Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Tour de France 2012’ Category

Doublé britannique : Wiggins gagne le Tour, Cavendish l’étape

 

<!–Tweeter–>

CHAMPS-ELYSEES, PARIS, 22 JUILLET. Bradley Wiggins (Sky) a signé la première victoire britannique dans le Tour de France. Son coéquipier et compatriote, le champion du monde Mark Cavendish (ici derrière le maillot jaune), a gagné au sprint la 20e et dernière étape | AFP/JOEL SAGET

 

                C’est fait. Bradley Wiggins (Sky) a signé la première victoire britannique dans le Tour de France, dimanche, sur les Champs-Elysées. Son coéquipier et compatriote, le champion du monde Mark Cavendish, a gagné au sprint la 20e et dernière étape pour la quatrième fois, un record. Le Slovaque Peter Sagan est arrivé troisième
Au classement final, Wiggins a devancé Chris Froome (2e à 3 min 21 sec) qui a assuré un doublé tant pour l’Angleterre que pour l’équipe Sky, et l’Italien Vincenzo Nibali (3e à 6 min 19 sec).

 

            Aucun de ces trois coureurs ne s’était jusqu’ici hissé sur le podium de la Grande Boucle.
Bradley Wiggins, âgé de 32 ans, s’est fait connaître d’abord sur la piste. Trois fois champion olympique de poursuite (1 titre à Athènes 2004, 2 à Pékin 2008), il a enlevé six médailles d’or aux Championnats du monde sur piste. Dans le Tour, le Londonien, fils d’un ancien coureur de Six-Jours aujourd’hui décédé, avait pour meilleur résultat une quatrième place obtenue en 2009.
Vainqueur des deux contre-la-montre, il a rivalisé avec les meilleurs grimpeurs
Cette saison, Wiggins a dominé les courses par étapes du calendrier mondial, Paris-Nice en mars, le Tour de Romandie en avril, le Critérium du Dauphiné en juin. Favori logique au départ de Liège (Belgique), le 30 juin dernier, le Britannique a justifié son statut au long des 20 étapes, pour un total approchant les 3500 kilomètres.
Vainqueur des deux étapes contre-la-montre (Besançon et Chartres), sa discipline d’excellence, il a rivalisé avec les meilleurs grimpeurs dans les étapes de montagne. Seul Froome lui est apparu supérieur en l’attendant ostensiblement, notamment dans la dernière étape des Pyrénées, jeudi dernier, à Peyragudes.
La stratégie de l’équipe Sky, qui a privilégié le classement général, a laissé de la place pour les autres sprinteurs. L’Allemand Andre Greipel a gagné trois étapes et Peter Sagan a réalisé des débuts fracassants (trois étapes et le maillot vert du classement par points).
Thomas Voeckler a ramené le maillot à pois du meilleur grimpeur
Autre débutant -très- prometteur, le benjamin du Tour, le Français Thibaut Pinot (22 ans), a gagné l’une des plus belles étapes, à Porrentruy (Suisse). Il a surtout pris place dans les dix premiers du Tour, tout comme un autre Français, Pierre Rolland (8e), vainqueur pour sa part de l’étape-reine des Alpes à La Toussuire.
Un autre Français, Thomas Voeckler, a comblé les attentes du public. Un an après avoir porté le maillot jaune pendant dix jours, il a gagné deux étapes (Bellegarde-sur-Valserine, Luchon) et ramené le maillot à pois du meilleur grimpeur.

Read Full Post »

Tour de France : la caravane d’antan à Rambouillet

 

<!–Tweeter–>

(LP/CÉCILE AUGUSTE.)

 

Il flottait comme un air de nostalgie hier après-midi à Rambouillet, qui s’est mise à l’heure du Tour de Franceà la veille du départ de la dernière étape vers les Champs-Elysées. Voitures anciennes aux couleurs de Banania, Kube et cyclistes ont ainsi paradé dans les rues. « Je n’aurais manqué ce rendez-vous pour rien au monde, c’est très sympa de revoir ces anciennes caravanes publicitaires », se réjouit une habitante qui était déjà là en 1966 lors du passage du Tour.

            Près de 25000 personnes sont attendues au départ aujourd’hui, selon les organisateurs.

 

 

                    Le Parisien

Read Full Post »

Tour 2012 : Wiggins, le patron anglais, Pinot et Rolland dans le top 10

 

<!–Tweeter–>

CHARTRES (EURE-ET-LOIR), 21 JUILLET. Le Britannique Bradley Wiggins (Sky) a remporté la 19e étape du Tour de France, un contre-la-montre de 53,5 kilomètres, et a conforté son maillot jaune de leader. | AFP/PASCAL PAVANI

 

                A la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées, le Britannique Bradley Wiggins (Sky) a remporté samedi à Chartres la 19e étape du Tour de France et a conforté son maillot jaune de leader. Du côté des Français, au classement général, Pierre Rolland(Europcar) a conservé sa 8e place. Bonne nouvelle aussi pour le benjamin du Tour, Thibaut Pinot (FDJ-BigMat) qui reste en 10e position.

 


Avant l’ultime étape dimanche aux Champs-Elysées, les coureurs ont dû avaler 53,5 km contre la montre, aujourd’hui entre Bonneval et Chartres. Le maillot jaune a roulé à la moyenne de 50 km/h sur ce parcours de plaine ensoleillé. Le Londonien, âgé de 32 ans, s’est imposé pour la deuxième fois, 12 jours après son succès dans le premier grand contre-la-montre à Besançon. Wiggins a remporté la cinquième victoire pour son équipe, la sixième d’un coureur britannique depuis le départ.
Dans ce «chrono», l’Anglais a repoussé à 1 min 16 sec son coéquipier et compatriote Chris Froome, deuxième du classement général. Ce dernier a pris date pour l’avenir. Un futur vainqueur ? L’écart a justifié en tout cas la stratégie de la formation britannique, remise en cause ici et là à cause de l’insolente facilité affichée par Froome en montagne. A la veille de l’arrivée, le «Kenyan blanc», le cadet de cinq ans de Wiggins, pointe à 3 min 21 sec de son chef de file.
«Beaucoup de questions ont été posées sur (la hiérarchie entre) Wiggins et Froome. Mais, dans ce Tour, il y avait plus de 100 kilomètres de contre-la-montre. C’est la spécialité de Bradley et il grimpe bien», a eu beau jeu de souligner Dave Brailsford, le grand manitou de Sky.
Les deux premiers du Tour de France, Wiggins et Froome, se sont donné l’accolade. (LP/MATTHIEU LE CHEVALLIER.) Evans rétrograde d’une place
Le seul changement intervenu dans l’ordre des dix premiers du classement général concerne le vainqueur du Tour 2011, l’Australien Cadel Evans, qui a reculé de la 6e à la 7e place. Evans a été rejoint à 20 kilomètres de l’arrivée par l’Américain Tejay Van Garderen, son coéquipier porteur du maillot blanc de meilleur jeune qui était parti trois minutes derrière lui. Loin de son niveau habituel, l’Australien a cédé pour finir près de six minutes à Wiggins qui a brandi un poing victorieux en franchissant la ligne. Thibault Pinot : «Je suis fier de moi et de mon équipe»
A 22 ans,Thibaut Pinot (FRA/FDJ-BigMat), arrivé 41e à Chartres, reste 10e au classement général : «C’est une super satisfaction. On rentre à Paris avec deux victoires pour l’équipe et un top 10. J’ai fait un beau chrono. Mon objectif était de rester dans les dix premiers. Je suis fier de moi et de mon équipe qui m’a protégé pendant trois semaines.»
Pierre Rolland (FRA/Europcar), 64e dans cette 19e étape, conserve sa 8e au général : Je termine avec le mal aux jambes. Je vais tout faire pour m’améliorer dans le contre-la-montre, c’est trop important. J’ai perdu beaucoup de temps dans le premier (Besançon),peu de gens donnaient cher de ma peau avec plus de 100 km de contre-la-montre, après tous mes déboires de début de Tour.

Chris Anker Sörensen élu coureur super-combatif Le Danois Chris Anker Sörensen (Saxo Bank) a été désigné coureur le plus combatif du Tour de France 2012 par le jury chargé de décerner le trophée, samedi à Chartres. Thomas Voeckler, vainqueur de deux étapes, le Danois Michael Morkov, un coéquipier de Chris Sörensen, et l’Espagnol Luis Leon Sanchez, lui aussi vainqueur d’étape, ont également obtenu des voix.
Omniprésent dans les échappées, à l’exemple de ses coéquipiers très souvent remarqués, le lauréat a continué la course malgré une sérieuse blessure à une main qui a nécessité jeudi soir une délicate intervention dans une clinique «SOS Mains». Chris Anker Sörensen a été l’un des animateurs des étapes de La Planche des Belles Filles, Porrentruy, La Toussuire, Pau et Luchon.

 

LeParisien.fr avec AFP

Read Full Post »

L’Union Jack va flotter sur les Champs

Avant de devenir aujourd’hui, sauf accident, le premier Anglais vainqueur du Tour, Bradley Wiggins, s’est affirmé en patron dans le contre-la-montre de Chartres où il a étalé toute sa puissance.

            MATTHIEU LE CHEVALLIER

                     Chartres (Eure-et-Loir), hier.Bradley Wiggins a été accueilli telle une rock star après sa démonstration dans le contre-la-montre qui scelle sa victoire sur le Tour. | (AP/PETRE DEJONG.)

 

«God Save the Queen », l’hymne britannique, sera joué pour la première fois en l’honneur d’un vainqueur du Tour de France, cet après-midi sur les Champs-Elysées. Attendu sur la plus haute marchedu podium vers 17h30, Bradley Wiggins va remporter avec autorité la 99e édition de la Grande Boucle. Premier Anglais à rapporter le maillot jaune à Paris, le coureur de 32 ans a écrasé la concurrence lors de l’ultime contre-la-montre, hier après-midi à Chartres (Eure-et-Loir), pour parachever son œuvre.


« Gamin, je rêvais d’être leader du Dauphiné, du Tour de France, ne serait-ce qu’un jour, beaucoup d’émotions viennent des rêves d’enfants », témoigne l’ancien pistard en s’efforçant de briser sa carapace pour, enfin, faire partager son ressenti.
Retour à Londres ce soir pour préparer les JO
Hier, après sa démonstration en solitaire, le nouveau patron du peloton a été accueilli par une foule en délire, contraignant les forces de l’ordre à s’employer pour lui frayer un passage. Sorti de scène telle une rock star, le collectionneur de guitares s’est dirigé vers son équipier Christopher Froome, deuxième de l’étape et du classement général, pour lui donner une accolade sincère. « Je ne peux que m’incliner, bravo à Bradley », souffle ce dernier, distancé de 1’16′ supplémentaire. Cet écart conséquent dissipe les regrets nés en montagne, lorsque Froome devait attendre son leader au lieu d’essayer de lui chiper le maillot jaune.
« Il n’y a pas de tension entre nous, on a déjeuné ensemble ce midi (hier), on a travaillé en équipe sur ce Tour, comme durant toute la saison, soutient Wiggins. L’année prochaine, ce sera peut-être pour Chris. » Cette collaboration entre les deux meilleurs coureurs du Tour 2012 est le socle du succès de l’équipe Sky, dont l’approche scientifique et les moyens colossaux n’ont pas fini de payer. « On reviendra ici avec Chris (Froome) pour gagner à nouveau, mais cette année, Bradley était le plus fort, sourit le manageur Dave Brailsford. Lorsque j’ai monté l’équipe Sky en 2009, j’ai pensé qu’il était possible de gagner le Tour avant trois ans. En public, je parlais de cinq ans et tout le monde était mort de rire. Maintenant, ça rigole moins. »
Le Maillot jaune ne rigolera pas autant qu’on pourrait le penser cet après-midi. Rompant avec la tradition, le vainqueur du Tour ne sera pas l’attraction d’une grande fête parisienne pour célébrer son triomphe. Comme tous les coureurs de l’équipe olympique britannique, Wiggins rentrera à Londres dès ce soir pour préparer l’épreuve en ligne des JO, samedi, puis le contre-la-montre, trois jours plus tard. Attendu en héros dans son pays, Bradley Wiggins n’en a sans doute pas terminé avec les honneurs.

 

                    Le Parisien

Read Full Post »

Tour de France : Cavendish gagne en force, Wiggins reste en jaune
 
 
 

 <!–Tweeter–>

                     Le Britannique Mark Cavendish (Sky) remporte une deuxième étape sur le Tour 2012, sa 22e au total. | AFP/LIONEL BONAVENTURE

 

                Il est exceptionnel. En s’imposant au sprint à Brive-la-Gaillarde, Mark Cavendish remporte sa deuxième étape sur le Tour 2012. C’est aussi sa 22e victoire sur la Grande Boucle, à seulement 27 ans. Avec ce 22e succès, le Britannique est maintenant à hauteur d’André Darrigade et de Lance Amstrong. Seuls Eddy Merckx (34) et Bernard Hinault(28) le devancent encore au nombre de victoires.                               
Wiggins emmène, Cavendish déroule Pour s’imposer, le sprinteur de l’équipe Sky a pu bénéficier du travail de Bradley Wiggins en personne. Afin de placer son coéquipier en position idéale, le maillot jaune a lui même emmené le peloton à toute allure jusque la flamme rouge. Mark Cavendish a fait le reste. Le «Cav» a lancé le sprint de très loin, fondant sur Luis Leon Sanchez (Rabobank) et Nicolas Roche (AG2R), les deux derniers échappés résistant au retour du peloton. Le champion du monde a ensuite déposé tout le monde, laissant Matthew Goss (Orica-GreenEDGE) et Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) plusieurs mètres derrière lui.
Avant le triomphe du natif de l’Ile de Man, cette étape de 222,5 kilomètres, menée à plus de 45 km/h de moyenne, a donné lieu à une course-poursuite entre un groupe de 16 coureurs, échappés après une soixantaine de kilomètres, et le peloton, conduit par les équipes non représentées à l’avant (Omega Pharma, BMC, Rabobank et Saur-Sojasun notamment). L’avance des échappés n’a jamais excédé les 3’30 » malgré les efforts d’Edvald Boasson Hagen (Sky), de David Millar (Garmin) ou du Français Jérémy Roy (FDJ).
Un final mouvementé Dans le final, sous les yeux du Président François Hollande, venu en voisin assister aux 50 derniers kilomètres et à l’arrivée en Corrèze, c’est le Kazakh Alexandre Vinokourov (Astana) qui a fait le forcing. À presque 39 ans et pour ses derniers tours de roue sur la Grande Boucle, « Vino » a tout tenté. Il a emmené avec lui Hansen et Paolini, avant de voir un trio (Roche, Klöden, L. L. Sanchez) revenir aux 6 kilomètres. Malgré tous leurs efforts, les 6 hommes ont été rejoint par le peloton dans le dernier kilomètre, avant que Cavendish ne fasse parler la poudre et ne mette tout le monde d’accord.
A la veille du contre-la-montre de 53,5 kilomètres entre Bonneval et Chartres, Wiggins a gardé l’intégralité de son avance sur ses pousuivants au classement général. Thomas Voeckler, félicité par François Hollande à l’arrivée, conserve lui le maillot à pois.
Notre question du jour : Thibaut Pinot est-il taillé pour gagner un jour le Tour de France ?

 

                        LeParisien.fr

Read Full Post »

Thibaut Pinot est-il taillé pour gagner un jour le Tour de France ?

Oui  / Non  voter dans les commentaires

                        <!–Tweeter–>

                     Le plus jeune coureur du Tour, le Français Thibaut Pinot (FDJ-BigMat), a remporté en solitaire la 8e étape, à l’arrivée dans la ville suisse de Porrentruy. | Pascal Pavanii

 

                Benjamin du Tour de France, Thibaut Pinot est aussi une des grandes révélations de cette édition. A 22 ans, ses qualités exceptionnelles de grimpeur lui ont permis de remporter brillamment la huitème étape, à Porrentruy (Suisse), et de se mêler à la lutte des ténors dans les Alpes et les Pyrénées. Dixième au classement général, deuxième au classement des meilleurs jeunes, le jeune équipier de Casar et Fedrigo à la Française des Jeuxlaisse entrevoir le potentiel d’un futur leader.


Selon vous, Thibaut Pinot est-il taillé pour gagner un jour le Tour de France ?

 

                        LeParisien.fr

Read Full Post »

Thibaut Pinot, le benjamin qui défend son top 10

BRIVE (CORRÈZE) DE L’UN DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX

            LAURENT PRUNETA

<!–Tweeter–>

                     SUR LES PENTES DE PEYRAGUDES, JEUDI. Thibaut Pinot a fini 4e à Peyragudes et compte préserver aujourd’hui sa place parmi les 10 premiers au général. | (PHOTOPQR/« L’EST RÉPUBLICAIN »/ALEXANDRE MARCHI.)

 

                Benjamin du Tour qu’il découvre à 22 ans, Thibaut Pinot, 10e au général, a déjà imprimé les esprits avec sa victoire à Porrentruy, sa 2e place à La Toussuire et sa 4e, jeudi, à Peyragudes. Il va tenter aujourd’hui de conserver sa place parmi les dix premiers dans un exercice qu’il dit « appréhender un peu ».

 

« C’est un chrono plat, il faudra que je sois capable de rester en position une heure, reconnaît-il. Je commence à être un peu fatigué, donc je vais déjà essayer de limiter la casse. » Pinot possède 1’8’’ d’avance sur le 11e, l’Irlandais Nicolas Roche qui a attaqué hier dans le final et qui lui a repris 4’’. Ses huit coéquipiers à la FDJ-BigMat sont, en tout cas, intarissables à son sujet. Extraits. Sandy Casar (33 ans, 11e Tour) : « Il a l’inconscience de sa jeunesse. Il aborde le vélo comme un plaisir. Il ne se prend pas la tête. Il n’a donc pas conscience de ce qui se passe autour de lui, ni du niveau où il évolue désormais. Nous, les anciens, on lui parle beaucoup, mais le mieux, c’est de le laisser mûrir tranquillement. C’est encore un gamin. Au lieu de nous saouler, ses bêtises soudent l’équipe. » Pierrick Fédrigo (33 ans, 9e Tour) : « La première semaine, il était un peu paniqué. Mais quand on est arrivés dans son élément, la montagne, il s’est lâché. Sa joie de vivre permanente nous donne de l’énergie à nous, les vieux. Il retient vite. Ce qu’il est en train de vivre lui servira. » Yauheni Hutarovich (29 ans, 2e Tour)* : « C’est un petit con, mais tellement attachant et frais… Il réfléchit autrement que nous, mais on commence à l’apprivoiser. Ses petites blagues débiles passent bien. Il a la grande classe et, petit à petit, il va devenir un grand leader. Moi, je lui montre comment frotter. » Matthieu Ladagnous (27 ans, 3e Tour) : « On essaye de lui apprendre à devenir un vrai leader. Il lui manque encore de nombreux réflexes au niveau placement. Son gros défaut, c’est de ne pas savoir courir devant. Mais pour lui, ce n’est pas évident, car il n’a jamais fait ça. Il n’avait pas de pression en arrivant. On commence à lui en mettre progressivement. » Cédric Pineau (27 ans, 1er Tour) : « Comme on fait souvent chambre commune, il est presque devenu ma deuxième femme ! Il est foufou, c’est un grand enfant, un bordélique, toujours en train de chercher ses affaires. Parfois, il donne l’impression de se foutre de la course. Moi, je lui sers de garde du corps. Mais qu’il soit Maillot jaune ou lanterne rouge du Tour, je sais qu’il restera le même. » Anthony Roux (25 ans, 3e Tour) : « Il me surprend car, même s’il est maintenant sursollicité, que c’est fatigant et pesant, il le gère bien. C’est notre ambianceur. Il est totalement atypique, mais il ne faut surtout pas essayer de le changer. Si on le laisse tranquille, si les gens à l’extérieur ne lui mettent pas trop de pression, il ne décevra pas dans les années futures. » Jérémy Roy (29 ans, 5e Tour) : « C’est une petite tête de mule. Il est sûr de lui, il aime bien avoir raison, il ne faut pas trop le contredire. Mais on en rigole et on le charrie souvent, car il fait quelques erreurs. On est là pour le guider, pour qu’il ne se disperse pas à faire n’importe quoi sur le vélo et en dehors. Il est encore un peu tout feu tout flamme, mais avec l’expérience, il réussira à se canaliser. » Arthur Vichot (23 ans, 2e Tour) : « Il évacue la pression en faisant des farces. Entre nous, c’est une guerre permanente. Mais je le connais par cœur, donc je possède le mode d’emploi Pinot. C’est un super mec qui aime les choses simples. Il n’a pas de goût de luxe. C’est sur son vélo avec la nature autour qu’il est heureux. Il appréhende bien son nouveau rôle de leader, même si au départ ce n’était pas naturel. » * Le Biélorusse a abandonné lundi. 

 

                    Le Parisien

Read Full Post »

Older Posts »