Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘monde’ Category

Robert Crimo, 21 ans, a tué sept personnes lors du défilé du 4-Juillet près de Chicago, dans l’Illinois. Selon la police, il avait préparé son attaque « pendant des semaines » et s’est déguisé en femme pour ne pas être identifié.

Le Monde avec AP, AFP et ReutersPublié

  • Sélections
  • Ajouter aux favoris
  • Partage
  • Partager sur Facebook
  • Envoyer par e-mail
  • Partager sur Messenger
  • Plus d’options
Des policiers fouillent le véhicule de Robert E. Crimo, lundi 4 juillet 2022, après la fusillade de Highland Park, dans la banlieue de Chicago.
Des policiers fouillent le véhicule de Robert E. Crimo, lundi 4 juillet 2022, après la fusillade de Highland Park, dans la banlieue de Chicago. WLS-TV/ABC7 / VIA REUTERS

Au lendemain d’une tuerie perpétrée le jour de la fête nationale américaine, la ville de Highland Park, dans la banlieue de Chicago, dans l’Illinois, était partagée, mardi, entre douleur et incompréhension, s’interrogeant sur le mobile de Robert « Bobby » E. Crimo III, 21 ans. Armé d’un fusil « puissant » – type fusil semi-automatique AR-15, version civile du fusil d’assaut de l’armée américaine –, Robert Crimo a ouvert le feu sur la foule depuis le toit d’un immeuble alors que des centaines d’habitants assistaient au traditionnel défilé du 4-Juillet, faisant sept morts et vingt-cinq blessés, après qu’une personne a succombé à ses blessures.

Attaque planifiée

« Il a planifié cette attaque depuis plusieurs semaines », a déclaré Christopher Covelli du bureau du shérif du comté de Lake. « Nous n’avons aucune information suggérant à ce stade que l’acte était motivé par la race, la religion » – la fusillade a eu lieu dans un quartier où réside une importante communauté juive –, a-t-il ajouté, précisant que Robert Crimo « était déguisé en femme » pour cacher son identité et pourrait avoir porté une perruque de cheveux longs pour cacher ses tatouages faciaux. Le responsable de la police a expliqué qu’après avoir tiré quelque soixante-dix coups de feu, le tireur s’est mélangé à la foule, est rentré chez sa mère et a pris sa voiture. Il a été arrêté sans difficulté, il avait une deuxième arme dans son véhicule, acheté légalement.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfdHdlZXRfZWRpdF9iYWNrZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfcmVmc3JjX3Nlc3Npb24iOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2Vuc2l0aXZlX21lZGlhX2ludGVyc3RpdGlhbF8xMzk2MyI6eyJidWNrZXQiOiJpbnRlcnN0aXRpYWwiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2V4cGVyaW1lbnRzX2Nvb2tpZV9leHBpcmF0aW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6MTIwOTYwMCwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd191c2VyX2ZvbGxvd19pbnRlbnRfMTQ0MDYiOnsiYnVja2V0IjoiZm9sbG93IiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2Zyb250ZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9fQ%3D%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1544091609930682368&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Finternational%2Farticle%2F2022%2F07%2F05%2Ftuerie-pres-de-chicago-ce-que-l-on-sait-du-tireur-presume_6133505_3210.html&sessionId=1009dedfe1c0c402b96ef200b4c13742788fd177&siteScreenName=lemondefr&theme=light&widgetsVersion=b45a03c79d4c1%3A1654150928467&width=550px

The #FBI is assisting with the search for Robert E. Crimo, III, sought for his alleged involvement in the shooting… https://t.co/73AvU7oX05— FBIMostWanted (@FBI Most Wanted)

Les services de police avaient diffusé la photo d’un jeune homme diaphane, au visage émacié, aux longs cheveux noirs, le visage marqué de plusieurs tatouages, comme un « 47 » sur la tempe droite et un « Awake », son nom de rappeur, au-dessus de l’arcade sourcilière gauche. « Awake the Rapper » avait publié des titres qui ont été supprimés par YouTube et Spotify, rapporte le Washington Post.

https://27f4cbd4e0636f371ddbcef1a30951de.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Son oncle, Paul Crimo, avec lequel il vit dans la ville voisine de Highwood, l’a décrit comme un « gamin très discret », un « rappeur YouTube » qui « ne s’exprime pas, reste assis devant son ordinateur » et avec lequel il n’avait « pas d’interactions ». La nature des relations entre Bobby Crimo et son père Bob, un épicier qui avait mené une infructueuse campagne électorale en 2019 pour devenir maire de Highland Park, n’était pas immédiatement claire mardi.Lire aussi : Article réservé à nos abonnésNouvelle tuerie lors d’un défilé pour la fête nationale des Etats-Unis : six morts et vingt-six blessés près de Chicago

Vidéos violentes

Un de ses amis dont il s’était récemment éloigné, Bennett Brizes, a confié au Washington Post que Bobby Crimo était « toujours apolitique »« Je sais pas, mec », répondait-il invariablement lorsqu’on lui demandait son avis sur les affaires du monde.

D’après le Chicago Tribune, une vidéo postée il y a huit mois montre un jeune homme qui serait Robert Crimo dans une chambre à coucher et une salle de classe avec des affiches d’un tireur et des personnes se faisant tirer dessus. Et un commentaire audio : « J’ai besoin de tout simplement le faire », puis « c’est mon destin. Tout m’a mené à cela. Rien ne peut m’arrêter, pas même moi-même ». Des images archivées sur le compte Twitter du suspect le montrent notamment avec un drapeau de soutien à l’ex-président républicain Donald Trump sur le dos.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-1&features=eyJ0ZndfdHdlZXRfZWRpdF9iYWNrZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfcmVmc3JjX3Nlc3Npb24iOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2Vuc2l0aXZlX21lZGlhX2ludGVyc3RpdGlhbF8xMzk2MyI6eyJidWNrZXQiOiJpbnRlcnN0aXRpYWwiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2V4cGVyaW1lbnRzX2Nvb2tpZV9leHBpcmF0aW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6MTIwOTYwMCwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd191c2VyX2ZvbGxvd19pbnRlbnRfMTQ0MDYiOnsiYnVja2V0IjoiZm9sbG93IiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2Zyb250ZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9fQ%3D%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1544273935314948100&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Finternational%2Farticle%2F2022%2F07%2F05%2Ftuerie-pres-de-chicago-ce-que-l-on-sait-du-tireur-presume_6133505_3210.html&sessionId=1009dedfe1c0c402b96ef200b4c13742788fd177&siteScreenName=lemondefr&theme=light&widgetsVersion=b45a03c79d4c1%3A1654150928467&width=550px

Robert E. Crimo seen attending Trump rally dressed as Where’s Waldo https://t.co/32CIhegdno https://t.co/Fqe6PAqTkj— Newsweek (@Newsweek)

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-2&features=eyJ0ZndfdHdlZXRfZWRpdF9iYWNrZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0ZndfcmVmc3JjX3Nlc3Npb24iOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2Vuc2l0aXZlX21lZGlhX2ludGVyc3RpdGlhbF8xMzk2MyI6eyJidWNrZXQiOiJpbnRlcnN0aXRpYWwiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2V4cGVyaW1lbnRzX2Nvb2tpZV9leHBpcmF0aW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6MTIwOTYwMCwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd191c2VyX2ZvbGxvd19pbnRlbnRfMTQ0MDYiOnsiYnVja2V0IjoiZm9sbG93IiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2Zyb250ZW5kIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9mZiIsInZlcnNpb24iOm51bGx9fQ%3D%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1544144152266510337&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Finternational%2Farticle%2F2022%2F07%2F05%2Ftuerie-pres-de-chicago-ce-que-l-on-sait-du-tireur-presume_6133505_3210.html&sessionId=1009dedfe1c0c402b96ef200b4c13742788fd177&siteScreenName=lemondefr&theme=light&widgetsVersion=b45a03c79d4c1%3A1654150928467&width=550px

Robert “Bobby” Crimo, who was taken into custody about seven hours after a sniper attack left six dead and dozens m… https://t.co/CFs6qCW2du— thedailybeast (@The Daily Beast)

Ses publications sur Internet « reflétaient un plan et un désir de commettre un carnage longtemps à l’avance », a déclaré Nancy Rotering, la maire de Highland Park, dans une interview sur NBC. Elle a expliqué à CNN qu’elle avait connu le jeune homme quand il était scout : « C’est là qu’il faut réfléchir et se demander ce qu’il s’est passé : comment quelqu’un est devenu si en colère, si plein de haine pour s’en prendre à des innocents qui passent une journée en famille ? », a-t-elle dit. Paul Crimo, l’oncle du suspect, a affirmé, mardi, sur CNN n’avoir vu « aucun signe qui expliquerait ce qu’il a fait ».

Le Monde avec AP, AFP et Reuters

Read Full Post »

Les réserves d’essence du Sri Lanka s’élevaient dimanche à 4000 tonnes. C’est un niveau inférieur à la consommation ordinaire de l’île en une journée, a prévenu Kanchana Wijesekera, ministre de l’Énergie.

© Lukiyanova Natalia/frenta – stock.adobe.comDepuis des mois, les 22 millions d’habitants de l’île vivent au rythme de pannes d’électricité quotidiennes, de rationnements des carburants et des denrées alimentaires, avec, en outre, une inflation galopante (+54 % en juin).

Les transports publics étaient à l’arrêt. Du côté des bus privés, qui représentent les deux tiers de la flotte, 1000 véhicules seulement sur 20.000 ont pu rouler dimanche. La situation ne devrait pas s’améliorer rapidement. «La prochaine livraison d’essence est attendue entre le 22 et le 23 juillet», a précisé Kanchana Wijesekera. Toutes les institutions gouvernementales «non essentielles», ainsi que les écoles resteront fermées jusqu’au 10 juillet pour réduire les déplacements et économiser l’énergie.

Depuis des mois, les 22 millions d’habitants de l’île vivent au rythme de pannes d’électricité quotidiennes, de rationnements des carburants et des denrées alimentaires, avec, en outre, une inflation galopante (+54 % en juin).

Vidéo: Une inflation plus forte qu’elle ne devrait ? – 30/06 (BFM Business)

Video Player is loading.

Chargé: 0%SuspendreLQPlein écran

Une inflation plus forte qu’elle ne devrait ? – 30/06Activer les notifications

Afficher sur Watch Pénurie de devises étrangères

L’île située au sud de l’Inde a perdu, avec la pandémie et les attentats de 2019, l’essentiel de ses revenus liés au tourisme et aux envois de fonds de la diaspora. Une grave pénurie de devises étrangères ne lui permet plus d’importer suffisamment de nourriture, de carburants et autres produits essentiels.

Incapable de rembourser sa dette extérieure de 51 milliards de dollars, le gouvernement s’est déclaré en défaut de paiement en avril et il négocie un éventuel renflouement avec le Fonds monétaire international. Mais le Fonds estime qu’il reste beaucoup d’actions à mener, notamment en termes de corruption, pour redresser les comptes avant de conclure un accord de financement.

L’ONU a prévenu que la crise économique pourrait se transformer en une grave crise humanitaire, des millions de personnes ayant déjà besoin d’aide.

Read Full Post »

Des milliers d’habitants de Sydney ont été appelés dimanche par les autorités à évacuer leurs foyers, devant la menace des inondations à la périphérie de la plus grande métropole d’Australie, en proie à des pluies torrentielles. View on euronews

© Photo : Muhammad FAROOQ (AFP)Un homme regarde une zone résidentielle inondée en raison de pluies torrentielles dans la banlieue de Camden à Sydney, le 3 juillet 2022.

Des milliers d’habitants de Sydney ont été appelés dimanche par les autorités à évacuer leurs foyers, devant la menace des inondations à la périphérie de la plus grande métropole d’Australie, en proie à des pluies torrentielles.

« Situation d’urgence menaçant des vies »

Les routes ont été bloquées et au moins 18 ordres d’évacuation sont en vigueur dans l’ouest de la ville, une zone touchée par de graves inondations en mars.

« Il s’agit d’une situation d’urgence menaçant des vies », a alerté Stephanie Cooke, ministre des Services d’urgence de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, dont Sydney est la capitale.

Le dérèglement climatique frappe durement l’Australie

L’Australie est particulièrement éprouvée par le changement climatique, régulièrement frappée par des sécheresses, des feux de forêt dévastateurs, sans compter des inondations répétées et de plus en plus intenses.

Vidéo associée : Sydney : des milliers d’habitants appelés à évacuer à cause du dérèglement climatique

Avec le réchauffement de la planète, l’atmosphère contient plus de vapeur d’eau, augmentant les risques d’épisodes de fortes précipitations, selon les scientifiques. Ces pluies, associées à d’autres facteurs liés notamment à l’aménagement du territoire, favorisent les inondations.

Avec de nouvelles intempéries attendues dans les jours à venir, Mme Cooke a décrit une « situation qui évolue rapidement » et a prévenu que les gens devaient être « prêts à évacuer » les lieux instamment.

Le barrage de Warragamba a commencé à déborder aux premières heures dimanche matin, a-t-elle dit, bien avant les prévisions des autorités.

Camden, une banlieue au sud-ouest de Sydney abritant plus de 100 000 personnes, des magasins et une station-essence étaient déjà inondés.

Les services d’urgence ont secouru 29 personnes et ont été appelés plus de 1 400 fois au cours des dernières 24 heures.

En mars, des inondations causées par de fortes tempêtes avaient dévasté l’ouest de Sydney et fait 20 morts.

Read Full Post »

Un camp hébergeant des ouvriers a été enseveli par un glissement de terrain jeudi, les secours continuent à cherhce des survivants

© /AP/SIPALes secours tentent de retrouver des corps et des survivants après le glissement de terrain qui a eu lieu jeudi 30 juin à Noney, dans l’Etat de Manipur en Inde.CATASTROPHE CLIMATIQUE – Un camp hébergeant des ouvriers a été enseveli par un glissement de terrain jeudi, les secours continuent à cherhce des survivants

Le bilan s’alourdit de jour en jour. Le glissement de terrain survenu jeudi dans le nord-est de l’ Inde a fait 37 morts et 25 personnes étaient toujours portées disparues trois jours après la catastrophe, selon les autorités.

Le glissement de terrain, charriant de la boue et des blocs rocheux, a enseveli jeudi dans l’Etat de Manipur un camp hébergeant les ouvriers et les réservistes de l’armée qui travaillaient sur un chantier ferroviaire. Au cours des heures qui avaient suivi la catastrophe, les équipes de secours avaient pu retrouver 18 survivants.

Dimanche, le porte-parole de l’armée Angom Bobin Singh a indiqué que 28 personnes étaient toujours portées disparues avant d’annoncer plus tard la découverte de trois corps.

Vidéo: 7 blessés légers après des violents orages sur le site des Eurockéennes de Belfort (BFMTV)

Chargé: 18.63%SuspendreLQPlein écran

7 blessés légers après des violents orages sur le site des Eurockéennes de BelfortActiver les notifications

Afficher sur Watch 

« De fortes averses et de nouveaux glissements de terrain »

Les opérations de recherche se poursuivent « malgré des conditions météorologiques défavorables » en raison « de fortes averses et de nouveaux glissements de terrain », a ajouté Angom Bobin Singh. Cette région montagneuse reculée, recouverte de denses forêts, a été frappée au cours des dernières semaines par de fortes averses qui ont provoqué des glissements de terrain et des inondations.

Des inondations début juin

Début juin, des dizaines de personnes ont trouvé la mort dans des inondations qui ont submergé les habitations. Le nord-est de l’Inde dispose de pauvres infrastructures routières et ferroviaires mais au cours des dernières années, le gouvernement a lancé d’ambitieux projets de construction d’infrastructures pour se mettre au niveau de développement de la Chine dans ce domaine de l’autre côté de la frontière.

Selon les experts, le changement climatique augmente le nombre de phénomènes météorologiques extrêmes dans le monde, y compris en Inde où les barrages, la déforestation et les projets de développement contribuent aux catastrophes dont le bilan humain s’aggrave.

Read Full Post »

Dix jours, quatre revirements, un virage historique. En seulement dix jours, la Cour suprême des Etats-Unis a opéré un virage à droite toute, ramenant parfois le pays des années en arrière.

© Copyright 2022, L’ObsCour suprême des Etats-Unis : quatre revirements symboliques pour un virage conservateur

Ces décisions, adoptées par les six juges conservateurs de la Cour (dont trois nommés par Donald Trump), au grand dam de ses trois sages progressistes, sont la première illustration d’un puissant retour de balancier judiciaire après des années plus tempérées, parfois marquées d’arrêts progressistes historiques, comme la légalisation du mariage pour les personnes de même sexe en 2015.

Après 50 ans d’attente, les conservateurs « ont l’occasion de donner une orientation radicalement différente » au pays, juge ainsi le professeur de droit constitutionnel à la American University, Stephen Wermiel. « Ils ne vont pas laisser passer cette chance. »Sylvie Laurent : « Les Etats-Unis vivent une dérive féodale »

Droit à l’avortement : la décision la plus retentissante

C’est la décision la plus symbolique, ayant des répercussions dans le monde entier. Dans une volte-face historique, la très conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a enterré vendredi 24 juin le droit à l’avortement. Dans la foulée, une poignée d’Etats en ont profité pour bannir immédiatement les interruptions de grossesse sur leur sol.

Cette révolution a été déclenchée par la décision de la Cour suprême de révoquer son arrêt emblématique « Roe v. Wade », qui depuis 1973 garantissait le droit des Américaines à avorter, la majorité de ses juges l’estimant aujourd’hui « totalement infondé ».

« La Constitution ne fait aucune référence à l’avortement et aucun de ses articles ne protège implicitement ce droit », écrit le juge Samuel Alito pour argumenter la décision des conservateurs. « Il est temps de rendre la question de l’avortement aux représentants élus du peuple », dans les parlements locaux.Le droit à l’avortement, première bataille d’une guerre qui s’ouvre entre deux AmériquesDroit à l’IVG révoqué aux Etats-Unis : la Cour suprême a osé !

Le président Joe Biden a dénoncé une « erreur tragique » qui « met la santé et la vie de femmes en danger » et appelé les Américains à défendre le droit à l’avortement lors des élections de mi-mandat en novembre.

La décision a entraîné des réactions et manifestations en faveur de l’avortement dans le monde entier. A l’international, plusieurs voix, dont celles des Premiers ministres britannique Boris Johnson et canadien Justin Trudeau, ont d’ailleurs déploré le « retour en arrière » américain. En France, le président Emmanuel Macron a regretté la « remise en cause » des libertés des femmes. La majorité présidentielle et la Nupes ont proposé d’inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution, afin de rendre plus difficile la suppression de ce droit en France.Notre combat pour le droit à l’avortement

Port d’armes : sempiternel débat américain

La veille, c’est dans un débat au contraire très « américain » que la Cour suprême a pris position, en affirmant clairement que les Américains avaient le droit de porter des armes hors de leur domicile.

Les six juges conservateurs ont ainsi, contre l’avis de leurs trois collègues progressistes, invalidé une loi de l’Etat de New York qui, depuis plus d’un siècle, limitait fortement les permis de port d’armes. Un arrêt qui risque de compliquer les efforts pour combattre une violence déjà alarmante, mais salué comme une « immense victoire », par le puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), qui milite depuis des années pour une lecture littérale du deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis. Ratifié en 1791, celui-ci énonce qu’« une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un Etat libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé ».

Vidéo associée : Etats-Unis : la Cour suprême enterre le droit à l’avortement

En 1939, la Cour suprême avait jugé que le deuxième amendement protégeait le droit d’utiliser des armes dans le cadre d’une force de maintien de l’ordre, comme l’armée ou la police, mais n’était pas un droit individuel à l’auto-défense. Elle avait changé de position lors d’un arrêt historique en 2008 et établi pour la première fois un droit individuel à posséder une arme à son domicile pour se défendre. A l’époque, elle avait toutefois laissé aux villes et aux Etats le soin de réguler le transport en dehors du domicile. « Rien dans le deuxième amendement ne fait une distinction entre la maison ou les lieux publics en matière de port d’armes », a expliqué le juge conservateur Clarence Thomas au nom de la majorité.

Cette décision intervient alors que les Etats-Unis sont encore sous le choc d’une série de fusillades meurtrières dont l’une, le 24 mai, a fait 21 morts dans une école primaire du Texas, poussant des sénateurs républicains jusqu’ici hostiles à toute régulation sur les armes à soutenir de modestes réformes.

« Profondément déçu », le président démocrate Joe Biden a regretté un arrêt « contraire au bon sens » qui « devrait tous nous inquiéter ». La gouverneure démocrate de l’Etat de New York, Kathy Hochul, a pour sa part dénoncé une décision « honteuse en pleine prise de conscience nationale sur la violence des armes. » Les trois juges progressistes de la Cour se sont dissociés de cet arrêt, le magistrat Stephen Breyer rappelant qu’« en 2020, 45 222 Américains ont été tués par des armes à feu ».

Réchauffement climatique : une décision « dévastatrice »

Preuve de l’influence possiblement néfaste des juges conservateurs pour des décennies : la Cour suprême des Etats-Unis a limité jeudi 30 juin les moyens fédéraux de lutter contre le réchauffement climatique.

La haute juridiction a en effet estimé que l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) ne pouvait pas édicter de règles générales pour réguler les émissions des centrales à charbon, qui produisent près de 20 % de l’électricité aux Etats-Unis.

« Mettre une limite aux émissions de dioxyde de carbone à un niveau qui imposerait de renoncer au charbon dans tout le pays pour produire l’électricité pourrait être une solution pertinente à la crise d’aujourd’hui », écrit le juge John Roberts en leur nom. « Mais il n’est pas crédible que le Congrès ait donné à l’EPA l’autorité d’adopter une telle mesure. »La Cour suprême des Etats-Unis limite les moyens de l’Etat fédéral de lutter contre le réchauffement

Leurs trois collègues progressistes se sont une nouvelle fois dissociés d’une décision jugée « effrayante »« La Cour a retiré à l’EPA le pouvoir que le Congrès lui a donné de répondre au “problème le plus pressant de notre époque” », écrit la juge Elena Kagan, en rappelant que les six années les plus chaudes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie.

Le président Joe Biden a dénoncé une décision « dévastatrice » et s’est engagé à continuer « à utiliser les pouvoirs qui (lui) sont attribués pour protéger la santé publique et lutter contre la crise climatique »« Nous pouvons dire qu’il s’agit d’un recul dans notre lutte contre le changement climatique, alors que nous sommes déjà très en retard dans la réalisation des objectifs de l’accord de Paris » adopté en 2015, a pour sa part réagi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Religion dans la sphère publique : un dossier très symbolique

De l’argent public pour des écoles confessionnelles ? Validé. Un entraîneur qui prie sur les terrains d’un lycée public ? C’est son droit. Un drapeau chrétien sur une mairie ? Toujours bon.

De l’argent public pour des écoles confessionnelles ? Validé. Un entraîneur qui prie sur les terrains d’un lycée public ? C’est son droit. Un drapeau chrétien sur une mairie ? Toujours bon. L’ultra-conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a, enfin, bouleversé, au cours de sa session, le délicat équilibre entre la défense des libertés religieuses et la neutralité de l’Etat.

« Elle ne se contente plus d’inviter de manière de plus en plus inexorable la religion dans la sphère publique, mais elle veut l’imposer », relève Steven Schwinn, professeur de droit à l’université de l’Illinois.

L’affaire était portée par Joseph Kennedy, un ancien marine qui, pendant sept ans, a supervisé les équipes de football américain du lycée public de Bremerton, près de Seattle. Après chaque match, il avait pris l’habitude de s’agenouiller pour « remercier Dieu » au milieu du terrain, parfois rejoint par des joueurs. Il lui arrivait aussi de diriger des prières dans les vestiaires.

En 2015, les autorités scolaires lui avaient demandé de s’abstenir, s’appuyant sur un article du premier amendement de la Constitution qui interdit à l’Etat, et à ses employés, d’encourager « l’établissement » d’une religion, c’est-à-dire de la financer ou de favoriser sa pratique.

Après avoir perdu en première instance et en appel, Joseph Kennedy a obtenu raison lundi devant la Cour suprême. « Une entité gouvernementale a voulu punir un individu pour une pratique religieuse brève, calme et personnelle »« la Constitution n’impose ni ne tolère ce genre de discrimination », a écrit le juge Neil Gorsuch au nom de la majorité conservatrice.

« Justice a été rendue », s’est félicité l’intéressé sur la chaîne Fox News, en estimant que, désormais « les profs, femmes de ménage, personnel de cantine » pourront suivre son exemple. « Personne ne devrait avoir à s’inquiéter parce qu’il veut remercier Dieu ! »

Dans un argumentaire amer, les trois juges progressistes de la haute cour ont reproché à leurs collègues d’avoir « déformé les faits » du dossier. Selon eux, les prières de l’entraîneur n’étaient pas « personnelles et discrètes », mais « démonstratives ». Fait rare, ils ont joint une photo du coach, entouré comme un messie par ses élèves, pour appuyer leur propos.

Et maintenant ?

La tempête est-elle désormais passée ? Rien n’est moins sûr. Ces quatre décisions, éminemment symboliques, ne pourraient être qu’une première attaque sur les questions de société. Les juges ont ainsi accepté d’examiner une série d’affaires potentiellement cruciales à la rentrée, portant notamment sur la discrimination positive et la façon dont sont régulées les élections.

Le juge le plus conservateur de l’institution, Clarence Thomas, nommé à vie par George Bush père, aimerait bien aller au-delà. Le magistrat a ravivé les craintes du camp progressiste aux États-Unis, après avoir indiqué vouloir revenir sur d’autres décisions historiques dans un argumentaire personnel accompagnant l’un de ses arbitrages.

Dans son viseur : l’arrêt Griswold vs Connecticut de 1965, qui consacre l’accès à la contraception pour les couples mariés ; l’arrêt Lawrence vs Texas de 2003, qui a rendu illégales les lois réprimant les rapports sexuels entre deux personnes du même sexe ou encore l’arrêt Obergefell vs Hodges de 2015, qui a autorisé le mariage homosexuel, cible numéro un de la droite religieuse américaine…

Read Full Post »

L’élue républicaine, fille de l’ancien vice-président de Bush fils, Dick Cheney, co-préside la comission parlementaire, qui accuse le milliardaire républicain d’être au coeur d’une « tentative de coup d’État » pour se maintenir au pouvoir, après sa défaite contre Joe Biden.

© SAUL LOEB © 2019 AFPL’élue républicaine Liz Cheney à Washington le 22 octobre 2019

L’élue républicaine Liz Cheney, qui enquête sur la manière dont Donald Trump a tenté de faire invalider l’élection de 2020, n’a pas exclu de défier l’ancien président américain à la présidentielle de 2024.

« La chose la plus importante à faire est de protéger le pays de Donald Trump », a-t-elle assuré lors d’une interview diffusée dimanche sur la chaîne ABC, annonçant qu’elle « (prendrait) une décision sur 2024 un peu plus tard ».

L’élue de 55 ans co-préside la commission parlementaire accusant le milliardaire républicain d’être au coeur d’une « tentative de coup d’Etat » pour avoir cherché à se maintenir au pouvoir après avoir perdu face à Joe Biden.

javascript:void(0)

Chargé: 0.00%Jouer

Publicité – À venir « Capitole: le récit ahurissant d’une ancienne collaboratrice de la Maison Blanche contre Donald Trump »LQActiver les notifications

Capitole: le récit ahurissant d’une ancienne collaboratrice de la Maison Blanche contre Donald Trump

« La responsabilité d’essayer de ramener le parti sur le bon chemin »

« Un homme aussi dangereux que Donald Trump ne peut absolument plus ne retrouver près du Bureau ovale », a estimé Liz Cheney, assurant que le parti républicain « ne pourrait pas survivre » à une nouvelle investiture de l’ex-magnat de l’immobilier. »Ceux d’entre nous qui croient aux principes et aux idéaux républicains ont la responsabilité d’essayer de ramener le parti sur le bon chemin », a jugé la parlementaire, fille de l’ancien vice-président de Bush fils, Dick Cheney.

Donald Trump, qui conserve une emprise considérable sur le parti républicain, flirte de plus en plus ouvertement avec une nouvelle candidature, certains médias assurant qu’elle pourrait être annoncée d’ici la fin du mois.

Read Full Post »

La police et le maire de la ville américaine d’Akron ont lancé des appels au calme après une manifestation contre les violences policières après qu’un homme noir a été tué de 60 balles par la police, selon son avocat

© UPI/Newscom/SIPAUne manifestante à Akron contre les violences policières dans l’Ohio le 2 juillet 2022.BLACK LIVES MATTER – La police et le maire de la ville américaine d’Akron ont lancé des appels au calme après une manifestation contre les violences policières après qu’un homme noir a été tué de 60 balles par la police, selon son avocat

L’homicide date d’une semaine mais la vidéo, diffusée dimanche, risque de mettre le feu aux poudres. Le maire et la police de la ville américaine d’Akron, dans l’Ohio, aux Etats-Unis, ont lancé dimanche un appel au calme après la diffusion d’une vidéo montrant l’homicide par des policiers d’un homme noir qui a reçu 60 balles selon son avocat.

Jayland Walker, 25 ans, a été tué lundi alors qu’il fuyait les policiers à pied après une poursuite en voiture consécutive à une tentative d’interpellation pour infraction routière. Une vidéo très violente diffusée dimanche par la police montre le jeune homme criblé de balles.

Une manifestation ce dmanche près de Cleveland

Une nouvelle manifestation, à l’appel d’associations antiracistes, était prévue à 14h30 locales (21h30 heure de Paris) dans cette ville proche de Cleveland, pour réclamer «justice pour Jayland Walker».

Vidéo associée : Etats-Unis: Un sans-abri s’est noyé sous les yeux de policiers qui refusaient d’intervenir, selon des images rendues publiques par les autorités – VIDEO

«Beaucoup voudront exprimer leurs griefs en public et je soutiens pleinement le droit de nos résidents à se réunir pacifiquement», a déclaré le maire de la ville Dan Horrigan, assurant avoir «le coeur brisé». «Mais j’espère que la population sera d’accord sur le fait que la violence et la destruction ne sont pas la solution», a-t-il plaidé lors d’une conférence de presse.

Son avocat assure que l’homme a été touché par 60 balles

Le chef de la police Steve Mylett a indiqué qu’un rapport du médecin légiste faisait état de 60 blessures sur le corps de Jayland Walker. Son avocat Bobby DiCello assure que l’homme a été touché par 60 balles.

Les policiers impliqués dans sa mort ont été suspendus administrativement en attendant la fin de l’enquête judiciaire.

Dans un tweet dimanche, la superstar du basketball LeBron James, originaire d’Akron, a dit prier pour sa ville.

Read Full Post »

La piste d’un triple homicide, suivie d’un suicide, est privilégiée par les forces de l’ordre.

© Frederic J. Brown – AFPUn véhicule de police aux Etats-Unis. (Photo d’illustration)

Les corps de trois enfants et de leur mère ont été retrouvés au fond d’un lac du Minnesota, aux États-Unis ce vendredi, rapporte l’agence de presse américaine AP. Les enfants, deux garçons et une fille, étaient tous âgés de moins de 5 ans.

D’après AP, les autorités locales privilégient la piste d’un triple homicide, puis d’un suicide. Dans un premier temps, vendredi matin, le corps du père des enfants a été retrouvé dans un camping à Maplewood, près de Minneapolis.

Vidéo: \ (BFMTV)

Video Player is loading.

Chargé: 10.31%SuspendreHQPlein écran

\Activer les notifications

Afficher sur Watch 

Une autopsie à venir

Les forces de l’ordre ont alors entamé des recherches, pour retrouver la mère et ses trois enfants. Sa voiture a été repérée dans l’après-midi, ainsi que les chaussures des enfants, près du lac.

Le corps du premier enfant a été repêché en début de soirée, le deuxième vers minuit. La mère a ensuite été retrouvée samedi matin, peu avant le corps du troisième enfant.

Une autopsie va être pratiquée, pour déterminer les circonstances exactes de leur mort.

Read Full Post »

SOURCE AFP – 

Selvin Allende n’en peut plus. Avec sa fille d’un an sur les épaules et son épouse enceinte, il finit de traverser le Rio Grande, de la ville mexicaine de Piedras Negras vers sa jumelle américaine Eagle Pass, au Texas. Une traversée périlleuse que des dizaines de milliers de migrants entreprennent tous les ans à la recherche d’un avenir meilleur.

© AFPLe désespoir plus fort que la peur pour les migrants du Rio Grande

« J’ai eu peur pour ma fille dans le fleuve. Je me sens fatigué, exténué, mais avec le rêve de pouvoir travailler si les services d’immigration nous écoutent avec le coeur », confie ce Guatémaltèque de 30 ans.

La famille a quitté son domicile, au Honduras, à cause de la délinquance et du manque d’emplois, et a accompli un long voyage en train et à pied pour arriver ici.

Un calvaire qui tourne parfois à la tragédie, comme pour les 53 migrants décédés après avoir suffoqué dans un semi-remorque à San Antonio.

Au côté de Selvin Allende, son épouse marche d’un air douloureux, les yeux mi-clos, vers la police des frontières qui les attend sous l’un des ponts qui relient le Mexique aux Etats-Unis. En tout et pour tout, leurs affaires remplissent deux sacs plastiques.

Les agents passent leurs passeports en revue, ainsi que ceux d’autres personnes récemment arrivées, et les embarquent pour examiner leurs demandes d’asile.

La scène se répète plusieurs fois par jour sous le regard résigné des forces de l’ordre. « Ça ne s’arrête jamais. Ils peuvent traverser n’importe où et n’importe quand », dit un soldat de la Garde nationale souhaitant rester anonyme.

Les renforts à la frontière ces derniers mois n’ont pas endigué les arrivées de migrants sans visa. En mai, les autorités ont arrêté plus de 239.000 personnes à la frontière avec le Mexique, un record, même si le chiffre inclut les individus ayant tenté la traversée plusieurs fois.

« Je pleure de joie »

Sur la rive mexicaine du Rio Grande, quelques minibus arrivent et repartent, déposant ceux qui traverseront le fleuve.

Il fait 37°C cet après-midi et quelques migrants se rafraîchissent dans l’eau, attendant l’arrivée d’autres candidats à la traversée pour tenter le passage à gué dans ce fleuve aux eaux traîtresses qui ont déjà emporté tant de vies.

Vidéo associée : Elle sauve une jeune fille d’un kidnapping ?

Une famille vénézuélienne, cinq hommes, deux femmes et deux enfants, décide que le moment est venu. Leur traversée dure 10 minutes et, au milieu du gué, ils doivent s’accrocher les uns aux autres pour résister aux puissants courants.

Quand ils arrivent côté américain, ils crient de joie avant de se livrer à la police des frontières.

Le soulagement se lit sur tous les visages. Alejandro Galindo, un autre Vénézuélien qui a traversé près d’ici, fait part de son émotion après un périple de 26 jours avec ses deux compagnons.

« Je pleure de joie. Je veux aider ma famille. Au Venezuela, nous n’avions pas d’avenir », confie le jeune de 28 ans.

Refuge

Eagle Pass, une ville de 22.000 habitants à 230 km de San Antonio, a appris à vivre avec la présence quotidienne de migrants.

A quelques mètres du pont, les golfeurs sur le gazon jaunâtre ne prêtent aucune attention à ceux qui traversent le fleuve.

Valeria Wheeler, qui dirige un refuge, assiste chaque jour aux défis de l’actuelle vague migratoire.

Ses installations, qui accueillaient 20 migrants par semaine il y a deux ans, en hébergent désormais jusqu’à 600 par jour.

Ceux qui y passent quelques heures profitent de bancs, toilettes et douches dans un grand entrepôt, attendant qu’un proche paie leur billet vers une autre ville.

Leur profil a changé ces derniers temps, explique Valeria Wheeler. Les nouveaux arrivants sont plus pauvres qu’avant, et ont souvent dû marcher depuis le Mexique ou les petits pays d’Amérique centrale.

« Ils arrivent avec des blessures physiques et psychologiques », explique la directrice du refuge, qui n’accueille que ceux qui ont été libérés par les gardes-frontières après avoir échappé au « Title 42 ».

Cette mesure, héritée de l’ère Trump, permet d’expulser tout migrant dépourvu d’un visa, même les demandeurs d’asile, au prétexte de la pandémie de Covid-19.

Pour ceux qui tentent d’échapper à la police des frontières et à l’expulsion immédiate, la traversée est encore plus dangereuse, et coûtera jusqu’à 10.000 dollars s’ils font appel à un passeur.

« Nous sommes ici pour que les personnes qui arrivent au refuge n’aient pas à vivre la même chose » que les victimes du drame de San Antonio, dit Valeria Wheeler. « C’est pour cela que nous travaillons. »

02/07/2022 16:36:39 –          Eagle Pass (Etats-Unis) (AFP) –  

Read Full Post »

© Jeenah MoonÀ la mi-journée, 600 vols étaient déjà annulés, tandis que près de 2 200 autres étaient retardés, dans les aéroports du pays. AFP/Jeenah Moon/Getty ImagesLe secteur aérien est en crise et les États-Unis ne sont pas épargnés. Des centaines de vols ont été annulés ce samedi dans les aéroports américains, en raison notamment de problèmes d’effectifs. De quoi gâcher les congés de milliers de familles en ce week-end de fête nationale. À la mi-journée, 600 vols étaient déjà annulés, tandis que près de 2 200 autres étaient retardés, selon flightaware.com. Et la situation était déjà difficile la veille, selon le site spécialisé, qui a répertorié vendredi 587 vols annulés sur un total de 3 060 dans le monde, et près de 8 000 retards. Ces déboires pour les passagers américains constituent une tendance de fond : les compagnies aériennes des États-Unis, qui emploient 15 % de personnel en moins par rapport à

Vidéo associée : Fête nationale 8

la période prépandémie, gèrent difficilement le retour massif des passagers dans leurs avions. Des responsables du secteur aérien mentionnent d’autres facteurs extérieurs aggravants, notamment climatiques ou dus au Covid. Des pilotes de Delta Airlines ont par ailleurs manifesté jeudi pour notamment réclamer des augmentations salariales au regard du nombre d’heures supplémentaires travaillées. « Une question de sécurité » « C’est très franchement irresponsable de faire du surbooking. En sortie de pandémie, on prévoit plus de vols qu’on a de personnes pour les piloter », a regretté ce samedi un de leurs représentants syndicaux, Jason Ambrosi, sur la chaîne CNN. Les pilotes, fatigués, ne veulent pas bloquer les passagers, a-t-il assuré, « mais c’est une question de sécurité ». Le ministre américain des Transports, Pete Buttigieg, a rappelé ce samedi sur Twitter aux passagers qu’ils avaient le droit à un remboursement en cas d’annulation. Les entreprises du secteur ont, quant à elles, assuré travailler à résoudre le problème, intensifiant leurs campagnes de recrutement de pilotes et d’autres catégories de personnel et en réduisant le nombre de sièges disponibles pour les passagers. Les États-Unis ne sont pas les seuls à être touchés par cette crise outre-Atlantique : selon Radio Canada, Air Canada a prévu de supprimer 15 % de ses vols quotidiens en juillet et en août.

Read Full Post »

Older Posts »