Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Ecologie’ Category

EXCLUSIF. L’élu a omis de déclarer sa société de conseils à la Haute Autorité de transparence de la vie publique. Et s’embrouille dans ses explications.

place-eelv-2792718-jpg_2421100_652x284

Le Point.fr – Publié le 20/08/2014

Dans sa déclaration d’intérêts remise à la Haute Autorité de transparence de la vie publique, Jean-Vincent placé a laissé vierge la case « participations financières indirectes dans le capital d’une société ». © CITIZENSIDE/ZAER BELKALAI / citizenside.com

Par , et Laure Rougevin-Baville

C’est une loi « ratée, ennuyeuse et complexe ». En juin 2013, Jean-Vincent Placé ne mâchait pas ses mots à propos du projet de loi sur la transparence de la vie publique. Un an plus tard, le patron des Verts au Sénat est l’une des premières victimes du texte adopté après l’affaire Cahuzac. Dans sa déclaration d’intérêts remise à la Haute Autorité de transparence de la vie publique, l’élu EELV a laissée vierge la case « participations financières indirectes dans le capital d’une société ». À en croire le document, il n’est lié de près ou de loin à aucune entreprise lui appartenant.

Le Point a pourtant identifié une société lui appartenant. Une SARL baptisée Norcomm, créée en 1996 avec un autre élu, Antoine Casini, actuel collaborateur de la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône Samia Ghali. Une élue en faveur de laquelle Placé a pris publiquement fait et cause lors des dernières municipales à Marseille. D’après ses statuts, Norcomm affiche un vaste champ d’action allant de la communication à l’édition, en passant par « toute opération financière, commerciale, civile, mobilière ou immobilière ». Interrogé sur cette omission, Jean-Vincent Placé explique avoir « oublié » l’existence de cette société, qui, selon lui, n’aurait eu « aucune activité » et « aucun client ». Et d’assurer qu’il va au plus vite liquider la société : « Grâce à vous, je vais appeler le Casini en question et lui dire qu’il faut dissoudre ce truc-là. (…) Je pense qu’il vaut mieux dissoudre ce truc qui n’a pas eu d’activité en dix-sept ans… » Contrairement à ce que le sénateur vert affirme, sa discrète boîte de conseils n’est pas restée inactive. Le Point a en effet trouvé trace d’un chiffre d’affaires de 120 000 euros en 2000 (cf.document ci-dessous). Nul doute que Jean-Vincent Placé profitera des journées d’été d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) pour éclairer ses camarades sur les clients de Norcomm…

DÉCOUVREZ – Les statuts de la société de Jean-Vincent Placé

Capture1

Capture2

Capture3

Capture4

Capture5

Capture6

Capture7

 

 

 

Read Full Post »

De nouvelles chutes de neige attendues vendredi

 
 

 

Après une première offensive jeudi, la neige continuera à blanchir les sols vendredi, essentiellement à l’Est. La perturbation en cours depuis mercredi continue sa lente progression dans la nuit de jeudi à vendredi et ne concernera plus vendredi matin que les régions du Nord-Est à Rhône-Alpes, avec des quantités de neige plus marquées sur le relief.

 

  Les giboulées finiront par s’estomper en cours d’après-midi.

 

La pause sera de courte durée : une nouvelle perturbation arrivera par la façade atlantique en fin d’après-midi et en soirée, apportant de la pluie puis rapidement de la neige du Sud-Ouest aux Pays-de-la-Loire, jusqu’au sud Bretagne.

Météo-France : «une semaine hivernale s’annonce»

«Dans les jours qui viennent, les averses de neige vont s’accentuer partout en France. Une semaine hivernale s’annonce et on devrait retrouver la neige en plaine et dans une bonne partie du pays», précise Météo France.

Quant aux températures, elles s’annoncent rudes et ne devraient pas remonter dans les jours à venir. Ce week-end, dans le Nord et l’Est de la France, il faudra composer avec près de -6°C.

Jeudi, les premiers flocons ont fait leur apparition en début de matinée sur de nombreuses régions d’une grande moitié nord, provoquant des premières perturbations : l’aéroport de Caen a été fermé, tandis que celui de Metz-Nancy-Lorraine a subi des retards de plus de deux heures.

Sur you.leparisien.fr, nos internautes ont notamment signalé des chutes de neige en Moselle, dans la Nièvre ou à Paris.

leparisien.fr

Read Full Post »

 

RAPPORT

CLIMAT – L’Académie des sciences finasse

Par Frédéric Lewino (Le Point)

CLIMAT - L'Académie des sciences finasse

Photo d’illustration © Sipa

Oui, il existe une « tendance à une accélération du réchauffement climatique après 1975 ». Oui, l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre, « dont une grande part est anthropique, joue un rôle important dans cette évolution. » Le rapport sur le changement climatique remis ces jours-ci par l’Académie des sciences à la ministre de la Recherche met les points sur les i : l’homme est bel et bien le principal responsable du réchauffement. Les climatosceptiques en sont donc pour leurs frais. Surtout ceux qui misaient sur les sautes d’humeur du Soleil pour expliquer une partie du réchauffement, car le rapport précise : « À ce jour, aucun lien probant entre la variation de la température terrestre (…) et l’activité solaire au cours des derniers cinquante ans n’a été mis en évidence. »

Néanmoins, ces réfractaires qui forment un petit noyau dur autour de Claude Allègre, au sein de l’Académie des sciences, ont su arracher de petites concessions. Par exemple, en faisant inscrire parmi les conclusions que « tous les mécanismes pouvant jouer un rôle dans la transmission et l’amplification du forçage solaire ne sont pas encore bien compris ». C’est une évidence, mais une évidence que les climatosceptiques sauront sûrement mettre à profit pour continuer à prétendre que le doute existe et pour dénoncer l’existence d’un complot mondial des scientifiques du GIEC.
Reste à s’interroger sur la valeur scientifique de ce rapport de l’Académie des sciences, fondé certes sur l’avis de 120 scientifiques, mais qui n’ont eu que sept minutes chacun pour s’exprimer au cours d’une seule journée. Un débat très peu transparent en l’absence de la presse. Bref, ce rapport ressemble fort à un coup d’épée dans l’eau.

Read Full Post »

Le Conservatoire du littoral vise 25 % des côtes en 2030 

   

Par Marielle Court  (Le Figaro)

Salins d'Hyères. La société des Salins du Midi mit un terme à l'exploitation du sel en 1995. En 2001, lorsqu'elle voulut vendre à un promoteur immobilier désireux d'y construire un golf, le Conservatoire du littoral fit valoir son droit de préemption.
Salins d’Hyères. La société des Salins du Midi mit un terme à l’exploitation du sel en 1995. En 2001, lorsqu’elle voulut vendre à un promoteur immobilier désireux d’y construire un golf, le Conservatoire du littoral fit valoir son droit de préemption. Crédits photo : AFP

Créé il y a trente-cinq ans, l’organisme poursuit sa politique d’acquisition. 

Lorsqu’il fut créé en 1975, beaucoup ricanaient. Quelle était cette lubie de l’État, qui prétendait installer un conservatoire du littoral ayant pour seule vocation de soustraire près du quart des côtes françaises aux bétonneurs et autres aménageurs. Trente-cinq ans plus tard, tous se félicitent, soulagés de voir ces immenses réservoirs de biodiversité préservés. Au total, ce sont 12 % des côtes en métropole et outre-mer qui sont ainsi «mises à l’abri», soit un domaine de 138.000  hectares. La pression de l’urbanisation n’en reste pas moins grande et ne peut que s’accroître alors que la part de la population française qui habite en bord de mer augmente d’année en année.  


Cliquez sur l’aperçu pour agrandir l’infographie.  

Le contrat d’objectif (2008-2011) prévoit d’atteindre 25 % du territoire en 2050 «mais on souhaiterait obtenir ce pourcentage dès 2030», explique l’entourage de Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno, respectivement ministre et secrétaire d’État à l’Écologie, qui doivent se rendre aujourd’hui avec Jérôme Bignon, le président du Conservatoire, sur la corniche des Maures (Var).  

Les acquisitions sont quasi quotidiennes. Plus de huit mille depuis que le Conservatoire existe. Parfois, seulement quelques milliers de mètres qui permettent de compléter un domaine, tel ce 0,4 hectare acheté à Omaha Beach dans la Manche. «C’est la 126e transaction sur ce lieu, qui comprend 187 hectares protégés. Un site très important pour organiser la fréquentation des plages du Débarquement», raconte Anne Konitz en charge de la communication du Conservatoire. L’achat fin août de 1,05 hectare au cap de la Chèvre sur la presqu’île de Crozon (Finistère) est une autre victoire de fourmi : «Depuis 1982, c’est le 780e acte sur ce territoire qui, désormais, ne compte pas moins de 700 hectares ! »  

« Le Louvre de la nature » 

  

Le Conservatoire peut aussi voir beaucoup plus grand : il vient ainsi d’acquérir 78 hectares aux salines de Sainte-Anne, en Martinique. «Désormais le site de presque 300 hectares permet de repenser l’accès à la très belle plage des Salines encombré par des stationnements anarchiques», précise encore la jeune femme.  

Mais cette réussite à un coût. Et l’équation est loin d’être simple. Certes, depuis 2005, le Conservatoire bénéficie des recettes d’une taxe sur les immatriculations des bateaux, qui couvre près de 65 % du budget global du Conservatoire (54,9 millions d’euros, dont 41 pour les seuls investissements). Mais, avec la crise, les tensions sont doubles : moins de bateaux immatriculés et des fonctionnaires au ministère du Budget qui grignoteraient volontiers une part du gâteau.  

De son côté, l’établissement public bénéficie régulièrement de dons ou de legs (3 millions l’an dernier) et entend désormais solliciter davantage les mécènes qui, jusqu’à présent, n’intervenaient pas sur les acquisitions.  

«Le Conservatoire du littoral, c’est le Louvre de la nature», se félicite Jérôme Bignon, par ailleurs député UMP de la Somme, qui entend bien que son organisme occupe toute sa place dans la grande «agence de la nature» dont les contours se dessinent actuellement au ministère de l’Écologie. «Avec ses trente millions de visiteurs chaque année, c’est l’établissement public préféré des Français», assène de son côté Jean-Louis Borloo. Le Conservatoire, l’illustration depuis trente-cinq ans que certains peuvent avoir raison avant tout le monde.  

Read Full Post »

La raison des fortes chutes de neige l’hiver dernier 

Par Marielle Court  (Le Figaro)

Près de Perpignan, en mars dernier.
Près de Perpignan, en mars dernier. Crédits photo : AFP

Une conjugaison rarissime de deux phénomènes climatiques sur le Pacifique et l’Atlantique.  

Au cœur de l’été, des scientifiques américains de l’université de Columbia (New York) ont choisi de s’intéresser à l’hiver. Pour répondre à une question: pourquoi l’Europe du Nord, d’un côté, et une partie des États-Unis, de l’autre, ont subi des pics de neige exceptionnels et de froid durant l’hiver 2009-2010. «Au point que les chutes de neige records qui ont frappé Washington ont été un argument exploité par les climato-sceptiques pour ridiculiser la théorie du réchauffement climatique», rappelle Richard Seager, l’un des principaux auteurs de l’étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters. Or, les conclusions des chercheurs n’ont pas grand-chose à voir avec le changement climatique.  

Plus de précipitations

  

Ces chutes de neige exceptionnelles sont le résultat d’une concomitance rarissime entre deux événements météorologiques naturels. Il s’agissait, côté Pacifique, du phénomène El Nino (une évolution de la pression atmosphérique australe et une légère augmentation de la température de surface de la mer). Il se traduit par plus de précipitations dans certaines régions d’Amérique du Nord (de la Californie à la Floride).  

Côté Atlantique, c’est un autre phénomène, baptisé NAO (oscillation nord-atlantique), qui était à l’œuvre et dont la persistance a été particulièrement exceptionnelle. Lorsque cette NAO est négative, cela aboutit à une arrivée importante d’air froid en provenance de l’Arctique sur le continent européen. Combiné à l’humidité océanique, cela entraîne des chutes de neige abondante, y compris au sud. «El Nino agit très directement sur la météo américaine. La NAO a des effets moindres aux États-Unis, mais très directs sur l’Europe», précise Jean-Pierre Céron, prévisionniste à Météo France.  

Un précédent en 1783-1784

  

D’après les scientifiques, il y a assez peu de chance qu’une telle combinaison se reproduise prochainement. «Car cette combinaison est parfaitement antinomique», précise encore Jean-Pierre Céron. Selon les chercheurs américains, il faut remonter plus de deux cents ans en arrière pour retrouver un phénomène météorologique identique. C’était au cours de l’hiver 1783-1784, particulièrement rigoureux. «Pendant longtemps, on a attribué à une éruption volcanique en Islande ce grand froid qui a sévi durant cet hiver-là», rappelle Richard Seager. Depuis, les recherches montrent qu’il s’agissait du même phénomène météorologique que celui de l’hiver dernier. Reste maintenant aux scientifiques à expliquer pourquoi une telle combinaison arrive à se produire. Des équipes de chercheurs sont déjà à l’œuvre.  

Read Full Post »

La colossale vidange du glacier de Tête-Rousse a débuté

Par Tristan Vey
Journaliste web, lefigaro.fr

Par Damien HYPOLITE
Infographiste Actu, FIGARO

 

INFOGRAPHIE – Mercredi, une première pompe est mise en place pour vider la poche d’eau glaciaire qui menace la vallée de Saint-Gervais, dans le massif du Mont Blanc. Les travaux de purge devraient durer entre 20 et 40 jours.

Une titanesque opération de pompage a démarré mercredi. Une nappe d’eau de 65.000 mètres cube (plus de 20 piscines olympiques) située sous le glacier de Tête-Rousse, dans le massif du Mont-Blanc, doit en effet être intégralement siphonnée. La commune de Saint-Gervais espère ainsi protéger les 3000 habitants de la vallée d’une rupture éventuelle. En 1892, la pression exercée par une poche similaire avait fait sauter la paroi du glacier avant de se déverser brutalement dans la vallée. Emportant arbres et rochers sur son passage, cette lave torrentielle* avait provoqué la mort de 175 personnes. La région s’est beaucoup développée depuis. Un épisode similaire pourrait avoir des conséquences bien plus catastrophiques aujourd’hui.

Alertés en juillet par les scientifiques du laboratoire de glaciologie de Grenoble (LGGE) de la présence de cette nappe, le maire de Saint-Gervais et le préfet de Haute-Savoie ont pris la décision immédiate de la vider afin de sécuriser la vallée. Une purge très délicate. A plus de 3200 mètres d’altitude, quinze ouvriers vont forer entre trois et huit puits de 25 centimètres de diamètre et de 40 mètres de profondeur environ. Ils utiliseront pour cela une technique de forage thermique consistant à envoyer de l’eau chaude sous pression pour faire fondre la glace à grande vitesse.

Des pompes seront ensuite immergées dans le réservoir indésirable. La dizaine d’ouvriers sur place dispose de trois pompes permettant chacune de déverser dans la vallée 50 mètres cube par heure. «Ces eaux rejoindront les rivières de manière tout à fait normale, explique au figaro.fr Christian Vincent, ingénieur de recherche au LGGE et rédacteur du rapport préconisant la purge artificielle du glacier. «Cela représente des volumes relativement négligeables par rapport aux précipitations habituelles ou aux eaux de fonte, poursuit-il. Les habitants de Saint-Gervais ne verront même pas la différence».

Si les trois appareils fonctionnent correctement et de manière continue, nuit et jour, il faudra au minimum une vingtaine de jours pour achever la purge. Les autorités ont annoncé que les travaux se termineraient au plus tard en octobre. Mercredi en fin d’après-midi, le premier forage était en cours. Les ouvriers avaient percé 25 mètres. Christian Vincent expliquait avoir bon espoir de voir la vidange proprement dite démarrer le soir ou le lendemain. Elle coûtera plus de deux millions d’euros, financés à 80% par l’Etat et à 20% par la commune.

L’opération étant inédite, les scientifiques s’inquiètent un peu du comportement du glacier. «Nous allons surveiller son niveau de manière continue par des relevés directs et par GPS. Au moindre affaissement, nous suspendrons les travaux», prévient Christain Vincent. Le glaciologue se veut toutefois rassurant. «La couche de glace fait tout de même 40 mètres. Je ne pense pas que notre intervention puisse réellement compromettre sa structure.» Si la poche devait se rompre, un système d’alerte mis en place en juillet (500.000 euros) doit avertir les habitants. Des lieux de rassemblement de la population a priori sûrs (basés sur la connaissance de la catastrophe de 1892) ont déjà été définis.

*Une lave torrentielle est un mélange de matériaux solides (blocs, graviers, etc.) transportés par un fluide visqueux (composé de sédiments fins, d’argiles et d’eau) sous l’action de la gravité.

 
 
 
 

Read Full Post »

ENVIRONNEMENT

Mont-Blanc : le pompage de la poche d’eau est lancé

 
 

 M.C. (Le Parisien)

Les travaux de pompage de la gigantesque poche d’eau située sous un glacier du massif du Mont-Blanc, qui menace d’inonder la vallée de Saint-Gervais, ont débuté mercredi et devraient conduire à un premier écoulement d’eau dans l’après-midi.

 

Après le forage réalisé mardi, une pompe provisoire était en cours d’installation mercredi matin pour «faire baisser la pression» dans la cavité principale, la seule à avoir été localisée avec précision, a expliqué Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais-les-Bains.

Cette cavité contient 25 000 des 65 000 m3 d’eau de la poche. Selon le maire, elle «pourrait communiquer» avec d’autres cavités, permettant de vider plus largement la vaste poche située à 75 mètres de profondeur et dépourvue de vidange naturelle. La pompe installée mercredi matin, d’une capacité de 50 m3, «devrait permettre de faire sortir un premier jet d’eau dans l’après-midi pour éviter l’effet cocotte-minute», avant de poursuivre le pompage jusqu’à la mi-octobre, a poursuivi Jean-Marc Peillex.

900 familles concernées

D’ici la fin de la semaine, trois autres pompes d’une capacité de 80 m3 chacune vont être acheminées par hélicoptère sur le glacier de Tête-Rousse, à 3 200 mètres d’altitude, situé sur la voie normale d’ascension du Mont-Blanc et fréquenté par de nombreux touristes. Elles fonctionneront 24 heures sur 24 et mobiliseront quinze ouvriers, contraints de dormir au refuge de Tête-Rousse pendant la semaine.

Ces travaux sont destinés à éviter que la poche d’eau ne se déverse dans la vallée de Saint-Gervais. En cas de rupture, elle pourrait s’écouler en 15 à 30 minutes et «près de 900 familles pourraient être concernées», selon Jean-Marc Peillex.

En 1892, une «lave torrentielle» avait fait 175 morts

A Saint-Gervais, «quelques personnes ont déménagé après l’annonce des travaux, peut-être par manque de confiance dans le système d’alerte (mis en place en juillet), tandis que d’autres prennent ça par-dessus la jambe», constate le maire.

En 1892, l’explosion d’une poche d’eau similaire à l’intérieur du glacier avait provoqué ce que les géologues nomment une «lave torrentielle», mélange d’eau, de graviers, de rocs, de terre et d’arbres, qui s’était répandue dans la vallée et avait tué 175 personnes

VIDEO. Une poche d’eau menace la vallée de Saint-Gervais (BFM TV)

Read Full Post »

Older Posts »