Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2010

Le silence de l'Eglise face aux derniers scandales

Par Christian Makarian, publié le 31/03/2010 à 18:12 – mis à jour le 31/03/2010 à 18:13

Après avoir été précurseur dans la dénonciation de la pédophilie, BenoitXVI et le Vatican semblent se refermer comme s'ils craignaient la lumière. Lisez la chronique de Christian Makarian.

Les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. » C'est par ces paroles que Jésus institua l'Eglise et proclama la primauté de Pierre. De fait, le cours des siècles, l'incroyable succession de hauts et de bas n'ont jamais réussi à faire vraiment vaciller la « fiancée du Christ ». Mais la foi chrétienne s'est irrémédiablement affaissée après avoir légué une grande partie de ses valeurs aux sociétés occidentales, fortement sécularisées.

La plupart des fondamentaux chrétiens -les droits de l'homme, la solidarité, la part faite aux faibles, etc.- ont été absorbés par les Lumières et la modernité, qui les ont dévêtus de toute transcendance. Au passage, l'institution a perdu l'essentiel de son pouvoir sur la sphère temporelle, puis sur les esprits. Hegel avait raison de voir dans le christianisme la religion qui mettrait fin à la religion. Tout au plus prêtres et évêques ont-ils aujourd'hui conservé leur aura de jadis sous des latitudes tropicales.

« Souvent, Seigneur, ton Eglise semble une barque prête à couler »

En réaction à cet inexorable déclin, les papes ont figé les dogmes, durci la doctrine, jusqu'à s'inscrire en censeurs permanents du progrès; ils ont cru ralentir la chute en stigmatisant l'époque (ou la raison). Le grand concile Vatican II a profondément changé les approches, mais pas les ressorts politiques de ce qui reste une puissance temporelle. A l'opinion Rome a répliqué par la tradition. Cette ossification s'est faite au nom d'une vertu cardinale: l'immuable vérité, celle qu'exalte le message évangélique.

C'est justement ce principe de vérité qui semble maintenant atteint par le silence de Joseph Ratzinger sur certains agissements d'un bien bas clergé. On reconnaît au cardinal allemand d'avoir été un précurseur dans la dénonciation de la pédophilie: pourquoi y a-t-il donc eu des exceptions dans son passé et pourquoi faut-il les découvrir dans la presse?

Jean-Paul II avait proclamé la « splendeur de la vérité »; or le Vatican ne cesse de se refermer comme s'il craignait la lumière. Après tant de maladresses commises par Benoît XVI, la papauté restera-t-elle la dernière monarchie absolue du monde libre sans que la vocation même de l'Eglise n'en soit affectée? En 2005, quelques semaines avant d'être élu pape, Benoît XVI s'était livré à un aveu: « Souvent, Seigneur, ton Eglise nous semble une barque prête à couler, une barque qui prend l'eau de toute part. » Prophétique.

Read Full Post »

La distribution n'offre pas que des « métiers de chien »

Par Mélody Enguix, publié le 31/03/2010 à 10:56 – mis à jour le 31/03/2010 à 12:39

Derrière son image peu glamour, la distribution permet pourtant de belles évolutions de carrière, des métiers diversifiés ou des parcours internationaux.

foireauxvinssupermarche45.jpg

 

Charles Platiau/Reuters

 

Carole Lepers est entrée dans la distribution à reculons. Le choix, par défaut, devait être provisoire. « Secteur pas très glamour, salaires peu attractifs », estimait cette jeune diplômée de l'EM Grenoble. Des horaires décalés, un travail physique, rudesse voire violence de certaines pratiques managériales, ajouterait-on volontiers. Dix ans après, Carole Lepers est toujours chez Décathlon. Des profils comme le sien, fraîchement sortis d'école, font envie aux distributeurs. « Le principal défi de la grande distribution est d'attirer de jeunes talents pour qu'ils y commencent leur carrière, analyse Patrick Dumoulin, qui dirige le cabinet Great Place to Work.

Les jeunes d'écoles de commerce y pensent rarement et rêvent plutôt de décrocher des jobs dans le marketing pour des marques prestigieuses. » Le secteur a longtemps privilégié un vivier interne peu diplômé pour constituer ses équipes de cadres. « C'est formidable que le secteur soit cet ascenseur social. Mais il doit attirer des diplômés pour accompagner son développement international et penser la distribution de demain, les grands changements face à Internet ou au hard discount« , analyse Jérôme Ballarin, associé du cabinet HR Valley.

Des contes de fées dans les magasins

Chaque distributeur peut raconter ses contes de fées professionnels, dans lesquels les vendeurs deviennent directeurs: Marie-Pascale Gnali, vendeuse à mi-temps à H&M, est devenue directrice générale de la filiale belge. Philippe Zimmermann, ancien chef de secteur, est aujourd'hui patron de Leroy Merlin. A Monoprix, 70% de l'encadrement sont issus de la promotion interne. Et à H&M, pour les cadres en magasin, le chiffre grimpe à 90%. Le secteur a de beaux atouts à valoriser pour attirer – et retenir – les diplômés. « Le poste d'entrée classique, celui de responsable de rayon, offre immédiatement le management d'une équipe et la gestion d'un centre de profit », insiste Emmanuel Fraile, responsable RH d'Auchan. Philippe Canonne, DRH de Sephora, abonde: « Chez nous, les directeurs de magasin âgés de 25 ans ne sont pas rares. »

On ne nous lâche pas dans la nature

« Si nous avons ainsi réduit notre turnover de moitié depuis 2004, c'est en grande partie grâce à la formation continue et à la mobilité interne », commente Philippe Canonne, de Sephora. Un cadre de Décathlon témoigne: « On ne nous lâche pas dans la nature. Nous sommes accompagnés et formés pour l'encadrement. » La formation continue représente 3,8 % de la masse salariale à Décathlon, 3,5 % à Carrefour, quand l'obligation légale est de 1,6 %. La Fnac investit, elle, dans la validation des acquis de l'expérience (VAE) avec des coachs qui aident à mener de front travail et obtention du diplôme. « Nous fêtons nos 300 VAE cette année », se félicite Isabelle Savianne, DRH.

Des efforts sur les rémunérations

Pour opérer sa mue, la distribution a besoin d'attirer les jeunes talents dotés d'une vision stratégique. Pour les courtiser, les opérations de séduction se multiplient. Auchan va à leur rencontre: Salons et conférences… 560 opérations en 2009! Sephora choisit de laisser parler ses salariés sur un blog RH qui accueille 80 000 visiteurs par an, dont un tiers de candidats. Désireux de se bâtir une marque employeur attractive, Monoprix communique sur ses actions en faveur du développement durable, et Casino sur ses efforts pour un recrutement diversifié.

Témoignages

Trois salariés de la grande distribution

« Avant, quand les cadres de la distribution comparaient leur salaire à ceux de leurs pairs, chez les fournisseurs, ils se voyaient perdants, observe Pierre-Emmanuel Dupil. Aujourd'hui, nombre d'enseignes font des efforts pour rattraper ce décalage. » Jean-Luc Masset, DRH des hypermarchés Carrefour, abonde: « Nous avons mis en place une politique de rémunération attractive : un jeune manager débute avec 30 000 euros de salaire annuel, 40 000 euros avec les éléments variables. » A Auchan, depuis 1977, « nous pratiquons l'actionnariat salarié, qui engage davantage nos collaborateurs dans l'entreprise », estime son DRH, Emmanuel Fraile. Pas d'euphorie, cependant. Chez ce distributeur, qui préfère rester anonyme, « pour compenser une rémunération d'entrée un peu faible, on mise sur le variable ».

Conscients que l'équilibre entre vies personnelle et professionnelle est désormais une incitation majeure pour séduire de nouvelles recrues, les distributeurs travaillent à la compatibilité entre emploi du temps et vie de famille, par exemple. « Mon poste de directrice de magasin s'accordait mal avec la vie de jeune maman, raconte Carole Lepers, de Décathlon. A mon congé maternité, j' ai demandé à être promue à un poste administratif. » La mère de famille gère désormais l'approvisionnement des magasins en produits d'une marque de distributeur. Pour Jérôme Ballarin, de HR Valley, qui dirige aussi l'Observatoire de la parentalité en entreprise, lancé en novembre 2008, « les progrès sont sensibles. » Parmi les signataires de sa charte se trouvent Carrefour et Casino. Au siège de Carrefour, les salariés profitent ainsi d'une crèche d'entreprise, d'une conciergerie et d'une salle de sport. A H&M, les parents ont droit à des absences rémunérées, en cas de maladie de leur enfant

Pratiques managériales: peut mieux faire

On diabolise peut-être un peu les pratiques managériales

En dépit des avancées, la distribution est bien consciente que du chemin reste à parcourir pour convaincre un plus grand nombre de talents de rejoindre ses rangs. Notamment sur le front des pratiques managériales. « Certaines chaînes gagneraient à instiller davantage de respect des personnes, pour réduire le turnover », analyse Jérôme Ballarin. Ce dernier voit perdurer un management de proximité très directif. Une opinion que Jean-Luc Lévêque, DRH de Leroy Merlin souhaite nuancer: « On diabolise peut-être un peu les pratiques managériales. « Avec la médiatisation du thème, les DRH de la distribution s'attaquent au stress. « Il est plus fort dans la vente », concède le DRH de Sephora. Depuis trois ans, la chaîne de parfumerie a mis en place une formation sur le stress obligatoire pour ses cadres commerciaux. Carrefour a lancé la sienne en 2009, ainsi qu'un audit pour mesurer les niveaux de stress. H&M démarre aussi une enquête. Mais, de façon globale, la prévention et la gestion du stress en sont encore aux balbutiements.

Face à la nécessité de repenser son modèle économique, la distribution se doit d'attirer les jeunes talents. Et donc, de convaincre que la distribution, n'est pas « un métier de chien ! »

Read Full Post »

Un homme ouvre le feu dans un lycée de Strasbourg

Par LEXPRESS.fr, publié le 31/03/2010 à 16:03

 

Un homme armé et cagoulé a fait irruption mercredi matin dans un lycée strasbourgeois. Il n'y a aucun blessé.

 

strasbourglyceefusillade22.jpgGoogle map

Vue aérienne du lycée Jean Monnet où s'est produit la fusillade.

Un homme armé et cagoulé a fait irruption ce mercredi dans une classe du lycée Jean Monnet de Strasbourg. Il a tiré vers le plafond, sans faire de blessé, avec une arme qui pourrait être factice, selon les premiers témoins.

Ces informations n'ont pu encore être confirmées ni par la police, ni par le proviseur de l'établissement, ni par le rectorat.

Selon la mère d'un élève, l'homme s'est introduit dans une classe d'allemand de seconde peu avant 9h00, il a proféré des menaces à l'encontre de l'enseignante puis tiré vers le plafond, provoquant une forte explosion et un dégagement de fumée. Aucun impact de balle n'a été repéré sur le plafond, selon les deux témoins.

L'individu a ensuite pris la fuite et n'a pas pu être rattrapé par l'enseignante qui s'était lancée à sa poursuite.

Selon le site internet des Dernières Nouvelles d'Alsace, l'homme était « armé d'un pistolet d'alarme ou à amorce ». On n'a pas trouvé trace de « projectile (le pistolet était peut-être chargé à blanc) ».

La police, prévenue vers 11h00, a ouvert une enquête.

Read Full Post »

Demjanjuk: du tribunal au théâtre

Par Anne Vidalie, publié le 31/03/2010 à 16:01 – mis à jour le 31/03/2010 à 17:19

Ce mercredi soir, le théâtre d'Heidelberg, en Allemagne, donnera la première de la pièce du Canadien Jonathan Garfinkel, Les procès Demjanjuk. Le vrai procès, lui, se poursuit à Munich.

Une image de la pièce.

Markus Kaesler

Une image de la pièce.

John Demjanjuk, 89 ans, inculpé de complicité dans l'assassinat de 27 900 Juifs déportés vers le camp d'extermination de Sobibor, tient la vedette à Munich, où son procès s'est ouvert le 31 novembre devant la cour d'assises bavaroise. L'image de ce vieillard mutique tassé sur son fauteuil roulant, lunettes noires sur le nez et casquette vissée sur le crâne, a fait le tour du monde. Ce soir, son double fictif fera son entrée sur la scène du théâtre de Heidelberg dans la pièce du Canadien Jonathan Garfinkel, Les procès Demjanjuk.

Garfinkel, 36 ans, rejeton d'une famille juive très pratiquante, a de la suite dans les idées. En 2005, il avait déjà consacré une pièce à l'Ukrainien, Le procès Demjanjuk, qui mettait en scène sa condamnation en Israël en 1988, puis son acquittement, cinq ans plus tard, par la Cour suprême de l'Etat juif. Garfinkel a remanié cette oeuvre à la lumière du procès de Munich et des documents et témoignages apportés ces derniers mois.

Loin du dramaturge la volonté de stigmatiser, encore moins de juger l'ancien gardien ce camp. Il souhaite au contraire redonner une épaisseur humaine au retraité de Cleveland (Ohio), muré dans son silence, en convoquant sur la scène sa famille et son rêve américain, sa jeunesse et ses fantômes.

A Munich, l'apathie de l'inculpé face à ses juges a frappé Garfinkel. Ce qui est au coeur du procès, « ce n'est plus lui, mais la façon dont l'Allemagne se réconcilie avec son passé », a-t-il déclaré à l'agence de presse allemande ddp. Il sera satisfait, dit-il, « si quelques spectateurs rentrent chez eux avec plus de questions sur l'Holocauste qu'ils ne s'en posaient avant de voir la pièce

Read Full Post »

Incident de séance

Samuel Le Goff

La vie parlementaire est parfois tumultueuse. Lors de la première séance du mardi 30 mars, l'Assemblée nationale examinait en deuxième lecture le projet de loi « jeux en ligne ». Lorsqu'il a fallu passer au vote de la motion de rejet préalable, l'UMP s'est retrouvée en minorité dans l'hémicycle. Cela arrive parfois, mais là, l'enjeu était crucial, car l'adoption de la motion de rejet préalable entraîne rejet du texte.

Dans ces cas là, les téléphones portables chauffent et les députés UMP sont priés instamment de rejoindre l'hémicycle. Pendant ce temps, l'orateur du groupe UMP demande une suspension de séance et meuble comme il peut pour gagner du temps. C'est ce que fait Yves Censi pour le groupe UMP.

voileniqabburqa159.jpg
suspension 1
envoyé par Samuellegoff. – L'info internationale vidéo.

Malheureusement, cela ne suffit pas et à un moment, il lui faut bien conclure. Il passe alors la parole à son collègue du Nouveau Centre, Nicolas Perruchot, qui tente lui aussi la demande de suspension de séance, sous les huées des socialistes. Mais comme il n'a pas reçu la délégation de son groupe, sa demande de suspension de séance est rejetée. C'est alors le ministre qui doit monter au front pour demander à son tour une suspension de séance.

suspension 2
envoyé par Samuellegoff. – Regardez les dernières vidéos d'actu.

Le groupe UMP ayant manifestement de très grosses difficultés à rameuter ses troupes, lors de la reprise, les socialistes sont toujours majoritaires dans l'hémicycle. La situation devient très critique pour l'UMP car logiquement, le président de séance doit passer au vote. Ce dernier, le socialiste Tony Dreyfus est visiblement dépassé par les événements. La majorité a épuisé toutes ses cartouches, il ne fait qu'appliquer le règlement en faisant procéder au vote, on ne pourra rien lui reprocher. Son collègue Alain Neri, lui aussi socialiste, avait eu moins de scrupules lorsqu'il a fallu procéder au vote sur hadopi, lors de la fameuse séance du 9 avril 2009 (avec le fameux « coup du rideau »).

suspension 3
envoyé par Samuellegoff. – L'info internationale vidéo.

Observez le ballet des fonctionnaires de l'Assemblée nationale, derrière le président. C'est eux qui prennent alors la séance en mains, le président Dreyfus se laissant complètement guider.

Finalement, après bien des tergiversations de Tony Dreyfus pour ne pas commettre l'irréparable (qui est de prononcer la phrase « le scrutin est ouvert »), Bernard Accoyer arrive et le remplace au perchoir. Il suspend alors la séance, sous les cris et les vociférations des socialistes, furieux de voir leur proie leur échapper. A la reprise de la séance, Les deux présidents de groupe prennent la parole pour un affrontement très direct et assez dur. Pendant ce temps, les députés UMP arrivent enfin dans l'hémicycle, permettant de passer au vote et de l'emporter, évitant d'extrême justesse la sortie de route, au prix quand même de quelques éraflures sur la carrosserie.

Read Full Post »

Incident de séance

Samuel Le Goff

La vie parlementaire est parfois tumultueuse. Lors de la première séance du mardi 30 mars, l'Assemblée nationale examinait en deuxième lecture le projet de loi « jeux en ligne ». Lorsqu'il a fallu passer au vote de la motion de rejet préalable, l'UMP s'est retrouvée en minorité dans l'hémicycle. Cela arrive parfois, mais là, l'enjeu était crucial, car l'adoption de la motion de rejet préalable entraîne rejet du texte.

Dans ces cas là, les téléphones portables chauffent et les députés UMP sont priés instamment de rejoindre l'hémicycle. Pendant ce temps, l'orateur du groupe UMP demande une suspension de séance et meuble comme il peut pour gagner du temps. C'est ce que fait Yves Censi pour le groupe UMP.

[gv data= »http://www.dailymotion.com/swf/video/xcs36q »%5D%5B/gv%5D
suspension 1
envoyé par Samuellegoff. – L'info internationale vidéo.

Malheureusement, cela ne suffit pas et à un moment, il lui faut bien conclure. Il passe alors la parole à son collègue du Nouveau Centre, Nicolas Perruchot, qui tente lui aussi la demande de suspension de séance, sous les huées des socialistes. Mais comme il n'a pas reçu la délégation de son groupe, sa demande de suspension de séance est rejetée. C'est alors le ministre qui doit monter au front pour demander à son tour une suspension de séance.

[gv data= »http://www.dailymotion.com/swf/video/xcs2bp »%5D%5B/gv%5D
suspension 2
envoyé par Samuellegoff. – Regardez les dernières vidéos d'actu.

Le groupe UMP ayant manifestement de très grosses difficultés à rameuter ses troupes, lors de la reprise, les socialistes sont toujours majoritaires dans l'hémicycle. La situation devient très critique pour l'UMP car logiquement, le président de séance doit passer au vote. Ce dernier, le socialiste Tony Dreyfus est visiblement dépassé par les événements. La majorité a épuisé toutes ses cartouches, il ne fait qu'appliquer le règlement en faisant procéder au vote, on ne pourra rien lui reprocher. Son collègue Alain Neri, lui aussi socialiste, avait eu moins de scrupules lorsqu'il a fallu procéder au vote sur hadopi, lors de la fameuse séance du 9 avril 2009 (avec le fameux « coup du rideau »).

[gv data= »http://www.dailymotion.com/swf/video/xcs2d1″%5D%5B/gv%5D
suspension 3
envoyé par Samuellegoff. – L'info internationale vidéo.

Observez le ballet des fonctionnaires de l'Assemblée nationale, derrière le président. C'est eux qui prennent alors la séance en mains, le président Dreyfus se laissant complètement guider.

Finalement, après bien des tergiversations de Tony Dreyfus pour ne pas commettre l'irréparable (qui est de prononcer la phrase « le scrutin est ouvert »), Bernard Accoyer arrive et le remplace au perchoir. Il suspend alors la séance, sous les cris et les vociférations des socialistes, furieux de voir leur proie leur échapper. A la reprise de la séance, Les deux présidents de groupe prennent la parole pour un affrontement très direct et assez dur. Pendant ce temps, les députés UMP arrivent enfin dans l'hémicycle, permettant de passer au vote et de l'emporter, évitant d'extrême justesse la sortie de route, au prix quand même de quelques éraflures sur la carrosserie.

Read Full Post »

4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf7s2sd5mhh68fdq9wtzhfvpsk2lwz55y1.jpgQui a dit que Micka et David étaient fâchés ?

  

Pour la cinquantième journée à la Ferme, un miracle se produit. Une urine sacrée se répand sur les affaires de Mickaël Vandetta et fait mûrir les clans.

Rien ne va plus à la Ferme Célébrités. Les conflits anciens perdurent, de nouvelles frictions émergent et les animaux de la ferme, certainement pleines de bonnes intentions, décident de prendre parti.

Mickaël Vendetta poursuit ses provocations incessantes, en cherchant les moindres détails qui pourront irriter ses adversaires : « Je fais plus la vaisselle moi, ça va les rendre fou ça ! ». Des tensions internes aux clans apparaissent. Hermine et Claudette doutent notamment de la sincérité du binôme Greg et David et s’agacent de les entendre répéter à longueur de temps qu’ils n’ont aucune intention de gagner : « Ce sont de jolis mensonges », déclare Hermine. Guerres déclarées, complots murmurés, stratégies dévoilées forment le quotidien de la Ferme depuis 50 jours. Mais lorsque les vaches s’en mêlent, les candidats sont pris à leur propre piège.

Vache qui pisse…

 

Mickaël, pourtant désigné par Christophe comme le lion, pour son côté provocateur et flemmard, est victime de la pire offense pour un roi de la jungle : une vache décide de lui faire comprendre qui est le chef en urinant sur son lit et sur son casier. C’est vrai qu’il n’a pas toujours été présent pour cette vache. Il ne l’a jamais nourrie ni brossée mais lui faire ça à lui, il n’en croit pas ses yeux : « La vache, elle fait pipi sur ma caisse ! C’était calculé, au millimètre près ».

Victoire pour le clan adverse, qui y voit un signe des dieux : « Ca me fait trop marrer, déclare Greg en étouffant un fou rire. C’est le juste retour des choses ! Une vengeance divine ». Humilié Vandetta ? Jamais ! Cet incident ne l’empêche pas de continuer à parler de lui-même à la troisième personne : « Même les vaches s’acharnent sur Mickael Vandetta » et de voir le bon côté des choses : « Ca porte chance là ! Et ça fait mon buzz ! Merci la vache de faire du buzz sur moi ! », crie-t-il, reprenant vite ses vieilles habitudes.

… ou eau bénite ?

Quelle était l’intention de cette vache, au final ? Etait-ce un pur hasard ou un acte engagé ? Tout ce que l’on peut dire, c’est que cet événement n’est pas dénué de conséquences pour nos quatre binômes. Amusés mais aussi ébahis par la situation, Greg et David ne peuvent s’empêcher de soutenir leur pire ennemi dans cette épreuve. « T’as des affaires qui ont dû prendre de la pisse là. Faut que tu les laves tout de suite, sinon elles sont foutues », conseille Greg en accompagnant Mika jusqu’au lieu du crime. Presque maternel, d’un coup. Un peu plus tard, interrogé par les internautes sur l’humour de Mickaël, Greg retourne presque sa veste : « Il m'amuse de loin… il n'est pas si méchant que ça au fond. Il nous fait rire ». Il a fallu attendre qu’une vache urine en ces lieux pour que les candidats mûrissent !

Combat d'imagination

Ce soir, les deux binômes Greg/ David, baptisés « Winner » et Surya/Velvet, baptisées « Les poupées d’Olivier », étaient en compétition pour se vendre auprès du public avec un spot publicitaire. « Faîtes preuve d’imagination » : c’était la seule contrainte. On ne peut pas dire qu’ils se soient surpassés. On est à deux doigts d’avouer que, pour une fois, la prestation du duo Mika/Christophe, baptisé les Lions, qui affrontera demain soir le duo Hermine/Claudette, baptisé « Moumoute et Pumba », est attendu avec impatience.

Read Full Post »

Older Posts »