Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2017

Mon nom restera affiché dans l’atelier des guerres sociales comme celui d’un ouvrier qui ne fut pas fainéant.

Les gens qui nous affirment n’être d’aucun parti politique à coup sûr ne sont pas du nôtre
Lorentz EMERIC Marc  Copyright ©

 

Read Full Post »

Après les révélations du Canard enchaîné, Richard Ferrand a exprimé des regrets au sujet de l’embauche de son fils en tant que collaborateur parlementaire dans le courant de l’année 2014.

© Fournis par BFMNews

« Si c’était à refaire, je ne le referais pas », a posé Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires au micro de France Info ce mercredi. Ces regrets portent sur l’emploi de son fils, entre janvier et mai 2014, comme assistant parlementaire à ses côtés à l’Assemblée nationale où Richard Ferrand était député élu dans le Finistère. Cet élément est l’une des révélations de la dernière édition du Canard enchaîné.

Si Richard Ferrand a insisté sur les ondes publiques sur la réalité du travail de son fils, chargé d’après lui de rédiger la lettre de compte-rendu du député et de tenir le blog de l’homme politique, et sa rémunération au smic, il a tout de même concédé qu’il « y a, aujourd’hui, un rejet total de l’idée qu’un parlementaire puisse embaucher un de ses proches ».

Le cabinet dément les propos qui lui sont attribués

Concomitamment, son entourage a lui aussi essayé de désamorcer une controverse annexe. En effet dans un article publié par France Info ce mercredi, on pouvait lire la réaction suivante attribuée au cabinet du ministre interrogé sur l’emploi du fils de Richard Ferrand au Palais-Bourbon: « Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet. »

Autant dire que ces propos commencent déjà à faire parler. En fin d’après-midi, le cabinet de Richard Ferrand a cependant démenti auprès de BFMTV avoir tenu ces propos en « off », les condamne et les dénonce. Le principal intéressé a lui-même réagi sur son site internet.

« Je condamne fermement les propos honteux parus dans un article publié par France Télévisions et qui sont attribués à un membre de mon cabinet. Je m’attache personnellement à vérifier l’exactitude de la citation. Si un membre de mon équipe a effectivement employé de tels mots, des sanctions seront prises immédiatement. Je vis en Centre Bretagne depuis vingt ans, j’en suis fier, et j’y suis profondément attaché, tant au territoire qu’à ses habitant.e.s », a ainsi déclaré Richard Ferrand. 

La réalité des faits démontre d’ailleurs le contraire de ce qu’implique cette citation. Au Conseil général du Finistère, au Conseil régional de Bretagne, puis à l’Assemblée nationale, j’ai toujours eu la chance de bénéficier du travail de collaboratrices et collaborateurs talentueux et dévoués… tous, centre-Bretons.

Mais la polémique soulevée par le Canard enchaîné a un second volet. Selon l’hebdomadaire, les Mutuelles de Bretagne dont Richard Ferrand était à l’époque le directeur général ont, en 2011, choisi des locaux appartenant à une société civile immobilière (ou SCI) dont la gestionnaire n’était autre que sa compagne en vue de l’installation d’un centre de soins à Brest. Auprès de BFMTV, le ministre a expliqué que « c’est parce que c’est le mieux placé et le moins cher qu’il (le local) a été choisi ».

Read Full Post »

L’acteur britannique Roger Moore, ici en James Bond dans "L'Espion qui m'aimait", est mort à l’âge de 89 ans.

L’acteur est mort mardi en Suisse à l’âge de 89 ans des suites d’un cancer, ont annoncé ses trois enfants sur son compte Twitter.

L’acteur britannique Roger Moore, ici en James Bond dans « L’Espion qui m’aimait », est mort à l’âge de 89 ans. AP/UNITED ARTISTS AND DANJAQ, LLC

L’acteur britannique Roger Moore est mort à l’âge de 89 ans, mardi 23 mai en Suisse, des suites d’un cancer, ont annoncé ses trois enfants dans un communiqué diffusé sur le compte Twitter de leur père.

Roger Moore s’était rendu célèbre pour ses rôles d’Ivanohé dans la série télévisée Ivanohé, de Brett Sinclair dans la série Amicalement vôtre, et aussi le rôle mythique de James Bond, succédant à Sean Connery et George Lazenby

Voir l'image sur Twitter

With the heaviest of hearts, we must share the awful news that our father, Sir Roger Moore, passed away today. We are all devastated.

The Saint ‘Vendetta For The Saint’ (1969) | Escape (Clip 5) – Roger Moore Ian Hendry

 

Amicalement Vôtre – Scènes et répliques cultes

 

 

Read Full Post »

Marion Carrette, fondatrice de la société Ouicar, ici le 11 mai 2016 à Paris© Fournis par AFP Marion Carrette, fondatrice de la société Ouicar, ici le 11 mai 2016 à Paris

Les voitures de service de la SNCF, utilisées en semaine mais pas le week-end, peuvent être louées par les particuliers dans certaines gares, ont annoncé dans un communiqué de presse l’opérateur ferroviaire et la société de location de voitures entre particuliers OuiCar.

« Les voyageurs peuvent louer sur OuiCar des voitures SNCF de moins de 3 ans (type citadine), disponibles dans les gares d’Agen, Bordeaux, Bayonne, Lyon-Part-Dieu, Rennes, Brest, Saint-Brieuc, Redon, Vannes, Tours centre, St-Pierre-des-Corps, Orléans, Vierzon et bientôt à Limoges, Nantes, Toulouse et Saint-Malo », indiquent OuiCar et la SNCF.

Une expérimentation a été menée en Bretagne depuis le mois de septembre.

« Les véhicules étant utilisés par les agents SNCF principalement en semaine, les voyageurs peuvent les louer le week-end à des tarifs très accessibles: entre 15 et 26 euros/jour soit des prix 30 à 40% inférieurs à ceux pratiqués par les loueurs traditionnels », détaillent l’opérateur ferroviaire et la start-up.

Une application mobile, OuiCar Connect, permet à l’agent SNCF de gérer ses locations à distance, la réservation, l’état des lieux, l’ouverture et la fermeture de la voiture se font via le smartphone.

Logo SNCF au siège du groupe le 24 octobre 2010 à Paris© Fournis par AFP Logo SNCF au siège du groupe le 24 octobre 2010 à Paris

La SNCF est devenue actionnaire de OuiCar aux côtés des fonds historiques – Jaina Capital, le fonds d’investissement de Marc Simoncini, et Ecomobility Ventures – après y avoir investi 28 millions d’euros en juin 2015.

OuiCar revendique 30.000 voitures de particuliers à louer partout en France, près d’un million de membres et plusieurs centaines de locations chaque jour

Read Full Post »

Donald Trump va dévoiler ce mardi sa proposition de budget 2018, comprenant notamment des coupes dans l’assurance maladie et des changements dans les programmes de lutte contre la pauvreté, dans le but d’équilibrer le budget américain, selon un aperçu livré lundi par la Maison Blanche.

© Fournis par BFMNews

La proposition pour le prochain exercice fiscal, qui commence le 1er octobre, comprend une coupe astronomique de 1.700 milliards de dollars sur dix ans dans les programmes sociaux à destination des plus pauvres.

Plusieurs programmes sont sur la sellette, notamment celui des bons alimentaires (food stamps) pour les plus démunis, qui représente 272 milliards de dollars.

54 milliards de plus pour la défense

A l’inverse, le président américain propose une augmentation de 10%, soit 54 milliards, du budget de la défense par rapport à 2017.

Cette hausse comprend un coup de pouce de 2,6 milliards pour le contrôle des frontières et de l’immigration, dont 1,6 milliard ira à la construction du mur à la frontière mexicaine.

Il prévoit également un congé parental « totalement payé » de six semaines, pour un coût estimé à 18 milliards sur 10 ans.

« Nous ne touchons pas aux grandes lignes de la sécurité sociale et nous ne touchons pas Medicare », l’assurance maladie publique pour les plus de 65 ans, a expliqué à des journalistes le directeur du Budget de la Maison Blanche, Mick Mulvaney.

Mais Medicaid, l’assurance maladie pour les pauvres, souffrira d’une coupe de 800 milliards sur une décennie, comme le prévoit la réforme voulue par Donald Trump d’Obamacare, la loi emblématique de son prédécesseur Barack Obama.

Selon une estimation du bureau parlementaire du budget, de telles réductions pourraient empêcher environ 10 millions d’Américains de toucher leurs allocations Medicaid.

Plus de flexibilité pour les États

Le gouvernement prévoit de donner davantage de flexibilité aux États, notamment pour conditionner l’accès à certaines aides au fait de travailler. « Nous n’allons pas mesurer notre succès par la quantité d’argent que nous dépensons, mais par le nombre de personnes que nous aidons », a repris Mick Mulvaney. « Ce que nous avons fait c’est d’essayer de ne pas retirer le filet de sécurité aux personnes qui en ont besoin, mais plutôt d’essayer de trouver s’il y a des personnes qui n’en ont pas besoin, qui ont besoin de retrouver le chemin du travail », a-t-il ajouté.

Pour ce budget, l’administration table sur une projection de croissance économique à 3% et part du principe que la réforme de l’imposition, qui n’en est qu’à ses balbutiements, présentera un « déficit neutre ».

Si la réforme du système de santé voulue par Donald Trump était validée au Congrès, le budget prévoit également de supprimer les financements de l’organisation de planning familial Planned Parenthood.

Il est peu probable que le Congrès approuve le budget en l’état. Il devra toutefois trouver un compromis d’ici au 30 septembre, fin de l’année fiscale 2017.

Read Full Post »

Theresa May la Première ministre britannique, a qualifié l’attentat de Manchester comme l’un des « pires » incident terroriste ayant touché le Royaume-Uni. Lundi soir, un engin explosif placé à la sortie d’un concert a tué 22 personnes.

© Fournis par BFMNews

La Première ministre Theresa May a qualifié mardi de « lâche », l’attaque qui  a fait 22 morts lundi soir lors d’un concert à Manchester, considérant qu’il s’agit d’un des « pires » incident terroriste qui ait touché le nord du Royaume-Uni

« Cette attaque est une attaque lâche et c’est une lâcheté absolument ignoble et innommable (…). Nous n’arrivons pas à comprendre comment quelqu’un peut viser des enfants, peut-être aussi tordu et malade pour perpétrer ce genre d’attaques », a t-elle déclarée lors d’un point presse mardi.

Des adolescents visés

Theresa May a également affirmé que « la police et les services de renseignement pensent connaître l’identité » de l’assaillant, « mais ne peuvent confirmer son nom à ce stade » que tout allait être fait « pour traduire en justice les responsables de cette attaque ».

L’attaque de lundi a visé des adolescents à la sortie d’un concert faisant 22 morts et une soixantaine de blessés, nombre d’entre eux étant « entre la vie et la mort ». Selon les services de police britannique, un homme seul a actionné un engin explosif à la sortie du concert d’Ariana Grande, une chanteuse américaine.

Le Royaume-Uni avait récemment été endeuillé par un attaque à Londres visant le parlement. Cinq personnes avaient été tuées, quand un terroriste avait foncé en voiture sur des passants, avant de tuer un policier à l’arme blanche.

Read Full Post »

Quelques heures à peine après l’attentat de Manchester, plusieurs élus LR ont appelé à expulser « étrangers radicalisés », « salafistes ». Sans avoir la moindre information.

Nadine Morano le 13 février 2016 à Paris

© afp.com/LIONEL BONAVENTURE Nadine Morano le 13 février 2016 à Paris

A chaque attentat, c’est la même rengaine. D’un côté, il y a les messages de condoléances et de soutien, très majoritaires, de la classe politique. Et de l’autre, les tentatives de récupération politicienne majoritairement issues des rangs de la droite, dans l’opposition ces dernières années. L’attentat-suicide de Manchester, qui a fait au moins 22 morts lundi soir, n’échappe pas à la règle.

L’Eurodéputée Nadine Morano, toujours prompte à réagir sur Twitter, s’est offusquée la première dès potron-minet de l’absence de réaction du nouveau président Emmanuel Macron: « 5h24. Attentat terroriste à Manchester. Pas encore de réaction du président ».

Sur le fond, Nadine Morano est, encore une fois, allée vite en besogne. Car à l’heure de son message, les informations concernant l’origine de l’explosion étaient inconnues. Ce n’est qu’à 8h, heure de Paris, que la police de Manchester a confirmé qu’il s’agissait d’un attentat suicide. Le bilan a été revu à la hausse et s’établit, en début de matinée, à 22 morts. Les motivations du kamikaze sont, elles, encore inconnues.Sur la forme, Emmanuel Macron aura attendu 8h et quelques minutes pour envoyer un communiqué aux rédactions, puis un tweet, dans lequel il fait part de son « effroi » et de sa « consternation », et précise qu’il s’entretiendra prochainement avec Theresa May, la Première ministre britannique.

Fenech s’attaque à Macron

A droite toujours, le député du Rhône Georges Fenech, par ailleurs président de la commission d’enquête sur les attentats du 13 novembre, a lui aussi été prompt à réagir… pour se moquer des premières lois voulues par Emmanuel Macron. « L’urgence du premier gouvernement d’Emmanuel Macron est-elle une 13e loi de moralisation de la vie publique depuis 1988 ou la lutte [contre le terrorisme] », a-t-il publié sur Twitter, allusion à l’une des premières lois voulues par Emmanuel Macron sur la moralisation de la vie publique.

Quelques minutes plus tard, le député LR est allé encore plus loin sur France info en évoquant d’une part une action terroriste et, d’autre part, en déroulant des propositions politiques: « Nous avons des propositions notamment au niveau des fichés S. Il faut une surveillance drastique, il faut expulser tous les étrangers radicalisés, il y a des mesures urgentes à prendre, ne pas se tromper de priorité ».

Problème: à l’heure où le député déroule ses propositions, ni la Première ministre du pays ni la police n’ont confirmé la piste terroriste; il s’agissait alors d’une piste, certes probable, mais parmi d’autres.De son côté, le député LR Jacques Myard a appelé, lui aussi sur Twitter, à « expulser les salafistes » dès 6h du matin. Sauf que: pour l’heure, aucune revendication n’a eu lieu et les motivations du kamikaze sont encore inconnues

Read Full Post »

Older Posts »