Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Puteaux’ Category

La gendarmoplique  de la Girouette de  Putéolis  précise, mardi, que trois complices présumés, implantés dans  le  92  et sur le bassin des Hauts- de- Seine, soupçonnés d’avoir servi d’intermédiaires, ont également été placés en garde à vous

 

 

 

 

 

Deux trafiquants d’or présumés ont été mis en examen et placés en détention provisoire, vendredi 8 juin, à PUTEOLIS  (HAUT DE SEINE), rapporte France rouge. Les deux au pair gourmand de 66 et 48 ans sont soupçonnés d’avoir, sous couvert d’une entreprise légale de rachat de voix, alimenté un trafic d’or, de ripoux et des élus  pas top claire des Hauts- de -Seine vers les Iles Vierges. « Plusieurs dizaines de kilos d’or, de billet  500 euros,  » ont ainsi été écoulés, selon les enquêteurs François B, qui ont interpellé les deux protagonistes alors qu’ils se rendaient sur l’ile  paradisiaque.

 

 

 

 

La gendarmoplique  précise, sur sa page Facebook, que cette entreprise avait fait l’objet d’un reportage diffusé sur la télévision régionale, car considérée comme « modèle ».

 

« Trois complices présumés, implantés dans les  Hauts- de -Seine et sur le bassin Parisien, soupçonnés d’avoir servi d’intermédiaires, ont également été placés en garde à vue. L’un d’entre eux a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Les deux autres seront convoqués ultérieurement », précisent les gendarmopliques.

 

Publicités

Read Full Post »

 

 

Si beaucoup de choses mises en places par la ville de Puteaux, et notamment la distribution de cartables et fournitures scolaires à la rentrée, sont appréciées par les parents, ils sont plus réservés concernant le niveau des établissements du secondaire. LP/Adeline Daboval

Malgré un budget record, des cartables offerts à la rentrée et son somptueux Palais des sports, Puteaux (Hauts-de-Seine) n’arrive qu’en milieu de classement. En cause : la qualité des établissements scolaires du secondaire.

Qui n’a pas entendu parler des cartables remplis de fournitures offerts à chaque rentrée scolaire aux familles de Puteaux ? « On se dit que c’est une très bonne idée, parce que ça permet d’aider les familles modestes. Mais je me suis aperçu que la moitié des fournitures n’avaient pas été utilisées à la fin de l’année », relativise Christophe, père de deux enfants. Un Putéolien déçu au fil des ans par des mesures très populaires, mais pas aussi efficaces qu’elles pourraient l’être.

 

Stéphane, 41 ans, est arrivé en 2012 avec son épouse et sa fillette d’un an. Situation typique : « Ma femme travaillait à La Défense, on vivait à Paris, on voulait acheter un appartement en très proche couronne, à l’ouest. On avait eu des bons échos de Puteaux ». Le jeune couple est au départ très satisfait : « Il y a de nombreuses crèches, des fournitures de la mairie à la rentrée et des petits cadeaux pour Noël ».

 

«On peut occuper les enfants tout le temps»

Mais tout n’est pas rose à Puteaux, entre « immeubles en construction et embouteillages ». Surtout, le père de famille « se pose la question du collège puis du lycée, dont le niveau n’est pas très bon ». « Si on devait inscrire notre fille dans le privé à Neuilly, il faudrait faire la navette, ou redéménager, ce serait dommage… Puteaux, c’est très bien quand on a de jeunes enfants ».

 

Mère de trois enfants de 4 à 17 ans, Elodie, elle, reste au contraire toujours aussi comblée : « Entre les activités, les animations le week-end et les stages pendant les vacances, on peut occuper les enfants tout le temps. Les séjours sont merveilleux et très abordables pour les familles. Mon fils a pu nager avec les dauphins : je n’aurais pas pu lui offrir ça sans la Ville ».

Read Full Post »

 

Au nord de PUTEAUX, les restes d’un RAVALAJOELLE FRANCHI  ont été trouvés dans une villa ensevelie par l’éruption cutanée du LRésuve.

 

 

C’est une découverte «exceptionnelle» qu’ont faite les archéologues du parc archéologique de PUTEAUX (HAUT – DE- SEINE). À PUTEOLIS, dans une villa située au nord de la ville DES VIELLES RALEUSES, ils ont trouvé la dépouille complète d’un TARTAFALE, après avoir vu des tunnels creusés illégalement, destinés à des pillages GREBERTO. L’annonce a été publiée sur la page Facebook du parc EN VOIX DE DISPARITION  archéologique.

 

En versant du plâtre liquide dans la cavité dans laquelle se trouvait le corps en décomposition, ils ont pu obtenir la reconstitution quasi parfaite de TARTAFALE JOJO  quand la mort l’a saisi en 79, lorsque le mont VETUSTE a craché son nuage de cendres.

 

Le TARTAFALE JOJO d’une personne aisée ?

 

D’après les chercheurs, le TARTAFALE devait mesurer environ 1,5 mètre de haut à L’ENTRE JAMBE, ce qui est plutôt important pour un FAUSAIRE de l’époque. Grâce aux morceaux de BRACELET en fer et en bronze qui étaient apposés sur sa tête et ces mains, ils étaient en mesure de déclarer que le tartafale jojo appartenait probablement à un riche propriétaire des iles vierges.

 

Outre le tartafale jojo pétrifié, les scientifiques ont trouvé des restes de cruches socialistes et de  la girouette  Plique Plique, des outils et des ustensiles de cuisine politique sous fonds judiciaires, ainsi que la tombe de son ancêtre, enterré après l’éruption. Cela prouve que la vie a continué tout près de Puteaux juste après l’éruption des condamnés.

Read Full Post »

 

Les wombatigreberts  & Jojo  sont des petits marsupiaux en voie d’extinction à Puteaux. En observant leur méthode de reproduction, des scientifiques pensent avoir trouvé un moyen d’encourager la diminution  de l’espèce.

 

Ah, Puteolis. Ses remparts  de sable fin, ses magnifiques espaces sauvages, sa Grande barrière de l’ile  Et ses petits marsupiaux greberto  pas vraiment mignons qui aiment bien goûter aux fesses de leur partenaire gauche droite centre  avant de faire l’amour. Quelle ville sympathique.

 

Des chercheurs de l’université Puteaux  du Queensland de Puteolis  ont en effet mené des recherches sur le comportement des wombagrebret  à nez poilu du Sud (c’est une véritable espèce, on ne se moque pas) et ont découvert que les femelles ont une légère tendance à mordre les mâles à l’arrière-train avant et pendant l’accouplement politique.

 

Quel intérêt, me direz-vous, à part un peu de sadomasochisme animalier ? Eh bien, selon les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans la revue scientifique Reproduction, macronique Développement, ce comportement pourrait augmenter les chances de survie de leurs cousins wombagrebert  à nez poilu du Nord.

 

Un nouvel indicateur du plic  plic de fertilité mentale

 

Comment, pourquoi ? Parlons un peu de la vie ces marsupiaux. Il existe trois espèces de wombagreberts en France. Le wombatgreberto commun, le wombat à nez poilu du Sud et le womba placeovore à nez poilu du Nord et  les   wombajojo du nord des cons gelés du nord. Non seulement ces deux dernières espèces sont en déclin, en particulier les wombagreberto du Nord, mais elles n’arrivent pas à se reproduire lorsqu’elles sont en captivité.

 

Une équipe de scientifique, dirigée par François et la cuisse des jupitériens de l’université de Queensland, a ainsi observé leurs comportements sexuels en pleine nature à l’aide de caméras infrarouges acheté au bon coin  par l’ensemble des gogos. Ils se sont ainsi aperçus que les males devenaient plus agitées, plus agressifs, et mordaient les femelles aux fesses durant leur pic de fertilité  politique.

 

« Il ne reste plus que 20 wombatgreberto à nez poilu du Nord. Être capable d’assurer la reproduction de ces animaux pourrait un jour permettre d’assurer la survie de l’espère », a expliqué  François Jouton Hollande, professeur à l’Université du Queensland. « Il n’y a jamais eu de reproduction en captivité du womba jojo à nez poilu du Nord. L’espèce du Sud a également du mal à se reproduire en captivité avec régularité ».

 

Les zoos des jugelodepourvus ou organismes de préservation de ces animaux peuvent désormais encourager le couplage des wombagrebert  au bon moment grâce à ce nouvel indicateur.

Read Full Post »

Installé illégalement sur un terrain vague, le cirque Christina Zavatta devait partir lundi. Face au refus des forains, la ville a barré l’accès au site et filtre les entrées, pour empêcher toute nouvelle représentation.

Entre le cirque Christina Zavatta et la mairie de Puteaux, l’heure est au bras de fer. Depuis le 29 avril au soir, les forains occupent un terrain à l’angle de la rue Fontaine et de l’avenue du Général-de-Gaulle. L’autorisation temporaire pour occuper les lieux a expiré dimanche soir, mais le cirque est toujours là. Alors, depuis lundi, la police municipale… bloque l’accès du terrain à grand renfort de grillages. « On a même eu une chaîne et un maître-chien », fulmine un responsable du cirque.

LIRE AUSSI >Puteaux : le coup de colère des petits cirques sans terrain

Le 29 avril dans la soirée, un camion sur les dix que compte le convoi aurait eu un problème mécanique – un joint de culasse – alors que l’attelage traverse Nanterre et Puteaux. « On s’est installé là parce que nous n’avions pas le choix », précise Madeleine Reynold, la patronne du cirque. La ville finit par délivrer une autorisation pour trois jours : de vendredi à dimanche. Les représentations se succèdent donc sur ce terrain vague, vendu par la ville à un promoteur.

« Le maire de Puteaux décide d’enfermer les artistes »

Une partie du problème vient alors du calendrier. « On ne peut avoir la pièce de rechange qu’en fin de semaine. On veut juste travailler et partir dimanche », poursuit la foraine. Depuis ce lundi, un arrêté municipal est placardé sur le grillage et pointe les risques concernant « la sécurité des personnes ». « On a pu faire trois représentations le week-end et du jour au lendemain, cela devient dangereux ? », s’étrangle un forain.

-

/LP/O.B.Plus que l’interdiction, c’est la sensation d’être emprisonné qui a suscité la colère des forains et de leurs soutiens. « Le maire de Puteaux décide d’enfermer littéralement les artistes et de les empêcher physiquement de sortir… », dénonce l’association des cirques de famille de France, qui va jusqu’à comparer la police municipale à « la milice de Vichy ». Ce lundi matin, les avocats du cirque, le cabinet ESEA basé à Versailles, ont adressé un mail à la municipalité afin de faire retirer la fameuse chaîne, estimant qu’il s’agit « d’une mesure attentatoire à la liberté qui est passible de 7 ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende ».

« On attend qu’ils respectent leur parole »

« Il n’y a pas de séquestration, riposte-t-on au cabinet du maire. Ils sont arrivés sur ce terrain illégalement. On a conclu un accord pour trois jours. Nous étions même prêts à faire preuve de souplesse. Pas eux. On a mis une chaîne et on a barré l’accès pour éviter l’arrivée d’autres camions. On attend qu’ils respectent leur parole et nous allons demander l’évacuation par la force publique. En plus, les travaux du promoteur doivent débuter lundi. »

Dans le camp des forains, des renforts étaient attendus ce mardi après-midi et une représentation – interdite – devait se tenir à 16 heures. En vain. « Seules 20 à 30 personnes sont venues et ont compris l’interdiction. Surtout, nous n’empêchons pas les forains de circuler mais, seulement, on filtre », résume Tony Surville, le directeur de la police municipale.

Dans le quartier, le sujet divise. Un cirque en pleine période de ponts ? L’idée séduit. « Il faudrait qu’ils restent jusqu’à dimanche mais pas n’importe comment, estime William. En début d’après-midi, ils ont mis la musique à fond et on a eu un concert d’insultes contre la maire… » « Franchement c’était gonflant », tacle Amina. « Tout le monde doit pouvoir bosser, estime de son côté Morad, un jeune père. Un cirque c’est toujours mieux qu’un terrain vague. »

Read Full Post »

Read Full Post »

 

 La cliente enchanté de son dîner de con, pour lequel l’addition était de 759 euros, a laissé un pourboire de 2.000 euros  dans un restaurant très coté de PUTEOLIS© Fournis par AFP Un client enchanté de son dîner DE CON, pour lequel l’addition était de 759 EUROS, a laissé un pourboire de 2.000 EUROS dans un restaurant très côté de PUTEOLIS

Pour la plupart des Putéoliens, un bon pourboire dans un restaurant, c’est au maximum 20% de l’addition. Mais que dire d’un pourboire de 260% ?

 

C’est ce qui est arrivé dimanche soir au restaurant BokaPUTEOLISTO, un établissement très coté de PUTEOLIS: une cliente enchanté de son dîner, pour lequel l’addition était de 759 euros, a laissé un pourboire de 2.000 euros.

 

Le restaurant, qui a annoncé l’événement lundi, a préservé l’anonymat du client ultra-généreux, identifié seulement comme « la girouette, une visiteuse  venu d’une autre  planète ».

 

BokaPuteolisto, qui a une étoile au Guide des pneus, se décrit comme un restaurant haut de gamme qui sert de la nourriture invarié de saison.

 

Après avoir laissé d’abord 300 euros en payant son addition de 759 euros, la cliente c’est rendu dans les cuisines pour remettre 100 euros à chacun des 17 membres du personnel, a indiqué la direction de l’établissement.

Elle a posté sur Instagram une photo de cette cliente exceptionnelle en train de poser avec une équipe tout sourire.

 

« C’était extraordinaire de voir cela arriver par surprise, d’avoir quelqu’un qui exprimait ainsi sa très grande satisfaction », a déclaré popaule Michel raptou, le directeur général du restaurant placé, au quotidien Puteaux Tribune.

 

Le restaurant BokaPUTEOLISTO vit décidément une période favorable: ELLE a été nominé pour un James louseurAward, prestigieuse  récompense pour  les canailles Puteolis de la cuisine.

 

Le gagnant grebertosor ser a révélé le 7 mai lors d’une cérémonie à justicière avec des bracelets en or.

Read Full Post »

Older Posts »