Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Route du Rhum 2010’ Category

 

AFP (Le Point)

Route du Rhum: en attendant Jourdain…

 

Route du Rhum: en attendant Jourdain...

Les ténors des trimarans géants étant arrivés en Guadeloupe, l’attention se porte désormais sur les monocoques de 60 pieds (18,28 mètres) IMOCA, le premier d’entre eux n’étant toutefois pas attendu avant samedi après-midi à Pointe-à-Pitre, terme de la Route du Rhum.

Les ténors des trimarans géants étant arrivés en Guadeloupe, l’attention se porte désormais sur les monocoques de 60 pieds (18,28 mètres) IMOCA, le premier d’entre eux n’étant toutefois pas attendu avant samedi après-midi à Pointe-à-Pitre, terme de la Route du Rhum.

Ces jours-ci, la Guadeloupe n’est décidément pas une île facile à atteindre quand on navigue à la voile et qu’on est pressé: c’est un peu ce que doivent se dire les skippers de ces monocoques lancés à la poursuite de leur indécrochable leader Roland Jourdain (Veolia Environnement).

A moins de 2 jours de l’arrivée, les 5 premiers de cette classe restent sur deux options radicales. Les deux bateaux de tête, Veolia Environnement et Brit Air (Armel Le Cleac’h), continuent de progresser avec un vent de face irrégulier (force 3) pour arriver en Guadeloupe par le nord. Les trois autres ont semble-t-il choisi une route directe, par l’ouest.

Ces options, cependant, risquent d’être de peu de valeur au vu des calmes qui vont, selon Météo Consult, s’installer dans la nuit de vendredi à samedi dans l’ouest d’Antigua et au nord-ouest de la Guadeloupe.

Ces conditions vont inévitablement ralentir la progression des concurrents. Les spécialistes ajoutent pudiquement que « la situation reste complexe » et qu’il faudra composer avec les régimes de brise et les calmes.

Yann Guichard (4e), arrivé tard jeudi soir à la barre du trimaran Gitana XI, ne démentira pas, lui qui est resté englué plusieurs heures en vue de la ligne d’arrivée…

Jourdain, alias Bilou, continue de faire la course en tête des IMOCA avec son « vieux » bateau, un plan Farr mis à l’eau en 2007 et loué pour l’année. A la barre de ce monocoque, celui de Sébastien Josse dans le dernier Vendée Globe, Jourdain domine depuis plusieurs jours la meute lancée à ses trousses.

Si Eole ne lui joue pas des tours, Bilou, 46 ans, est bien placé pour remporter ce Rhum 2010, comme il l’avait fait en 2006 dans la même catégorie.

Reste le mystère Desjoyeaux, qui se traîne en queue de peloton avec son Foncia flambant neuf, un plan VPLP-Verdier de dernière génération mis à l’eau il est vrai seulement quelques semaines avant le départ de la course, le 31 octobre à Saint-Malo.

Septième et avant-dernier des IMOCA au pointage de 16h00 (Paris) vendredi, Michel Desjoyeaux croisait à 538 milles (968 km) de Jourdain, un écart abyssal pour le plus titré des coureurs océaniques français.

Joint vendredi par radio, Desjoyeaux ne s’est pas étendu sur sa situation, se bornant à expliquer qu’il « profite de ce bon moment », « dort beaucoup » et pensait être « lundi matin au nord de la Guadeloupe ».

Pas de réponses aux questions qui taraudent le petit monde de la voile: la contre-performance de Mich’Desj’ s’explique-t-elle par un mauvais choix de route (contournement de l’anticyclone des Açores par le sud), une avarie que le skipper cacherait pour ne pas donner de munitions à ses adversaires ou le souci de ménager un bateau qu’il découvre tout juste et avec lequel il prendra le départ de la Barcelona Race (Tour du monde en double, sans escales) à la fin de l’année?

Ou encore, plus grave, Foncia est-il plus lent, plus difficile à régler que prévu? Réponse(s), peut-être, à Pointe-à-Pitre dans quelques jours.

Dans la classe des Multi 50, qui regroupe des trimarans de 15,24 mètres, Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) et Lalou Roucayrol (Région Aquitaine-Port Médoc) se livrent un duel superbe qui semble tourner à l’avantage du premier.

Lemonchois, qui avait gagné le Rhum 2006 en établissant un temps « canon » de 7 jours 17 heures 19 minutes, ne détesterait certainement pas l’emporter dans sa classe cette fois-ci.

Read Full Post »

 

VOILE

Vidéo. Route du rhum : victoire de Cammas devant Joyon

 
 
 
Il a coupé la ligne aux alentours de 16h15 (heure en métropole) : Franck Cammas a gagné la 9ème édition de la Route du rhum. Après avoir été retardé par des vents de sud très faibles, le skipper de Groupama 3 a bénéficié finalement d’un vent régulier dans le canal des Saintes, qui lui a permis de couper la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) quasiment à l’heure annoncée par le site officiel de la 9e Route du rhum.
 Le leader aura donc mis 9 jours 3 h et 14 min (temps officieux) à boucler la course transatlantique en solitaire, loin du record établi par Lionel Lemonchois en 2006 (7 jours 17 heures 19 minutes). 

Le franchissement de la ligne d’arrivée avait été initialement annoncé pour mardi matin. Tôt mardi matin, Franck Cammas n’était plus qu’à une centaine de milles du port guadeloupéen (1mille = 1,8 km), suivi à un peu plus de 200 milles par Thomas Coville (Sodebo). «C’est toujours long une fin de transat, on a l’impression d‘être arrivé, mais on ne l’est pas. Il faut être patient», rappelait lundi le futur vainqueur, depuis son maxi-trimaran Groupama 3.

Déjà détenteur cette année du Trophée Jules Verne (tour du monde en équipage et sans escale en 48 jours 7 heures 44 minutes), Franck Cammas, 37 ans, a réalisé dans cette 9e édition du Rhum une superbe performance avec un voilier surpuissant conçu pour un équipage d’une dizaine de personnes et qui avait été adapté pour la solitaire.

Francis Joyon (IDEC) était attendu mardi entre 23 heures et minuit (heure de Paris) à Pointe-à-Pitre, où il prendra la deuxième place de la course. Le troisième, Thomas Coville (Sodebo), était pointé à 202,2 milles de l’arrivée au classement de 20 heures.

Vidéo. L’arrivée victorieuse de Cammas à Pointe-à-Pitre

Lire la vidéoLire la vidéo

 

VIDEO. A bord du Groupama 3

Lire la vidéoLire la vidéo

 

Classements mardi à 20h00 :

Classe Ultime (multicoques géants):

1. Franck Cammas (FRA/Groupama 3) 9 jours 3 heures 14 min 47 sec

2. Francis Joyon (FRA/IDEC) à 50,7 de l’arrivée

3. Thomas Coville (FRA/Sodebo) 202,2

4. Yann Guichard (FRA/Gitana XI) 523,1

5. Gilles Lamiré (FRA/Défi Cancale) 1390,3

Classe IMOCA (monocoques de 60 pieds/18,28 m):

1. Roland Jourdain (FRA/Veolia Environnement) à 758,7 milles de l’arrivée

2. Armel Le Cleac’h (FRA/Brit Air) à 27,2 milles du premier

3. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac Paprec) à 90,5

4. Vincent Riou (FRA/PRB) à 107,6

4. Marc Guillemot (FRA/Safran) à 117,8

Classe Multi 50 (trimarans de 50 pieds/15,24 m):

1. Lalou Roucayrol (FRA/Région Aquitaine – Port Médoc) à 891,7 milles de l’arrivée

2. Philippe Laperche (FRA/La mer révèle nos sens) à 154,3 du premier

3. Yves Le Blevec (FRA/Actual) à 156,5

Classe 40 (monocoques de 40 pieds/12,18 m):

1. Thomas Ruyant (FRA/Destination Dunkerque) à 1541,3 milles de l’arrivée

2. Yvan Noblet (FRA/Appart City) à 106,6 milles du premier

3. Samuel Manuard (FRA/Vecteur Plus) à 127,1

Catégorie Rhum (bateaux de tailles et types différents):

1. Andrea Mura (ITA/Vento di Sardegna) à 1868,3 milles de l’arrivée

2. Charlie Capelle (FRA/Acapella) à 126,4 milles du premier

3. Julien Mabit (FRA/Monopticien.com) à 130,2

1 mille = 1,8 km.

 

Leparisien.fr

 
.

Read Full Post »

Route du Rhum : Franck Cammas attendu en vainqueur mardi matin

 
 Le Parisien.fr

 

Retardé par des vents de sud très faibles, Franck Cammas qui reste le mieux placé pour emporter cette 9e édition de la Route du Rhum, devrait finalement arriver mardi matin, au terme d’un parcours exemplaire qui force l’admiration depuis le départ de Saint-Malo le 31 octobre.

 

Lundi matin, le skipper affûté n’était plus qu’à 281 milles (environ 505 km) d’une arrivée victorieuse à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). A 278 milles derrière sur un autre multicoque géant , Thomas Coville (Sodebo) s’est sorti des griffes de la bulle sans vent qui l’a retenu prisonnier de longues heures et l’a fortement pénalisé. Au total, une flotte de 85 solitaires avait pris le départ le 31 octobre de cette 9e Route du Rhum.
  

VIDEO. A bord du Groupama 3

Lire la vidéoLire la vidéo

 

Classements de la Route du Rhum lundi à 8 heures (heure de Paris) :

Classe Ultime (multicoques géants)

1. Franck Cammas (FRA/Groupama 3) à 281,4 milles de l’arrivée
2. Thomas Coville (FRA/Sodebo) à 278,4 milles du premier
3. Francis Joyon (FRA/IDEC) à 334,8
4. Yann Guichard (FRA/Gitana XI) à 571
5. Philippe Monnet (FRA/La boîte à pizza) à 1082,8

Classe IMOCA (monocoques de 60 pieds/18,28 m)

1. Roland Jourdain (FRA/Veolia Environnement) à 1095,3 milles de l’arrivée
2. Armel Le Cleac’h (FRA/Brit Air) à 47,8 milles du premier
3. Vincent Riou (FRA/PRB) à 62,8
4. Marc Guillemot (FRA/Safran) à 94,6
5. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac Paprec) à 149,8

Classe Multi 50 (trimarans de 50 pieds/15,24 m)

1; Yves Le Blevec (FRA/Actual) à 1195,3 milles de l’arrivée
2. Lalou Roucayrol (FRA/Région Aquitaine/Port Médoc) à 133,6 milles du premier
3. Philippe Laperche (FRA/La mer révèle nos sens) à 157,7 milles

Classe 40 (monocoques de 40 pieds/12,18 m)

1. Thomas Ruyant (FRA/Destination Dunkerque) à 1901,2 milles de l’arrivée
2. Yvan Noblet (FRA/Appart City) à 79,1 milles du premier
3. Samuel Manuard (FRA/Vecteur Plus) à 94

Catégorie Rhum (bateaux de tailles et types différents)

1. Andrea Mura (ITA/Vento di Sardegna) à 2174,4 milles de l’arrivée
2. Charlie Capelle (FRA/Acapella) à 72,3 milles du premier
3. Pierre-Yves Guennec (FRA/Jeunes dirigeants – Lorans) à 121

 

leparisien.fr

Read Full Post »

 

Route du Rhum : Cammas peut encore battre le record

 Le Parisien.fr
 
Dimanche, Franck Cammas (Groupama3) faisait toujours la course en tête sur la 9e Route du Rhum. Avec près de 220 milles d’avance au pointage de 4 heures, le skipper des Ultimes poursuit sa route à plus de 20 nœuds de vitesse.

 

Mais l’écart se resserre avec Thomas Coville (Sodebo). 

Pour faire tomber le record établi par Lionel Lemonchois lors de la précédente édition de la Route du Rhum, en 2006 (7 jours 17 heures 19 minutes), Franck Cammas doit atteindre Pointe-à-Pitre avant lundi 6 h 21 (heure française). Tout est encore possible. Mais il faudra gérer au mieux la grande zone de calme qui s’annonce à l’approche des Antilles.  

La course transatlantique a aussi été marqué par l’abandon du Finlandais Jouni Romppanen samedi soir, à cause de problèmes techniques qu’il ne pouvait réparer.

Classement à 3h40

Classe Ultime (multicoques géants)
1. Franck Cammas (FRA/Groupama 3) à 651,9 milles de l’arrivée

2. Thomas Coville (FRA/Sodebo) à 218,1 milles du premier

3. Francis Joyon (FRA/IDEC) à 363,5

4. Yann Guichard (FRA/Gitana XI) à 607,6

5. Philippe Monnet (FRA/La boîte à pizza) à 1145
Classe IMOCA (monocoques de 60 pieds/18,28 m)
1. Roland Jourdain (FRA/Veolia Environnement) à 1546,1 milles de l’arrivée

2. Vincent Riou (FRA/PRB) à 65,9 milles du premier

3. Marc Guillemot (FRA/Safran) à 79,6

4. Armel Le Cleac’h (FRA/Brit Air) à 82,6

5. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac Paprec) à 120,9
Classe Multi 50 (trimarans de 50 pieds/15,24 m)
1. Franck-Yves Escoffier (FRA/Crêpes Whaou!) à 1528,7 milles de l’arrivée

2. Yves Le Blevec (FRA/Actual) à 112,6 milles du premier

3. Lalou Roucayrol (FRA/Région Aquitaine/Port Médoc) à 266,9
Classe 40 (monocoques de 40 pieds/12,18 m)
1. Thomas Ruyant (FRA/Destination Dunkerque) à 2172,7 milles de l’arrivée

2. Samuel Manuard (FRA/Vecteur Plus) à 45,8 milles du premier

3. Yvan Noblet (FRA/Appart City) à 59,3


Catégorie Rhum (bateaux de tailles et types différents)

1. Pierre-Yves Chatelin (FRA/Destination Calais) à 2457,3 milles de l’arrivée

2. Charlie Capelle (FRA/Acapella) à 7,5 milles du premier

3. Andrea Mura (ITA/Vento di Sardegna) à 35

leparisien.fr

Read Full Post »

 

Le Point.fr

TRANSAT

Quand la Route du rhum rivalise avec la Coupe de l’America

Par Gilles Pernet

À deux jours de l’arrivée, Franck Cammas était toujours en tête sur Groupama 3 © Durand Florence/Sipa

 

Le final de cette neuvième édition de la Route du rhum s’annonce somptueux. Somptueux et riche en émotions ! Trois hommes se battent sur leurs monstres – plus de 30 mètres – de fibres composites avec une énergie surhumaine et l’espoir d’inscrire cette course de légende à leur palmarès. Et à moins de 48 heures de l’arrivée, les conditions météo, très particulières cette année, imposent une stratégie à haut risque.

Franck Cammas, toujours en tête sur Groupama 3, contrôle admirablement ses adversaires au prix d’une tactique digne de la Coupe de l’America. L’étude de la carte et du tracking de chaque concurrent montre que Cammas enchaîne les empannages non seulement pour aller chercher le vent portant le plus favorable mais également pour se positionner à chaque fois entre son adversaire le plus menaçant et la côte nord de Guadeloupe. Tantôt il va chercher Thomas Coville (Sodeb’O) qui déboule sur la route nord, tantôt il se recarre vers le sud où le malin Francis Joyon pousse son solide Idec dans ses derniers retranchements. « Le vent est très variable : la dernière nuit j’ai eu des rafales à 45 noeuds. Avec cette météo, l’arrivée va être très compliquée », commentait Cammas au cours d’une liaison radio avec la terre. Le skipper recordman autour du monde à bord de ce même trimaran (mené alors par 10 hommes !) espère une nuit un peu plus calme que la précédente. La veille, il a en effet enchaîné les empannages, courant du cockpit à la casquette pour consulter l’évolution du temps en liaison avec ses routeurs qui se relayent nuit et jour pour aider leur skipper seul sur l’océan. Ne trouvant même pas un instant pour descendre dans sa cabine, Cammas prévient pourtant : « Il faut essayer de se ménager un peu avant le sprint final qui va sans doute se jouer au près (contre le vent). »

« Le bateau fait le fou ! »(Joyon)

À quelques milles près, Cammas était encore ce soir dans les temps du fabuleux record établi il y a quatre ans par Lionel Lemonchois dans d’exceptionnelles conditions. Derrière Goupama 3, Thomas Coville, qui a récupéré sa place de dauphin, ne ménage pas ses efforts, menant sans cesse son efficace Sodeb’O à la limite : « J’ai fait des pointes jusqu’à 40 noeuds en descendant les vagues. À cette cadence, faut pas faire d’erreur », confie Thomas, qui reconnaît avoir parfois dépassé les limites du raisonnable. Ainsi la nuit de vendredi à samedi, qu’il résume ainsi : « Quand le bateau avance à plus de 35 noeuds, il faut avoir confiance dans ses pilotes automatiques. » En clair cela signifie qu’il ne pouvait pas barrer vu qu’il avait en permanence les écoutes à la main ! Même le très placide Francis Joyon confesse mener son solide Idec à 100 % tout le temps : « En passant à gauche, il y a peut-être encore une chance. Il faut donner le max… », souffle-t-il avant de mettre fin à la conversation brutalement : « Je vous quitte car le bateau fait le fou ! »

Les bagarres sont aussi intenses en monocoque IMOCA où Rolain Jourdain (Veolia) ne lâche rien alors que Kito de Pavant a dû abandonner (problème de quille) et que Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou) reste l’inamovible animateur des trimarans de 50 pieds. À l’approche de la Guadeloupe, les meneurs de chaque classe se contrôlent comme dans une régate de la Coupe de l’America, alors qu’ils sont… seuls à bord !

Read Full Post »

 

 AFP  (Le Point)

Route du Rhum: Cammas, Jourdain et Escoffier leaders de leurs catégories

 

Route du Rhum:  Cammas, Jourdain et Escoffier leaders de leurs catégories

Franck Cammas (Groupama 3), Roland Jourdain (Veolia Environnement) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!) étaient en tête respectivement des ultimes, IMOCA et Multi 50 de la Route du Rhum, samedi après-midi au point de 16h00 (heure de Paris).

Franck Cammas (Groupama 3), Roland Jourdain (Veolia Environnement) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!) étaient en tête respectivement des ultimes, IMOCA et Multi 50 de la Route du Rhum, samedi après-midi au point de 16h00 (heure de Paris).

Sur les quatre-vingt cinq concurrents partis de Saint-Malo le 31 octobre pour rallier Pointe-à-Pitre, huit ont abandonné, le dernier en date, Kito de Pavant (Groupe Bel) sur avarie de quille dans la nuit de vendredi à samedi.

Classements :

Ultimes :

1. Franck Cammas (FRA/Groupama 3) à 886,5 milles de l’arrivée

2. Thomas Coville (FRA/Sodebo) à 206,4 milles du premier

3. Francis Joyon (FRA/IDEC) 260,2

4. Yann Guichard (FRA/Gitana XI) 530,4

5. Philippe Monnet (FRA/La boîte à pizza) 1.104,9

IMOCA :

1. Roland Jourdain (FRA/Veolia Environnement) à 1.745,1 milles de l’arrivée

2. Armel Le Cleac’h (FRA/Brit Air) à 29,3 du premier

3. Vincent Riou (FRA/PRB) 45,4

4. Jean-Pierre Dick (FRA/Virbac Paprec) 65,7

5. Marc Guillemot (FRA/Safran) 83,8

Multi 50 :

1. Franck-Yves Escoffier (FRA/Crêpes Whaou!) à 1.678,0 milles de l’arrivée

2. Yves Le Blevec (FRA/Actual) à 183,9 milles du premier

3. Philippe Laperche (FRA/La Mer Révèle nos sens) 286,0

Classe 40 :

1. Thomas Ruyant (FRA/Destination Dunkerque) à 2.298,4 milles de l’arrivée

2. Samuel Manuard (FRA/Vecteur Plus) à 33,7 milles du premier

3. Yvan Noblet (FRA/Appart City) 53,2

Catégorie Rhum :

1. Pierre-Yves Chatelin (FRA/Destination Dunkerque) à 2.550,6 milles de l’arrivée

2. Charlie Cappelle (Acapella) à 3,9 milles du premier

3. Andrea Mura (ITA/Vento di Sardegna) 48,2

source

Site officiel de la Route du Rhum

Read Full Post »

 

AFP (Le Point)

Route du Rhum: Franck Cammas sous pression

 

Route du Rhum: Franck Cammas sous pression

Franck Cammas (Groupama3), toujours en tête de la Route du Rhum samedi alors qu’il se trouvait à 890 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre, reste sous la pression de Thomas Coville (Sodebo) et Francis Joyon (IDEC).

Franck Cammas (Groupama3), toujours en tête de la Route du Rhum samedi alors qu’il se trouvait à 890 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre, reste sous la pression de Thomas Coville (Sodebo) et Francis Joyon (IDEC).

Six jours après le départ de Saint-Malo, l’avance de Cammas sur son premier poursuivant atteignait 206 milles (environ 380 km), contre 260 milles vingt-quatre heures plus tôt.

L’emportera-t-il ? avec ou sans le record en prime ? « La victoire d’abord, le record après », disait Cammas avant le départ.

Pour battre le record établi par Lemonchois en 2006, il faut couper la ligne d’arrivée avant lundi à 06 h 21 min 05 seconde (en heure de Paris). Et Cammas devrait tenir une moyenne de 23 à 24 noeuds (environ 45 km/h).

Difficile pour un solitaire qui doit de plus contrôler Thomas Coville et Francis Joyon, auteurs des deux meilleurs temps autour du monde en solitaire sur ces bateaux et qui batailleront jusqu’au bout.

Qui de Cammas, Coville ou Joyon, dans l’ordre alphabétique, qui est aussi celui du classement provisoire l’emportera? Une incertitude demeure mais le vainqueur sera l’un de ces trois-là, puisque Yann Guichard (FRA/Gitana XI), quatrième, croise à 530 milles (plus de 1.000 km) de Cammas.

Autre certitude, les skippeurs ne s’amusent pas. Selon Météo Consult, ils affrontent des vents de 22 à 40 noeuds (40 à 80 km/h) et une mer formée. Des conditions difficiles en équipage. Et là, ils sont seuls…

Les cartes météos laissent apparaître une vaste zone déventée. Sera-t-elle effectivement sur la route de l’un ou de l’autre ? C’est à ce jeu d’intimidation et d’intoxication à distance que se livrent Coville et Joyon, sur Cammas.

Dans les autres classes, les conditions ne sont pas meilleures, du moins en IMOCA (monocoques de 18,28 m) et Multi 50 (trimarans de 50 pieds/15,24 m), respectivement menées par Roland Jourdain (Veolia Environnement) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!).

En IMOCA, Jourdain a perdu un sérieux adversaire, Kito de Pavant (Groupe Bel), contraint à l’abandon sur avarie de quille.

« J’ai entendu comme une détonation dans le bateau. J’ai regardé sur le pont mais il n’y avait rien. Le bateau s’est couché brutalement. Je suis aussitôt allé voir la quille, elle ballottait sans être retenue…. La décision a été vite prise d’arrêter la Route du Rhum ici. J’ai fait demi-tour pour revenir vers les Açores, Horta ou Sao Miguel ma décision n’est pas encore prise ».

Enfin, les deux « ch’tis » Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) en classe 40 et Pierre-Yves Chatelin (Destination Calais) en Rhum, sont toujours en tête.

Read Full Post »

Older Posts »