Lecteur vidéo depuis : franceinfo (Politique de confidentialité)

Stanley a secouru le petit garçon qui est soupçonné d’avoir provoqué un incendie dans un immeuble à Aubervilliers.

Il a sauvé des vies. Stanley se reposait jeudi dernier dans son appartement de l’immeuble d’Aubervilliers ravagé par les flammes, quand il a entendu des cris. « Par la fenêtre, j’ai entendu un enfant crier, témoigne-t-il sur BFMTV. Il parlait avec des jeunes en bas et leur disait qu’il était bloqué chez lui, qu’il y avait le feu et qu’il avait peur. Pour se réfugier, il s’est mis dans sa chambre. » L’incendie de cette tour HLM venait de débuter avant de détruire plusieurs étages faisant quatre morts.

Le jeune homme se rendant compte que les premières flammes sortaient de la fenêtre de la cuisine un étage au-dessus n’a pas hésité. « Je suis monté, j’ai défoncé la porte d’un coup d’épaule, raconte Stanley. Une fumée noire est venue directement sur moi, du coup je me suis couché par terre, je n’arrivais déjà plus à respirer. J’ai rampé jusqu’à sa chambre et je l’ai fait sortir. J’ai crié ‘sors’ et je l’ai emmené chez moi. »

Stanley, un habitant de l'immeuble d'Aubervilliers ravagé jeudi par les flammes.© Capture BFMTV Stanley, un habitant de l’immeuble d’Aubervilliers ravagé jeudi par les flammes.« Un petit garçon très gentil »

A ce moment-là, explique-t-il, le feu n’allait pas être si dévastateur. « On a fait le tour des portes avec les jeunes et on pensait que tout le monde avait pu sortir », poursuit-il, rassuré par l’arrivée de la police. Stanley retourne dans son appartement et rejoint son petit voisin, qui se trouvait seul dans son appartement. « Je lui ai demandé s’il a le numéro de sa mère, ajoute-t-il. Je suis allé sur le balcon, j’ai pris le temps, et j’ai appelé les pompiers qui m’ont dit qu’ils avaient déjà été prévenus. J’ai fait sortir ma mère, mes frères, le petit et on est descendu. En descendant, j’ai fait le tour de quelques portes, mais ensuite la police nous a demandé de partir. »

« Le petit avait super peur, il devait savoir ce qu’il avait fait, il savait que c’était grave, raconte Stanley. Pour ne pas le paniquer encore plus, je lui ai demandé ce qu’il s’était passé. Il n’a pas voulu répondre. Je n’ai pas insisté. »

Décrit comme un enfant « très gentil », « très calme », le petit garçon de 10 ans a été mis en examen lundi pour « destruction par incendie ayant entraîné la mort ».