Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Michael Jackson’ Category

Conrad Murray, le médecin de Michael Jackson, est sorti de prison

Condamné en 2011 à quatre ans de prison pour homicide involontaire après la mort de Michael Jackson en 2009, le docteur Conrad Murray est sorti de prison ce lundi.  ( AFP/Robyn Beck )

M. Pf. |

                                                    

                Libéré. Après deux ans passés derrière les barreaux, le médecin de Michael Jackson a quitté la prison de Los Angeles (Etats-Unis) ce lundi. Conrad Murray est sorti de l’établissement pénitentiaire sous escorte, échappant aux journalistes et aux fans qui l’attendaient, rapporte le site internet de la chaîne d’information américaine CNN.

                                                                        En juillet, l’annonce de sa prochaine libération avait suscité l’indignation de bon nombre de fans du défunt «roi de la pop».
Le docteur avait été reconnu coupable d’homicide involontaire en administrant à Michael Jackson une dose de Propofol qui s’est avérée mortelle et condamné à quatre ans de prison en novembre 2011. Le jury avait en effet estimé que le médecin était responsable de la mort du chanteur – survenue en juin 2009- car il avait trop régulièrement prescrit de puissants somnifères et narcotiques pour traiter les insomnies de son illustre patient.
En vertu des lois carcérales américaines, Conrad Murray a donc été libéré après avoir effectué la moitié de sa peine. Son avocat a annoncé à sa sortie de prison qu’il allait tenter de récupérer son autorisation de pratiquer la médecine au Texas, en Californie et au Nevada pour reprendre sa carrière médicale interrompue au moment de sa condamnation.
Selon CNN, le porte-parole du shérif l’a décrit comme un prisonnier exemplaire, isolé des autres détenus pendant son incarcération. Les douze derniers mois, Conrad Murray avait d’ailleurs le droit d’utiliser un téléphone dans sa cellule.

Publicités

Read Full Post »

Quincy Jones réclame des millions aux héritiers de Michael Jackson

Producteur notamment de «Thriller», l’album de Michael Jackson vendu à plus de 100 millions d’exemplaires, Quincy Jones a porté plainte contre la famille de la star défunte.  ( (AFP/CARL DE SOUZA.) )

Alain Grasset

Il a été le grand producteur et l’ami de Michael Jackson. Quincy Jones a décidé d’attaquer les héritiers de la star et Sony Music Entertainment estimant qu’il lui doivent des millions de dollars pour des redevances et des droits de production sur les plus grands tubes du chanteur. Agé de 80 ans, celui qui a produit le fameux «Thriller» en 1982 – l’album le plus vendu de tous les temps à plus de 100 millions d’exemplaires – a déposé une plainte en justice.

                                                                        Il réclame 10 millions de dollars (soit 6,2 millions d’euros) pour rupture de contrat sur certains albums publiés après la mort du roi de la pop américain.
Dans sa plainte, Q.J. explique que les enregistrements sur lesquels il avait travaillé, «Billie Jean», «Thriller» et D«on’t Stop ’Til You Get Enough», ont été très mal remasterisés afin de le priver de redevances et de droits de production. Il affirme aussi qu’il aurait dû recevoir le crédit de producteur sur la musique du documentaire «This Is It.», sorti dans les salles en 2012.
Les héritiers de Jackson ont réagi à cette plainte en expliquant dans un communiqué que «lors de sa collaboration, Mr Jones a été dûment indemnisé sur environ 35 ans pour son travail avec Michael». En revanche, c’est le silence total du côté de Sony Music Entertainment
Rappelons qu’après un troisième album, «Bad», le chanteur avait arrêté sa collaboration avec Quincy Jones. Les opus qui avaient suivi n’avaient connu le même succès commercial.

 

                                leparisien.fr

Read Full Post »

Le docteur Murray bientôt libéré : la famille Jackson enrage

Le Point.fr

Le médecin reconnu coupable de la mort de Michael Jackson devrait bénéficier d’une remise de peine. Un mauvais coup pour les proches du chanteur, toujours en procès.
Conrad Murray, ici le 29 novembre 2011.
Conrad Murray, ici le 29 novembre 2011. ©       Mario Anzuoni /       AFP

Le docteur Conrad Murray, l’homme condamné pour avoir précipité la mort de Michael Jackson en juin 2009, devrait sortir de prison fin octobre selon le site Radar Online, soit deux ans avant la fin de sa peine. Le funeste médecin avait écopé de quatre ans de prison, fin 2011, lorsque les experts judiciaires ont mis au jour ses curieuses pratiques médicales. Payé 150 000 dollars par mois par les producteurs AEG Live, son rôle était de surveiller de près la santé du chanteur, qui repartait pour une cinquantaine de concerts très juteux.

Dans la nuit du 24 juin 2009, Michael Jackson appelle Murray pour prendre des antidépresseurs afin de dormir, comme il en avait souvent l’habitude. Le praticien obtempère mais a la main lourde : il lui injecte plusieurs doses de Propofol, un puissant anesthésiant, entre minuit et cinq heures du matin. Ce médicament, combiné à d’autres, emporte finalement le chanteur, stressé et fatigué par les intenses répétitions de ses spectacles. Murray tente en vain un massage cardiaque, tandis que les secours arrivent sur place. Une fois à l’hôpital, il annonce lui-même aux enfants le décès de leur père en quelques mots : « Désolé les enfants, papa est mort… »

Une insulte pour la famille

Le Dr Conrad, comme l’appelaient les intimes de Jackson, a toujours nié sa responsabilité dans la mort du chanteur. Mais la justice a reconnu pleinement sa culpabilité en le condamnant pour « négligence criminelle » et homicide involontaire. Très vite, l’ancien praticien de la star supporte mal son emprisonnement, se plaint de problèmes de santé et des conditions de son incarcération, même s’il bénéficie de quelques avantages, dont une ligne téléphonique personnelle. Sa remise de peine s’expliquerait non seulement par un comportement exemplaire sur plusieurs mois, mais aussi par la surpopulation carcérale dans les prisons américaines.

L’annonce de cette libération anticipée est en tout cas très mal vécue par le clan Jackson, notamment par Katherine, la mère du chanteur : « C’est injuste, je ne pourrai jamais revoir mon fils, alors que sa mère pourra revoir le sien ! » « Le fait qu’il sorte après deux ans est une insulte, selon une source proche de la famille citée par le Mirror. Ils estiment toujours qu’il doit être jugé pour un crime. » Pour les proches de la star, Murray reste en effet le premier coupable, même s’ils attaquent en parallèle AEG Live pour préjudice, espérant récupérer plus de 1,5 milliard de dollars, soit l’estimation du business perdu après la mort subite du roi de la pop.

Du Propofol dès l’an 2000

La libération de Murray va-t-elle changer la donne ? Il est peu probable qu’il vienne témoigner à la barre pour soutenir son ancien employeur. L’ex-docteur, qui est en appel pour sa condamnation, n’a pas envie d’entrer dans un imbroglio juridique ou de retarder sa propre procédure. Mais si on le force à entrer dans l’arène, il a déjà prévenu qu’il lâcherait des informations capitales, visant, sans la nommer, l’ancienne famille de Jackson, connue pour vivre aux crochets de l’artiste.

En revanche, le procès actuel, qui oppose la famille au producteur AEG, entre dans une phase capitale en mettant l’accent sur la grande dépendance de Michael Jackson aux médicaments. Les récents témoignages montrent que le chanteur était depuis très longtemps sous l’emprise des drogues, même si la famille tente de minimiser ou d’ignorer le fait. Un infirmier anesthésiste a même récemment raconté avoir donné à quatorze reprises du Propofol au chanteur, dès le début des années 2000… Des révélations qui pourraient aider la procédure en appel de Murray, visant à atténuer sa responsabilité dans la mort d’un chanteur, présenté sous dépendance complète. Une dépendance dont Murray a toujours nié avoir eu connaissance.

Read Full Post »

 

 

La fille de Michael Jackson hospitalisée

Le Point.fr-

Paris Jackson aurait tenté de se suicider. Selon sa grand-mère Katherine, elle « va bien physiquement et reçoit les soins médicaux appropriés ».

 

 

sipa-ap-1549833-jpg_1431592

 

 

Paris Jackson, à gauche.©       Charles Rex Arbogast/AP /       Sipa
 

La fille de Michael Jackson, Paris, âgée de 15 ans, a été conduite à l’hôpital mercredi après une probable tentative de suicide, selon le site TMZ, mais elle « va bien physiquement », a indiqué sa famille. Un porte-parole de la police a indiqué à l’AFP que des policiers étaient intervenus dans une maison de Calabasas, où vit Paris Jackson près de Los Angeles, aux premières heures de la matinée, pour un « problème médical », tout en refusant de donner l’identité de la personne concernée.

La jeune fille avait tweeté mardi soir plusieurs messages dans lesquels elle écrivait notamment: « Hier, tous mes problèmes semblaient avoir disparu, maintenant c’est comme si au contraire ils étaient là pour toujours ». Dans un autre tweet, elle se demandait « pourquoi les larmes sont salées? ». Dans un communiqué, sa grand-mère, Katherine, âgée de 83 ans, affirme que « Paris va bien physiquement et reçoit les soins médicaux appropriés ». « S’il vous plaît respectez sa vie privée et celle de sa famille », ajoute-t-elle.

« Etre une personne sensible âgée de 15 ans c’est difficile, qui que vous soyez. Et c’est particulièrement difficile quand vous perdez la personne la plus proche de vous », a poursuivi Katherine, qui est actuellement en procès contre le promoteur du chanteur Michael Jackson. La mère de Paris, Debbie Rowe, ancienne femme du « Roi de la pop », a quant à elle déclaré: « Nous sommes reconnaissants des pensées de tout le monde pour Paris aujourd’hui ainsi que du respect de la vie privée de sa famille ».

Une surdose de médicaments ?

Selon le site spécialisé dans l’actualité des célébrités TMZ, qui cite des sources anonymes, la jeune fille aurait fait une tentative de suicide. Toujours selon ces sources, Paris serait sortie de la maison familiale sur un brancard, après un appel au numéro d’urgence 911 évoquant une surdose de médicaments. Une source liée aux urgences a dit à TMZ que les poignets de la jeune femme présentaient plusieurs coupures. Mais Paris va « bien » depuis son arrivée à dans l’établissement hospitalier, selon le site.

« A 01H27 ce matin, les adjoints du shérif ont répondu à un appel lié à un problème médical » à Calabasas, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police du comté de Los Angeles, Steve Whitmore. « De l’aide médicale a été apportée, et le patient a été transféré dans un hôpital de la région », a-t-il ajouté, en précisant que la loi lui interdisait de donner l’identité du patient en question.

Une possible récidive

Une source proche de la jeune fille a rapporté à TMZ –qui avait été le premier média à annoncer la mort de Michael Jackson en juin 2009– que Paris avait « déjà essayé (de se suicider) par le passé ». Paris –deuxième enfant de Michael Jackson, qui a eu deux autres fils, Prince et « Blanket »– a débuté une carrière dans le cinéma, avec un premier rôle dans le film « Lundon’s Bridge and the Three Keys ».

Sa grand-mère Katherine est actuellement en procès à Los Angeles contre le promoteur du chanteur AEG, auquel elle reproche d’avoir embauché le docteur Conrad Murray, condamné en 2011 pour homicide involontaire ayant conduit à la mort du chanteur. Paris avait été citée comme témoin à ce procès, qui est en cours et doit durer plusieurs mois.

Click here to find out more!

Read Full Post »

 

 

Michael Jackson « inquiétait » son entourage par ses absences et sa « minceur »

 

 

1432786-449451-jpg_1317439_434x276

Les absences de Michael Jackson aux répétitions du spectacle qu’il préparait au moment de sa mort, et sa « minceur », étaient source d' »inquiétudes » pour son entourage professionnel, a déclaré mercredi un témoin au procès qui oppose le clan Jackson au promoteur AEG.

Alif Sankey, appelée à la barre par Brian Panish, l’avocat de la famille Jackson, a affirmé qu’au début du moins de juin 2009, elle avait « commencé à avoir des inquiétudes au sujet de la santé de Michael » Jackson. « J’étais inquiète et préoccupée », a-t-elle dit.

Mme Sankey, qui n’avait pas témoigné lors du procès de Conrad Murray — le médecin du « Roi de la pop » condamné en 2011 à quatre ans de prison pour homicide involontaire — était productrice associée du spectacle « This is it », que répétait le chanteur au moment de sa mort, le 25 juin 2009.

Elle travaillait étroitement avec Kenny Ortega, producteur du spectacle et plus proche collaborateur de Michael Jackson sur le projet.

La première semaine de juin, alors qu’étaient tournées les séquences vidéo devant apparaître pendant le spectacle, Michael Jackson était sensé venir chaque jour aux répétitions mais ne s’est présenté qu’une seule fois.

Mme Sankey, qui trouvait le chanteur « mince », a alors envoyé un courrier électronique à Kenny Ortega pour lui faire part de ses inquiétudes: « J’ai quitté le travail hier soir très triste et énervée, car je considère que nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer ».

M. Panish, qui réprésente le clan Jackson dans ce procès qui oppose la famille du chanteur à AEG, le promoteur de « This is it », a également montré au tribunal un email du chorégraphe du spectacle, Travis Payne, envoyé à l’assistant de Michael Jackson, espérant que ce dernier viendrait répéter.

« Si (Michael Jackson) est en état, nous serions enchantés qu’il puisse venir à la répétition de demain », écrit-il.

La famille Jackson réclame plus d’un milliard de dollars de dommages et intérêts à AEG, qu’elle accuse d’avoir fait preuve de négligence en embauchant le docteur Murray pour veiller sur la santé du « Roi de la pop ».

Le chanteur a succombé à une surdose de propofol, un puissant anesthésiant qu’il utilisait comme somnifère avec la complicité de son médecin

Read Full Post »

La terrible pharmacie de Michael Jackson

Le Point.fr-

La dépendance de la star aux médicaments est au coeur du procès qui oppose depuis lundi à Los Angeles le clan Jackson et le producteur AEG.
 
 
 
 
jackson-jpg-1415982-jpg_1301929
Michael Jackson est mort le 25 juin 2009 à Los Angeles.©William Conran / Abaca

 

Tout le monde savait, mais personne ne souhaitait vraiment ouvrir l’armoire à pharmacie de Michael Jackson. Du reste, quelqu’un l’aurait-il voulu, il n’aurait pas pu, tant la star tenait à garder le secret sur son petit trafic médicamenteux qui lui permettait de tenir encore debout. Depuis longtemps avant sa mort, Michael Jackson était accro à la chimie. Trop longtemps, puisque l’accoutumance lui imposait d’augmenter régulièrement les doses.

Il faut dire que le chanteur n’a pas été épargné par la douleur. Dès 1984, il est hospitalisé après avoir été brûlé au cuir chevelu à la suite d’un tournage pour une publicité pour Pepsi. La prise des analgésiques commence, elle ne s’arrêtera plus. En 1990, on lui diagnostique un vitiligo, une maladie de l’épiderme qui se caractérise par une dépigmentation. Il y aura aussi ces multiples et secrètes opérations chirurgicales, notamment celles du nez, ainsi qu’un corps soumis à rude épreuve par des entraînements de danse intensifs et des tournées éprouvantes, sans oublier les blessures psychologiques consécutives aux accusations de pédophilie qui affecteront une partie de sa fortune et surtout son moral.

Lavages d’estomac fréquents

Selon Brian Oxman, ancien avocat de la famille, le Roi de la pop prenait déjà des dizaines de pilules de Vicodin (un analgésique) pendant son procès. Il aurait dépensé jusqu’à près de 35 000 euros par mois en somnifères, antidépresseurs et médicaments divers. Le magazine People rapporte qu’il traquait les pilules miracles sous différents pseudos pour obtenir des doses massives : les ordonnances étaient au nom de Mike Jackson, Jimmy Nicholas, Franck Tyson et même… Joséphine Baker !

L’antre du King se transforme vite en hôpital de survie, où traînent des flacons de toute sorte, des boîtes de pilules ouvertes, des cachets multicolores, des seringues et des bonbonnes d’oxygène… « Je devais lui pratiquer des lavages d’estomac très souvent », a expliqué en 2009 l’ancienne nurse des trois enfants de la pop-star. « Il y a eu un moment où il allait si mal que je ne laissais pas ses enfants le voir… » Toujours selon elle, il ne mangeait jamais assez et mélangeait beaucoup trop les analgésiques. Elle décide un jour d’alerter la famille, ce qui met hors de lui le chanteur. Sa mère Katherine tente de l’aider et de le convaincre de traiter sa dépendance. Peine perdue, la star nie et se retranche derrière ses mensonges.

Surdose fatale

Le 25 juin 2009, lors de son décès, la police ne peut que dresser la liste des substances qui traînent dans la chambre et la salle de bains de la star : une fiole de Versed (un sédatif), un flacon de prométhazine (pour l’allergie et l’insomnie), de l’alprazolam (un anxiolytique), une bouteille de Percocet (un analgésique), du Demerol (un antalgique), du prednisone (un anti-inflammatoire), divers antibiotiques… Mais le pire est à venir. Le docteur Conrad Murray, que les producteurs payent 150 000 dollars par mois pour soigner Michael Jackson, a pris l’habitude de concocter un cocktail sur mesure pour endormir son patient trop stressé par sa nouvelle tournée à venir : chaque nuit, Murray lui administre 50 mg de Propofol, un puissant anesthésique, dilué avec un anesthésiant local, la lidocaïne. Sauf qu’il n’y a pas d’appareil de dosage dans la chambre, ni d’électrocardiogramme ou d’alimentation correcte en oxygène, comme c’est le cas lors de l’utilisation de ces médicaments en milieu hospitalier.

La nuit fatale, selon les experts, le chanteur reçoit une dose de 100 mg de Propofol, sans compter plusieurs sédatifs administrés en intraveineuse entre minuit et cinq heures du matin. Le corps épuisé du chanteur lâche prise à midi, rongé par l’intoxication. Lors de son procès, en novembre 2011, le docteur Murray a soutenu que son patient avait augmenté les doses à son insu, ce qui n’a pas convaincu le tribunal qui l’a condamné à quatre ans de prison pour homicide volontaire.

Qui a tué Michael Jackson ?

La famille Jackson réclame aujourd’hui 1,5 milliard de dommages et intérêts à AEG. Le groupe rétorque qu’il n’a jamais embauché le docteur Murray et qu’il ignorait que Michael était dépendant au Propofol.

Au bout du compte, qui a tué Michael Jackson ? Un docteur aux ordres, qui avait trop besoin de son salaire, au mépris du serment d’Hippocrate ? Un producteur qui avait investi sur un champion fatigué et qui souhaitait à tout prix lui faire courir la course d’obstacles de trop ? Une famille divisée par les jalousies et l’argent, qui a baissé les bras devant l’obstination et la solitude grandissante d’une star angoissée ? À la justice d’apporter des réponses. Elle dispose de plus de trois mois – le temps du procès – pour se faire une opinion.

Read Full Post »

AFP Le Point.fr

 

1407737-447408-jpg_1293269_434x276

 

 

Le dernier médecin de Michael Jackson était très lourdement endetté au moment d’entrer au service de la star, le rendant potentiellement vulnérable aux exigences du chanteur, a affirmé mercredi un policier, au troisième jour du procès opposant les Jackson au promoteur AEG.

Conrad Murray, condamné en 2011 à quatre ans de prison pour homicide involontaire pour la mort du « Roi de la pop », était endetté à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de dollars en prêts étudiants, cartes de crédit débitrices et loyers impayés, selon le policer Orlando Martinez, qui avait conduit l’enquête sur la mort de Michael Jackson.

M. Martinez témoignait au procès opposant le clan Jackson à AEG — le promoteur du spectacle que répétait la star au moment de sa mort –, accusé d’avoir fait preuve de négligence en embauchant Conrad Murray pour veiller sur la santé du chanteur.

Selon le détective, le Dr Murray accumulait les dettes — certaines de plus de 100.000 dollars — dans les Etats du Nevada (ouest) et du Missouri (centre). « Est-ce que cela contribue à votre opinion selon laquelle le Dr Murray était dans une situation financière déplorable? » a demandé l’avocat de la famille Jackson, Brian Panish.

« Oui », a répondu M. Martinez.

Michael Jackson est décédé le 25 juin 2009 à l’âge de 50 ans d’une surdose de propofol, un anesthésiant qu’il utilisait comme somnifère, et que lui administrait à domicile le Dr Murray.

Selon l’accusation, AEG aurait dû regarder la situation financière du médecin avant de l’embaucher. Car ses dettes pourraient l’avoir poussé à accepter toutes les extravagances médicales de Michael Jackson, au seul motif de pouvoir toucher son salaire mensuel de 150.000 dollars.

Le témoignage de M. Martinez doit se poursuivre jeudi

Read Full Post »

Older Posts »