Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2012

Législative 2012 à Puteaux : Bernard Lepidi a été exclu de l’UMP

Source:Monputeaux .com

Parisien30mai2012Je serais un électeur putéolien de droite, je n’y comprendrais plus rien : le candidat à la législative sur Puteaux-Neuilly Bernard Lepidi qui se réclame de l’UMP a été exclu de l’UMP !

C’est ce qu’on apprend ce matin dans Le Parisien des Hauts-de-Seine qui consacre une pleine page à la campagne sur notre circonscription (photo ci-contre). Le journal cite Roger Karoutchi, le patron de l’UMP 92 : « Lepidi n’a pas le droit de se revendiquer de l’UMP. Il n’est autorisé à utiliser ni  l’appellation ni le logo. Il en était adhérent début 2011 et en a été  exclu pour avoir présenté aux cantonales de mars 2011 une candidature  dissidente face à la conseillère générale UMP sortante, Marie-Cécile  Ménard« . Roger Karoutchi rappelle que, dans la circonscription, l’UMP n’a donné ni investiture ni soutien à aucun candidat.

Pourtant à Puteaux, la section locale de l’UMP a envoyé à ses 3.000 membres un mail appelant à voter Lepidi.

Les arguments sont très « ceccaldistes ». Ici, la droite ne fait pas dans la dentelle :

« Il ne faut surtout pas voter pour le maire de Neuilly : il est de gauche. Il a voté Bayrou à la présidentielle puis Hollande. Il nous trompe (..) Pour les législatives, l’UMP de Puteaux soutient Bernard LEPIDI. Votez Bernard LEPIDI ! »

De l’autre côté de la Seine, Jean-Christophe Fromatin, grand favori de l’élection, affirme dans Le Parisien avoir le soutien implicite de l’UMP. « Lors des  tractages, certains membres de sa campagne n’hésitent d’ailleurs pas à  parler du « candidat de l’UMP », bien que celui-ci refuse d’intégrer le  parti… », écrit le journal.

Un candidat de droite exclu de l’UMP qui s’en revendique… Un candidat de droite, accusé d’être de gauche par son adversaire, qui refuse l’étiquette UMP mais qui en accepte le soutien « implicite »… Si avec ça les électeurs UMP s’y retrouvent !

– Ils en parlent :

Neuilly Journal

La Gazette de Puteaux :

L’excellent  parisien révèle le scandale  dans le 92.

Joëlle, ne serait-elle plus dans les petits souliers de l’UMP ?

Effectivement  Roger  Karoutchi  a toujours eu une sainte horreur des personnes qui planquent de l’argent à l’étranger, et de surcroit lorsqu’il s’agit d’élus. Merci  Roger de ta franchise et de ton honnêteté, car les temps sont graves.

 

Gérald Lambilliote sur son site Puteaux Horizon 2014 signale la chose suivante :

 

Je rappelle également aux électeurs et électrices que Bernard LEPIDI  (CNI) s’est engagé dans sa profession de foi à rejoindre le groupe parlementaire UMP et qu’il a le soutien de la Député sortante (UMP) Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Maire de Puteaux.

Visiblement Mr Lambilliote ne doit pas etre au courant que  Bernard Lepidi a été exclu de l’UMP en 2011.

 

 

Read Full Post »

Conservatoire de musique de Puteaux : nouvelle fausse note autour d’un enfant autiste

Source : Monputeaux.com

IMG_2224Après le licenciement brutal d’un enseignant apprécié des élèves et des parents, le conservatoire de musique de Puteaux fait l’objet d’une nouvelle actualité. La déléguée des parents d’élèves a envoyé un mail à la direction du conservatoire dans lequel elle dénonce la manière dont la mairie a exploité le prêt d’un instrument de musique à un enfant autiste. On m’a fait suivre ce message. Le voici ci-dessous. J’ai seulement retiré le nom de l’enfant.

Monsieur Rucosa, Je viens de prendre connaissance de l’article « Contre l’autisme, Puteaux se mobilise » dans le journal de la ville, page 18 (photo ci-contre : « Puteaux infos » de mai 2012). Il est indiqué que « Mme le Maire a remis un accordéon tout neuf au petit S. ». C’est faux! J’oeuvrais depuis décembre 2011 pour que le conservatoire achète enfin un petit accordéon adapté aux enfants, car jusque là, c’est le professeur qui prêtait le sien (trop imposant et trop lourd) à chacun des cours du petit S. C’est sur mon intervention auprès du Maire et à la veille de la soirée de l’autisme, qu’elle a  décidé d’en faire acheter un et de lui remettre à cette occasion. J’avais d’ailleurs indiqué aussitôt qu’avant la remise de l’accordéon au petit, il fallait expliquer aux parents qu’il était destiné à rester au conservatoire afin de leur éviter une fausse joie. Belle initiative d’en acheter enfin un. C’était tout de même la moindre des choses.  En revanche, je précise que cet accordéon fait partie du parc instrumental du conservatoire. Il y reste donc. Le petit S. n’a pas eu d’accordéon offert par le Maire. Je déplore cette démarche qui a consisté à instrumentaliser un enfant autiste et à servir les intérêts de Mme le Maire. Je suis outrée par de tels procédés quand il s’agit d’enfants et de familles déjà en souffrance. Séverine Zollinger

Dans l’article de « Puteaux infos », il est effectivement écrit : « A cette occasion, Mme le Maire a remis un accordéon tout neuf au petit S., enfant autiste, qui fréquente les cours d’accordéon du conservatoire municipal depuis 4 ans« .

 

 

La Gazette de Puteaux:

 

C’est franchement écœurant se qu’à fait Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Maintenant elle a besoin d’enfants autistes  pour ces intérêts  personnels.

 

Jusqu’à quand va-t-on la laisser agir de la sorte ? Il faut que toute l’opposition sans exception

Lui demande des comptes lors du prochain conseil Municipal. Il faut qu’elle soit mise en examen pour ces agissements frauduleux, j’espère que les parents  vont pouvoir quitter Puteaux , le plus rapidement possible , car au train où elle va  , ce pauvre enfant va finir chez les fous , car lorsque les parents dénoncent ce qui se passent ,se sont malheureusement les enfants qui trinquent. Car Joëlle est comme ça .

 

Read Full Post »

Paris : le corps du petit Lorenzo repêché dans la Seine

                     Le corps d’un petit enfant a été repêché mercredi dans la Seine à hauteur du pont du Garigliano (Paris XVe), «probablement» celui de Lorenzo, 4 ans, porté disparu depuis vendredi.  | DR

                Le corps d’un petit enfant a été repêché mercredi dans la Seine à hauteur du pont du Garigliano (Paris XVe). Selon nos informations, il s’agit de Lorenzo, ce garçonnet qui avait disparu vendredi dernier de la péniche de ses parents.


L’enfant de quatre ans avait échappé à la vigilance de ses parents, des bateliers, dont la péniche était amarrée à quai entre les ponts National et Tolbiac (XIIIe).
Le garçonnet a probablement chuté accidentellement dans la Seine, mais ses parents ne l’avaient pas vu tomber à l’eau. Ils gardaient l’espoir qu’il ait pu rejoindre une rive, puisqu’il savait nager selon eux. Depuis sa disparition vendredi, les policiers de la brigade fluviale et les plongeurs des sapeurs-pompiers de Paris poursuivaient les recherches.

Read Full Post »

DSK  autorisé à parler à la presse de l’affaire du Carlton 

                     Dominique Strauss-Kahn peut désormais évoquer l’affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille avec les journalistes. | LP ARCHIVES/OLIVIER CORSAN

                Le contrôle judiciaire de Dominique Strauss-Kahn, mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée le 26 mars dans l’affaire dite du Carlton de Lille, a été partiellement été levé mercredi par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai.

            Celle-ci a supprimé l’interdiction qui lui avait été faite «d’entrer en contact avec tout organe de presse». Pour Richard Malka, un des défenseurs de DSK , «c’est un premier désaveu juridique et qu’il y en aura d’autres sur le fond».
«Cette décision établit que l’on peut et que l’on va peu à peu en revenir à la raison dans ce dossier. Et en revenir à une analyse juridique stricte. C’est intervenu sur le contrôle judiciaire, je pense que cela interviendra à un moment ou à un autre sur l’analyse du délit de proxénétisme», a ajouté Me Malka.
La cour d’appel a, en revanche, «maintenu l’obligation de fournir un cautionnement de 100.000 euros». «Enfin, la chambre de l’instruction a précisé les noms des témoins avec lesquels l’interdiction d’entrer en contact est maintenue», selon le communiqué du parquet de Douai. Une «atteinte aux libertés fondamentales réparée»
Dominique Strauss-Kahn s’était rendu en personne devant les magistrats pour contester son contrôle judiciaire le 23 mai, accompagné de ses trois avocats qui regrettaient en particulier que leur client ne puisse pas s’exprimer publiquement dans cette affaire. «Nous sommes dans l’interdiction de parler du dossier dont vous ne cessez de parler», avait déploré Henri Leclerc devant la presse au lendemain de la mise en examen de son client, jugeant qu’il s’agissait d’une atteinte à «la liberté d’expression» et à «la convention européenne des droits de l’Homme».
«Nous sommes très satisfaits que cette atteinte aux libertés fondamentales soit réparée», a déclaré mercredi Me Frédérique Baulieu, qui défend également DSK. A la question de savoir si son client s’exprimerait prochainement, l’avocate a simplement répondu : «Pour l’instant, c’est tout à fait prématuré. On verra plus tard.»

                    LeParisien.fr  avec AFP

Read Full Post »

Neuilly-Plaisance, temple des souliers de luxe

La manufacture Pierre Corthay s’est agrandie et va encore embaucher. Ses chaussures pour hommes, faites main, se vendent de mieux en mieux à l’étranger.

            Sébastien Thomas

                Sur la façade, aucun signe extérieur. Seul un nom sur l’interphone attire l’œil. Derrière une porte cochère de la rue commerçante de Neuilly-Plaisance se cache l’atelier de fabrication d’une prestigieuse marque de la chaussure de luxe française pour hommes, qui rivalise avec Weston ou Paraboot. La manufacture Corthay — du nom de son fondateur — s’est discrètement installée ici en 2003 et vient d’agrandir d’un tiers sa surface de production qui va de pair avec le fort développement des ventes à l’étranger lancé depuis dix-huit mois.

            Une aubaine pour la ville, qui participera à l’inauguration des locaux agrandis et réorganisés à la mi-juin. De 980 à 1 300 € la paire
« Au départ, nous n’avions que trois boutiques à Paris, Londres et Tokyo. Nous en avons désormais plusieurs en Europe et aux Etats-Unis et d’ici à la fin de l’année nous en ouvrons deux autres à Hongkong et Dubaï, s’enthousiasme Xavier de Royère, le président de la société. Ce qui explique que les deux tiers de la production soient vendus à l’étranger. » Une production qui a ainsi doublé, passant de 1700 à 3500 paires de chaussures faites main par an à Neuilly-Plaisance. L’atelier emploie désormais 16 personnes et doit en embaucher 5 ou 6 autres pour répondre à une demande croissante.
Il faut dire qu’ici chaque chaussure ne nécessite pas moins de 60 manipulations différentes et au minimum quatre heures de travail — le double si le client exige une patine spécifique —, pour un prix de vente qui va de 980 à 1300 € la paire. « Chaque chaussure est une œuvre et chaque œuvre est unique », déclame Roald Stahl, responsable des ventes. Certes, il ne s’agit pas de sur-mesure, toujours réservé à l’atelier parisien ouvert en 1990, rue Volney (IIe), par Pierre Corthay. Le jeune bottier de 28 ans lançait alors sa propre ligne, après avoir peaufiné son savoir-faire chez les prestigieux John Lobb puis Berluti. A Neuilly-Plaisance, il s’agit du « mi-mesure ». Un prêt-à-porter de la chaussure de luxe qui offre une large personnalisation de chaque modèle de base — avec du coup des délais de livraison de quatre à cinq mois. Couleur des fils, matières, semelles, mélange de teintes, vernis et patines, les variations sont infinies. Voici en images les principales étapes de ces précieux souliers pour hommes.
ÉTAPE 1. Les chaussures commencent à prendre vie sous le cutter de Claude, qui règne en maître sur les rouleaux de cuir installés derrière lui. Chaque jour, il réalise une vingtaine de paires. Il découpe le patron en fonction du modèle commandé. « Nous travaillons aussi des matières exotiques comme le crocodile ou le python », souligne-t-il.
ÉTAPE 2. Une fois découpée, cette pièce est travaillée à la machine à coudre et devient la tige, la partie supérieure de la chaussure. La semelle intérieure, première de montage, est ensuite découpée et mise à la taille du modèle commandé.
  ÉTAPE 3. La tige étirée et amincie a été agrafée autour de la forme, elle est ensuite assemblée avec la semelle intérieure, puis cousue selon la célèbre méthode Goodyear — et ses vieilles machines —, qui offre une vraie étanchéité à la chaussure. Corthay, Weston et Paraboot sont les seuls à utiliser cette technique dans le prêt-à-porter.
  ÉTAPE 4. Vient ensuite l’assemblage de la partie inférieure de la chaussure. Entre ses deux semelles de cuir sont insérés une épaisseur de liège et deux morceaux de bois pour éviter l’affaissement du soulier et assurer le maintien de la voûte plantaire.
ÉTAPE 5. L’ensemble tige-semelle est ensuite cousu avant de passer au collage et au cloutage du talon. La chaussure passe enfin aux finitions : uniformisation de la couleur au pinceau, ou patinage pour obtenir un effet lustré et brillant.

                    Le Parisien

Read Full Post »

Téléphonie : Orange baisse ses tarifs pour contrer Free

 

                     L’opérateur français de télécommunications Orange (France Télécom) est monté à 94% du capital de sa filiale égyptienne MobiNil/ECMS à l’issue d’une offre publique d’achat | Damien Meye

                Lutte contre la concurrence oblige : Orange a annoncé ce mercredi une refonte de ses forfaits mobiles Origami ainsi qu’une baisse des prix de 20% qui les mettent au même niveau que ceux des gammes de SFR et BouyguesTelecom avec subvention de mobile, mais plus chers que le forfait sans téléphone de Free Mobile.


«Nous avons refondu notre grille en simplifiant, en enrichissant les services et en baissant les prix de plus de 20%. Nous sommes plus chers (que Free Mobile), mais on assume car on a du service en plus», a indiqué la directrice exécutive de Orange France, Delphine Ernotte, lors d’une conférence de presse. L’offre de Free Mobile à 19,90 euros permet d’avoir les SMS et les appels illimités ainsi qu’internet jusqu’à 3 giga, mais ne comprend pas de mobile subventionné et ne peut se gérer que depuis internet.
La gamme Origami, qui s’étale d’une offre sans internet à 24,90 euros par mois à une offre premium en tout illimité à 159,90 euros par mois, bénéficie d’un service après vente qui permet notamment le renouvellement d’un portable perdu ou cassé et des offres de télévision et de musique avec Deezer. Orange insiste particulièrement sur ses 1.200 boutiques physiques où sa clientèle trouve choix et conseil ainsi que son service de «bilan conseil personnalisé» qui propose tous les six mois à ses clients d’ajuster leur forfait selon leur consommation réelle. «C’est une offre assez offensive car on se met au niveau de nos autres concurrents, et on a une solution pour les clients qui ne veulent pas payer pour les services», a ajouté Mme Ernotte.
La gamme Origami s’insère dans un portefeuille segmenté qui va de l’offre de quadruple play (mobile, internet, TV et internet fixe) Open, qui a séduit 1,8 million de clients, à Sosh pour ceux qui acceptent de tout faire en ligne et de ne pas avoir de mobiles subventionnés (ils sont actuellement 350.000). Le forfait le plus cher, le Pack premier vendu à 159,90 euros par mois, est réservé aux clients «très exigeants» et bénéficie du réseau H+ (ou 3G) nouvellement mis en place par Orange pour permettre des débits de 42 mégabits/seconde en attendant le déploiement de la 4G.
Orange a également annoncé qu’il repositionnait son offre de roaming (appels en itinérance d’un pays à l’autre) en «divisant les prix par six» sur le trafic de données mobile à partir de juillet 2012. Ces nouveaux tarifs seront accessibles sous forme de pass journaliers et hebdomadaires à partir de 3 euros, et par des options mensuelles pour les forfaits.

                    LeParisien.fr

Read Full Post »

Read Full Post »

Older Posts »