Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘télévision’ Category

Mort à 84 ans de Jeanne Cooper, star des «Feux de l’amour»

 

 

2788877_jeanne-cooper_640x280

                     Jeanne Cooper, l’actrice qui jouait le rôle de Katherine Chancellor dans les Feux de l’amour, la série diffusée sur TF1, est décédée ce mercredi à l’âge de 84 ans. | ©Bell Dramatic Serial Inc./TF1.

 

                    Pendant 40 ans, elle a incarné à la télévision le personnage de Katherine Chancellor. Jeanne Cooper, une des stars de la série fleuve «les Feux de l’amour», qui agrémente les débuts d’après-midi de TF1, est décédée ce mercredi à l’âge de 84 ans.
Son fils, Corben Bernsen, a confirmé la nouvelle sur Twitter, tout comme la chaîne de télévision américaine CBS.
                             Capture

                 Jeanne Cooper est morte dans son sommeil des suites d’une longue maladie, selon son fils.

L’actrice avait rejoint la série six mois après ses débuts aux Etats-Unis, en mars 1973, décrochant par cette longévité le titre de doyenne du casting des Feux de l’amour (en anglaiçs : «The Young and the Restless»). Au fil des ans, elle a balayé l’idée d’abandonner un jour la série et la ville fictive du Wisconsin, Genoa City, qui abrite ses intrigues.
Jeanne Cooper était née en 1928 dans la ville californienne de Taft. Bien avant de rejoindre les Feux de l’amour, elle a joué dans des films au cinéma comme «l’Etrangleur de Boston» (1968) avec Tony Curtis, ou avant cela «Tony Rome» (1967) avec Franck Sinatra.

 

                                                     LeParisien.fr

 

La Gazette de puteaux:

La Gazette de Puteaux présente ces sincères condoléances à son fils, et à sa famille. C’était une excellente actrice.

Maintenant les Feux de l’Amour sans elle, cela ne sera plus la même chose.

 

Read Full Post »

http://www.linternaute.com/television/programme/les-emissions-mythiques-des-annees-1970/?utm_source=benchmail&utm_medium=mail&utm_campaign=ML8_E10241318&f_u=25424812

Read Full Post »

 

 

Genre : Musique – Divertissement

Durée: 130 MINUTES

 

Synopsis : Patrick Sabatier donne rendez-vous aux artistes venus de tous les horizons et leur propose de surprendre leur public par tous les moyens. Grâce aux effets spéciaux modernes, des chanteurs d’aujourd’hui peuvent se retrouver comme par enchantement face à des artistes disparus. Ainsi, Michel Sardou, invité d’honneur de cette première émission, se retrouve sur scène en compagnie de sa mère Jackie Sardou. La magie des effets spéciaux permet également à Dalida ou Thierry Le Luron, accompagné de Liane Foly, de remonter sur scène, tandis que les danseuses du Crazy Horse Saloon peuvent devenir des Claudettes en 2012. Enrico Macias, lui, interprète une chanson du groupe Téléphone et M Pokora pourrait bien chanter le célèbre «Déshabillez-moi».
La Gazette de Puteaux:

Ce soir sur France 2, il y a une superbe émission, mais je ne tiens pas à  féliciter

France 2, mais plutôt le présentateur de cette émission, en la permanence  de Patrick Sébastien qui nous transporte  des années en arrière, avec des duos vraiment inédits comme Michel Sardou avec

Claude François. Ou bien avoir deux Anne  sur le même plateau.

Read Full Post »

VIDÉOS. La mort de Sylvia Kristel, éternelle Emmanuelle

Le Point.fr-

L’actrice néerlandaise est décédée à l’âge de 60 ans des suites d’un cancer de la gorge.
 
 

Sylvia Kristel, ici en 1977.©       -/       AFP

 

Elle restera pour une ou deux générations la femme au fauteuil en osier. L’actrice néerlandaise Sylvia Kristel, connue dans le monde entier pour avoir incarné l’héroïne du film érotique Emmanuelle, est décédée dans la nuit des suites d’un cancer, a annoncé son agent jeudi. L’actrice avait été victime d’une attaque cérébrale début juillet et avait été hospitalisée. Sylvia Kristel avait été soignée pour un cancer de la gorge et avait subi un traitement contre des métastases au foie.

Le film Emmanuelle, sorti en 1974, raconte les aventures sexuelles d’une jeune femme en Asie. Dès sa sortie, le long-métrage a connu un succès international, du Japon aux États-Unis. En France, lors de son passage en commission de censure en 1974, le film devait être censuré si certaines coupes n’étaient pas effectuées. Le décès du président français Georges Pompidou entraîna la nomination d’un nouveau secrétaire d’État à la Culture, Michel Guy, qui permit au film de sortir en salle. Il est resté 13 ans à l’affiche sur les Champs-Élysées à Paris.

« J’étais une actrice muette, un corps »

Sylvia Kristel a tourné ensuite, avec un succès moindre, Emmanuelle 2 en 1975, Goodbye Emmanuelle en 1977 puis Emmanuelle 4 en 1984. Outre ses talents d’actrice, cette touche-à-tout au QI de 165 s’est également essayée à la chanson et à l’écriture. En 2006, l’actrice a publié une autobiographie, Nue, dans laquelle elle racontait sa descente aux enfers. « J’étais une actrice muette, un corps. J’appartenais aux rêves, à ceux que l’on ne peut pas briser », écrivait-elle sur la quatrième de couverture de son livre. Escroquée, dépossédée, elle a sombré dans l’alcool et la drogue.

Née en 1952 à Utrecht, Sylvia Kristel avait raconté dans son livre avoir été abusée à l’âge de 9 ans par le gérant de l’hôtel que tenaient ses parents, à proximité de la gare de cette ville du centre des Pays-Bas. L’actrice laisse derrière elle un fils unique, Arthur, né en 1975, qu’elle avait eu avec l’écrivain belge Hugo Claus. Elle vivait à Amsterdam. L’agence qui la représentait a refusé d’indiquer où se tiendraient les funérailles, soulignant uniquement qu’elles seraient privées.

REGARDEZ la bande originale d’Emmanuelle, interprétée par Pierre Bachelet 😦 Avec les paroles)

REGARDEZ un extrait (chaste) du premier volume d’Emmanuelle, sorti en 1974 :

REGARDEZ Sylvia Kristel interprétant Éternelle Emmanuelle, en 1993 :

Read Full Post »

La boum est finie, Claude Pinoteau est mort

Le Point.fr-

Le cinéaste, qui avait révélé Adjani dans « La gifle » et Sophie Marceau dans « La boum », est décédé à l’âge de 87 ans.
 
 
 
 
 

Le réalisateur Claude Pinoteau sur le plateau de « Vivement dimanche » en novembre 2010.©       Benaroch /       Sipa

Le réalisateur français Claude Pinoteau, qui avait révélé Isabelle Adjani avec La gifle (1974) et Sophie Marceau avec La boum (1980), est décédé vendredi à l’âge de 87 ans à Neuilly-sur-Seine, a-t-on appris samedi auprès de son agent. « Claude Pinoteau est décédé, sa femme vient de m’annoncer la nouvelle », a indiqué à l’AFP, Élisabeth Tanner, de l’agence Artmedia, confirmant une information du Journal du dimanche.

« La boum est finie », ont regretté en choeur des internautes nostalgiques, saluant la mémoire de celui qui a bercé leur jeunesse avec les aventures de Vic, l’adolescente romantique incarnée par la débutante Sophie Marceau dans La boum en 1980, puis sa suite en 1982. « Avec lui, le cinéma français perd l’un de ses plus grands réalisateurs, aussi populaire qu’exigeant », a souligné la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, dans un communiqué.

Fils du régisseur Lucien Pinoteau, Claude Pinoteau, né le 25 mai 1925, a commencé sa carrière comme accessoiriste et régisseur. Il a travaillé comme premier assistant aux côtés de Jean Cocteau (Les parents terribles, Orphée), Max Ophüls (Lola Montes), Henri Verneuil (Un singe en hiver, Mélodie en sous-sol) ou Claude Lelouch (L’aventure, c’est l’aventure).

Film-culte

« C’était un frère. Un homme d’une bonté et d’une générosité incroyable. Doté d’un grand talent. Je suis très affecté… », a réagi Claude Lelouch sur Twitter.

Amoureux du genre policier, Pinoteau a signé son premier long-métrage en 1972, Le silencieux, avec Lino Ventura. En 1974, Lino Ventura est encore à l’affiche de son film suivant, La gifle, aux côtés d’Annie Girardot et d’une jeune actrice d’à peine 20 ans, Isabelle Adjani. Traitant des relations père-fille, le film a été récompensé par le prix Louis-Delluc. Autre débutante et autre succès populaire en 1980 avec Sophie Marceau dans La boum, avec qui il fera une suite en 1982, puis L’étudiante en 1987.

La boum, qui raconte les émois amoureux de Vic, âgée de 13 ans, s’est imposé comme le film d’une génération, multidiffusé sur petit écran et « madeleine » proustienne pour ex-adolescents aujourd’hui quadragénaires. En France, mais aussi à l’étranger. À sa sortie, le film avait pourtant connu des débuts difficiles, avait rappelé le réalisateur en 2007 lors d’une rencontre avec des jeunes cinéastes. « Les trois premiers jours, La boum a très mal marché, c’était catastrophique, et puis après… Il y a eu des émeutes en Italie. Avec Sophie [Marceau, NDLR], on est allé voir les blessés à l’hôpital », se remémorait-il au sujet d’un film qui est finalement demeuré huit mois à l’affiche et a fait 4,3 millions d’entrées en France (soit plus que L’empire contre-attaque !)

Passion

Il est aussi le réalisateur de La septième cible (1984), La neige et le feu (1990) ou encore Les palmes de monsieur Schutz (1997). « De film en film, Claude Pinoteau s’était imposé comme l’un des réalisateurs les plus doués de sa génération, aussi bien dans le registre policier que dans celui de la comédie de moeurs, dans l’art de nouer et de dénouer les fils des intrigues les plus haletantes comme dans celui de faire un portrait juste, amusé, lucide et bienveillant de ses contemporains », a souligné Aurélie Filippetti.

Plus discret depuis la fin des années 90, il avait pris le temps de retracer dans un livre de souvenirs parus en 2005 sa longue et riche carrière, marquée par une passion qui est restée intacte cinquante ans durant. « Il faut avoir la passion de ce métier », expliquait-il en 2007. « Les réalisateurs sont des conteurs. »

REGARDEZ la bande-annonce de La boum

REGARDEZ la bande-annonce de La gifle

Read Full Post »

EXCLUSIF – Comment Jean-Luc Delarue avait réglé sa succession

Le Point.fr-

Avant de mourir, l’animateur s’était occupé des moindres détails de sa succession et des conditions de son inhumation. Révélations.
 
 
 
 

Anissa et Jean-Luc Delarue s’était mariés civilement le 12 mai©       Sipa

Même mort, Jean-Luc Delarue fait encore parler de lui ! Et pour de mauvaises raisons. Mercredi matin, sur Europe 1, son père révèle qu’il n’a pas eu le droit de voir la dépouille de son fils. « Jean-Luc est mort jeudi 23 août à 10 h 20 et je n’ai appris sa mort que vendredi à midi », affirme-t-il au micro de Bruce Toussaint. Effectivement, sa disparition n’a été officiellement annoncée que le lendemain en fin de matinée. Pourquoi a-t-il fallu attendre plus d’une journée pour la rendre publique ? Qui avait intérêt à prolonger la vie d’un homme que l’on savait mourant ? Que s’est-il passé pendant ces 26 heures ? Autant de questions actuellement sans réponse. Plus tard, Delarue père s’interroge : « Pourquoi ne m’a-t-on pas prévenu du lieu et de la date de son enterrement ? J’ai dû me battre pendant des jours et des jours pour savoir où mon fils a été enterré. »

Cacophonie familiale

On apprend alors que l’animateur aurait été enterré dans le carré musulman du cimetière de Thiais, en banlieue parisienne. Quelques heures plus tard, le site de Paris Match publie une photo d’une tombe blanche, banale, fraîchement construite, sans nom ni signe distinctif qu’entourent effectivement d’autres pierres tombales non surmontées de croix. Tandis que certains affirment que cette sépulture n’est pas la sienne, d’autres déclarent qu’elle accueillera ultérieurement le corps de l’animateur. On touche au tragique : personne ne semble en mesure d’affirmer où se trouve le corps de JLD. Jean-Claude Delarue résume avec émotion et concision la situation sur RTL « On nous dit aujourd’hui qu’il n’y est pas (à Thiais), on nous sous-entend que peut-être il pourrait y être transféré, car il y aurait là un caveau familial. Donc, à l’heure actuelle, c’est très simple, ce que nous demandons, je demande la vérité, elle est simple à prouver, il suffit de nous donner les papiers qui montrent le cheminement qu’a suivi le corps de mon fils. »

Selon nos informations, c’est le défunt lui-même qui avait exigé dans ses dernières volontés d’être enterré dans un endroit tenu secret. Se sachant condamné, Jean-Luc a organisé les moindres détails de sa mort et de sa succession. Deux personnes vont monter en première ligne : sa jeune épouse Anissa et Arnaud Gachy, son directeur de la communication, devenu son principal collaborateur puis son ami le plus proche. Il n’a quasiment pas quitté son « patron » pendant les 18 derniers mois, l’accompagnant dans son tour de France contre la drogue et faisant preuve d’un « exceptionnel dévouement » dans les dernières semaines de sa vie.

Gachy devrait se retrouver patron de Réservoir Prod – aux dépens de Jean-Baptiste Claverie, actuel vice-président du groupe – et même actionnaire de l’entreprise. D’autres pans de la « succession professionnelle » de l’animateur ont été portés à la connaissance de la présidence de France Télévisions, où l’on cache mal son embarras, voire sa gêne. Consigne a été passée d’accorder le moins de place possible sur les antennes au groupe à Jean-Claude Delarue. Parallèlement, dans le cadre de son plan d’économie, France 2 demande à Réservoir de réduire d’un peu moins de 20 % la facture quotidienne de Toute une histoire, émission inventée par Delarue et aujourd’hui présentée par Sophie Davant. Pas très élégant un mois après la mort de son ancienne vedette…

Non, il ne s’est pas converti

Reste la question de la religion de l’animateur de Ça se discute. Celui-ci s’est marié civilement samedi 12 mai avec Anissa, sa dernière compagne. « Il n’y a pas eu de bénédiction religieuse, témoigne l’un des rares invités. En revanche, il y a eu une petite cérémonie oecuménique sur la plage. » De son côté, Jean-Claude Delarue émet l’hypothèse selon laquelle son fils se serait converti à la religion musulmane au moment de son mariage avec Anissa, elle-même de confession musulmane. Quelques heures plus tard, celle-ci dément dans un communiqué laconique, sans donner plus de détails sur les lieu et date de l’enterrement ni sur les modalités de celui-ci. Toujours selon nos informations, il n’y a pas eu conversion, mais Jean-Luc a souhaité mettre sa veuve à l’abri du besoin et lui a demandé de rester discrète.

Il semble aujourd’hui acquis qu’une bataille se joue en coulisses autour de la succession du producteur. Un appartement à Paris, rue Bonaparte, rempli d’oeuvres d’art contemporain – qui ne lui appartenaient pas toutes -, une maison à Belle-Île, quelques autres biens immobiliers, des comptes en banque bien remplis et la quasi-totalité des actions de Réservoir. La société ne déposait pas ses comptes, mais son chiffre d’affaires dépasse les 25 millions d’euros et laisse de larges bénéfices. La question est de savoir quelle décote appliquer avec la mort du fondateur, et si les contrats en cours avec France 2, M6 et quelques chaînes de la TNT vont être renouvelés…

Un testament rédigé en bonne et due forme est difficilement attaquable pourvu que le père laisse à son fils ce que la loi réclame, c’est-à-dire 50 % de sa fortune. Mais les relations entre le défunt et Élisabeth Bost, la mère de son fils Jean, étaient à ce point dégradé que celle-ci n’avait pas souhaité que son enfant assiste en mai au mariage de l’animateur…. Il est possible que cette partie de l’héritage soit gérée par un avocat ou des hommes de l’art et pas par Anissa en attendant la majorité de Jean. C’est ce point-là qui peut éventuellement être remis en cause. Toujours selon nos informations, Jean-Claude Delarue ne serait destinataire d’aucun legs particulier de la part de son fils. Le long feuilleton ne fait que démarrer. Et il semble que les déballages publics soient désormais inévitables.

 

La Gazette de Puteaux:

Qui y a-t-il de plus terrible pour un père que de ne pas pouvoir se recueillir sur la tombe de son fils ?

Même s’il y avait des tensions,  entre le père et le fils, ce n’est pas une raison valable pour tenir éloigné un père  de la dépouille de son fils. Franchement  lavé son linge sale comme on dit à travers les médias interposés, ce n’est pas du tout intelligent. Alors laisser Jean-Claude Delarue pouvoir se recueillir sur la tombe de son fils, c’est la moindre des choses.

 

 

Read Full Post »

Regardez  à partir de demain soir  19 h 45  sur France 2 « Roumanoff et les garçons ».

Vous allez passer un très bon moment de détente et de rire intense. Pour ce faire, Anne c’est entourée d’extra-terrestres  qui vous  transporterons dans une galaxie de rires. Autour d’Anne que de jeunes talents : « Willy ; Johann ; Frédérick ; Chris ; Donel ; Alex dessinateur ; Damien …….. ».J’espère que son talent sera au firmament , et qu’un jour un réalisateur ,la prendra pour un très grand film.

Read Full Post »

Urgent.

L’acteur Pierre Mondy, 87 ans, est mort

 

<!–Tweeter–>

                     L’acteur et metteur en scène Pierre Mondy, 87 ans, est décédé. | AFP/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

 

                L’acteur et metteur en scène Pierre Mondy, familier du grand comme du petit écran, notamment avec son rôle du Commissaire Cordier, est décédé samedi matin à Paris à l’âge de 87 ans, a annoncé son attaché de presse. De son vrai nom Pierre Cuq, il est né le 10 février 1925 à Neuilly-sur-Seine.
Pierre Mondy s’est éteint à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière des suites d’une récidive d’un lymphome.

            En juillet 2010, il évoquait son combat contre la maladie dans Le Parisien – Aujourd’hui-en-France. Il était hospitalisé depuis fin août. «La famille a souhaité remercier les services de la Pitié-Salpêtrière qui l’ont accompagné depuis trois ans dans son combat contre la maladie», a indiqué l’attaché de presse.
Pierre Mondy avait mené de front durant plus de 60 ans une carrière d’acteur familier du grand comme du petit écran, en particulier avec la série populaire télévisée «Les Cordier père et fils», et de metteur en scène comptant près de 60 pièces de théâtre dont la célèbre «Cage aux Folles».
Avec son physique râblé mais vif et son oeil bleu malicieux, il s’est illustré dans de nombreuses comédies populaires comme «Le Triporteur» de Jacques Pinoteau. Il fut aussi l’inénarrable sergent-chef Chaudard pour Robert Lamoureux dans la trilogie de la «Septième compagnie».
Il a mené parallèlement une carrière prolifique sur les planches, et a fait les belles heures d’au «Théâtre ce soir» comme acteur, mais surtout en dirigeant des monstres sacrés tels que Maillan, Poiret ou Serrault dans des pièces de Feydeau, Achard, Guitry, Francis Veber, Neil Simon.
VIDEO. «Le Triporteur» de Jacques Pinoteau (1957)


VIDEO. «La 7e compagnie» (1973)

VIDEO. Pierre Mondy dans «Cordier juge et flic»


VIDEO. En 2010, il se confiait sur la maladie

Read Full Post »

Un plan social plus important que prévu chez France Télévisions

LE MONDE

Par Xavier Ternisien

Le mot de "fusion" des rédactions de France 2 et France 3 n'a pas été prononcé, mais c'est ce que redoutent beaucoup de salariés.
Le mot de « fusion » des rédactions de France 2 et France 3 n’a pas été prononcé, mais c’est ce que redoutent beaucoup de salariés.  | AFP/JACK GUEZ
La situation budgétaire de France Télévisions s’aggrave. Le PDG du groupe audiovisuel public, Rémy Pflimlin, a évoqué, mardi 11 septembre, lors d’un comité central d’entreprise (CCE), un retard sur les prévisions publicitaires atteignant 55 millions d’euros à la fin 2012. Initialement, le groupe prévoyait d’enregistrer 420 millions d’euros de ressources publicitaires en 2012.

Ce montant s’ajoute aux 21 millions d’euros de gel de la dotation budgétaire de l’Etat. Par ailleurs, pour 2013, le ministère du budget envisage une baisse de 4 % des ressources publiques, soit 100 millions d’euros. Les élus du comité central d’entreprise ont annoncé mardi soir aux personnels qu’ils allaient recourir à « une procédure d’alerte interne », face aux risques engendrés par la situation budgétaire de l’entreprise.

Selon les syndicats, « le PDG de France Télévisions a évoqué l’hypothèse d’un plan social allant bien au-delà des 500départs prévus d’ici 2015″, tout en assurant qu’il « n’y aura pas de départs contraints ». Une réduction de 5 % des effectifs au cours de la période 2011-2015 est déjà prévue par le contrat d’objectifs et de moyens (COM) signé entre France Télévisions et l’Etat actionnaire.

Rémy Pflimlin a lu un texte intitulé « Projet France TV Info 2015 », qui esquisse l’organisation de l’information dans le groupe d’ici à trois ans. « L’objectif est de faire vivre au sein de France Télévisions deux logiques en matière d’information, a souligné le PDG. Celle des éditions à heures fixes, et celle du flux continu de l’information 24 heures sur 24. » Pour cela, « nous souhaitons passer d’une logique de rédaction par chaîne à une logique de rédaction pour toutes les éditions et tous les supports ».

ORGANISATIONS EN SILO

Le mot de « fusion » des rédactions de France 2 et France 3 n’a pas été prononcé, mais c’est ce que redoutent beaucoup de salariés. Thierry Thuillier, le directeur de l’information de France Télévisions, récuse, pour sa part, ce terme. « Je ne suis pas d’accord avec le mot ‘fusion’, restrictif et caricatural, explique-t-il au Monde. Il faut deux choses. D’une part l’émergence d’une rédaction commune de France Télévisions, qui inclut le numérique. Elle devra travailler pour tous les supports, les éditions de la Deux et de la Trois. Il subsistera des éditions avec des équipes éditoriales dédiées par chaîne. »

Il considère que France Télévisions ne peut pas « garder ses organisations verticales, en silo ». « Nous n’avons pas les moyens non plus d’entretenir des rédactions en situation de rivalité », souligne-t-il.

Un groupe de travail, piloté par Jérôme Cathala, directeur des magazines d’information de France Télévisions, a été mis en place. Il comprend Thierry Thuillier, Hervé Brusini et Bruno Patino, responsable du numérique à France Télévisions. La nouvelle organisation devrait voir le jour en 2015.

Pour Antoine Chaiseville, délégué SNJ élu au CEE, « la direction ne prononce pas le mot ‘fusion’ pour des raisons d’affichage, mais le résultat est le même. Or, les rédactions de France 2 et France 3 ont leur identité propre, elles n’ont pas la même histoire ».

Xavier Ternisien

Read Full Post »

Christian Marin : mort d’un « gendarme de Saint-Tropez »

Le Point.fr

Le comédien est décédé mercredi à l’âge de 83 ans.
 
 
 
 

Christian Marin en 1970.©       AFP

Le comédien Christian Marin, qui avait notamment incarné Laverdure dans la série Les chevaliers du ciel, est décédé mercredi matin à l’âge de 83 ans dans un hôpital parisien, a annoncé sa famille. La date et le lieu des obsèques de l’acteur né à Lyon en 1929 n’ont pas encore été fixés.

Visage allongé, oreilles décollées et air ahuri, Christian Marin a marqué l’histoire de la télévision et du cinéma avec deux rôles très populaires. Au côté de Louis de Funès, il a été un des « gendarmes de Saint-Tropez », le maréchal des logis Albert Merlot, dans les quatre premiers épisodes de la série. À la télévision, de 1967 à 1969, il a été un des héros des Chevaliers du ciel, adaptation de la bande dessinée d’Albert Uderzo.

Compagnon de Michel Tanguy (Jacques Santi), il était le lieutenant Ernest Laverdure, dragueur invétéré, excentrique et gaffeur, mais excellent pilote. Spécialiste des seconds rôles, notamment chez Jean Girault, Christian Marin avait tourné dans une cinquantaine de films sous la direction de Claude Autant-Lara, Costa-Gavras, Yves Robert. Sa principale activité était cependant le théâtre. Il a joué dans une quarantaine de pièces, tant dans le répertoire classique que dans le boulevard.

Read Full Post »

Older Posts »