade, a jeté l’éponge avant le début de la montée du Portet d’Aspet, le premier col de cette étape pyrénéenne qui relie Pamiers (Ariège) à Luchon (Haute-Garonne).

 

Read Full Post »

Tour de France : Contador se montre, Schleck limite la casse

 
 

 

Dans le duel qui oppose l’Espagnol Alberto Contador au Luxembourgeois Andy Schleck (Saxo Bank), maillot jaune depuis dimanche, c’est un troisième homme qui s’est imposé. Vendredi, l’Espagnol Joaquin Rodriguez (Katusha) a remporté la 12e étape du Tour de France, sur les hauteurs de Mende (Lozère).

 

 

C’est la première victoire d’étape de ce coureur catalan de 31 ans, qui n’avait jamais participé au Tour de France. 

Aberto Contador (Astana) se contente de la deuxième place. Le vainqueur de l’édition 2009 du Tour avait pourtant tenté de s’imposer en passant à l’attaque dans la montée finale vers Mende, raide mais limitée à 3,1 km.

Schleck toujours maillot jaune

Rodriguez a réussi à devancer le grand favori de la course. En revanche, le Luxembourgeois Andy Schleck (Saxo Bank) n’a pas pu suivre. Il cède 10 secondes à Contador, franchissant la ligne en cinquième position, mais conserve le maillot jaune de leader.

La troisième place est revenue au Kazakh Alexandre Vinokourov, rescapé d’une échappée lancée dès le 60e kilomètres de cette dure étape de 210,5 kilomètres.

«Vino» n’a été rejoint qu’à l’approche du sommet de la montée de la Croix-Neuve, à moins de 2 kilomètres de la ligne. Mais il n’a pu garder le contact avec Rodriguez et Contador, son coéquipier qui a cherché à prendre le maximum de temps sur Schleck.

 

 

Leparisien avec AFP

Read Full Post »

Older Posts »