Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Franc-Maçons’ Category

Franc-maçonnerie: les délégués de la GLNF refusent la réélection de Stifani comme Grand Maître

 

Les délégués de la Grande loge nationale française (GLNF) ont refusé la réélection comme Grand Maître de François Stifani, lors d’une assemblée générale samedi à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de sources concordantes.

Les délégués de la Grande loge nationale française (GLNF) ont refusé la réélection comme Grand Maître de François Stifani, lors d’une assemblée générale samedi à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de sources concordantes.

« La réélection de M. Stifani n’a pas été ratifiée », a indiqué à l’AFP un membre du Grand Conseil, précisant que celui-ci était en train d' »étudier les conséquences statutaires » de ce refus.

Selon une source proche de l’organisation, 1.025 des 1.708 délégués de loge ayant pris part à un vote électronique et secret ont refusé la réélection de M. Stifani, soit 60% d’entre eux.

Deuxième obédience maçonnique française derrière le Grand Orient de France, la GLNF revendique sur son site internet 43.500 membres.

Elle traverse depuis plusieurs mois une grave crise car François Stifani, élu en 2007, est confronté depuis décembre 2009 à un mouvement de contestation de dignitaires et Grands Maîtres provinciaux, dont certains ont été exclus.

Un administrateur judiciaire a été nommé début 2011 par la justice, saisie par les opposants, pour gérer les affaires de l’organisation après la démission de son conseil d’administration.

François Stifani, 64 ans, avait été réélu fin mars par un collège de dignitaires avec plus de 45% des voix, mais sa reconduction à la tête de la GLNF devait encore être ratifiée par les délégués réunis en assemblée générale.

En décembre dernier, plusieurs centaines de « frères » de la GLNF avaient manifesté à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), réclamant son départ et l’accusant notamment d’avoir inféodé la loge au pouvoir politique de droite alors en place.

Une nouvelle obédience composée notamment des dissidents, la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française (GL-AMF), a été officiellement créée le 2 mai, avec à sa tête Alain Juillet, 69 ans, ex-membre des Sages de la GLNF. Elle revendique plus de 5.000 membres.

Read Full Post »

La Justice confirme l’échec des adversaires de la mixité au GODF
le 19 mars 2012 23H00 | par

François Koch

La Cour d’Appel de Paris a confirmé l’irrecevabilité de l’action judiciaire des adversaires de la mixité au GODF. Ils avaient saisi la justice pour contester à la fois des décisions de la Cour Suprême de Justice Maçonnique (CSJM, qui avait, en avril et juin 2010, débouté le Conseil de l’Ordre reprochant à cinq loges d’avoir initié des femmes) et du Convent (le fameux vœu n°9 du Convent 2010 affirmant que le GODF ne peut admettre ou pas un candidat à l’initiation en se fondant sur son sexe).

La Lumière a pu se procurer l’arrêt de la Cour d’appel qui explique pourquoi l’action des frères de l’UGODF a été déclarée irrecevable. D’abord car il a été jugé que le GODF est une fédération de loges et non pas une association de frères. Ensuite car les demandeurs ne sont pas directement concernés par la procédure introduite devant la CSJM. De surcroît, la Cour a refusé de donner acte aux demandeurs qu’il peuvent poursuivre en responsabilité les dirigeants du GODF.

Les quatre frères demandeurs ont en outre été condamnés à payer 10 000 € au titre de l’article 700 du CPC (frais d’avocats).

VOIR ICI LA MOTIVATION DES JUGES DE LA COUR D’APPEL de Paris UGODFM 9 mars 2012

L’annonce de l’échec des opposants à la mixité avait faite par le Blog Sous la Voûte Étoilée.

Je suppose que les quatre demandeurs ne se pourvoient pas en Cassation.

Read Full Post »

La Justice valide la désignation du GM de la GLNF par Me Legrand
le 9 mars 2012 18H27 | par

François Koch

Le Vice-Président du TGI de Paris Patrice Kurz a validé l’organisation de l’élection du futur Grand Maître de la GLNF proposée par Me Monique Legrand, administrateur provisoire de l’obédience. Il a autorisé : 1. Que Me Legrand mandate la Société Cécurity pour qu’elle propose des solutions aux difficultés rencontrées à l’AG du 4 février au sujet des radiations et exclusions. 2. Que Me Legrand constitue une commission chargée d’étudier les sanctions intervenues depuis le 21 janvier 2011 (date de la démission de François Stifani, président de la GLNF) et d’établir la liste des candidats à la Grande Maîtrise.

Dans un courrier aux huit avocats, Me Stéphane Dumaine-Martin, conseil de Me Legrand, confirme que le collège [appellation profane du Souverain Grand Comité] sera convoqué le 30 mars 2012 pour désigner le nouveau Grand Maître (GM) dans un scrutin à deux tours. Et ce malgré la contestation judiciaire de François Stifani et Jean-Michel Baloup, qui sera plaidée devant le TGI de Paris respectivement les 27 et 29 mars 2012.

Me Dumaine-Martin annonce d’ores et déjà la composition de la Commission (6 membres titulaires). Pour la gouvernance actuelle : Patrick Bérard (Vice-Président), Jean-Paul Dupinay et Jacques Grill. Pour l’opposition : Christophe Edon (Vice-Président, pour Alain Juillet), Vincent Belcolore (Collectif NiNi) et Thibault Gonggryp (les 13 GMP « rebelles »). Membre suppléant : Pierre Emery (pour Jean Murat).

Me Dumaine-Martin annonce également que Me Legrand rencontrera les Grands Maîtres Provinciaux le 14 mars 2012 et réunira la Commission ci-dessus le même jour afin d’arrêter la liste des candidats à la GM au plus tard le 16 mars 2012. Ces deux réunions ayant lieu au siège de l’obédience, Rue Pisan.

VOIR ICI le courrier de Me Dumaine-Martin et l’ordonnance de P. Kurz : 01.03.2012

Dans la Commission, il est à noter que deux membres, Patrick Bérard et Jean-Paul Dupinay, sont par ailleurs membres du Conseil de Discipline National (CND). Patrick Bérard a été nommé le 24 juin 2011 membre titulaire du CND, chargé du secrétariat-greffe, en remplacement de Jean-Michel Baloup, décision de François Stifani. Bérard et Dupinay devraient donc se trouver en situation de juger des sanctions qu’ils ont eux-mêmes prononcées, ce qui ne semble pas très judicieux.

Read Full Post »

Me Legrand nommée administrateur provisoire de la GLNF pour six mois
le 16 février 2012 19H38 | par

François Koch

Patrice Kurz, vice-président du TGI de Paris, a nommé Me Monique Legrand, administrateur judiciaire, en qualité d’administrateur provisoire de la GLNF pour six mois à compter du 15 février 2012 (jusqu’au 14 août 2012). Me Legrand obtient donc tous les pouvoirs du Conseil d’administration de obédience. [voir l’ordonnance : KURZ 15.02.2012]

L’ordonnance elle-même est lapidaire, mais la requête rédigée par Me Stéphane Dumaine-Martin, avocat de Me Legrand, est riche d’enseignements. Il confirme l’analyse très critique des décisions prises par la Gouvernance de François Stifani au lendemain de l’AG du 4 février (son refus d’admettre le vote de défiance à son égard). Il confirme aussi le souhait de Me Legrand d’organiser des élections à la Grande Maîtrise. Il précise enfin qu’un seul avocat a émis des réserves à l’extension des pouvoirs de Me Legrand : Maître Patrick Bérard. C’est l’avocat des onze frères des Alpes-Maritimes intervenants volontaires dans la procédure judiciaire principale pendante devant la Cour d’appel de Paris (intervention qui a différé le rendu de l’arrêt de la Cour de juin 2011 à une date toujours non précisée). Au sein de la GLNF, il est aussi « passé grand porte-étendard » et membre titulaire du Conseil de discipline national de la GLNF, chargé du secrétariat-greffe (en remplacement de Jean-Michel Baloup).

Read Full Post »

 

Les Grandes Loges Américaines suspendent leurs relations avec la GLNF
le 21 février 2012 16H12 | par

François Koch

Le signal est très fort. Les 51 Grandes Loges des États-Unis d’Amérique et celle du Canada ont unanimement décidé la suspension de leurs relations avec la Grande Loge Nationale Française (GLNF). Le vote est intervenu à Atlanta ce 21 février 2012 vers 9 h 45 (heure locale), 15 h 45 heure française. Les Grands Maîtres ont donc suivi la rapport adopté hier par la Commission pour la Reconnaissance. Le point de vue de la GLNF était défendu par Philippe Tardivel (Grand Chancelier)et Patrick Mac Cann (Grand Inspecteur en charge du District Continental). Ils ont été critiqués par le passé Grand Maître belge, le Grand Chancelier anglais et un représentant de la Grande Loge de Washington DC.

C’est un échec pour François Stifani qui, pourtant, le 16 février 2012 (la veille du jour où Me Legrand déclaré qu’il n’était plus Grand Maître depuis le 4 février), avait rencontré des dignitaires américains avec quatre autres représentants de la GLNF, dont Philippe Tardivel (Grand Chancelier) et Sébastien Dulac (GMP de Paris). En revanche, Jean-Paul Dupinay, qui devait être du voyage, n’y est finalement pas allé.

Alain Juillet (pour l’ULRF) avait fait parvenir aux membres de la Conférence des GM d’Amérique du Nord un mémoire factuel sur la crise de la GLNF, ses origines et ses perspectives d’évolution (Voir le document en français ULRF GL US 10.02.2012 ou en anglais ULRF GL US 10.02.2012).

Le 16 février 2012, la Grande Loge de Washington DC avait adressé une lettre à François Stifani, es qualité de Grand Maître, pour lui signifier la suspension de toute communication officielle avec la GLNF. Pour quelle raison ? Car les conflits sont sur la place publique, la justice en est saisie et donc que la dignité et la stature historique de l’obédience sont atteintes. Précisons que cette GL de Washington DC est la plus ouverte aux relations internationales avec celles de New-York et de Californie. Voir ici le courrier LetterForMWBStifani.GLNF.16Feb2012 et sa traduction en français.

Read Full Post »

Francs-Maçons à L’Elysée : Stifani contourné, Arcizet boycotte et Lafouge proteste
le 24 janvier 2012 13H26 | par

François Koch

Le président de la République Nicolas Sarkozy présente ce mardi 24 janvier ses vœux aux francs-maçons à L’Élysée. Cette année, c’est l’Institut Maçonnique de France (IMF) qui est invité, représenté par 80 francs-maçons, des dignitaires ou d’anciens dignitaires des dix obédiences membres de l’IMF. Cela se passe à 18 heures, et il n’y aura qu’un speech de Nicolas Sarkozy. Est-il rédigé par Alain Bauer ? « Joker« , répond l’ancien GM du GODF.

Comme souvent, il y a des soucis autour de la liste des invités, malgré les 80 places disponibles. A commencer par la représentation de la GLNF, en crise de plus en plus intense depuis deux années. L’Elysée a demandé à Roger Dachez, président de l’IMF, une liste d’invités. Pour l’épineuse question de la GLNF, donc, on m’indique de bonne source que Dachez s’est adressé aux Anglais [GLUA], la maison mère, qui, de manière officieuse, aurait proposé de frères français pour représenter leur « filiale », autrement dit pas François Stifani. Mais je ne sais encore qui sont ces « heureux » désignés.

Autre souci, les dignitaires du GODF. Le Grand Maître Guy Arcizet se fait remarquer en boycottant la cérémonie. Officiellement, il explique : « Je me tiens en retrait vis-à-vis des candidats à la présidentielle. Les membres du Conseil de l’ordre m’ont approuvé à l’unanimité. » Officieusement, il fait observer que Nicolas Sarkozy n’a pas présenté ses vœux aux francs-maçons en 2010 et en 2011… et que s’il le fait en 2012, c’est qu’il y a une élection présidentielle.

Il y a enfin des problèmes d’envois postaux. Le carton d’invitation de l’ancien Grand Maître du GODF Jacques Lafouge est arrivé Rue Cadet, à Paris, alors que l’intéressé réside depuis des années dans le Sud-Ouest. Les fichiers de L’Elysée ne sont donc pas à jour. Du coup, Lafouge est en colère et le fait savoir dans une une  » Lettre ouverte à Mr Sarkozy, Président de la République  » (voir ce lien LAFOUGE a SARKOZY 24.01.2012)

 

6 commentaires

Par illuminati le 24 janvier 2012 16 h 02 min

Merci à Jacques Lafouge pour sa lettre ouverte qui montre un des nombreux aspects obscurantistes de minuscule Cavaliere noir Nicoli Sarketo.

J’observe que ce n’est pas non plus Patrick Kessel et son Comité Laïcité République qui s’est élevé de la sorte.

 

Par evgueni1871 le 24 janvier 2012 15 h 40 min

STIFANI contourné.
Fallait-il lire controuvé ?
Ou les deux : controuvé et contourné ?

Son absence du brunch tardif organisé par la Sublime Porte tend à prouver que Monsieur N.Sarkozy a pris acte des récents avis de la Justice de la République selon laquelle Monsieur François Stifani n’est plus Grand Maître de la Grande Loge Nationale Française.

 

Bon résumé dans le titre de l’article.

Le plus amusant est que François Stifani, qui voulait mettre la GLNF à la disposition de Nicolas Sarkozy, n’ait pas été invité à rencontrer icelui.

Cela va faire jaser en mal dans certaines chaumières….

Cependant, la lettre de Jacques Lafouge reflète exactement ce que devraient dire tous les FF attachés à la République, car, en ces moments où, dans le monde, les croyants de diverses fois aiment à s’exterminer par tous les moyens meurtriers existants, le combat pour la défense et la restauration d’une véritable laïcité à tous les niveaux de l’Etat est plus qu’une nécessité, une obligation morale et éthique.

Bravo à Jacques Lafouge donc pour sa lettre. On aurait aimé que les autres invités aillent à l’Elysée pour appuyer ses demandes essentielles et de bon sens républicain.

Si ce n’est que pour servir de pont d’envol à un candidat en difficulté, et faire silence sur les points soulevés avec justesse par Lafouge, alors, il est plus sage de rester chez soi et s’occuper des affaires importantes.

Plutôt que des rédacteurs de discours présidentiels trompeurs, voire menteurs, certains FF devraient tremper leur plume dans l’encrier de Jacques Lafouge.

Il serait en effet plus positif que l’on parle du GO pour défendre la laïcité dans l’Etat et l’Ecole que pour les affaires délirantes du Carlton ou du Pas de Calais.

Ce n’est là qu’un avis, mais si nul invité n’a rien dit sur la laïcité reniée par Nicolas Sarkozy depuis 2007, alors…..

 

Par plantierlaugier83 le 24 janvier 2012 15 h 24 min

Merci à Jacques Lafouge de s’être saisi de cette occasion pour mettre les points sur les I s’agissant de la laïcité.
J’observe que ce n’est pas Quillardet pourtant président d’un observatoire sur ce sujet qui est intervenu.
J’observe aussi qu’Arcizet faux cul invitent les candidats à a présidentielle à venir « plancher » au GODF, qui approuve Hollande mais … affirme sans trembler  » Je me tiens en retrait vis-à-vis des candidats à la présidentielle. « .

Mais ce type est non seulement un vrai faux cul mais en plus un dégonflé. Et c’est ça le GM du GODF … mais quelle honte !

 

J’SUIS PAS TON AMI

On dirait la fée Carabosse qui se plaint de n’avoir pas été invitée – Ou du moins pas à la hauteur du personnage important qu’elle croit être. L’humilité , non ? Parce que, quand on en manque, on risque le ridicule – Il parle de laïcité, mais c’est surtout pour tirer sur l’ambulance qu’est l’église Catholique. Bref, discours d’arrière garde, combat d’arrière garde.

 

Par evgueni1871 le 24 janvier 2012 13 h 47 min

La Lettre ouverte présentée ce jour par La Lumière mérite un : Big Up.

Franc et…
Massif.

Read Full Post »

Les francs-maçons priés de partir de Puteaux
Source :Monputeaux.com

Sans titreEn novembre, nous vous révélions que la ville de Puteaux louait un pavillon, au 28/30 rue Lucien Voilin, à une loge maçonnique, pour un prix défiant toute concurrence : 1.000 euros par mois.

Le mois suivant, au cours du conseil municipal du 16 décembre, le député-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud affirme d’une part qu’elle n’est pas franc-maçonne et annonce d’autre part que le pavillon va être repris pour la ville. Une crèche sera construite sur ce terrain (question 6 de l’ordre du jour du conseil).

Il est à noter que ces dernières années, à chaque fois que la ville réalise une crèche, il y a une histoire derrière : la construction de la crèche de la rue Godefroy afin d’empêcher l’aggrandissement de la Mosquée… la réalisation de la crèche de la rue Charles Lorilleux pour justifier la reprise du local des Evangélistes. Aujourd’hui, c’est au tour des francs-maçons… Pratique les crèches pour invoquer la nécessité de l’intérêt général… Certes, il en faut.

Read Full Post »

La franc-maçonnerie hébergée par la mairie UMP de Puteaux

Publié sur le blog de Sylvie Cancelloni :

Depuis les années 80, la ville de Puteaux loue à l’APHEC (Association Philosophique et Culturelle), au 28/30 rue Lucien Voilin (juste en face de l’Eglise Sainte Mathilde) une coquette villa entourée d’un petit jardin reconverti en parking, pour la modeste somme de 12.000 euros annuels. Soit 1.000 euros par mois pour une villa avec jardin à côté de La Défense : le sacrifice consenti grâce à nos impôts se justifie-t-il ?

Justement, regardons-y de plus près :

L’APHEC est une association mise à disposition de la franc-maçonnerie. Les vieux Putéoliens n’en seront pas étonnés car chacun se rappelle du grand nombre d’élus Putéoliens de sexe masculin qui en ont fait partie, à commencer par Charles CECCALDI RAYNAUD lui-même ou son adjoint Roger LATAPIE (cf http://www.lepoint.fr). Bon, ce n’est pas un péché… Bien que, je le confesse, la franc-maçonnerie soit pour moi aujourd’hui un archéo-réseau qui n’a plus grand-chose de neuf à proposer et dont le goût pour l’ombre alimente largement le discrédit dont souffre le politique aujourd’hui.

L’APHEC est domiciliée à Puteaux… On ne la trouve pourtant pas dans le Guide des associations de la ville. Quand je cherche ses rapports de gestion, mes moteurs de recherche me signalent : « selon nos sources, aucune publication annuelle connue ». Peut-être y a-t-il un dossier en mairie ? Toujours est-il qu’il ne figure pas non plus dans la convention de renouvellement pour 5 ans présentée au Conseil municipal en 2011. La règle est pourtant claire : un loyer de ce prix est une subvention déguisée qui impose des règles d’information et d’évaluation régulières.

Tout cela aurait pu continuer pendant des lustres si les choses n’étaient pas venues compliquer récemment cet agréable arrangement entre amis. Car l’APHEC sous-loue ou héberge gracieusement depuis longtemps la Grande Loge Nationale de France (GLNF). Et la GLNF, elle s’est un peu installée comme chez elle. Des querelles de pouvoir auxquelles je n’ai strictement rien compris (le vocabulaire franc-maçon reste impénétrable) ont conduit le Président de l’APHEC et administrateur détrôné de la GLNF à entrer en conflit avec cette dernière. Qui lui a carrément fermé la porte au nez en remplaçant les serrures, alors que la convention de location est signée par l’APHEC. Une autre organisation, domiciliée aussi rue Lucien Voilin, la Province de Paris Grande Arche, s’en est mêlée à son tour. Je ne sais si cette organisation relève de la même loge ou non… Mais leurs différends ont entraîné des règlements de compte si sonores que la police a dû intervenir à la suite de plaintes de voisins.

Dans cette affaire embrouillée, qui est qui ? Je compte bien sur vous pour m’éclairer… Vous pouvez toujours les appeler pour les confesser au 01 80 92 57 30.

En attendant, cela a réveillé la ville de Puteaux qui vient d’envoyer un courrier de dénonciation du bail (Lettre-Ville-de-Puteaux-Résiliation-de-la-convention-APHEC-11-Oct.-2011) : tout le monde puni ? Pour le coup, il semblerait qu’une union sacrée se constitue entre les frères ennemis d’hier pour dénoncer une lettre qui n’aurait pas été rédigée dans le strict respect des règles de droit.

En un mot, on n’est pas sorti de l’affaire, mais les avocats de la ville de Puteaux ne seront pas au chômage pour 2012…

Et puis, reste une question centrale : quel palais fera-t-on de cette maison quand ses locataires (déclarés ou non) en seront partis ? Les paris sont ouverts …

Mme Cancelloni, j’espère que vous avez des preuves, lorsque vous dite que Mr Charles Ceccaldi-Raynaud est un Franc-Maçon. Visiblement vous connaissez très bien la Famille Ceccaldi-Raynaud.

Auriez-vous oubliez que lorsque vous vous êtes retrouvées dans la panade, Mme Joëlle ceccaldi-Raynaud, vous a proposée de vous aider et que vous avez refusé. En quoi la Franc-Maçonnerie vous gêne-t-elle à ce point ? Votre QI  n’est peut-être pas assez élevé pour comprendre la Franc -Maçonnerie. Vous feriez mieux de vous préoccuper des Putéoliens et de votre ville, plutôt que de vous occuper de savoir à qui L’ APHEC loue son local et de savoir pourquoi  les frères Maçonniques se soutiennent lorsqu’ils sont attaqués. Je vous conseille  vivement de vous préoccupez de votre poste au CCAS , que vous avez  réclamez à Mme le Maire. Dite pourquoi vous vous attaquez au Maire de Puteaux , ou à Mr Charles Ceccaldi-Raynaud? Dite la vérité pourquoi lorsque vous étiez au Conseil Municipal , vous vous etes fait jeter par Mr Charles Ceccaldi-Raynaud? Comment se fait-il que vous vous retrouvez avec Mr Christophe Grébert, alors que lorsque  vous étiez à l’UDF , puis au MODEM , vous ne vouliez pas en entendre parlé. Vous avez peut-etre la meme maladie que Mr Jacques Chirac.

LOUP BLANC

Read Full Post »

Francs-maçons, la main invisible

La nomination d’Henri Proglio à la tête d’EDF ou les millions versés par l’État à Bernard Tapie, une histoire de frères…

Francs-maçons, la main invisibleCérémonie franc-maçonne, à Dijon, en février 2010. L’omerta est la règle. © Jean-Luc Petit / Gamma
Par Sophie Coignard (Le Point)

La reconduction de François Fillon à Matignon est une défaite des francs-maçons, dont beaucoup soutenaient ouvertement Jean-Louis Borloo, qui, en tant que chef du Parti radical, incarne la tradition fraternelle au sein de la République. Telle est l’analyse à laquelle se livre un personnage politique français de tout premier plan sur le récent remaniement ministériel. Voici son raisonnement : « Il suffit de regarder qui soutenait Borloo : Claude Guéant, le secrétaire général de l’Élysée, pour une fois d’accord avec Henri Guaino, mais aussi le patron d’EDF, Henri Proglio, qui nie être initié, mais cela fait rire tout Paris. »

Notre observateur averti ne souhaite évidemment pas apparaître à visage découvert. « Ce que je vous dis est une évidence pour quiconque s’intéresse aux jeux d’influence au sommet. Mais je n’ai pas envie de passer pour un paranoïaque, s’amuse-t-il. Et puis, les frères sont les premiers à avancer masqués, non ? Dans tous les cénacles, la « main invisible » des francs-maçons anime les conversations. Pourquoi ? Parce qu’elle obéit à une combinaison magique : réseau d’influence plus secret d’appartenance. Le cocktail parfait !

Omerta

D’ailleurs, comme pour illustrer ces propos, quelques jours après sa sortie du gouvernement, Jean-Louis Borloo organise dans les Salons de l’Aveyron, à Paris, un « dîner républicain » de 800 personnes. Traditionnellement, ce banquet réunit des frères et leurs amis défenseurs de la laïcité pour commémorer la loi de séparation des Églises et de l’État. Là, c’est la fête à Jean-Louis ! Les familiers des loges ne manquent pas autour des tables. Ceux qui l’assument et ceux qui le taisent. Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient aujourd’hui conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour les questions de sécurité, Xavier Bertrand, ministre du Travail, Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche, Serge Lepeltier, premier vice-président du Parti radical valoisien, Patrick Ollier, tout nouveau ministre chargé des Relations avec le Parlement, Gérard Larcher, président du Sénat…

François Fillon, qui n’est pas franc-maçon, est resté Premier ministre. Preuve que les frères ont perdu la main ? Certainement pas. Mais on ne gagne pas à tous les coups… Les initiés sont d’ailleurs aussi nombreux qu’avant autour de la table du conseil des ministres. Est-ce un problème ? Ce n’en serait pas un si ces hauts responsables, garants de l’intérêt général, ne niaient pas, pour la plupart, leur appartenance avec la dernière énergie. Ils ne sont pas les seuls. Dans la police, dans la magistrature, dans l’Éducation nationale, dans les banques et compagnies d’assurances mutualistes, à EDF, à La Poste, personne n’a jamais franchi le seuil d’un temple, si l’on s’en tient aux déclarations officielles. De cette omerta nourrie par les initiés eux-mêmes résulte un étrange paradoxe : dès qu’une nomination ou une décision semblent inexplicables, chacun, parmi les profanes, songe à la franc-maçonnerie. Comment en serait-il autrement ?

Réseaux fraternels

Un député important de la majorité reçoit un jeune élu prometteur dans son bureau de l’Assemblée nationale. « Alors, tu es où, toi ? » lui demande-t-il tout de go. Son interlocuteur mettra un moment à traduire ce « où ? », qui signifie « dans quelle obédience ? ». Un cadre supérieur bardé de diplômes est embauché dans un grand groupe de distribution d’eau. Au fil des jours, il comprend que ses collègues et ses supérieurs le prennent pour ce qu’il n’est pas : un frère. Doit-il jouer la comédie ? « Les premiers temps, je me suis contenté de ne pas les détromper, sans jamais mentir, raconte-t-il. Au bout de quelques mois, des relations d’estime mutuelle s’étaient installées, ce qui rendait mon silence coupable. Je me suis donc dévoilé, si j’ose dire : non, je n’en étais pas. À mon grand soulagement, cet aveu a été accueilli avec décontraction. Mais on m’a fait comprendre qu’il était utile et intéressant d’y entrer, pour instaurer un climat de confiance avec les clients et même en interne. » A-t-il accepté ? Il assure que non. On n’est pas sûr de le croire sur parole.

Ceux qui s’y sont frottés sont prompts, ensuite, à voir des réseaux fraternels partout. Les nouvelles normes qui s’imposent à l’habitat en matière d’environnement ? Une gentillesse faite aux prestataires par le ministère. La difficulté à fusionner les Caisses d’épargne et les Banques populaires ? Une guerre entre maçons d’obédiences différentes et aux intérêts disjoints. La nomination d’Henri Proglio comme P-DG d’EDF, poste qu’il comptait cumuler avec son maintien à la tête de Veolia ? Une revanche des francs-macs. Les assauts contre Anne Lauvergeon pour lui faire quitter Areva ? Une guéguerre entre la maçonnerie et le corps des Mines, dont Mme Lauvergeon est un élément actif… Les millions versés par l’État à Bernard Tapie à l’issue de son combat contre le Crédit lyonnais ? Rien n’aurait été possible sans les frères.

« Abus de pouvoir »

Dans cette longue – et coûteuse – saga de Tapie contre l’État, le mot « franc-maçon » n’est jamais prononcé, mais brûle toutes les lèvres. Dans son livre « Abus de pouvoir », François Bayrou lui consacre un chapitre violent dont certains passages doivent être lus entre les lignes. Le président du MoDem évoque ainsi la manière dont un amendement législatif a été introduit afin de permettre aux établissements publics administratifs d’avoir recours à l’arbitrage pour résoudre leurs conflits. : « Qui avait, dans le secret des cabinets, préparé ce texte ? (…) Était-ce le cabinet du ministère de l’Intérieur, ceux de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux ? Ou Bercy, sous la double autorité du ministre de l’Économie, Thierry Breton, et du ministre du Budget, Jean-François Copé ? » Les initiés compléteront d’eux-mêmes : tous francs-maçons ou très proches des loges.

D’ailleurs, un initié, et pas le moindre, réagit lui aussi à l’arbitrage qui couvre Tapie de millions. Dans les colonnes de Libération, Jean-Michel Quillardet, un avocat qui était alors grand maître du Grand Orient, s’indigne. « Je voulais envoyer un signal : montrer que les francs-maçons ne sont pas tous dans les combines, explique-t-il. On sait que des membres de la GLNF ont joué un rôle dans cette affaire, à l’Élysée, à Bercy, mais aussi parmi les avocats d’affaires spécialisés dans les liquidations judiciaires, qui sont à la fois proches de Tapie et impliqués dans des transactions en Afrique. »

Il faut louer le courage de Jean-Michel Quillardet, à qui cet article n’a pas fait que des amis dans l’univers maçonnique, où la règle d’or consiste à se taire pour ne pas ternir l’image des obédiences et de leurs membres. Un raisonnement à courte vue : depuis le docteur Freud, chacun sait les ravages opérés par le silence et la violence que peut revêtir le retour du refoulé.

Read Full Post »