Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘parti socialiste’ Category

Le 01 MAI, la papamobile DE PAPOLITIQUE DES DOUZE TORDUS François nommera 2 nouveaux cardinaux L’EGISLATIFS, tous DEUX âgés de plus ou moins 70 ans & 50 ANS. Parmi eux : le premier cardinal Macronbiotique le roi de la finance.

Le papa mobile François Hollandus avez annoncé au Vatican ELYSENNE la tenue d’un consistoire le 01 mai au cours duquel il va créer deux nouveaux cardinaux, Guigou le non- retour & Kern sur une voie de garage, tous deux âgés de moins de 70 ans LA COUGARD ET 50 ANS LE FAUSAIRE.

Un consistoire   DU 01 Mai pour nommer les deux cardinaux Guigou la reine des mandats et Mr kern.

Communiqué de la papamobile Hollandus

« Je désire annoncer la tenue d’un consistoire le lundi 1er MAI pour la nomination de DEUX cardinaux. Leur provenance INCONNU de divers JE T’AIME MOI NON PLUS TRAHISON A GOGO, du monde montre la BA NQUEROUTE SOLICIALISTE de PARROISSE POLITICO JUDICIAIRE présente sur toute la SIRCO PANTIN &AUBERVILLIERS, en d’autres termes l’universalité de leur paroisse, va-t-il dire à l’issue de la prière Regina 4%.

Les DEUX nouveaux cardinaux sont GUIGOU AVEC 1000 MANDATS POLITIQUE, archevêque DU 93, Mr Kern, payé a rien foutre de PANTIN

Un premier cardinal MACRONITE ISSU DES SOCIALISTES CAVIARD.

Selon l’agence Pantinoise DES DEUX COMMUNES, Mme Guigou sera le premier cardinal socialistocrate tandis que Mr KERN sera le premier TRILLEUR DE COURRIER auxiliaire à recevoir sa « barrette » SOCIALOCRATE, une coiffe HOLLANDISTE en forme de toque quadrangulaire, ainsi qu’une bague. En mai, le papa mobile François avait créé 17 nouveaux cardinaux, dont 13 électeurs lors d’un conclave des saints zéro.

Read Full Post »

L’élue a été victime d’un « malaise » lors d’une réunion publique dans son département. Elle avait 50 ans

Corinne Erhel, députée socialiste des Côtes-d’Armor en 2011.

Corinne Erhel, députée socialiste des Côtes-d’Armor en 2011. LHEMICYCLE.COM

La députée socialiste des Côtes-d’Armor Corinne Erhel est morte dans la soirée du vendredi 5 mai, après un « malaise » lors d’une réunion publique dans son département, a annoncé le président de l’Assemblée, Claude Bartolone. « Je n’oublierai jamais comme l’ensemble des députés de cette législature, son engagement, son travail et son dévouement au service de l’intérêt général », a-t-il fait savoir dans un communiqué.

Le premier ministre Bernard Cazeneuve a salué la mémoire d’une « femme de convictions, parlementaire engagée », en adressant sur Twitter ses condoléances à sa famille. « Choqué d’apprendre la mort de Corinne Erhel. Elle était si engagée et si passionnée par son territoire », a également réagi l’ancien locataire de Matignon, Manuel Valls, sur le réseau social.

« Injuste et terrible », a déclaré le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis. Le patron du groupe PS à l’Assemblée, Olivier Faure, a fait part de son « immense tristesse », quand le député Olivier Dussopt a rendu hommage à une femme « engagée, d’une gentillesse incroyable et d’un grand talent ».

Selon les médias locaux, Mme Erhel, dernière intervenante d’un meeting de soutien à la campagne du candidat d’En marche !, Emmanuel Macron – dont elle avait rejoint le mouvement –, s’est effondrée sur scène en plein discours. Elle a ensuite été transportée en urgence par le SAMU à l’hôpital de Saint-Brieuc, où son décès a été annoncé. Ancienne parlementaire, née le 3 février 1967 à Quimper, députée depuis 2007, elle siégeait à la commission des affaires économiques de l’Assemblée
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr

Read Full Post »

© Fournis par BFMNews

Selon des informations de RTL, les membres du PS qui ont parrainé la candidature d’Emmanuel Macron n’ont pas reçu la lettre d’exclusion du parti promise par le premier secrétaire.

Exclus ou pas? La règle édictée par Jean-Christophe Cambadélis, interrogé en février sur notre antenne, semblait pourtant claire: « Ceux qui parraineront Emmanuel Macron ne seront plus au PS ». « On ne peut pas être à la fois dans l’équipe du Parti socialiste et parrainer l’équipe adverse », avait tranché le premier secrétaire du PS.

Jean-Chr. Cambadélis

@jccambadelis

« Cette introduction des primaires dans la présidentielle montre la difficulté pour les candidats de s’imposer de manière claire. »

Chaque membre du PS qui a parrainé a reçu une lettre du Premier secrétaire leur disant qu’ils n’appartenaient plus au .

 

Les huit élus concernés « ont reçu » leurs lettres d’exclusion, a assuré ce vendredi Jean-Christophe Cambadélis hors antenne à nos confrères de RTL. Ces derniers ont donc contacté certains d’entre eux: Richard Ferrand, Jean-Louis Gagnaire, Arnaud Leroy et Stéphane Travert. Or, aucun n’a reçu de courrier d’exclusion à ce jour. « Le dernier courrier que j’ai reçu du Parti socialiste, c’était le reçu fiscal pour ma cotisation annuelle », s’amuse l’un d’entre eux.

Les divergences de ligne entre le candidat socialiste Benoît Hamon et Jean-Christophe Cambadélis – illustrées par la neutralité du premier secrétaire dans la querelle entre les deux finalistes de la primaire à gauche – ne l’encouragent peut-être pas à mettre ses menaces à exécution.

De fait, le patron de Solférino semble décidé à temporiser. Exemple sur Europe 1, à propos de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense passé dans le camp d’Emmanuel Macron: « La décision de Jean-Yves Le Drian n’est pas un voyage sans retour, (…) il reviendra dans la famille socialiste ». Un entre-deux de plus en plus difficile à assumer pour « Camba », sifflé par les militants socialistes lors du meeting de Benoît Hamon à Bercy

Read Full Post »

29% des téléspectateurs ont jugé qu’Arnaud Montebourg avait été le candidat le plus convaincant lors du deuxième débat de la primaire à gauche, selon un sondage Elabe pour BFMTV. Il s’agit du même pourcentage que lors du premier débat.  Manuel Valls, recueille 26% chez l’ensemble des téléspectateurs, mais 28% chez les sympathisants de gauche. Benoît Hamon, quant à lui, a nettement plus convaincu que lors du premier débat, où il avait enregistré 20% des voix. Ce dimanche, 25% des téléspectateurs l’ont jugé convaincant. Il reste aussi le candidat des sympathisants de gauche, et enregistre le pourcentage le plus fort, puisque 30% d’entre eux ont été séduits.  Vincent Peillon se place en quatrième position, avec 8%, suivi de François de Rugy (5%), Jean-Luc Bennahmias (4%), et Sylvia Pinel (1%).

Manuel Valls possède les qualités nécessaires pour être Président

© Fournis par BFMNews

Les téléspectateurs ont également été interrogés à la fin du débat. Ils estiment, à 37%, que Manuel Valls a les qualités nécessaires pour être président de la République, contre 35% avant le débat. Il devance Arnaud Montebourg (30%), Benoît Hamon (18% après le débat), et François de Rugy (3%). Jean-Luc Bennahmias et Sylvia Pinel sont ex-æquo avec 2%.

Benoît Hamon défend les valeurs de gauche

33% des téléspectateurs pensent, avant et après le débat, que Benoît Hamon incarne celui qui défend le mieux les valeurs de la gauche. Arnaud Montebourg, lui, a moins convaincu sur cette question: il recueillait 31% des voix avant le débat, contre 28%  à la fin de l’intervention des sept candidats.  Manuel Valls enregistre 18% des votes après le débat, Vincent Peillon 9%, Jean-Luc Bennahmias 5% (contre 2% avant le débat), Sylvia Pinel et François de Rugy 3%.

Sondage réalisé sur 1053 téléspectateurs dont 324 sympathisants de gauche

Read Full Post »

Le Parti socialiste a mis en lundi ligne en début de soirée sa carte des 7.530 bureaux de vote pour la primaire des 22 et 29 janvier. C’est près de 2.000 bureaux de moins qu’en 2011 et 2.700 que pour la primaire de la droite en novembre, mais le PS espère tout de même au moins 1,5 millions d’électeurs.

Capture d’écran du site Les primaires citoyennes où l’on peut trouver son bureau de vote pour la primaire de la gauche.

Dépassé pour l’heure dans les sondages par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, le vainqueur de la primaire de la gauche va devoir compter sur une forte participation pour asseoir sa légitimité, à trois mois du premier tour de la présidentielle. Le PS a pour cela mis en ligne lundi soir la carte des 7.530 bureaux de vote qui seront ouverts les 22 et 29 janvier, en métropole et dans les Outre-mer, pour départager les sept candidats à ce scrutin.

Disponible sur le site « Les Primaires citoyennes« , elle permet aux internautes, comme lors de la primaire de la droite, de découvrir leur bureau de vote à partir de l’adresse qui leur a servi à s’inscrire sur les listes électorales. Le lieu du bureau et ses horaires d’ouverture y sont ensuite renseignés, en plus d’une localisation sur une carte en ligne et des conditions nécessaires pour voter. Tous les électeurs inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2016 auront cette possibilité. Ceux qui se sont inscrits dans le courant de l’année 2016, et qui ne figurent pas encore sur les listes d’émargement, devront quant à eux présenter une pièce d’identité et le récépissé de leur inscription.

Lundi soir, certains bureaux restaient toutefois introuvables dans plusieurs départements, comme les Hauts-de-Seine ou les Bouches-du-Rhône à Marseille.

20% de bureaux de moins qu’en 2011

Le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, avait avancé début octobre le chiffre de « 8.000 bureaux de vote » disponibles pour ce scrutin. C’est donc finalement 500 de moins que prévu. Les précédentes primaires avaient également un dispositif plus important : celle des socialistes en 2011 avait déployé 9.400 bureaux de vote, soit 20% de plus que cette fois-ci, et la primaire de la droite et du centre comptait 10.228 bureaux. Le président du Comité national d’organisation des primaires citoyennes (CNOP), le député PS Christophe Borgel, a toutefois jugé lundi ce nombre suffisant pour accueillir l’ensemble des électeurs. « Il n’y a pas de désert de bureaux de vote », a-t-il également assuré.

Le PS escompte 1,5 à deux millions d’électeurs – contre 2,7 et 2,9 millions en 2011, et 4,3 et 4,4 millions pour la droite. Deux sondages Ifop et Kantar Sofres publiés ces derniers jours calculaient pour leur part le « potentiel de participation » à 2,5-2,6 millions d’électeurs. « J’espère qu’il y aura beaucoup de participants (…) Pourquoi c’est important? Parce que le message des électrices et des électeurs qui vont venir, c’est bien sûr le choix de tel ou tel candidat parmi les sept qui sont candidats dans ce premier tour, mais c’est aussi un message global qui est ‘il faut le rassemblement de la gauche et du camp progressiste dans cette élection présidentielle' », a encore souligné Christophe Borgel. Le député de Haute-Garonne s’est aussi dit confiant sur la possibilité de réunir les 35 à 40.000 volontaires nécessaires pour tenir les bureaux. Des séances de formation des présidents ont eu lieu ce week-end et se poursuivront le week-end prochain.

Arnaud Focraud – leJDD.fr

Read Full Post »

La famille Valls serait impliquée dans une vaste affaire de corruption, montage financier et financement occulte – France-Afrique -Valls

Soumis par engine le mer 02/11/2016 – 12:51

 

Selon, le très sérieux journal numérique, Mediapart, connu pour ses révolutions qui brisent les carrières politique à l’image de ce qui est arrivé à Jérôme Cahuzac, ancien ministre français du budget.

En effet, Mediapart révèle, d’après un article de l’Obs (Source ), que la formation musicale dirigée par Anne Gravoin, l’épouse du premier ministre français Manuel Valls, serait financée par un mystérieux homme d’affaires qui navigue entre le Koweit et la France aux revenus d’origines mystérieuses.

On apprend dans l’obs que  La femme de Manuel Valls est plongée au cœur des réseaux de la Françafrique. Au regard de la cette situation on comprend aisément la position du premier ministre français au sujet du Gabon d’autant plus que madame Valls aurait été payée 2 millions d’euro pour jouer au piano à l’anniversaire d’un des fils d’Ali Bongo au Maroc

Chambert Orschestra

Que cache l’orchestre d’Anne Gravoin Valls

Anne Gravoin : le drôle d’orchestre de Madame Valls

Voyage des amis de Valls payé par les contribuables: « C’est un abus, c’est d’un autre temps »

Le rêve de Manuel Valls et de sa femme Anne Gravoin: installer leur lit conjugal à l’Elysée

Il apparaît évident qu’à la connaissance de toutes informations que Manuel Valls à l’images des autres hommes politiques français se font financer par les dictateurs africains pour arriver à la tête de leur pays. Nous n’allons pas revenir ici sur les mallettes de la République  (cf Pierre Péan) qui a mis en évidence ce vaste réseau mafieux qui condamne les africains à la misère en imposant des Terroristes à la tête des pays ce que force les populations à l’exil d’où le problème de l’immigration en Europe et ailleurs en Occident en général.

 

Aujourd’hui le peuple gabonais a décidé de prendre ses responsabilités et de parler directement au peuple français, qu’on ne vienne pas leur raconter des histoires après comme quoi les africains vont les envahir.

Ce n’est pas un fait nouveau, l’Afrique n’est pas indépendante, tout au moins les anciennes colonie françaises car c’est de celles-là dont il est question ici.

La situation est bien résumée par Fantz FANON dans son livre « Peau noire, masque blanc  »

« Dans son aspect décédant la bourgeoisie nationale sera considérablement aidées par les bourgeoisies occidentales qui se présentent en touristes amoureux d’exotisme … »

Un Visionnaire, FANTZ Fanon, parlant cette bourgeoisie africaine qui coopère avec les oppresseurs !

Et il ajoute aussi :

 » Parc quelle n’a pas d’idée, parce qu’elle est fermée sur elle même, coupée du peuple. Minée par son incapacité congénitale à penser l’ensemble des problèmes en fonction de la totalité de la nation. La bourgeoisie nationale va assumer le rôle de gérant de l’entreprise de l’occident et pratiquement organisera son pays en lupanars ( prostituée) de l’Europe. »C’est bien ça, nous sommes en plein dedans !”

Nous avons décider de parler de peuple à peuple parce qu’on se comprendrait mieux. Comme disait le président Thomas SANKARA, les mêmes qui oppriment les gens en Afrique sont les mêmes qui sont à l’origine des crises en occident. Nous avons donc un ennemi commun, cette élite dirigeante, la bourgeoisie africaine et la bourgeoisie occidentale oeuvrent pour leurs seuls intérêts égoïstes.

Aujourd’hui, ils ont en face d’eux une nouvelle génération de jeunes Africains, née  dans les années 80 et 90, qui avec l’heure d’internet, apprend très vite a tout compris au système et qui est résolument déterminé à se battre d’autant plus qu’ils n’ont rien à perdre mais tout à gagner.

En ce qui concerne le Gabon, ils ont intérêt à coopérer avec le Président Jean PING car il leur a donné des garanties qu’ils n’auront pas sans lui.

Read Full Post »

David Revault d’Allonnes, éditorialiste politique d’Europe 1, revient sur l’onde de choc provoquée par la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça. 

"La situation de François Hollande est crépusculaire"© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP « La situation de François Hollande est crépusculaire »

Le livre de confidences de François Hollande, Un président ne devrait pas dire ça, n’en finit plus de susciter des remous. C’est un désastre politique pour le Président, qui se retrouve à la fois vilipendé par ses camarades socialistes, y compris par Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée nationale. Du jamais vu, selon David Revault d’Allonnes, éditorialiste politique d’Europe 1.

A-t-on déjà vu un président en si mauvaise posture ? 

« Quelle atmosphère. Quelle fin de règne. Alors bien sûr, toutes les fins de mandat présidentiel sont traditionnellement compliquées. Et François Hollande a souvent été en posture difficile dans ce quinquennat. Il n’empêche. Depuis la sortie de ce livre de confidences, on a le sentiment qu’il y a quelque chose de définitivement cassé au royaume de Hollande. A un peu plus de six mois du premier tour de la présidentielle, jamais président sortant n’aura été autant contesté par son propre camp. Autant détesté par sa propre majorité et surtout, autant challengé par ses propres ministres qui se transforment presque tous en concurrents directs pour 2017.

Ses ministres qui se transforment presque tous en concurrents, vous n’exagérez pas un petit peu ?

« J’ai fait le calcul C’est bien simple : pas moins de six de ses ministres anciens ou actuels sont candidats contre lui. Ou envisagent de l’être. C’est du jamais vu. On récapitule : deux sont candidats déclarés à la primaire du PS, Arnaud Montebourg et Benoit Hamon. On aurait même pu en compter une de plus si Cécile Duflot n’avait pas été balayée par la primaire écologiste. Il y en a un autre qui est dans la nature. Pas encore candidat déclaré, mais qui fait tout pour l’être: Emmanuel Macron. Ca fait déjà trois. Et ce n’est pas tout : le trouble causé par les confidences de François Hollande a réveillé d’autres appétits. Fait resurgir de nouvelles hypothèses. Du coté des potentiels, on cité désormais Ségolène Royal, l’ancienne finaliste de la présidentielle de 2007. Pas mécontente de laisser dire. Ou encore Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education. Et puis, bien sûr, il y a Manuel Valls. Le premier ministre. Qui, dans cette dérive des continents, s’est lui aussi mis en mouvement il y a quelques jours ».

Oui, mais Manuel Valls c’est un candidat en réserve… au cas où ! Vous croyez qu’il pourrait faire sécession comme Emmanuel Macron ? Et aller jusqu’à affronter directement François Hollande ?

« C’est en tout cas une véritable partie d’échecs que le premier ministre a engagé avec le chef de l’Etat. Vous avez raison de rappeler l’épisode de la démission d’Emmanuel Macron. Car ces derniers mois, Valls n’a cessé de mettre en avant sa loyauté à Hollande. Précisément pour se démarquer de l’ancien ministre de l’Economie. Et se rallier les faveurs des socialistes, plutôt légitimistes dans l’âme. C’est pourquoi il doit toujours apparaître fidèle. La loyauté reste de rigueur. Mais Manuel Valls, ces derniers jours, se démarque nettement ».

C’est vrai que cette semaine, dans un avion, il s’est lâché, en exprimant sa « honte », et sa « colère » après les confidences présidentielles…

« Un premier caillou dans le jardin du président. Le problème, c’est que dans la contestation de Hollande : il n’est pas certain qu’il puisse aller beaucoup plus loin. Car il est comptable comme lui du bilan de ce quinquennat. Et surtout, pas sûr qu’il puisse aller beaucoup plus haut. Dans les enquêtes d’opinion, Manuel Valls ne fait pas mieux que François Hollande en terme d’intention de vote. C’est tout de même un sérieux souci. En clair, aucune solution de remplacement ne s’impose réellement ».

En même temps, David, c’est un phénomène assez classique sous la Vème République… Tous les chefs de l’Etat depuis De Gaulle ont connu des fins de mandat agitées.

« Vous avez raison. Ce fut le cas pour François Mitterrand en 1995, attaqué de toutes parts. Ou encore pour Jacques Chirac en 2007. Mais là, la situation est crépusculaire. Une sorte d’état d’anarchie. On n’ imagine pas un Sarkozy challengé par une demi douzaine de ses ministres en 2012, même au sommet de l’impopularité. L’ancien président inspirait encore à ses troupes une forme sinon de respect, du moins de crainte. Aujourd’hui François Hollande ne fait peur à personne. Du moins pas au sens ou on l’entend. Car les socialistes redoutent bel et bien une chose: que la gauche réformiste, celle incarnée par Hollande et Valls, soit pulvérisée. Et durablement écartée du pouvoir ».

Crépuscule, anarchie… A vous entendre, la messe est dite pour le Président !?

« Pas tout à fait… Hollande a un réel talent : il s’épanouit dans une forme de bazar généralisé. On savait qu’il organisait la désorganisation. Et qu’il se complaisait dans une forme de flou. Là, c’est carrément la pétaudière. Et si les nombreux concurrents issus de son camp tentent de jouer l’empêchement. Lui, retranché à l’Elysée, joue l’épuisement. L’étouffement des autres. Lui président reste le maître des horloges. Il a juré qu’il annoncerait sa décision en décembre. Et d’ici là, c’est lui le maître du jeu. On voit bien que Manuel Valls ne le combattra pas frontalement. Quant à Macron, on se pose la question de savoir s’il sera vraiment candidat. Tant que le président ne s’est pas déclaré, ces deux là sont condamnés à rester dans un entre deux. La balle reste dans le camp de Hollande. Encore faut il qu’il ne se la tire pas dans le pied. L’objectif de l’opération « livre confidences » était de réhabiliter son bilan. De déminer les sujets sensibles avant la présidentielle. De déblayer le terrain ».

… Et on voit le résultat !

« Il ne lui reste plus que quatre semaines pour persuader qu’il n’y pas d’autres choix que lui. Un peu comme dans la publicité avec Georges Clooney: François Hollande, what else? »

__________________________________________________________________________________________________

AUSSI SUR MSN : BFMTV 

Pour Tapie, une « défaite de Hollande » à la primaire serait « une explosion de la gauche

 

Read Full Post »

Older Posts »