Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Faits Divers’ Category


N.W.
Le tribunal administratif de Besançon a suivi les conclusions du rapporteur public.© LOIC VENANCE / AFP Le tribunal administratif de Besançon a suivi les conclusions du rapporteur public.

PROCES – Le quadragénaire comparaît ce jeudi devant la Cour d’assises de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort

Un homme est jugé à partir de ce jeudi par la cour d’assises de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort. Le quadragénaire est soupçonné de viols et d’agressions sexuelles sur sa fille. Cette dernière était encore bébé quand les faits auraient commencé,selon L’Est Républicain.

Images à caractère pédopornographique

Il a été confondu par les enquêteurs via un forum sur le « dark web » sur lequel il aurait posté des images à caractère pédopornographiques. Le père de famille a été interpellé par les forces de l’ordre en 2017, la fillette avait alors 4 ans.

Le huis clos a été réclamé par la partie civile. L’accusé, en détention provisoire depuis son arrestation, encourt une peine maximale de vingt ans de réclusion criminelle.

Read Full Post »

Mécontent de ses conditions de travail, ce saisonnier, employé dans un camping de Cancale, est venu rencontrer son responsable avec sa mère. L’entretien a dégénéré.

À la fois prévenus et victimes, les quatre protagonistes se sont retrouvés devant le tribunal de Saint-Malo, jeudi 2 mai 2019, pour répondre de faits de violences et enregistrement de données à caractère personnel sans l'accord de l'intéressé pour la mère du saisonnier.
À la fois prévenus et victimes, les quatre protagonistes se sont retrouvés devant le tribunal de Saint-Malo, jeudi 2 mai 2019, pour répondre de faits de violences et enregistrement de données à caractère personnel sans l’accord de l’intéressé pour la mère du saisonnier. (© Le Pays Malouin)

Le travail et la famille ne font pas toujours bon ménage. À Cancale (Ille-et-Vilaine), durant l’été 2017, on en a eu une belle illustration.

Un jeune homme âgé de 20 ans, saisonnier dans l’un des campings de la cité de la côte nord bretonne, était mécontent de ses conditions de travail. Au service restauration où il est employé, le rythme serait trop soutenu. Et le salaire pas assez élevé.

Lire aussi : Violences conjugales : le témoignage déchirant d’une victime devant le tribunal de Saint-Malo

Il réclame d’être revalorisé lors d’un entretien avec son responsable. En vain, il ne sort pas satisfait de leur rencontre.

Il demande alors un nouvel entretien le même jour. Entretien auquel assistent également la mère du saisonnier et le père du responsable du restaurant du camping.

Mais la discussion s’envenime puis dégénère carrément lorsque le gérant du restaurant camping et son père apprennent que la mère du saisonnier enregistre leur conversation.

Bagarre générale

Un début de bagarre collective éclate alors. Le gérant et son père qui veulent récupérer le fameux enregistrement agrippent la mère par le bras avant de la ceinturer. Ce qui fait aussitôt sortir de ses gonds le saisonnier qui se jette dans la mêlée et fait « un placage américain » à son employeur.

La maman ceinturée, elle, a une autre technique : elle saisit les testicules du patron de son fils !

Résultat : 21 jours d’arrêt de travail pour le gérant du restaurant, âgé d’une trentaine d’années.

Mis à l’amende

On en reste heureusement là et tout le monde porte plainte à la suite de cette rixe survenue au cœur de la saison d’été.

A la fois prévenus et victimes, les quatre protagonistes se sont retrouvés devant le tribunal de Saint-Malo, jeudi 2 mai 2019, pour répondre de ces faits de violences et enregistrement de données à caractère personnel sans l’accord de l’intéressé pour la mère du saisonnier.

« Un dossier d’immaturité » a fini par conclure le substitut du procureur Ronan Le Clerc. Le tribunal a condamné les quatre prévenus à payer des amendes de 200 à 300 euros.

Read Full Post »

La police de la navigation a découvert lundi le corps de l’étudiante de 23 ans Julie Van Espen dans le canal Albert à Merksem, a indiqué le parquet d’Anvers. Ce dernier a ajouté qu’il poursuivait pour assassinat un homme arrêté plus tôt dans la journée à Louvain. Il s’agit de Steve B., individu de 39 ans connu de la justice

Ce qui était craint est devenu réalité: Julie Van Espen, 23 ans, a été retrouvée morte

 

Le parquet d’Anvers avait ouvert une enquête pour assassinat après la disparition de Julie Van Espen, habitant Schilde en province d’Anvers, qui était portée disparue depuis samedi soir

La jeune étudiante de 23 ans s’était rendue à Anvers à vélo, où elle avait rendez-vous avec des amies. Elle n’était cependant jamais arrivée à destination.

Malheureusement, nous venons d’apprendre que son corps sans vie venait d’être retrouvé dans le Canal Albert à Anvers. Un médecin légiste et le laboratoire ont rejoint sur place le juge d’instruction et le parquet pour effectuer les constatations officielles. C’est la police de la navigation qui a fait la découverte ce lundi, a indiqué le parquet d’Anvers.

Ce dernier a ajouté qu’il poursuivait pour assassinat un homme arrêté plus tôt dans la journée à Louvain. Il s’agit d’un individu de 39 ans, connu de la justice.

Un passé judiciaire sérieux

La police d’Anvers avait diffusé dans la nuit de dimanche à lundi des photos et un avis de recherche pour retrouver « un témoin important » dans l’affaire de la disparition de l’étudiante de 23 ans, originaire de Schilde. Sur plusieurs images, on peut en effet voir un homme en train de marcher, une boisson à la main, et portant un sac à dos dans le quartier où la jeune fille a disparu. Une enquête de téléphonie a permis de le localiser dans un train. La police l’a cueilli lors de sa descente en gare de Louvain. L’individu, désormais suspecté d’assassinat, comparaîtra mardi devant le juge d’instruction.

Le parquet a confirmé lundi soir que le suspect avait déjà un passé judiciaire. Selon plusieurs médias, l’homme, Steve B., aurait été condamné deux fois pour viol et avait fait appel contre sa dernière condamnation en 2017. Il aurait également commis différents vols pour entretenir sa dépendance à la drogue.

L’Université d’Anvers où Julie Van Espen suivait une formation en Relations internationales, a mis ses drapeaux en berne à l’entrée principale (Prinsstraat) et au rectorat (Middelheimlaan). Le cursus que suivait la jeune fille est suspendu de lundi à mercredi.

 

Read Full Post »

Prof de marketing, une jeune femme de 25 ans a été arrêtée mardi pour avoir envoyé des photos osées assorties de propositions indécentes à deux ados.

Scallywagandvagabond@ScallywagNYC

Loudon High School teacher accused of inappropriate contact with students https://scallywagandvagabond.com/2019/05/allison-briel-loudon-county-high-school-teacher-inappropriate-contact-student/  Briel County High School

Allison Briel: Loudon County High School teacher delinquency of minor

Allison Briel: Loudon County High School teacher accused of inappropriate contact with students charged with contributing to the delinquency of a minor.

scallywagandvagabond.com

Voir les autres Tweets de Scallywagandvagabond

Une enseignante de 25 ans a été arrêtée mardi à Leesburg (Virginie). Allison Briel est accusée d’avoir envoyé «plusieurs photos inappropriées» à deux élèves de 16 et 17 ans. De décembre 2017 à novembre 2018, cette prof de marketing au lycée de Loudon County a fait parvenir de nombreux clichés osés aux deux adolescents. «Il s’agissait notamment d’images d’elle en soutien-gorge et en string, laissant apparaître ses fesses», détaille le document judiciaire.

En accompagnement de ces photos hot, l’enseignante proposait des rapports sexuels à ses élèves, rapporte WTOP. Allison Briel ne travaillait que depuis quatre mois dans ce lycée quand elle a commencé à déraper. Selon un porte-parole de l’école, l’Américaine a été suspendue en novembre 2018, après le dépôt d’une plainte contre elle. Mise en examen pour «incitation à la délinquance d’un mineur», l’enseignante a été brièvement incarcérée. Libérée contre une caution de 2500 dollars, elle attend de connaître la date de son procès.

Read Full Post »

Les habitants, sous le choc, se sont massés sur le parking à proximité de la tour, en face du gymnase Diderot.   Photo ER /Isabelle PETITLAURENT
1 / 2

Photo HDLes habitants, sous le choc, se sont massés sur le parking à proximité de la tour, en face du gymnase Diderot.  Photo ER /Isabelle PETITLAURENT

Les habitants, sous le choc, se sont massés sur le parking à proximité de la tour, en face du gymnase Diderot.   Photo ER /Isabelle PETITLAURENT 

Un drame a attristé les habitants de la rue Dorey à Belfort, vendredi soir. Sous le choc, ils se sont retrouvés nombreux dans la rue, près du gymnase Diderot, impuissants.

L’alerte a été donnée à 21 h 10 et a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Une adolescente de 14 ans venait de se jeter du 15e étage. Elle a sauté de la tour située au 3 rue Dorey, aux Résidences.

La police a aussitôt mis en place un périmètre pour tenir à distance les curieux. Les pompiers de Belfort-Sud, arrivés rapidement sur les lieux, n’ont pu que constater le décès de la jeune victime

Read Full Post »

La scène a été filmée par la vidéosurveillance de l’école élémentaire Bluejacket-Flint à Shawnee, au Kansas (Etats-Unis).

On voit l’institutrice en train de discuter avec un autre adulte pendant que les élèves sortaient de la bibliothèque.

Mais une fillette, âgée de 5 ans, a refusé de s’aligner avec les autres enfants et s’est caché dans une étagère. On voit ensuite l’enseignante sortir de force la petite fille du meuble et s’éloigner.

Elle est ensuite revenue et, lorsqu’un autre membre du personnel de la bibliothèque s’est détournée, la maîtresse a donné un coup de pied à l’enfant dans le dos.

Lorsque la maman a récupéré sa fille à la sortie de l’école, elle s’est aperçue qu’elle portait une large marque rouge sur le bras. Sa fille lui a alors révélé qu’elle avait été frappée.

La mère de famille a porté plainte et l’institutrice a depuis été licenciée. Elle sera prochainement jugée pour maltraitance.

Read Full Post »

 – An elementary school teacher was caught on surveillance video apparently kicking a 5-year-old girl in the back in Kansas.

The teacher at Bluejacket-Flint Elementary School in Shawnee is seen in the video talking with another adult as students file out of the library. The video shows the child refusing to line up with the other students and hiding in a bookshelf.

CONTINUE READING BELOW

Next, the teacher is seen yanking the girl out of the bookshelf and walking away. She then returns, and when another staff member in the library turns away, the video shows the teacher kicking the child in the back.

The incident happened on February 21, according to KCTV, who spoke to the child’s mother, who said she did not want to be identified.

Attorney Dan Zmijewski, who intends to file a civil lawsuit on behalf of the 5-year-old, said the child told at least one teacher what happened but nothing was done.

“Nobody did anything despite the fact that multiple adults in the school knew that something had happened,” Zmijewski said.

The child’s mother said her daughter had a large red mark on her arm after school that day and said the teacher hit her. No one from the school initially contacted the mother about the incident, Zmijewski said.

The mother went to the school to find out what happened and recorded conversations with teachers and school staff, according to the attorney.

The mother also spoke to the teacher accused of hitting her child, who denied the claim, Zmijewski said.

The Shawnee Mission School District later reviewed the video and said it fired the teacher. Shawnee Mission district spokesman David Smith told the Kansas City Star that the district feels terrible about the situation.

“There was no question that we were going to do everything we could immediately to terminate that teacher and to look after that child,” Smith told the newspaper. “No child should have to experience that. It’s a horrible situation. We feel terrible about it and that person no longer works for us.”

Zmijewski said the girl is “terrified” to go back to the elementary school. Since the incident, he said the child is enrolled in a home-based education program through the district.

The incident was investigated by the Shawnee Police Department and the Johnson County District Attorney’s Office is reviewing the criminal case, according to the Kansas City Star.

“Has this happened before? I don’t know,” Zmijewski said. “I mean, who knows if it’s gone on before or not. We simply don’t know.”

This story was reported from Los Angeles.

Read Full Post »

Older Posts »