Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2012

mod_article62441485_50d1a55d23df3Capture

Publicités

Read Full Post »

 

 

sans-titre

 

 

La Ministre de la Culture, Mme Aurore Filippetti    à annoncer aujourd’hui  inviter 400personnes démunis dans les musées Parisiens, car dit-elle c’est un moyen de

Les réinsérés, car la culture c’est ça une réinsertion à la vie. C’est vraiment du n’importe quoi, car les personnes démunis, ce qu’elles veulent avant tout, c’est de retrouver du travail, pouvoir se nourrir, et pouvoir avoir un logement digne. Donc  visiter des musées Parisiens, je ne pense pas que cela les intéressent.

Cette femme fait vraiment du n’importe quoi, je rappelle que Mme  Filippetti, faisait partie d’Europe Ecologie les Verts, puis par la suite elle a décidée de devenir  Socialiste. Mais au niveau culture, je dirais que c’est zéro  pointé, par exemple : La taxe sur la redevance télé, qu’elle a acceptée d’être porté à 6,00 euros de plus.

 

Read Full Post »

Saint-Denis : le père projette son bébé contre les toilettes

N.R.

7d9819113232be_0361

 

2441883_saintdenis_640x280

 

 

 

                     C’est dans cet immeuble de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) qu’un père de famille a été arrêté vendredi. Il est accusé d’avoir frappé violemment son bébé âgé de sept mois. | Capture d’écran Google Street View

 

Vendredi à 17 h 25, un père de famille a été interpellé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans un appartement du 32 boulevard Marcel-Sembat. Il venait de frapper violemment son bébé âgé de sept mois. Dans un mouvement de rage, il lui a porté des coups et a l’a projeté contre la cuvette des toilettes.
L’enfant a été transporté à l’hôpital Necker, dans le XVème arrondissement de Paris.

                 Il est miraculeusement en vie mais il souffre de multiples hématomes et aurait une fracture à la jambe. Une ITT de 45 jours a été prescrite. Le père a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur mineur par ascendant.

 

 

                                                     LeParisien.fr

Read Full Post »

Le Prix Simone de Beauvoir à la jeune Malala Yousafzai

Malala Yousafzai, une Pakistanaise de 15 ans, victime d’une tentative d’assassinat, défend depuis plusieurs années la cause des femmes dans son pays. (  )

                Le Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes 2013 a été décerné à la jeune militante pakistanaise pour le droit à l’éducation, Malala Yousafzai, par le jury.composé de personnalités issues du monde des arts et des lettres
Doté de 20.000 euros, le prix, créé en 2008 à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir, récompense des personnes et des associations qui, à l’image de l’écrivain, se battent pour défendre les droits des femmes partout où ils sont menacés.

                Il est soutenu par l’institut français, l’université Paris-Diderot et le groupe international d’audit et de conseil Mazars. Il sera remis le 9 janvier à la Maison de l’Amérique Latine à Paris.
«Symbole de la lutte pour l’éducation des filles», Malala Yousafzai, 15 ans, avait été touchée le 9 octobre à la tête lors d’un attentat ciblé du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui a bouleversé des millions de personnes à l’étranger. Elle est actuellement soignée en Grande-Bretagne. La jeune fille s’était fait connaître en 2009 en signant un blog sur le site de la BBC dénonçant les exactions des talibans à Swat (nord-ouest), avant de remporter le premier prix pakistanais pour la paix.
En remettant cette distinction, le jury du prix «veut contribuer à mobiliser la solidarité internationale, réaffirmer le droit des femmes dans le monde, garantir la protection de celles qui luttent aujourd’hui au risque de leur vie, et défendre, à leurs côtés, les idéaux d’égalité et de paix», déclarent les organisateurs dans un communiqué.

Read Full Post »

Au commissariat de Grasse, les plaintes étaient mises au placard

Le Point.fr-

Ne pas traiter les plaintes des usagers aurait permis de présenter de meilleurs résultats. La justice a ouvert une enquête.
 
 
 
 
grasse-commissariat-969430-jpg_831839

La justice tente de démêler l’écheveau des responsabilités.©       Nice Matin/Maxppp

Le parquet de Grasse a saisi la cellule des affaires réservées de la direction départementale de la sécurité publique de Nice pour enquêter sur des plaintes déposées par des usagers, mais qui n’ont jamais été traitées par le commissariat de Grasse.

Depuis le mois d’octobre, une rumeur se répandait en effet dans la ville du parfum : de nombreuses plaintes auraient tout simplement fini dans les armoires des policiers sans jamais avoir été instruites. Pour les fonctionnaires et leur responsable, il s’agirait d’un moyen de présenter des statistiques avantageuses.

« Contrairement aux fantasmes, les commissaires ne sont pas intéressés financièrement aux résultats de l’insécurité, précise Emmanuel Roux, le secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires. Notre traitement obéit aux règles indiciaires de la fonction publique. Les primes également, dont la plus grande partie rémunère notre disponibilité sept jours sur sept, 24 heures sur 24. »

Plainte des usagers

Les enquêteurs poursuivent néanmoins leurs investigations : une confrontation s’est d’ailleurs déroulée vendredi dernier entre différents protagonistes de l’affaire. Les policiers tentent de démêler l’écheveau des responsabilités entre le commissaire, les officiers et les gardiens de la paix qui sont censés recueillir les plaintes, puis les traiter en relation avec les services judiciaires. Selon nos informations, des Grassois mécontents devraient également demander à être auditionnés « afin que cette affaire ne se règle pas qu’entre policiers et surtout qu’elle ne soit pas étouffée ».

Le commissaire de Grasse ainsi qu’un commandant ont, de leur côté, porté plainte pour dénonciation calomnieuse. Le parquet de la ville a fait savoir au Point.fr que le patron du commissariat n’était pas visé par les suspicions d’arrangement avec les statistiques.

Read Full Post »

gaz-tarifs-969541-jpg_832034830 000 personnes supplémentaires pourront bénéficier de prix légèrement réduits chez EDF et GDF Suez.

Le Point.fr

Une première extension des tarifs sociaux de l’électricité et du gaz à 400 000 foyers modestes est entrée en vigueur mercredi avec la parution d’un arrêté au Journal officiel, comme l’avait promis le gouvernement il y a deux semaines. Au total, 830 000 personnes supplémentaires pourront bénéficier – en principe automatiquement – de ces tarifs légèrement réduits chez EDF et GDF Suez avec ces mesures, selon la ministre de l’Énergie, Delphine Batho.

En plus des personnes bénéficiant de la Couverture maladie universelle (CMU) complémentaire, les personnes éligibles à l’aide pour une complémentaire santé (ACS), soit des personnes ayant des revenus de 35 % supérieurs au plafond fixé, pourront également en bénéficier. « Le plafond était auparavant de 661 euros par mois pour une personne seule et passe à 893 euros par mois », a déclaré Delphine Batho. « C’est une amélioration concrète du pouvoir d’achat », a-t-elle fait valoir.

Tarif spécial de solidarité

L’arrêté paru mercredi ne mentionne stricto sensu que l’électricité mais s’applique également pour le gaz, a-t-elle expliqué. Le tarif de première nécessité pour l’électricité (TPN), instauré en 2005, permet d’obtenir une réduction de facture de 90 euros par an en moyenne. Le tarif spécial de solidarité du gaz, ou TSS, a été quant à lui créé en 2008 et offre une réduction de l’ordre de 156 euros par an en moyenne. Mais cette extension des tarifs sociaux ne répond que partiellement à la promesse du gouvernement de les étendre au total à plus de 4 millions de foyers (soit de 8 à 9 millions de personnes).

Celle-ci impose de passer par la loi, selon le gouvernement. Cette vaste extension figurait au départ dans la proposition de loi du député PS François Brottes sur l’énergie. Mais celle-ci a été retoquée par le Sénat fin octobre, et le gouvernement a voulu agir pour l’hiver. À l’heure actuelle, environ 1 million de foyers bénéficient des tarifs sociaux de l’électricité ou du gaz, selon le médiateur de l’énergie, même si en théorie plus de 2 millions peuvent déjà en bénéficier, l’attribution automatique lancée en mars dernier se faisant progressivement. Ces tarifs réduits sont financés via une taxe sur les factures, mais leur impact est très faible pour le consommateur. Leur coût, qui augmente néanmoins avec l’extension de la mesure, est estimé à 145,5 millions par la CRE pour 2013.

Read Full Post »

L’Amérique prie pour George Bush « père »

Le Point.fr-

L’état de santé de l’ancien président américain H. W. Bush, hospitalisé depuis un mois, s’est détérioré. Il a été placé en soins intensifs.
 
 
 
 
 
george-bush-972167-jpg_833359

George H. W. Bush, ici le 29 mars 2012 à Houston.©       Tom Pennington /       AFP

L’état de santé de l’ancien président américain George H. W. Bush, le père de George W. Bush, s’est détérioré malgré plus d’un mois passé dans un hôpital de Houston (Texas, sud), où il se trouve désormais sous surveillance dans une unité de soins intensifs, a affirmé mercredi son porte-parole. « Il a connu une série de complications qui l’ont conduit dans l’unité de soins intensifs où il a été placé sous surveillance » en raison d’une « fièvre tenace », a déclaré à l’AFP Jim McGrath.

George Herbert Walker Bush, âgé de 88 ans, a été hospitalisé une première fois pour une bronchite le 7 novembre, pour 12 jours. Il a été réadmis le 23 novembre à la suite de complications. Mardi, le porte-parole a affirmé que ses médecins étaient « prudemment optimistes », que les problèmes de santé de Bush « père » étaient « sous contrôle ». Les médecins ont espéré pouvoir le renvoyer chez lui pour les fêtes de Noël. Mais l’ancien président a finalement passé le réveillon à l’hôpital, avec sa femme Barbara, l’un de ses fils, Neil, et son petit-fils Pierce.

« Il est conscient et en état de plaisanter avec son médecin », a ajouté M. McGrath. Après avoir été vice-président de Ronald Reagan, George Herbert Walker Bush a occupé la Maison-Blanche de 1989 à 1993. Au cours de son unique mandat, il remporta la première guerre du Golfe contre l’Irak en envoyant les troupes américaines chasser du Koweït les troupes de Saddam Hussein. L’un de ses fils, George W. Bush, exerça deux mandats de président des États-Unis et envahit également l’Irak pour renverser le régime accusé à tort de posséder des armes de destruction massive.

Read Full Post »

Older Posts »