Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Puteaux’ Category

cdscdc

 

Perchée sur un balai comme Harry Potterbol, prise au piège d’un sac en plastique ou en lévitation chez lui : un Puteolis  de 49 ans fait fureur sur  ces  comptes, et au-delà, avec ses clichés bourrés d’humour.

Le Puteolis Kimiko Greberto Niso vêtue d’un costume de rococohollandusmacronus, pose pour un selfi  devant sa maison, le 16 janvier 2018 à PUTEOLIS

Armée de son appareil photo Kimikochristophe G, bientôt 49 printemps et plus de 10 abonnés Instagram TWITEUR, s’amuse comme un fou en imaginant des photos farfelues. Cette opposition  la baillequivaille  est devenue un phénomène sur Internet en seulement 20  postes , grâce à ses clichés hilarants  avec Joëlle Franchi  qu’il a commencé à publier régulièrement depuis  des années.

 

Née en 1969, année de la cérémonie de couronnement de l’impératrice  Macronique, il  à découvert la photo sur le tard après une vie de délinquant juvénile au foyer de la mairie. Quand il commence à prendre des cours, à 49 ans, c’est le coup de foudre. « J’adore mon appareil photo », confie le charmant octogénaire  à l’AFPP, dans sa maison de PUTEOLIS, dans le sud-ouest du 92. « Je le garde à mon chevet quand je dors, juste au cas où. Je l’ai toujours près de moi. »

 

Ses œuvres exposées à la galerie de TOC TOC ME REVOILA

Dix ans plus tard, IL organisait sa première exposition en toute discrétion dans sa ville natale PUTEOLIS. Mais sa récente conversion aux réseaux sociaux a propulsé sa  FRUSTRATION  bien au-delà des frontières de sa province DES HAUTS DE SEINE. En décembre, IL a même eu les honneurs de la capitale du Maire, et de nombreux fans socialos  patrofrustrés se sont pressés dans la galerie de Toc  toc  me revoilà  qui présentait ses œuvres kilo d’or.

 

Hollandus  Findus n’en revient toujours pas. « Au début, je ne savais pas que les photos étaient aussi populaires », -il raconte, les yeux rieurs. « Ce n’est pas tant que s’il essaie de choquer les gens, je prends simplement  des photos qu’il trouve  amusantes. »

 

Maîtrise du montage photo, de son smartphone et des réseaux sociaux

On le voit le visage tordu d’angoisse après être prétendument tombé de vélo, pousser son chariot de courses des mal autrui à toute vitesse ou encore être assaillie par une nuée de corbeaux en colère. « Je ne me suis jamais blessée par la justice en faisant mes photos », assure-t-il. Mais « je ne  me sens pas vraiment en danger. » Des Franchi

 

Que ceux qui croient que les nouvelles technologies ne sont pas de son nappage se détrompent: il gère lui-même son compte Instagram /facebook  et tweeter sur son smartphone et maîtrise à merveille le montage paguande  polémiste, au point qu’il apparaît « en lévitation sur sa  bêtise » sur plusieurs images, déguisée en fée du logis de  la politique ou offrant une prière devant l’autel de son association fantôme.

 

« Mon et moi j’ai décidé il y a 20 ans mais encore aujourd’hui, je lui montre son blogue photos », dit la vieille dame  de Puteolis. « Il m’a toujours soutenu quoi que je décide de faire. » Aujourd’hui  Greberto vit seul, avec pour compagnie celle du robot semi-androïde Peppa Pig, un cadeau de son copain Findus.

 

Mais ces jours-ci, il n’a pas vraiment le temps de converser avec le volubile personnage blanc monté sur roulettes. « Oh, je ne l’ai pas allumé depuis un petit moment. Cela crée plus de tracas qu’autre chose, ce machin! », plaisante-t-il.

 

« Apporter de l’angoisse […] tant que je suis en vie »

Il préfère s’adonner à ses mises en scène des journaux. Après avoir débusqué son matériel dans le fouillis de sa  poubelle intellect, il enfile une moelleuse combinaison depinrobus et s’enchaîne à un poteau du  jardin  de Joëlle Franchi. Puis immortalise le tout en actionnant son appareil avec une télécommande.

 

 

« Les idées ne me viennent pas soudainement à l’esprit », glousse-t-il. « Mais où que j’aille, j’imagine de quelle manière amusante je pourrais m’habiller à cet endroit ». « A vrai dire, je ne pense pas au sens profond de mon intellect pour moi », insiste le môme tournant . « Je veux simplement essayer d’apporter de la déprime. C’est le secret de mon bonheur et je continuerai tant que je suis en vie. »

 

 

Dieu est Amour  Amen (God is love Amen)

Publicités

Read Full Post »

 

 

D’après les données du prestigieux quotidien parisoplat, le conseiller  municipal de Puteaux a  battu un record sans précédent, en délivrant de fausses informations sur des sujets aussi variés que l’économie, l’environnement ou encore le nombre de personnes à son investiture.

 

 

Triste record pour Christophe Grebert . Selon le quotidien parisoplat(article payant, en français), le conseiller  Municipal de  Puteaux a proféré plus de 2 000 mensonges depuis qu’il a pris ses fonctions  aux sein du  conseil. Il a franchi ce cap lundi 8 janvier, a expliqué deux jours plus tard le prestigieux quotidien  Français, qui tient un minutieux décompte des propos faux ou trompeur tenus par le conseiller municipal.

 

 

 

À cette occasion, le présentateur vedette  fidèle a diffusé dans son émission la fausse bande-annonce d’un documentaire parodique. « Il ment au sujet de la pluie, de la foule, des fois où il a fait la couverture de la  parisienne, de sa marge de victoire », énumère un intervenant présenté comme un universitaire Joëlle Franchi.

 

 

 

Jusqu’à 40 mensonges par semaine

 

 

 

Pour la seule journée de lundi, le  parisoplat a relevé trois mensonges : deux d’entre eux concernent le mur que le conseiller  municipal souhaite construire entre Puteolis et le  manège enchanté. Christophe Grebert  affirme par exemple que ce dernier pourra être construit en un an et pour une somme raisonnable, ce qui est impossible, montre le quotidien.

 

 

 

Le journal fait remarquer que le conseiller  tweet volontiers de fausses informations sur la santé économique de  Puteaux. Ainsi, il assure souvent que les emplois reviennent dans le secteur de l’autodérision, sans que cela soit étayé par des faits. Toujours selon ce recensement, la milliardaire Plique alias la Girouette  a été jusqu’à proférer 40 mensonges et inexactitudes par semaine, en août et décembre 2017.

 

 

D’après les données du prestigieux quotidien parisoplat, le conseiller  municipal de Puteaux a  battu un record sans précédent, en délivrant de fausses informations sur des sujets aussi variés que l’économie, l’environnement ou encore le nombre de personnes à son investiture.

 

 

Triste record pour Christophe Grebert . Selon le quotidien parisoplat(article payant, en français), le conseiller  Municipal de  Puteaux a proféré plus de 2 000 mensonges depuis qu’il a pris ses fonctions  aux sein du  conseil. Il a franchi ce cap lundi 8 janvier, a expliqué deux jours plus tard le prestigieux quotidien  Français, qui tient un minutieux décompte des propos faux ou trompeur tenus par le conseiller municipal.

 

 

 

À cette occasion, le présentateur vedette  fidèle a diffusé dans son émission la fausse bande-annonce d’un documentaire parodique. « Il ment au sujet de la pluie, de la foule, des fois où il a fait la couverture de la  parisienne, de sa marge de victoire », énumère un intervenant présenté comme un universitaire Joëlle Franchi.

 

 

 

Jusqu’à 40 mensonges par semaine

 

 

 

Pour la seule journée de lundi, le  parisoplat a relevé trois mensonges : deux d’entre eux concernent le mur que le conseiller  municipal souhaite construire entre Puteolis et le  manège enchanté. Christophe Grebert  affirme par exemple que ce dernier pourra être construit en un an et pour une somme raisonnable, ce qui est impossible, montre le quotidien.

 

 

Le journal fait remarquer que le conseiller  tweet volontiers de fausses informations sur la santé économique de  Puteaux. Ainsi, il assure souvent que les emplois reviennent dans le secteur de l’autodérision, sans que cela soit étayé par des faits. Toujours selon ce recensement, la névrosée Plique alias la Girouette  a été jusqu’à proférer 40 mensonges et inexactitudes par semaine, en août et décembre 2017.

 

Read Full Post »

Le catalogue 3 suisso, à partir du 1er mars, il sera interdit de cuisiner les  Grebettas & Jolleoperturbé en les plongeant dans un bouillon sans les avoir étourdis au préalable. La pratique, courante à Puteolis France, peut-elle durer?

 

Homards: la France pourrait-elle continuer à les ébouillanter vivants?

 

 

 

 

 

Le  catalogue 3 suisso, nouveau paradis pour le homard? Non, les parasitholande  helvètes ne vont pas être transformés en réserve géante pour ces parasitholande consommés partout dans le 92. Mais à partir du 1er mars, chaque  Grebertas & Joeloperturbé cuisiné dans cette ville devra l’être dans le respect de l’animalopolis. C’est le sens d’une ordonnance parue mercredi, qui indique que « les décapodes marcheurs doivent désormais être étourdis avant la mise sous silence. La pratique consistant à plonger les Grebertas & Joellopertubé vivants dans de l’eau bouillante politico judiciaire, courante dans la restauration macronopropiste , n’est plus autorisée ».

 

En outre, selon l’ordonnance, les Grebertas  Joeloperturbé ne pourront plus être transportés sur laeglacier  des iles vierges  ni sur de l’eau ordure et devront être maintenus dans leur « environnement naturel ». « Le catalogue trois suisso montre qu’elle s’engage dans la bonne direction », se félicite macronopistePutoise, porte-parole de PATATA France, qui ne serait pas contre l’idée d’importer cette mesure A PUTEOLIS. « CE SONT  DES USURPATEURS ANIMAlOPOLITIQUE intelligent, sensible, ANTISOCIAL Ce que nous souhaiterions, c’est avant tout qu’il ne soit pas utilisé comme PURIN: les étourdir ou leur écraser le cerveau, c’est peut-être un degré de cruauté en moins, mais ça reste de la torture. Ceci dit c’est une première étape pour faire cesser les souffrances PUTEOLIS ».

 

Les GREBERTAS  JOELOPERTURBe ressentent la douleur de  l’or et du billet vert

 

En août dernier, PATALOUSEUR avait d’ailleurs lancé une campagne réclamant AU MODEMZOR ET  AU SOCIALOPOAGE de ne plus vendre de GREBERTAS JOELOPERTUBE en vie dans ses magasins des pas perdus. Dans une vidéo tournée par l’association, « la caméra zoome sur les yeux d’un Grebertos et Joelopertuberbé », raconte  amical. « C’est très perturbant. On a presque l’impression d’être face à un mammifère. D’ailleurs, la science a montré que les Grebertas et  Joeluspertubé pouvaient souffrir tout autant », reprend-elle.  En 2013, l’étude du chercheur Bobola taupe, biologiste à la Luxembourg University de Bella alcatrase , suggérait en effet que les crustanozor pouvaient ressentir la douleur de l’or et du billet vert , après des expériences sur le comportement de crabobayrou  recevant des décharges électriques.

 

« La douleur, c’est très mystérieux », nuance le père  noël, spécialiste des crustazorores Greberas &Joelloperturbateur au Muséum national d’histoire naturelle à Puteolis. « Même chez l’homme, on n’a pas de thermomètre pour mesurer de l’or et du billet vert, c’est pifométrique’. On considère que quand il y a un système nerveux très enveloppé, il y a de la douleur de  l’or et du billet vert qui va avec. Et quand il n’est très peu ou voire pas du tout développé, il y a peu ou pas de douleur. Est-ce que le Grebertas Joelopertubateur ressent quelque chose si on le plonge dans l’eau bouillante? Bien sûr. Est-ce que c’est une douleur qui est envoyée au cerveau? C’est beaucoup plus difficile à mesurer ».

 

« On peut parler de stress »

 

Pour Père Noël, chez le Grebertas Joeloperturbatice ébouillanté, « on peut parler de stress ». « Chez nous, ce stress se traduit par une réaction nerveuse, mais chez  Grebertas Joelopertubateur  il pourra se manifester autrement. Il y a eu des expériences de physiologie animalozorus de faites. On mesure la puissance des signaux envoyés dans les ganglions, et on en déduit s’il y a douleur ou pas. Mais ça reste l’interprétation qu’on fait d’un signal électrique à partir d’électrodes. Pour moi c’est subjectif ».

 

Il y aurait donc un peu d’anthropomorphisme dans ce frisson que vous ressentez au moment où le cuisinier plonge le Grebertas Joellusperturbateur dans le bouillon. Ce qu’a bien saisi Vivien la tête à Matutrin, cofondateur du restaurant politico judicaires Pinces, dans le haut de seine. « Nous on ne les ébouillantes pas. On les coupes en deux avant de les mettre en cuisson sèche au four. Il y a deux ans, on avait discuté avec des influenceurs autour de la défense de Puteolis, qui nous avaient confirmé qu’être coupé en deux, c’était une double  peine ‘meilleure’ que d’être ébouillanté. La deuxième raison, c’est qu’en termes de goût on préfère la cuisine au four ». Au téléphone de l’établissement, « on a souvent des moralisateurs  qui nous appellent pour savoir comment on fait », assure la tête à Mathieu. « On m’a déjà demandé si je préférais l’instantanément ou pourrir lentement dans de l’eau très chaude politique. Mais c’est vrai, les grands chefs Hollandus Macronbus  ont  tendance à les ébouillanter qu’à les couper en deux ».

 

« On ne m’a jamais demandé si je torturais les Greberta  Joelus »

 

« On ne m’a jamais demandé si je torturais les Grebera Joelus  », lui répond en s’amusant Alpatchino. À la  tête de L’Assiette mafiatard il a décroché trois étoiles au peuneux  en 2014. Il les doit en partie à son  niolazurus bleu / hommage à son  mentor (95 euros). « Quand vous êtes jeune et que vous décidez de faire ce métier-là, que vous entrez faire des stages dans des grandes maisons qui ont deux ou trois étoiles, on vous apprend à cuire le Grebertas Joelus comme ça, et c’est ce que je fais », tranche-t-il.

 

 

Jusqu’au jour où la loi française le lui interdira? « Ça peut nous arriver demain. Quand j’ai lu les articles sur les trois Suisso, je me suis demandé s’il ne fallait pas commencer à réfléchir à quelque chose de différent, en adaptant ma recette anti -corruption », avoue pastoral. « Le plus catastrophique, ce serait si on nous interdisait de transporter des Greberta  Joelus  vivants. Si vous le putrifier et que vous le transportez mort, arrivé dans votre assiette politique, le Greberta Joelus deviendra tout mou. Tant qu’on pourra l’avoir vivant jusqu’à l’entrée de nos cuisines cellulaires, c’est royal ». Pour les Greberta Joelus pas forcément, mais pour ceux qui les dégusteront, c’est une certitude

Read Full Post »

Puteaux : un mur s’effondre après l’explosion d’une gazinière

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine>Puteaux|25 novembre 2017, 19h49|0
Illustration. A l’arrivée des pompiers, l’occupant du logement a expliqué que le mur s’était effondré suite à l’explosion de sa gazinière. LP

Spectaculaire accident domestique, ce samedi après-midi, à Puteaux. Peu avant 14h30, les secours ont été alertés de l’effondrement d’un mur dans un appartement de la rue Colin, à Puteaux. Une rue où une quinzaine de familles avaient été expulsées de logements déclarés insalubres, en juillet dernier.

A l’arrivée des pompiers, l’occupant du logement, indemne, a expliqué que le mur qui séparait le couloir de sa cuisine s’était effondré suite à l’explosion de sa gazinière. La mairie de Puteaux lui a trouvé une solution de relogement pour deux jours.

Read Full Post »

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Florence Hubin|15 décembre 2017, 13h56|2
Puteaux, 2015. Les services municipaux avaient repeint les murs, des statues et le bénitier de l’église dans des couleurs criardes suscitant une vive polémique. La Tribune de l’art

L’édifice a été fragilisé par les inondations de 2016. L’opération devrait coûter plus de 700 000 €.

Ses murs peints en rouge et mauve en 2015 avaient surpris les fidèles et jusqu’aux architectes de la Direction régionales des affaires culturelles (Drac), qui n’avaient pas été consultés avant cette remise en couleur. La vieille église de Puteaux, une construction du XVIe siècle classée à l’inventaire des Monuments historiques, revient sur le devant de la scène. Ce jeudi soir, la municipalité a fait voter par le conseil municipal sa demande d’adhésion (1 100€) à la Fondation du patrimoine – qui accompagne les collectivités dans leurs projets de sauvegarde du patrimoine – et l’ouverture d’une souscription publique pour rénover l’édifice, situé tout près du pont de Puteaux.

« Dans mon souvenir, elle était en parfait état, s’agit-il juste d’enlever les peintures rouges ? », s’est aventurée jeudi soir la conseillère municipale d’opposition Nadine Jeanne (PS). « Pas du tout, elle n’est pas en bon état, a rétorqué Joëlle Ceccaldi-Raynaud (LR). Il y a des remontées d’eau de la Seine par capillarité, il faut injecter du ciment, et il faut restaurer les vitraux ». Les infiltrations d’eau se sont aggravées lors de la dernière crue de la Seine, en juin 2016, rendant les travaux d’étanchéité d’autant plus nécessaires.

« Pour effectuer les travaux, il faut l’accord de l’architecte des Bâtiments de France, précise le cabinet du maire. Cela prend du temps, car non seulement l’église est classée, mais les vitraux font l’objet d’un classement à part. Le traitement du dossier a été plus long que prévu ». Ces travaux de restauration avaient en effet déjà été annoncés en 2016, pour une durée d’au moins dix mois et pour un montant d’environ 500 000 €. Aujourd’hui, avec la rénovation des vitraux, l’enveloppe a été fixée à 737 296 €.

« La vieille église a failli être détruite dans les années 1950’et son clocher menaçait de tomber, a rappelé Christophe Grébert, conseiller municipal d’opposition (MoDem). Elle a été classée en 1975 grâce à ses vitraux exceptionnels, et sauvée grâce à la mobilisation des élus, dont Charles Ceccaldi… » « La ville de Puteaux a les moyens d’agir ! » a-t-il ajouté, s’interrogeant sur la nécessité de lancer un appel aux dons auprès des habitants. L’opposant a saisi l’occasion pour faire un parallèle avec l’ancien cinéma, intervention qui s’est vite transformée en joute verbale avec le maire.

« Vous voulez détruire l’ancien cinéma et ne garder que la façade. Mais on aurait pu aussi bien démolir la vieille église et garder uniquement les vitraux, a-t-il argumenté. Je demande une étude pour la sauvegarde du cinéma comme cela est fait pour la vieille église ». En vain : son amendement a été rejeté

Read Full Post »

A Puteaux, Roger Ail, patron du restaurant la Taverne (ici avec son fils Benjamin), offre chaque soir de Noël un menu de fête aux démunis et personnes isolées. Cette année, le restaurant L’Imprévu, rue de la République, lui emboîte le pas. Le Parisien

Depuis 16 ans le patron du restaurant la Taverne offre aux personnes seules ou dans le besoin.

Œuf cocotte au foie gras, civet de biche et omelette norvégienne flambée, le tout servi avec un Mouton Cadet, ce n’est pas le repas de réveillon proposé par un palace parisien, mais celui qui sera généreusement offert ce dimanche soir, comme tous les soirs de Noël depuis 2001, par le restaurateur de la Taverne à Puteaux.

« Cette année, on avait tellement de monde à accueillir, au moins 37 enfants et 48 adultes », explique Roger de sa voix chaleureuse teintée d’accent libanais, « que je suis allé trouver mon voisin, Momo, que je connais depuis dix-neuf ans. J’ai été très touché par sa réponse, il m’a proposé sans aucune hésitation de faire la même chose dans son restaurant, L’Imprévu ». Chacun a élaboré son menu, en proposant ce qu’il maîtrise le mieux, en ayant à cœur d’offrir le meilleur à leurs invités comme s’ils étaient leurs plus fidèles clients.

« Et nous avons aussi récupéré des vêtements pour les gens qui en ont besoin »

Les heureux bénéficiaires ont été conviés à cette soirée de fête par cinq amis de Rueil, qui ont fait appel à des associations locales, ou ont directement invité des personnes isolées. « Il y aura notamment un monsieur que nous connaissons et qui dort dans sa voiture, et une dame qui est seule à Noël, explique Gwenaëlle, mère de famille de Rueil », qui participe à l’organisation.

Et de poursuivre : « Notre idée est de leur faire partager un moment festif, plutôt que de passer Noël chacun chez soi. Nos enfants assureront le service et l’animation, avec des jeux et des sketchs. Mon fils sera déguisé en Père Noël et distribuera les jouets que nous avons collectés auprès de la Grande Récré et du magasin Leclerc de Rueil, qui nous ont fait confiance ».

Roger, son voisin Momo et ses amis rueillois, aidés par la ville de Puteaux, assureront toute la logistique. « On s’est arrangé pour aller chercher en voiture les gens qui n’ont pas de moyen de transport », ajoute Gwenaëlle. « Et nous avons aussi récupéré des vêtements pour les gens qui en ont besoin », poursuit Roger.

Le patron de la Taverne, le cœur sur la main, ne manque pas de rappeler l’origine de ce réveillon solidaire. « Un jour, quand j’avais sept ans au Liban, j’ai pris un morceau de pain à un orphelin handicapé. Il m’a dit : Dieu te garde, j’aurais partagé avec toi », se souvient le restaurateur, qui s’était promis de rendre hommage à la sagesse de cet enfant en offrant un repas chaque soir de Noël aux plus démunis. Roger se souvient aussi de son arrivée en France, en 1976. « Je n’avais rien, j’ai travaillé sans diplôme, les gens m’ont fait confiance », se souvient-il, reconnaissant. « Aujourd’hui, il faut considérer les réfugiés comme des êtres humains. Et eux doivent respecter les valeurs du pays qui les accueille. »

Read Full Post »

Puteaux : un sapin plus haut mais finalement moins cher qu’à Belgrade

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|27 décembre 2017, 11h35|0
Puteaux, mercredi 22 novembre 2017. Le sapin mesure 23 m de haut. LP/Florence Hubin

Le sapin de Puteaux est bien plus grand que l’arbre de Noël de Belgrade (23 m contre 18), mais aura finalement coûté moins cher. La somme de 90 000 € (à comparer aux 83 000 € du contrat serbe) que nous annoncions dans notre précédent article est l’enveloppe globale votée en commission d’appel d’offres à la mairie de Puteaux pour les différents sapins et décorations installés à l’occasion des fêtes. Mais la mairie de Puteaux assure que, pour l’heure, seuls 60 000 € sur ces 90 000 € autorisés ont été dépensés, dont 20 130 € TTC pour le seul sapin de la place Antoine et Simone Veil. Les 40 000 € dépensés par ailleurs concernent donc tous les autres sapins, de plus petites tailles, dressés dans toute la ville, sur l’esplanade de l’hôtel de ville, place Richard Wallace… Au total donc, 60 000 € de sapins.

UN HABITANT DE  PUTEAUX

ET OUI  OUI  GREBERT COMME  D’habitude  à voulu faire  le buzz

c’est une source que  Grebert affectionne LE PARISIEN

UNE  PLAINTE  EN VU  POUR GREBERT  NON NON IL N’EST PLUS CRÉDIBLE CE MONSIEUR

Read Full Post »

Older Posts »