Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Science’ Category

Visa NFC anneau© Fournis par Clubic Visa NFC anneau

Visa rend disponible son anneau NFC. L’appareil permet de régler des achats sur les bornes compatibles sans avoir à sortir une carte ou un smartphone de sa poche.

Visa entend régler la question de l’appareil permettant de payer via la technologie NFC. Le groupe américain propose une bague compatible avec ce moyen pour une cinquantaine de dollars, aux Etats-Unis. Pour les commandes réalisées en ce moment, les livraisons seront lancées en décembre.

L’anneau NFC se place en concurrent certes relatif mais en face tout de même de moyens de paiements tels que certains bracelets connectés ou des montres connectées telles que l’Apple Watch. Le système est autonome en énergie puisqu’il se recharge à chaque transaction par le biais du terminal de paiement. L’anneau est également étanche jusqu’à 50 mètres.

Cet anneau a été testé durant les jeux olympiques de Rio. Certains athlètes avaient accès à cette bague en céramique développé en partie par Visa. L’appareil est muni d’une puce Gemalto et d’une antenne NFC. Plus d’une quarantaine d’athlètes des JO en furent équipés au cours d’une phase de tests en conditions réelles.

Visa NFC anneau

Read Full Post »

Notre Système solaire renferme-t-il une neuvième planète ? Il semblerait que oui. Cette géante gazeuse serait comparable en masse et en taille à Neptune et aurait migré, très tôt dans son histoire, à plus de 30 milliards de kilomètres du Soleil. Sa présence avait déjà été postulée pour expliquer certaines caractéristiques du Système solaire. Aujourd’hui, deux astronomes du célèbre California Institute of Technology (Caltech) enfonce un peu plus le clou : les caractéristiques de certains corps de la ceinture de Kuiper ne semblent pas dues au hasard.

 

 

 

Des exoplanètes de masses comprises entre celle de la Terre et celle de Neptune sont nombreuses dans la Voie lactée et certains chercheurs se sont étonnés que notre Système solaire n'en possède pas. D'autres ont postulé leur existence mais ont fait intervenir des migrations ayant conduit ces exoplanètes à être avalées par le Soleil ou éjectées sur des orbites lointaines il y a environ 4,5 milliards d'années. Il se pourrait qu'une planète ressemblant à Neptune, que l'on voit ici sur cette photo prise par la sonde Voyager, existe bel et bien en orbite autour du Soleil, loin au-delà de Pluton. © NasaDes exoplanètes de masses comprises entre celle de la Terre et celle de Neptune sont nombreuses dans la Voie lactée et certains chercheurs se sont étonnés que notre Système solaire n’en possède pas. D’autres ont postulé leur existence mais ont fait intervenir des migrations ayant conduit ces exoplanètes à être avalées par le Soleil ou éjectées sur des orbites lointaines il y a environ 4,5 milliards d’années. Il se pourrait qu’une planète ressemblant à Neptune, que l’on voit ici sur cette photo prise par la sonde Voyager, existe bel et bien en orbite autour du Soleil, loin au-delà de Pluton. © Nasa

L’article publié dans Astronomical Journal par Mike Brown et Konstantin Batygin a explosé comme une bombe hier, mercredi 20 janvier 2016. Comme l’expliquent les deux astronomes dans la vidéo ci-dessous, ils pensent, rien de moins, avoir découvert une nouvelle planète dans le Système solaire.

Il ne s’agirait pas d’une planète naine comme Pluton ou Éris, précise d’emblée Mike Brown. En effet, selon le chercheur, avec une masse estimée à environ 10 fois celle de la Terre, une telle planète dominerait nettement son environnement du point de vue de la gravité. Elle réunirait en fait toutes les conditions faisant d’elle une planète au plein sens du terme, comme c’est le cas de la Terre ou Jupiter. Avec un périhélie et un aphélie estimés respectivement à 200 unités astronomiques (UA) et 600 voire 1.200 UA, l’astre bouclerait son orbite en 10.000 à 20.000 ans à une distance du Soleil de l’ordre de 20 fois celle de Neptune. Cet objet astronomique étant très peu lumineux et très froid, il n’ait guère étonnant qu’il ait échappé jusqu’à présent à toute détection, y compris avec les instruments de la mission Wise.

Il y aurait donc une neuvième planète dans le Système solaire. Avant le déclassement de Pluton, sa découverte aurait été saluée comme celle de l’un des serpents de mer de l’astronomie : la planète X. En fait, l’existence supputée de cet astre ­– que Brown et Batygin ont temporairement baptisé Phattie, peut-être en référence à un instrument de musique (une grosse caisse) ­–, était attendue depuis quelques années suite à la découverte des exoplanètes.


Dans cette vidéo, Batygin et Brown présentent leurs travaux sur la possible existence d’une neuvième planète. Notez l’étrange regroupement des orbites des corps de la ceinture de Kuiper les plus lointains connus. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n’est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l’expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Caltech

Cette géante gazeuse aurait migré il y a des milliards d’années

De nombreuses géantes gazeuses avaient tout d’abord été mises en évidence sur des orbites très rapprochées autour de leurs étoiles hôtes. Cela avait conduit à postuler l’existence de fréquentes migrations planétaires d’envergure dans les jeunes systèmes planétaires puis celle de nombreuses exoplanètes dont les masses seraient comprises entre celles de la Terre et de Neptune, notamment des superterres. Plusieurs chercheurs avaient ensuite modélisé la formation des planètes en tenant compte de l’importance des migrations planétaires. Ils en avaient déduit que notre propre Système solaire avait probablement dû contenir, à ses débuts, une superterre ou bien une autre géante gazeuse. Ce corps aurait été rapidement éjecté du Système solaire interne par les interactions gravitationnelles avec Jupiter et Saturne et placé sur une orbite éloignée, bien au-delà de la ceinture de Kuiper.

Il y a quelques années, le célèbre David Nesvorny, du Southwest Research Institute (SwRI), dans le Colorado, était ainsi arrivé à la conclusion que sans une cinquième planète géante semblable à Neptune et éjectée par les perturbations gravitationnelles, Vénus et Mars auraient été détruites. Il avait accrédité l’hypothèse de l’existence de cette cousine de Neptune en montrant notamment qu’elle permet d’expliquer l’une des énigmes de la structure du Système solaire : l’existence du « noyau » (kernel en anglais) de la ceinture de Kuiper.

Mais doit-on pour autant prendre au sérieux l’hypothèse de Konstantin Batygin et Mike Brown ? De nombreuses raisons y poussent, dont certaines seront examinées plus en détail dans un prochain article.

Sur ce diagramme, on constate que les axes des orbites des plus lointains corps de la ceinture de Kuiper connus (comme Sedna) sont étrangement regroupés dans des directions voisines mais aussi que, sur leurs orbites, ces corps eux-mêmes sont rassemblés dans une région. Selon les chercheurs, de telles caractéristiques n'ont que 0,007 % de chance d'être l'œuvre du hasard. Cependant, elles s'expliquent très bien en postulant dans des simulations numériques un corps céleste d'environ 10 fois la masse de la Terre sur une orbite opposée aux précédentes et actuellement éloigné des autres objets, comme le montre le dessin de l'artiste. Il s'agirait de la Planète 9, Planet Nine en anglais. C'est son champ de gravitation qui piègerait en quelque sorte les orbites des petites planètes, les empêchant de dériver pour adopter des caractéristiques dispersées.
Sur ce diagramme, on constate que les axes des orbites des plus lointains corps de la ceinture de Kuiper connus (comme Sedna) sont étrangement regroupés dans des directions voisines mais aussi que, sur leurs orbites, ces corps eux-mêmes sont rassemblés dans une région. Selon les chercheurs, de telles caractéristiques n’ont que 0,007 % de chance d’être l’œuvre du hasard. Cependant, elles s’expliquent très bien en postulant dans des simulations numériques un corps céleste d’environ 10 fois la masse de la Terre sur une orbite opposée aux précédentes et actuellement éloigné des autres objets, comme le montre le dessin de l’artiste. Il s’agirait de la Planète 9, Planet Nine en anglais. C’est son champ de gravitation qui piègerait en quelque sorte les orbites des petites planètes, les empêchant de dériver pour adopter des caractéristiques dispersées. © Caltech/R. Hurt (IPAC)

Une neuvième planète que traquera le télescope Subaru

Les deux chercheurs ne sont pas des inconnus ; leurs compétences leur ont valu de devenir membres du célèbre Caltech, l’institut californien où ont enseigné le légendaire Richard Feynman, Murray Gell-Mann (l’un des pères de la théorie des quarks et de la QCD) et Kip Thorne, à l’origine du scénario d’Interstellar.

Brown, en particulier, a découvert Éris en 2003, plus massive que Pluton et laissant penser que d’autres objets similaires existaient dans la ceinture de Kuiper. L’Union astronomique internationale (UAI) s’est alors vue contrainte de définir le terme « planète » pour la première fois de façon formelle, ce qui a conduit à déchoir Pluton de son titre de neuvième planète du Système solaire afin d’éviter une inflation du nombre de corps célestes pouvant prétendre à ce titre. Brown a à son tableau de chasse d’autres objets transneptuniens importants, dont Quaoar, Sedna et Makémaké. Il étudie aussi Europe et son océan.

Konstantin Batygin, d’origine russe, est considéré comme un prodige par ses collègues. À moins de 30 ans, le chercheur a déjà cosigné 45 articles sur la dynamique planétaire. Certains l’ont été avec le célèbre Alessandro Morbidelli, le mathématicien et astronome qui a fait de multiples contributions à la compréhension de la structure et de l’évolution du Système solaire. Avec ses collègues, Morbidelli a bouleversé notre conception de la formation du Système solaire en introduisant le fameux modèle de Nice reposant sur des migrations planétaires. Or, comme le rapporte le journal Science, Morbidelli a examiné le papier des deux chercheurs. Il a trouvé que leur travail était solide et plutôt convaincant.

Batygin et Brown ont eux-mêmes commencé par être très sceptiques et ils comprennent parfaitement la réaction de leurs collègues découvrant leur folle hypothèse. Mais, si l’on en croit la fameuse déclaration attribuée à Niels Bohr, l’hypothèse des deux chercheurs est assez folle pour être exacte. Pourtant, tout le monde ne sera sans doute pleinement convaincu que lorsque l’image de la neuvième planète apparaîtra grâce aux capteurs CCD d’un télescope. Ceux de Subaru et du W. M. Keck Observatory sont assez puissants pour détecter la planète dans la région de la voûte céleste où elle pourrait se trouver mais cela pourrait bien prendre 5 ans, notamment parce qu’étant donné sa distance, elle bouge très lentement et est donc peu différent d’une étoile faiblement lumineuse. Un autre télescope aurait de meilleures chances de la trouver rapidement mais il est encore en construction : le LSST

Read Full Post »

Saint-Lary. Le père  des Bogdanoff est décédé

Le père  des Bogdanoff est décédé ()

Le père  des Bogdanoff est décédé

Youra Bogdanoff, père des célèbres frères Igor et Grishka Bogdanoff est décédé cette semaine. D’origine russe, il était né le 28 janvier 1928 à Saint-Pétersbourg. Artiste-peintre, il s’était établi à Saint-Lary avec son épouse Maya, avant la naissance de leurs premiers enfants, Igor et Grichka. Les frères Bogdanoff ont quatre frères et sœurs plus jeunes : François, Laurence, Géraldine et Véronique.

Un recueillement en sa mémoire aura lieu le mercredi 8 août, à 11 heures, au cimetière de Saint-Lary. La Dépêche du Midi présente ses condoléances à la famille.

La Dépêche du Midi

La Gazette de Puteaux:

Toute l’équipe de la Gazette de Puteaux ,présente  ses condoléances à la famille Bogdanoff.

 

Read Full Post »

Les Bogdanov : « Nous faisons partie de la même famille scientifique qu’Einstein »

Le Point.fr-

Le dernier livre des jumeaux rendus célèbres par l’émission « Temps X » vient de sortir. Mais Igor et Grichka ne font toujours pas l’unanimité.

 

 

Igor et Grichka Bogdanov, dans leur bureau parisien.©Le Point.fr

D’imposantes bibliothèques rassemblant de vieux livres aux allures de grimoires, héritage familial venu du château du Gers dans lequel ils sont nés, habillent tous les murs de la pièce. De gros fauteuils en cuir, une mappemonde hors d’âge, un bureau ancien en bois sombre… Entrer dans le bureau des frères Bogdanov sis chez Grichka, à Paris, c’est un peu pénétrer l’antre d’un savant des siècles passés. Même s’ils sont accrochés à leur iPhone, on a le sentiment d’être bien loin de l’époque d’Internet. Igor et Grichka parlent d’une seule voix, grave. Chaque mot est si bien énoncé que les phrases bercent ceux qui les écoutent. La danse de leurs gestes, larges et doux à la fois, hypnotise ceux qui les regardent, lorsque le regard ne s’attarde plus sur leurs visages hors du commun.

Verve

À les regarder parler et à les écouter bouger, les raisons de leur succès fulgurant dans les années 1980 avec Temps X ne font aucun doute. Les frères Bogdanov savent s’exprimer et capter l’attention. Ils vulgarisent si bien la science que chacun se sent davantage savant après les avoir écoutés. Dans leur dernier opus, La pensée de Dieu (Grasset, 19 euros), Igor et Grichka parviennent une fois de plus à entraîner le quidam à la découverte des concepts les plus obscurs, pour cette fois aborder le thème de l’origine du monde. Rien que cela. Leur credo : comment tout a-t-il pu être si bien réglé pour que notre univers voie le jour, pour que les lois de la nature soient si bien rodées ? Une certitude : les deux frères n’ont pas perdu leur verve durant les dix ans qu’ils ont « consacrés à la recherche » pour travailler sur leurs thèses de mathématiques et de physique.

Ainsi, pour rendre concret le concept d’infini, les auteurs expliquent que « les nombres entiers (1, 2, 3, 4, 5…) ne sont pas plus nombreux que les nombres pairs (2, 4, 6…) ». Et d’expliciter en rappelant que, « pourtant, on a l’impression que les nombres entiers sont deux fois plus nombreux que les nombres pairs ». Comment ne pas en convenir ? Ils sont fortiches. C’est indéniable : leurs propos sont intelligibles et le lecteur adhère.

Attaques

Mais s’ils sont d’excellents vulgarisateurs de la science, leurs recherches font moins l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Récemment, une pétition a été signée par plus de 300 physiciens, mathématiciens, astronomes et autres scientifiques en soutien au cosmologiste Alain Riazuelo. Celui-ci avait été condamné par la justice pour avoir publié les travaux des frères sans leur autorisation et avoir soutenu qu' »ils n’avaient pas de valeur scientifique ».

Des attaques que les jumeaux balaient de quelques phrases : « Nous faisons partie d’une famille de scientifiques plus avant-gardiste que la communauté traditionnelle, qui a pour mission de défricher des terrains qui n’ont pas encore été conquis par la science. Sans aucune forme d’orgueil, nous faisons partie de la même famille qu’Einstein : lui aussi a été très discuté à son époque, parce qu’il avançait des idées nouvelles, à contre-courant. » Certes, leur volonté d’expliquer ce qui s’est passé avant même le big bang a été vue par nombre de scientifiques comme une question dénuée de sens. « Un peu comme chercher un point qui serait un kilomètre au nord du pôle Nord« , expliquent-ils dans un souci toujours très pédagogique.

Dans le rythme immuable de leur discours, à chaque nouvelle idée, sa citation. Une ponctuation qui tombe comme une preuve, estampillée de la crédibilité d’un autre. Ainsi, les frères Bogdanov se sentent proches d’Einstein l’incompris, qui assurait que « ce qui compte en science, c’est moins les connaissances scientifiques que l’imagination ».

Read Full Post »

Les chercheurs et la menace Bogdanov

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO

Par Stéphane Foucart

 
La communauté scientifique n'en revient toujours pas. Un astrophysicien trop critique a été condamné après une plainte déposée par Grichka Bogdanov.
La communauté scientifique n’en revient toujours pas. Un astrophysicien trop critique a été condamné après une plainte déposée par Grichka Bogdanov. | AFP/LOIC VENANCE

Nombre de physiciens, d’astronomes, de cosmologistes n’en ont pas cru leurs yeux. Ce n’est pourtant pas un canular, mais une véritable dépêche de l’Agence France-Presse qui circule depuis la fin mars, et selon laquelle Alain Riazuelo, chercheur (CNRS) à l’Institut d’astrophysique de Paris (IAP), a été condamné pour « contrefaçon », après une plainte de Grichka Bogdanov. L’astrophysicien avait publié sur son blog – pour en faire une vigoureuse critique – une « pré-thèse » de l’animateur et auteur à succès. Il a été condamné à verser 1 euro de dommages et intérêts au plaignant pour violation de ses droits d’auteur et à une amende de 2 000 euros avec sursis.

Rendu à la mi-mars, le jugement n’en finit pas de faire des remous. Une dizaine de chercheurs – parmi lesquels Jean Audouze, Luc Blanchet, Michel Cassé, Daniel Kunth – publiaient, mardi 17 avril sur le site du quotidien Libération, un long texte de soutien à leur pair. « La communauté des chercheurs s’est émue et ressent ce jugement comme une faute morale portant atteinte à l’éthique du protocole scientifique », écrivent-ils. D’autres initiatives sont en cours. En particulier, un autre texte de soutien à M. Riazuelo devrait être publié dans une prochaine édition de Ciel & Espace.

Dans un premier temps, M. Riazuelo avait récupéré auprès d’un chercheur britannique, John Barrow, un texte mathématique rédigé par Grichka Bogdanov, à une époque où ce dernier cherchait à rassembler un jury de thèse. M. Barrow n’avait pas donné suite, mais avait conservé copie de la « pré-thèse » en question.

Sa mise en ligne, par Alain Riazuelo, a-t-elle réellement porté préjudice à Grichka Bogdanov ? Ce dernier argumente que « le document mis en ligne datait de 1991 et n’était pas assez abouti pour être rendu public ». Pour les chercheurs interrogés par Le Monde, les poursuites engagées à l’encontre de l’astrophysicien s’apparentent plutôt à une volonté d’éteindre toute critique sur les prétentions scientifiques des deux animateurs. Seuls 62 internautes ont cliqué sur le document…

L’affaire inquiète d’autant plus que d’autres chercheurs, également critiques, témoignent de pressions ou de menaces voilées de poursuites. « Entre novembre 2004 et février 2005, j’ai participé à un forum en ligne où certains se sont mis à parler des « travaux » des frères Bogdanov. Ces derniers sont intervenus, me demandant de lire un de leurs papiers, ce que j’ai accepté, raconte le mathématicien Damien Calaque (université Lyon-I, Ecole polytechnique fédérale de Zurich). Je l’ai ensuite durement critiqué, ajoutant qu’à mes yeux la thèse (en mathématiques) de Grichka relevait de l’escroquerie intellectuelle. Ils m’ont dit de faire attention et de replacer mes propos dans un contexte juridique… »

Les deux animateurs demandent ensuite à rencontrer le mathématicien pour le convaincre. La rencontre a lieu fin 2010 à Paris. « Ils m’ont expliqué qu’Alain Riazuelo serait « châtié », dit Damien Calaque. Je leur ai répondu que s’ils poursuivaient en justice un membre de la communauté scientifique, je n’hésiterais pas à témoigner contre eux. »

Le cosmologiste Alain Blanchard, professeur à l’université Paul-Sabatier à Toulouse, avait pour sa part dit, dans un article publié en novembre 2004 sur le site d’Acrimed (acrimed.org), ressentir un « malaise profond » à l’idée que les thèses des deux animateurs, soutenues en 1999 et 2002, aient bénéficié d’« une validation institutionnelle de l’Université ». Cette situation représentant à ses yeux un « dégât irréparable ». « Pendant plusieurs jours, j’ai reçu, de la part des jumeaux, des coups de téléphone à mon bureau et à mon domicile pour que je retire mes propos, raconte M. Blanchard. Ils m’expliquaient en substance vouloir me protéger, puisque, selon eux, France 2 menaçait de poursuivre l’auteur de l’article en question et que je pourrais en faire les frais devant la justice… Il ne s’est finalement rien passé. »

Sous la pression, l’astronome Jean-Louis Heudier avait, lui, demandé le retrait des propos qu’il avait tenus dans le même article… « J’y disais que l’intervention que j’avais accepté de faire dans leur émission avait été manipulée au montage, pour me faire faire l’éloge de leurs travaux, témoigne-t-il aujourd’hui. Vu l’ampleur prise par cette affaire, j’ai en effet demandé le retrait des propos qui m’étaient attribués dans l’article d’Acrimed. (Les frères Bogdanov) ont ensuite utilisé cela pour dire que ce retrait était la preuve que j’étais d’accord avec eux. C’est une autre de leurs manipulations. »

Igor et Grichka Bogdanov démentent toute tentative de pressions sur des scientifiques. « Nous sommes ouverts aux critiques, mais lorsque celles-ci sont honnêtes et objectives, dit Igor Bogdanov. Or ce n’est pas la démarche de M. Riazuelo, qui nous poursuit de sa vindicte depuis 2004. » Depuis des années, l’astrophysicien critique, en termes crus, les écrits des deux animateurs. Pourquoi, alors, ne pas l’avoir attaqué pour diffamation ? « Parce qu’il y avait prescription et que la violation du droit d’auteur était notre dernier moyen de le faire taire pour qu’il cesse de se comporter comme un délinquant », répond Igor Bogdanov.

En toile de fond de cette nouvelle affaire, une autre se profile. En octobre 2010, Marianne révélait l’existence et la teneur d’un rapport – anonyme et d’une nature inédite -, commandé par le Comité national de la recherche scientifique (CoNRS), selon lequel les thèses accordées aux deux animateurs sont scientifiquement ineptes.

Là encore, les deux animateurs demandent à des scientifiques cités par l’hebdomadaire de retirer leurs propos. Et, là encore, l’affaire finira dans les prétoires.

Deux plaintes ont en effet été déposées contre l’hebdomadaire. « La première est classique, c’est une banale affaire de diffamation avec une vingtaine de mentions visées dans quatre articles, explique Me Nicolas Bénoit, le conseil de Marianne. La seconde est plus étonnante puisque les plaignants estiment que la divulgation du rapport en question porte atteinte à leur vie privée. » Les deux plaignants confirment ces informations.

Le rapport du CoNRS ulcère les deux hommes, qui n’entendent pas en rester là, contestant la légalité et l’existence même du texte en question. « D’autres actions seront bientôt menées à propos de ce pseudo-rapport, prévient ainsi Igor. On devrait bientôt en entendre parler fortement. » Son frère assure, de son côté, « détenir des preuves » contre « certaines personnalités haut placées au CNRS » dans la fuite du rapport.

Les intimidations des deux animateurs, dont la proximité avec l’entourage de M. Sarkozy est notoire, n’amusent pas les chercheurs. De source proche du CNRS – qui a assuré la défense de M. Riazuelo -, d’intenses pressions politiques se sont exercées pour que le président de l’organisme de recherche, Alain Fuchs, accepte de recevoir les deux hommes. Ce fut fait le 25 octobre 2010, bien que M. Fuchs démente avec force y avoir été contraint.

Et, dans la dernière affaire en date, la diligence des services de police alimente les soupçons. Déposée le 19 mai 2011, la plainte de Grichka Bogdanov a donné lieu à une convocation de M. Riazuelo signifiée moins d’une semaine plus tard… De plus, selon plusieurs témoins, en rendant son jugement le 14 mars, la présidente de la 31e chambre correctionnelle du tribunal de Paris a déclaré oralement que le chercheur avait « manqué de prudence », vu « la notoriété du plaignant ».

Sollicité par Le Monde, Alain Riazuelo dit préférer s’abstenir de tout commentaire.

Stéphane Foucart

Read Full Post »

Une tempête solaire pourrait perturber mercredi les communications sur la Terre

   L'éruption solaire visible sur cette image est intervenue mardi matin à 7h41, heure de Paris. Cet événement d'une magnitude jamais observée depuis 2006 pourrait créer une tempête géomagnétique «mineure ou modérée».L’éruption solaire visible sur cette image est intervenue mardi matin à 7h41, heure de Paris. Cet événement d’une magnitude jamais observée depuis 2006 pourrait créer une tempête géomagnétique «mineure ou modérée».
DR/NWA <a title= »L’éruption solaire visible sur cette image est intervenue mardi matin à 7h41, heure de Paris. Cet événement d’une magnitude jamais observée depuis 2006 pourrait créer une tempête géomagnétique «mineure ou modérée». DR/NWA »  
 
Si votre téléphone portable ou votre GPS vous joue des tours mercredi soir, ce sera peut-être la faute à une éruption solaire d’une rare intensité intervenue mardi matin à 7h41, heure de Paris. Un observatoire spatial de la Nasa a remarqué cet événement d’une magnitude jamais observée depuis 2006 qui pourrait créer une tempête géomagnétique «mineure ou modérée».

 

Les avions de ligne pourraient également être contraints de modifier leur trajectoire au dessus des régions polaires.

«Le Soleil a connu le 7 juin une éruption solaire de force moyenne (M-2)», a précisé l’observatoire de dynamique solaire de l’Agence spatiale américaine dans un communiqué. Comme elle n’a pas eu lieu directement en direction de la Terre, ses effets devraient rester «relativement faibles», selon la Nasa.

Le Centre de prévisions spatiales du NWS a décrit l’éruption comme «spectaculaire» et «susceptible de provoquer une tempête géomagnétique de mineure à modérée le 8 juin à partir d’environ 18 heures GMT (20 heures en France)».

La tempête géomagnétique pourrait provoquer des perturbations dans les réseaux électriques et les satellites GPS notamment, et obliger les avions de ligne à modifier leur itinéraire au-dessus des régions polaires, selon un porte-parole.

 

LeParisien.fr

Read Full Post »

La Terre vaut 5 millions de milliards de dollars

Un astrophysicien américain a créé une équation qui permettrait, selon lui, de déterminer la valeur des planètes.

La Terre vaut 5 millions de milliards de dollarsSelon l’équation de Greg Laughlin, la Terre vaudrait 5 billiards de dollars © Panther/P.P.L / Image/Sipa
Pablo René-Worms (Le Point)

Peut-on mettre un prix sur une planète ? Oui à en croire l’astrophysicien américain Greg Laughlin qui a créé une étonnante équation visant à déterminer la valeur des planètes. Et à ce petit jeu, la Terre sort vainqueur haut la main avec une cotation estimée à 5 billiards de dollars ou 5 millions de milliards de dollars, soit à peu près 3,7 billiards d’euros ! Une somme rondelette qui représente l’équivalent de cent fois l’addition des PIB de tous les États du monde. Le but premier de Greg Laughlin, lorsqu’il a créé son système d’équations, était de mettre un prix sur les exoplanètes telluriques découvertes par la mission Kepler, c’est-à-dire des planètes non gazeuses situées en dehors de notre système solaire. Mais l’astrophysicien s’est rendu compte que son équation (voir ci-dessous) pouvait également être utilisée pour évaluer n’importe quelle planète, y compris la nôtre, dans un contexte à la fois cosmique et commercial.

Pour évaluer la valeur des planètes, Greg Laughlin s’est appuyé sur plusieurs données. Tout d’abord, l’âge de son étoile : plus cette dernière est vieille, plus son prix augmente, puisqu’une étoile plus vieille offre plus de possibilités aux planètes de son système de voir se développer des formes de vie. Il faut ensuite que sa masse soit plus faible que celle de son étoile ou proche de celle de la Terre. De plus, une quantité de lumière reçue équivalente à celle de la Terre, une étoile brillante ou encore une découverte remontant à 2009 (date de lancement de la mission Kepler) ou plus tôt participent également à l’inflation de la valeur d’une planète. Ainsi, Mars vaudrait la modeste somme de 14 000 dollars puisqu’on ne pourrait pas y survivre plus de cinq secondes, tandis que l’exoplanète Gliese 581c, réputée pour être la plus proche physiquement de la Terre, est, elle, évaluée à 160 dollars. Mais cette valeur pourrait exploser si nous nous rendions sur les planètes en question. Et évidemment, sa valeur est bien plus importante pour celui qui y habite que pour celui qui l’observe.

Mais si, à la Bourse des planètes, la valeur Terre reste un investissement sûr, il n’en va pas de même pour toutes, comme le rapporte Greg Laughlin, le meilleur exemple étant Vénus, qui, de prime abord, s’en sort plutôt bien avec sa valeur estimée à près de 1,5 billiard de dollars, mais sa cote devrait être révisée largement à la baisse en raison de la chaleur plus qu’étouffante (aux alentours de 465 °C) qui règne à sa surface. Notre facétieux astrophysicien va même jusqu’à la comparer à une start-up de la bulle internet dont la valeur passerait en un instant de plusieurs milliards à près de zéro.

Read Full Post »

Older Posts »