Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Spécial 11 Septembre 2001’ Category

Les Américains commémorent le 11 Septembre dans la sobriété

 

<!–Tweeter–>

                     La tour One WTC, en cours d’achèvement, se dresse dans la partie nord-ouest du site dévasté il y a onze ans. Elle fera 1776 pieds de haut (541 mètres); chiffre symbolique de l’année de l’indépendance des États-Unis. | Port Authorities

 

                A 14h48 ce mardi, une minute de silence a été observée à New-York pour marquer le 11e anniversaire des attentats du 11 Septembre qui avaient fait quelque 3.000 morts. Une cérémonie pour les familles des victimes a ensuite démarré à Ground Zero, lieu où se dressaient les tours jumelles du World Trade Center.                               
L’an dernier, le jour du 10e anniversaire marquait le point d’orgue des commémorations de la catastrophe. Le président américain Barack Obama et son prédécesseur Georges W. Bush, en poste au moment des attentats, s’étaient rendus ensemble sur les différents lieux du drame : à Ground Zero, au Pentagone de Washington et à Shaksville en Pennsylvanie, où le vol 93 s’est écrasé (celui dont les occupants s’étaient rebellés contre les terroristes). Tout le pays s’était joint à cette commémoration par le biais de multiples événements rendant hommage aux victimes du drame et particulièrement aux pompiers.
Aucun discours des personnalités politiques   Un an plus tard, le 11e anniversaire se fait dans une relative sobriété qui reflète une forme d’apaisement progressif par rapport à cette tragédie. Les commémorations commencent avec la principale cérémonie, à Ground Zero, où les noms des quelques 3.000 personnes qui ont péri lors des attentats sont lus, comme chaque année depuis le drame. Comme à chaque anniversaire, plusieurs minutes de silence marquent les moments où les deux avions de ligne ont frappé les tours du World Trade Center et l’heure à laquelle elles se sont effondrées.
Cette année cependant, ni le maire de New York Michael Bloomberg ni aucune personnalité politique de premier plan ne prendront la parole, comme ce fut le cas en 2011. Barack Obama et sa femme Michelle se sont recueillis en silence à l’extérieur de la Maison Blanche avant de visiter le mémorial du Pentagone. Le vice-président Joe Biden s’est rendu de son côté à Shanksville, où s’était écrasé le vol 93 d’United airlines. Il a été précédé la veille par le secrétaire à la Défense Leon Panetta, qui a appelé à ne pas oublier les soldats américains «qui combattent et qui meurent» en Afghanistan.
«Je prie pour qu’au moment où nous nous souvenons du 11-Septembre, nous prenions également le temps de nous rappeler des sacrifices supportés par ceux qui ont combattu et sont morts pour que de tels événements ne se reproduisent plus», a-t-il déclaré.
Pas de trève pour la campagne électorale
Fait notable, la campagne électorale pour l’élection présidentielle n’est pas mise entre parenthèses mardi, même si les deux principaux candidats ne s’exprimeront pas. Ainsi, l’ancien président Bill Clinton, dont le discours à la convention démocrate en faveur d’Obama a marqué les esprits, sera à Miami (Floride) pour soutenir le président sortant.
Ce 11ème anniversaire est aussi l’occasion pour les personnes touchées par les débris et toxines émanant de Ground Zero de faire à nouveau entendre leur voix. Il y a un an et demi, Barack Obama avait signé le James Zadroga 9/11 Health and Compensation Act, une loi qui prévoit de dédommager financièrement toutes les victimes à retardement des attentats. Ces victimes du 11 Septembre attendent toujours cette compensation qui devait arriver en Juillet 2011 et qui ne devrait au final ne leur sera versée que dans un an ou deux.
A New-York, un nouveau gratte-ciel nommé One WTC qui culminera à 541 mètres, soit 1.776 pieds, chiffre symbolique de l’année de l’indépendance des États-Unis, est en phase d’achèvement. Il sera alors le bâtiment le plus haut de New York et des États-Unis, comme l’étaient les tours jumelles.

Read Full Post »

Le procès des instigateurs du 11 Septembre s’ouvre ce samedi

Par LEXPRESS.fr,

Le procès des instigateurs du 11 Septembre s'ouvre ce samediUn homme détenu le 17 janvier 2002 à la prison de Guantanamo

afp.com/Roberto Schmidt

Les cinq accusés des attentats du 11 Septembre, dont leur cerveau autoproclamé Khaled Cheikh Mohammed, sont renvoyés ce samedi devant la justice militaire de Guantanamo. Ils encourent la peine de mort.

Un procès sous haute tension. Les cinq accusés des attentats du 11 Septembre sont renvoyés ce samedi devant la justice militaire de Guantanamo. La procédure pourrait encore prendre plus d’un an. Neuf ans après leur arrestation, dont trois années passées dans une prison secrète de la CIA, les cinq hommes seront accusés d’être responsables de la préparation et de l’exécution des attentats de 2001 qui ont fait 2976 morts.

Le Pakistanais Khaled Cheikh Mohammed, qui a revendiqué « de A à Z » la paternité des attentats, son neveu Ali Abd al-Aziz Ali, mais aussi le Yéménite Ramiz ben al-Chaïba ainsi que les Saoudiens Wallid ben Attach et Moustapha al-Houssaoui encourent la peine de mort.

Les débats retransmis sur des écrans géants

Détenus dans un quartier de haute sécurité de la prison controversée de Guantanamo à Cuba, ils seront conduits dans un tribunal militaire spécialement conçu à leur intention. Les débats seront retransmis avec un différé de 40 secondes, et le cas échéant censurés, pour un record de 60 journalistes venus à l’audience et une dizaine de proches des victimes tirés au sort.

Signe de l’intérêt du public et de l’enjeu, les débats seront retransmis sur écran géant dans quatre bases militaires situées sur le sol américain. Les observateurs s’attendent à ce que Khaled Cheikh Mohammed se serve de l’audience comme d’une tribune pour invectiver les Etats-Unis qu’il considère comme « le grand Satan ».

Les accusés disent avoir été torturés

Les actes de torture que les accusés disent avoir subis pendant leur détention au secret devraient être au centre des débats devant la justice militaire très critiquée par les avocats de la défense pour son manque d’équité et de légitimité.

La lecture de l’acte d’accusation relance une procédure au point mort depuis l’investiture de Barack Obama à la Maison Blanche. Le président démocrate avait mis un point d’arrêt à la procédure devant la justice militaire et avait décidé de juger les cinq complices présumés devant la justice de droit commun à Manhattan à deux pas de Ground Zero où s’élevaient autrefois les tours jumelles. Mais il en avait été empêché par les républicains du Congrès qui ont bloqué tout transfert des suspects de terrorisme sur le territoire américain.

Mais le procès du siècle » comme l’appellent certains analystes, pourrait encore attendre au moins un an. A moins que Khaled Cheikh Mohammed, qui veut mourir en « martyr », ne plaide coupable.

Avec

Read Full Post »

 

 

Des fragments de restes humains retrouvés après le 11-Septembre ont été incinérés et jetés dans une décharge, a indiqué mardi le département américain de la Défense.

Des fragments de restes humains retrouvés après le 11-Septembre ont été incinérés et jetés dans une décharge, a indiqué mardi le département américain de la Défense. | Eric Feferberg

Des fragments de restes humains retrouvés après le 11-Septembre ont été incinérés et jetés dans une décharge, a indiqué mardi le département américain de la Défense.
Cette révélation est contenue dans un rapport sur la morgue militaire de la base aérienne de Dover (Delaware, est) qui avait été épinglée en novembre dernier pour sa mauvaise gestiondes restes humains de soldats morts en Irak et en Afghanistan.

 


Certains avaient été égarés ou mélangés, d’autres avaient fini dans une décharge en Virginie (est). Mais ils ne sont apparemment pas les seuls.
« Plusieurs fragments de restes venant de l’attentat contre le Pentagone et du lieu où s’est écrasé un avion à Shanksville » le 11 septembre 2001 ont également été envoyés dans une décharge, selon le rapport de mardi.
« Une fois incinérés, ces restes ont été placés dans des conteneurs scellés qui ont été livrés à un sous-traitant chargé du traitement des déchets médicaux », selon le rapport.
Le Pentagone avait reconnu l’an dernier que des restes de soldats tués en Irak et en Afghanistan et traités à Dover avaient été incinérés et jetés dans une décharge en Virginie. Cette révélation avait suscité la colère de familles de soldats et conduit à la mise en place d’une nouvelle politique.
Celle-ci prévoit que les restes incinérés, non identifiés, soient immergés.
Le rapport de mardi est en contradiction avec une version précédente de l’armée de l’Air, qui avait indiqué l’an dernier qu’il n’y avait pas trace de la façon dont les restes humains non identifiés étaient gérés avant 2003.
Le secrétaire américain à l’armée de l’Air, Michael Donley, a indiqué mardi que l’armée de l’Air acceptait « la responsabilité et la culpabilité » de la mauvaise gestion découverte à Dover, et travaillait à ce que ce genre d’erreur ne se reproduise pas.

 

Read Full Post »

 

Le Point.fr –

L’ancien gouverneur de l’Utah n’est plus candidat à l’investiture républicaine et appelle ses partisans à voter pour Mitt Romney.
Jon Huntsman s'est retiré de la course à la présidentielle, préférant éviter les divisions au sein du parti républicain.Jon Huntsman s’est retiré de la course à la présidentielle, préférant éviter les divisions au sein du parti républicain. © EMMANUEL DUNAND / AFP

 
 

Jon Huntsman a annoncé lundi qu’il se retirait de la course à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle aux États-Unis, appelant ses partisans à voter pour le favori, Mitt Romney. « Aujourd’hui, je suspends ma campagne pour la présidentielle. Je crois qu’il est temps pour notre parti de s’unir derrière le meilleur candidat pour battre Barack Obama », a-t-il annoncé depuis Myrtle Beach, en Caroline du Sud, où se tiendra samedi le troisième scrutin visant à nommer le candidat républicain pour la présidentielle de novembre. « Malgré nos différences et nos écarts de vue sur quelques sujets, je pense que le bon candidat est le gouverneur Mitt Romney », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Jon Huntsman avait créé la surprise dimanche, en annonçant le retrait imminent du plus modéré des candidats républicains, peu après le soutien apporté par l’un des plus grands journaux de Caroline du Sud. « Aujourd’hui, j’appelle chaque comité de campagne (de chacun des candidats) à cesser les attaques mutuelles et à exposer directement au peuple américain les idées des conservateurs pour créer des emplois, réduire la dette publique, stabiliser les prix de l’énergie et construire un avenir meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants », a-t-il déclaré, son épouse à ses côtés.

L’ex-gouverneur de l’Utah avait fait l’impasse sur le « caucus » (assemblée d’électeurs) de l’Iowa pour se concentrer sur la primaire organisée dans le New Hampshire (nord-est) où il était arrivé troisième, derrière Mitt Romney et Ron Paul, un excellent score comparé aux faibles soutiens qu’il avait reçus depuis le début de sa campagne. Il n’était, en Caroline du Sud, crédité que de 4 % d’intentions de vote. Après la défection d’Herman Cain, de Michele Bachmann et de Jon Huntsman, la course pour l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre prochain se resserre autour du favori Mitt Romney. Outre Mitt Romney, quatre candidats sont encore en lice : Rick Santorum, Ron Paul, Newt Gingrich et Rick Perry.

Read Full Post »

Read Full Post »

Le Point.fr –

Le président américain et son prédécesseur se sont recueillis sur le site de Ground Zero, dimanche.

 

 

 

 

 

Barack Obama, George W. Bush et leurs épouses respectives, dimanche 11 septembre à New York © Justin Lane / Maxppp

Dix ans après les attentats du 11 Septembre, les Américains, unis derrière deux de leurs présidents, ont rendu hommage dimanche aux quelque 3 000 victimes d’une tragédie jamais oubliée, qui a profondément changé leur pays. À New York, où la sécurité a été renforcée en raison d’une menace « non corroborée » d’attentat par al-Qaida, le président Barack Obama a assisté avec son prédécesseur George W. Bush à une cérémonie où les familles ont lu, l’un après l’autre, le nom des victimes. Sous le même ciel bleu qu’en 2001, la voix parfois brisée par l’émotion, certains y ont ajouté un hommage personnel, un souvenir ou un mot d’amour, sur fond de sarabande de Bach jouée par le violoncelliste Yo-Yo Ma.

« Dieu est notre refuge et notre force, un secours dans la détresse », a déclaré le président Obama, citant un psaume de la bible. Des moments de silence étaient prévus à six reprises : à l’instant précis des attaques contre les tours du World Trade Center et le Pentagone, à l’heure où un avion s’est écrasé en Pennsylvanie, et à l’heure où les tours se sont effondrées. La cérémonie a eu lieu sur le site en pleine reconstruction de Ground Zero en présence des familles. Elle s’est déroulée quatre mois après la mort du chef d’al-Qaida, Oussama Ben Laden, tué au Pakistan par un commando américain le 2 mai.

« Nous avons sauvegardé nos valeurs » (Obama)

Dimanche, les familles des victimes ont aussi découvert pour la première fois le mémorial du 11 Septembre, un espace paysagé de trois hectares construit sur le site même des anciennes tours jumelles du World Trade Center. Deux immenses bassins avec des cascades intérieures portent sur leur margelle le nom gravé en bronze des quelque 3 000 victimes. De nombreuses familles sont allées dimanche caresser les noms gravés, et y apporter des fleurs. Barack Obama a ensuite quitté New York pour se rendre à Shanksville et au Pentagone, avant d’assister à un concert au Kennedy Center à Washington. « Nous avons fait des erreurs. Certaines choses ne se sont pas produites aussi rapidement qu’elles auraient dû, mais, de façon générale, nous avons combattu al-Qaida », a déclaré Barack Obama dans une interview à la chaîne NBC. Mais « nous avons sauvegardé nos valeurs, nous avons préservé notre caractère », a-t-il affirmé.

Plusieurs autres cérémonies étaient prévues dimanche à New York, dont l’une à la mémoire des 343 pompiers tués le 11 septembre 2001, à la cathédrale Saint-Patrick, et l’autre à l’US Open de tennis. D’autres commémorations émailleront la journée un peu partout dans le pays, qui oubliera pour un jour ses profondes divisions politiques, la crise économique et le chômage à plus de 9 %. Des cérémonies étaient également organisées dans de nombreux endroits du globe. Réplique des tours du World Trade Center sur l’esplanade du Trocadéro, concerts, messe à Notre-Dame : Paris a aussi commémoré les attentats, dans un geste de solidarité à l’égard de l’allié américain, malgré les tensions passées autour de l’Irak.

« Résister à la tentation de la haine » (Benoît XVI)

En Nouvelle-Zélande, joueurs et spectateurs du match Irlande-États-Unis de la Coupe du monde de rugby ont observé une minute de silence, au stade Taranaki de New Plymouth. En Australie, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a prévenu que « la lutte contre le terrorisme n'[était] pas terminée » et que « la menace [était] toujours là contre nos pays », alors qu’il déposait une gerbe au mémorial des morts au combat, à Canberra. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a affirmé que le terrorisme représentait toujours une menace contre laquelle le monde devait s’unir. Le pape Benoît XVI a appelé de son côté les responsables politiques à « résister à la tentation de la haine ». À Londres, près de 2 000 personnes ont participé à un office religieux à la cathédrale Saint-Paul, pour rendre hommage aux 67 Britanniques tués dans les attentats.

Les troupes américaines déployées en Afghanistan ont également rendu hommage aux morts du 11 Septembre et aux victimes des combats qui durent depuis dix ans dans ce pays. Après dix ans de guerre, en Irak et en Afghanistan, qui ont fait plus de 6 200 morts américains, le président Obama a encore laissé entendre ce week-end qu’il était temps de commencer à tourner la page. « Après dix années difficiles, nous devons regarder vers l’avant, vers l’avenir que nous construirons ensemble », a-t-il dit dans son discours radiophonique hebdomadaire. Le bilan financier de ces dix années est lourd pour les États-Unis : en comptant les milliards de dollars engloutis dans la sécurité, dans les guerres, mais aussi l’impact économique des attentats et le coût des pertes humaines, il se monte à 3 300 milliards de dollars, a estimé ce week-end le New York Times.

Commentaire de la Gazette de Puteaux:

Dix ans après ces terribles attentats, Mr  George W. Bush  commémore  les évènements liés aux attentats, aux cotés du Président des Etats-Unis, Mr Obama et de sa femme. Mais ou était Mr Bush lors des attentats, alors que les Américains  avaient besoin de lui à leurs cotés ? Et bien Mr était dans son avion privé (Air Force One), à tourné dans les airs. Mais alors qui était auprès des Américains pour tenter de les rassurer, mais surtout pour les soutenir dans  cette horreur ? Et bien c’était Mr Bill Clinton et sa fille Chelsea, qui étaient présent sur les lieux  aux milieux des décombres et de tous ces pauvres Américains. Quand à Mr Bush il ne c’est pointé sur les lieux que trois jours après à savoir le 14/09. Vous parlez d’un Président et maintenant il veut faire bonne figure en commémorent avec Mr Obama  les attentats du 11 Septembre 2001. N’oublions pas toutes ces victimes des attentats que ce soit Pompiers ; Ambulanciers ; Américains travaillant dans les Tours Jumelles ……..Ils ont quelques  3000 victimes, mais il ne faut surtout pas oublier  qui ont risquer leurs vies pour  détourner les avions de leurs trajectoires à savoir le Pentagone qui a été moins touché que prévue.

Read Full Post »

Le Point avec l’AFP

M. Obama, qui s’est dit « particulièrement touché par la cérémonie de New York, et par la « sérénité » du nouveau mémorial, s’est ensuite rendu dimanche avec son épouse Michelle à Shanksville (Pennsylvanie).

Des larmes, des drapeaux et des fleurs: les Américains unis dans le recueillement ont rendu hommage dimanche aux quelque 3.000 victimes des attentats du 11-Septembre, dix ans après la tragédie à jamais inscrite dans leur mémoire collective.

A New York, dans un rare geste d’unité, les présidents Barack Obama et George W. Bush ont assisté ensemble, avec leurs épouses Michelle et Laura, à la cérémonie où chaque année, les familles égrénent les noms de leurs disparus.

Derrière une vitre pare-balles, le président Obama a lu le psaume 46 de la Bible, qui parle de Dieu comme de « notre refuge et notre force ». Une chorale d’adolescents a chanté l’hymne américain.

Sur le site en pleine reconstruction du World Trade Center, une foule émue s’est figée à six reprises dans un moment de silence: le glas a retenti à l’instant précis des attaques contre les tours et le Pentagone, à l’heure où un avion s’était écrasé en Pennsylvanie, et à l’heure où les tours se sont effondrées, faisant au total 2.977 morts dont 2.753 à New York.

La voix souvent brisée par l’émotion, parents, enfants, conjoints, frères, soeurs, ont évoqué leur disparu.

« J’aurais aimé que mon père soit là pour m’apprendre à conduire, à donner un rendez-vous à une fille, qu’il me voie réussir mes examens » a déclaré Peter Negron, qui avait 11 ans quand son père Peter est mort au WTC.

« Du plus profond de mon coeur, je ne t’oublierai jamais », a déclaré une femme en larmes à son époux décédé.

« Papa tu m’as donné la vie, j’aimerais que tu sois là pour en profiter avec moi », a déclaré Nicholas Gorki, 9 ans, à un père qu’il n’a jamais connu.

La sécurité avait été renforcée dans toute la ville, en raison d’une menace « plausible mais non corroborée » d’attentat par Al-Qaïda.

Serrant sur leur coeur des photos, les familles ont pu ensuite découvrir le mémorial du 11-Septembre, un espace de trois hectares planté de chênes, qui sera ouvert mardi au public.

Deux immenses bassins de granit noir, creusés à l’endroit même où se dressaient les tours, portent sur leur margelle le nom gravé en bronze des victimes du 11-Septembre et celui des victimes d’un premier attentat contre le WTC en 1993: au total, 2.983 noms.

De nombreuses familles sont allées dimanche y caresser les noms gravés, en prendre l’empreinte, et y apporter des roses ou des petits drapeaux américains.

En raison de la violence du choc, pour plus de 1.000 victimes des attentats, aucune trace, aucun ADN n’a jamais été retrouvé, rendant la symbolique de ces noms gravés d’autant plus forte pour les familles.

La cérémonie, réunissait aussi le maire de New York Michael Bloomberg et son prédécesseur Rudy Guiliani.

Elle s’est déroulée quatre mois après la mort du chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, tué au Pakistan par un commando américain le 2 mai. Une mort qui a aidé certains Américains, lassés de dix ans de guerre et plus préoccupés par la crise économique ou les profondes divisions politiques, à lentement tourner la page.

M. Obama, qui s’est dit « particulièrement touché par la cérémonie de New York, et par la « sérénité » du nouveau mémorial, s’est ensuite rendu avec son épouse Michelle à Shanksville (Pennsylvanie).

Il y a déposé une gerbe de fleurs blanches à la mémoire des 40 passagers et membres d’équipage du vol 93 qui s’y était écrasé, en essayant de contrer les terroristes visant probablement le Capitole à Washington.

« Nous avons sauvegardé nos valeurs, nous avons préservé notre caractère », a affirmé M. Obama, tout en reconnaissant « des erreurs » après le 11-Septembre dans une interview à la chaîne de télévision NBC.

Il s’est ensuite rendu au Pentagone, où les attentats ont fait 184 morts, pour un nouveau dépot de gerbe. Une cérémonie y avait eu lieu peu avant, en présence du vice-président Joe Biden, et du secrétaire à la Défense Leon Panetta.

Ce dernier a rendu hommage aux troupes américaines pour leurs sacrifices, grâce auxquels « notre nation est aujourd’hui plus sûre et plus forte ».

Les deux guerres en Afghanistan et en Irak, engagées après le 11-Septembre, ont tué plus de 6.200 soldats américains et coûté des centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis.

Une cinquantaine de militaires américains ont encore été blessés, avec d’autres soldats de la coalition, samedi, lorsqu’un kamikaze a fait exploser un camion piégé à l’entrée d’une petite base de l’Otan dans le centre de l’Afghanistan.

Plusieurs autres cérémonies étaient prévues dimanche à New York, dont l’une à la mémoire des 343 pompiers tués le 11-Septembre, et l’autre à l’US Open de tennis.

De l’Afghanistan à la Nouvelle Zélande, de Paris à Londres, de nombreux pays ont marqué cette journée du souvenir, certains dirigeants soulignant que la lutte contre le terrorisme était loin d’être terminée.

Paris s’est notamment associé à l’anniversaire avec des répliques des tours du World Trade Center sur l’esplanade du Trocadéro, des concerts et une messe à Notre-Dame.

Le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen a affirmé qu’après le « long hiver » entamé après les attentats du 11-Septembre, les événements du « printemps arabe » marquaient « une nouvelle saison d’espoir ».

Même si la peur a diminué, les Américains restent très marqués par le 11-Septembre

Read Full Post »

Older Posts »