Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Paris-Dakar 2011’ Category

Dakar-2011: Al-Attiyah prend les commandes, Peterhansel malchanceux

 
 

 

Nasser Al-Attiyah (Volkswagen) a remporté la 8e étape du rallye Dakar-2011, lundi entre Antofagasta et Copiapo (nord du Chili), prenant la tête du classement à son coéquipier Carlos Sainz, alors que Stéphane Peterhansel (BMW) semble avoir perdu toute chance de victoire finale.
La journée passée dans le désert de l’Atacama a tenu toutes ses promesses. Cailloux, terre et pierre se sont alternés inlassablement pendant les 508 km de spéciale – pour un total de 776 km – sous les roues des concurrents, bercées par les paysages lunaires du désert le plus aride du monde.


Et c’est au final dans les 5 derniers kilomètres que Sainz a vu sa course s’écrouler. L’Espagnol, qui devançait encore Al-Attiyah de 1 min 22 sec dimanche soir, est resté bloqué deux fois de suite dans les dunes finales, permettant au Qatariote de s’échapper.
Nasser Al-Attiyah, qui avait perdu le Dakar-2010 d’un souffle, semble appelé à prendre sa revanche. En remportant la 8e étape avec 6 min 36 sec d’avance sur Sainz, il dépasse ce dernier au général pour 5 min 14 sec.
« Dès le départ, on a voulu faire très attention. Carlos nous a rattrapés très rapidement. Mais dans le dernier secteur de dunes, on a attaqué au maximum parce qu’on savait que c’était là qu’on pouvait prendre du temps à Sainz. (…) Les dunes sont mon terrain de prédilection », a-t-il raconté.
Le stratégie du nouveau leader, moins fougueux qu’auparavant, porte ses fruits. « Maintenant je peux contrôler la course », a-t-il même lancé. « Le rallye n’est pas fini », lui a sobrement répondu l’expérimenté Sainz.
A l’inverse, Stéphane Peterhansel, le seul pilote en mesure de contester l’hégémonie de Volkswagen, a perdu ses derniers espoirs d’un dixième titre sur le Dakar. La faute à une malchance tenace.
« Pour ne pas changer les bonnes habitudes, on a crevé dès le début. Mais ce n’était pas grand-chose par rapport à ce qui allait nous arriver par la suite. On a eu un problème de chauffe moteur. On a été obligé de bricoler sur le ventilateur et puis on s’est arrêté régulièrement pour mettre de l’eau dans le radiateur », a décrit +Peter+.
« Lors des 150 derniers kilomètres on a dû perdre une heure et demie (en fait 1 h 13 min). En plus, on a eu trois crevaisons (soit 11 depuis le départ, NLDR) donc on termine sans roue de secours. On n’avait plus de joker », a-t-il regretté.
Le pilote BMW perd sa 3e place au général au profit du Sud-Africain Giniel de Villiers (Volkswagen), pour passer 4e.
En motos, le leader du général, Marc Coma (KTM), s’est adjugé une victoire d’étape essentielle, la troisième cette année, dans la quête de son 3e titre. L’Espagnol a rapidement rejoint son principal concurrent, Cyril Despres, parti devant lui, et s’est employé à ne pas le lâcher d’une semelle ensuite.
Le Français a même servi de vigie à un troisième pilote, le Chilien Francisco Lopez (Aprilia), vainqueur dimanche et donc parti le premier, que Coma et lui ont rejoint, sans pouvoir le lâcher.
D’où une certaine colère de Despres sur la ligne d’arrivée: « Les suceurs de roue existent en vélo, ils existent aussi en rallye raid ! », a fustigé le Français, qui sait désormais quelle stratégie Coma risque d’employer sur les cinq étapes restantes de ce Dakar-2011.
L’Espagnol compte désormais 9 min 19 sec de marge sur le tenant du titre. Un matelas confortable sur lequel il saura se reposer.

 

(Le Parisien)

Read Full Post »

Dakar: la sortie de route d’Elodie Gossuin

Source:Grain de Sable d’Eric Bruna

Sur le Dakar, il n’y a pas que les pilotes accrédités qui prennent des risques. Elodie Gossuin, Miss France 2001 et animatrice du rallye sur France Télévisions, l’a appris hier à ses dépens. En plein direct sur France 4, la jeune femme s’est en effet offert un magnifique accident de piwi, cet espèce de mini-quad qu’utilisent les présentateurs du service public pour donner du « peps » à leurs plateaux et partir à la rencontre des concurrents…


 

 « Le piwi avait des problèmes au démarrage, confie Elodie, assise sur une malle, bras, poignet et genou gauche tout enrubannés. J’ai voulu partir directement en seconde mais il a accéléré trop vite et j’ai commis l’erreur de freiner de l’avant. » Résultat, un magnifique vol plané à l’arrivée de la spéciale d’Arica qui fait déjà le bonheur du zapping et a fait atterrir l’ex-Miss Europe au service médical. « Je sais, j’ai l’air ridicule et je m’en serais passée, assume la Picarde, qui a repris la main avec humour en fin d’émission. Mais j’ai vraiment eu de la chance que le nerf radial (NDLR: qui contribue à la motricité de la main) et la tête ne soient pas touchés. Je m’en tire juste avec quelques cicatrices de plus. » Qui lui donnent d’ailleurs un total look Dakar. De quoi légitimer sa présence en Amérique du Sud après le psychodrame né de sa « nomination » aux côtés de l’inaltérable Gérard Holtz et de Luc Alphand. « J’avais vraiment peur de venir ici, mais en même temps je ne pouvais pas reculer devant une telle proposition, résume celle qui se charge des sujets « bivouac » avec son œil tout frais de débutante. Je craignais les préjugés au sein même de l’équipe de France Télévisions. Finalement, j’ai été bien intégrée et j’apprends tous les jours. » La conseillère régionale de Picardie redoutait également l’accueil d’un milieu machiste où la délégation féminine -13 concurrentes- est réduite au strict minimum. « Je me demandais comment on allait me regarder, sourit la maman des jumeaux Rose et Jules, trois ans le mois dernier. Finalement, les pilotes, surtout les motards, sont plutôt flattés que je m’intéresse à eux et se confient plus facilement. » En revanche, Elodie n’a pas encore osé se rapprocher de la gent féminine. « C’est vrai que je ne sais pas comment aborder Isabelle Patissier, lâche-t-elle. J’ai peur de la déranger. » La Miss pourrait pourtant y glaner quelques précieux conseils. Après avoir appris le trophée Andros (conduite sur glace) avec Alain Prost et reçu sa première leçon de dunes avec Alphand avant-hier, l’ex-pensionnaire de « La Ferme Célébrités » se verrait bien faire le Dakar en auto. « Mais je pense que je n’ai pas encore l’endurance, analyse-t-elle. Ça me paraît inimaginable de terminer un Dakar. J’ai plus l’habitude de pratiquer des sports dans l’intensité. » Dans le genre cascades…

PS: J’allais oublier la bande son: Allo Maman Bobo

P1020624.JPG

Read Full Post »

Dakar 2011


Zoom
Dakar-2011 (6è étape) : Sainz (autos) et Faria (motos) vainqueurs à Arica

 

Dans la catégorie autos, l’Espagnol Carlos Sainz (Volkswagen) a remporté vendredi la sixième étape du rallye-raid Dakar-2011, entre Iquique et Arica (nord du Chili), devant son coéquipier qatari Nasser Al-Attiyah.

Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 456 km – sur un total de 721 -, qu’il a parcourue en 4 h 53 min 53 sec, Sainz a devancé Al-Attiyah (2e) de 9 secondes et Stéphane Peterhansel, le grand perdant du jour (3e du général), de 12 min 25.

 

En motos, c’est le Portugais Ruben Faria (KTM) qui s’est imposé devant son compatriote Helder Rodrigues (Yamaha).

Faria, plus rapide dans une spéciale de 456 km -sur un total de 721 km- devance Rodrigues de 50 secondes. Dans la lutte pour le titre, le Français Cyril Despres, à 3 min 54 du vainqueur de l’étape, reprend 1 min 26 sec à l’Espagnol Marc Coma (KTM) au classement général.

leparisien.fr

Read Full Post »

Dakar-2011 (5è étape) : Péterhansel (autos) et Goncalves (motos) s’imposent

 
 

//

Dans la catégorie auto, le Français Stéphane Peterhansel (BMW) a remporté jeudi la cinquième étape du rallye-raid Dakar-2011, entre Calama et Iquique (Nord du Chili), devant le pilote du Qatar Nasser Al-Attiyah (Volkswagen).

Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 423 km – sur un total de 459 -, qu’il a parcourue en 4 h 33 min 19 sec, Peterhansel a devancé de 1 min 24 secondes Al-Attiyah et de 3 min 15 le leader du classement général, l’Espagnol Carlos Sainz.

//

 

En motos, le Portugais Paulo Goncalves (BMW) s’est imposé devant le Chilien Francisco Lopez (Aprilia).

Goncalves, plus rapide dans une spéciale de 423 km – sur un total de 459 km – devance de 2 min 18 Lopez, le local de l’étape, et de 2 min 19 le Néerlandais Frans Verhoeven (BMW).

Le leader du classement, l’Espagnol Marc Coma (KTM), est 4e du jour, juste devant son principal rival, le Français Cyril Despres (KTM), 5e jeudi à 12 secondes de Coma, qui le devance désormais de 10 min 14 au général.

leparisien.fr

Read Full Post »

Dakar-2011 (4è étape) : Sainz conforte sa première place

 
 
Dans la catégorie autos, l’Espagnol Carlos Sainz (Volkswagen) a remporté mercredi la quatrième étape du rallye-raid Dakar-2011, entre Jujuy (Nord de l’Argentine) et Calama (Nord du Chili), confortant sa position de leader du classement.

Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 207 km – sur un total de 761 -, qu’il a parcourue en 1 h 57 min 09 sec, Sainz a devancé de 50 secondes son dauphin et coéquipier, le Qatariote Nasser Al-Attiyah.

 

En motos, l’Espagnol Marc Coma (KTM) s’est imposé et a pris la tête du classement général. Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 207 km – sur une distance totale de 761 km – qu’il a parcourue en 2 h 04 min, Coma a devancé de 16 secondes l’ex leader du classement, le Français Cyril Despres (KTM), 2e mercredi, qu’il devance désormais de 2 petites secondes au général.

leparisien.fr

Read Full Post »

Dakar-2011 : Al-Attiyah (Volkswagen) et Coma (KTM) s’imposent

 
 
Le Qatariote Nasser Al-Attiyah (Volkswagen) a remporté mardi la troisième étape du rallye-raid Dakar-2011, entre Tucuman (Nord) et Jujuy (Nord), grappillant quelques secondes à son coéquipier et leader Carlos Sainz.

Plus rapide dans la longue spéciale du jour, d’une longueur de 500 km – sur un total de 731 -, qu’il a parcourue en 3 h 42 min 20 sec, Al-Attiyah a devancé Sainz de 25 secondes.

Cela lui permet de prendre la 2e place du classement au Français Stéphane Peterhansel (BMW), qu’il a relégué à 59 secondes lors de l’étape du jour, et qu’il devance désormais de 45 secondes au général.

En moto, l’Espagnol Marc Coma (KTM) s’est imposé, se rapprochant de la tête du classement général dans la catégorie motos.

Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 521 km – sur une distance totale de 752 km – qu’il a parcourue en 4 h 18 m 55 sec, Coma a devancé de 2 min 21 le leader du classement, le Français Cyril Despres (KTM), 2e mardi, qui ne le distance plus que de 14 secondes au général.

leparisien.fr

Read Full Post »

Dakar : Despres et Sainz l’emportent
 
 

Cyril Despres au volant de sa KTM, sur le Dakar 2011.

 

Ils sont tous les deux tenants du titre. Ils étaient tous les deux en tête du classement. Le motard Cyril Despres et le pilote auto Carlos Sainz ont, chacun dans leur catégorie, enlevé la deuxième étape du Dakar-2011, entre Cordoba et Tucuman.

Le Français Cyril Despres, au guidon de sa KTM, a été plus rapide dans la spéciale du jour qu’il a parcourue en 3 h 19 m 11 sec, devançant d’1 min 49 sec son plus sérieux adversaire, l’Espagnol Marc Coma, 2e du classement.
//

 

Côté auto, Carlos Sainz (Volkswagen) a devancé d’une minute, dans la spéciale, son dauphin en 2010  le Qatariote Nasser Al-Attiyah. Le 2e du classement général, le Français Stéphane Peterhansel (BMW) termine 3e du jour à 1 min 34 sec de Sainz. Peterhansel reste 2e du classement, avec 14 secondes de marge sur Al-Attiyah.

leparisien.fr

AFP/Daniel GARCIA

Read Full Post »

Dakar-2011 – Autos: l’Espagnol Carlos Sainz vainqueur de la 2e étape

 
 

 

L’Espagnol Carlos Sainz (Volkswagen) a remporté lundi la deuxième étape du Rallye-raid Dakar-2011, entre Cordoba (centre) et Tucuman (Nord), et renforcé son avance en tête du classement général dans la catégorie autos.
Plus rapide dans la spéciale du jour, d’une longueur de 324 km – sur un total de 764 -, qu’il a parcourue en 3 h 11 min 28 sec, le tenant du titre a devancé de 1 min 03 sec le Qatariote Nasser Al-Attiyah, son dauphin en 2010.


Le 2e du classement général, le Français Stéphane Peterhansel (BMW) termine 3e du jour à 1 min 34 sec de Sainz. Peterhansel reste 2e du classement, avec 14 secondes de marge sur Al-Attiyah.

 

(le Parisien)

Read Full Post »

Dakar-2011: la belle journée de Faria, Sainz déjà au rendez-vous

 
 

 

Ruben Faria, porteur d’eau de Cyril Despres, le tenant du titre, a réalisé une belle 1ère étape du Dakar-2011, qu’il a dominée en catégorie motos, alors que Carlos Sainz, sacré en 2010 en autos, a montré sa détermination en s’adjugeant le meilleur temps dimanche.
Plus rapide dans la courte spéciale du jour, d’une longueur de 192 km, qu’il a parcourue en 1 h 58 min 2 sec, Faria (KTM) a devancé de 29 secondes son coéquipier Despres, grand favori d’un Dakar qu’il a déjà remporté à trois reprises (2005, 2007 et 2010).


Partenaire dévoué du Français, qu’il avait aidé à gagner l’an passé, le Portugais a précocement égalé sa performance de 2010, quand il avait remporté une étape – la 14e et dernière.
« J?ai réussi à garder un bon rythme du début à la fin. La spéciale ressemblait beaucoup à ce que j?ai l?habitude de voir au Portugal. Je suis heureux de savoir qu?au final, ça a payé et que j?ai le meilleur temps », a expliqué Faria, devenu premier leader du classement.
Et de se réjouir d’avoir fait « mieux que beaucoup de grands pilotes aux styles très différents ». « C?est déjà une bonne référence par rapport aux autres », a-t-il lancé, boosté par sa performance.
Cyril Despres n’était pas moins heureux, après une spéciale de 192 kilomètres qu’il a qualifiée de « vraiment sympa ». ‘C’était une bonne mise en jambe. Très sinueux. De grandes glisses. Un mélange de ski et de « , a-t-il décrit.
L’homme à abattre du Dakar-2011, dans la catégorie motos, a en outre la joie de devancer de 46 secondes son plus grand rival annoncé, l’Espagnol Marc Coma, également sur KTM, le premier à s’élancer dimanche.
« Le fait d?ouvrir la piste m?a évidement fait perdre du temps sur les autres. C?est le jeu de cette course. On verra les jours prochains comment je vais me rattraper », a commenté ce dernier.
Comme en deux roues, les favoris ont répondu présent dans la catégorie autos. Carlos Sainz, vainqueur l’an passé, s’est montré le plus rapide dès le premier jour, dans une spéciale 30 kilomètres plus longue pour autos et camions que pour les motos (222 km).
« Pendant une vingtaine de kilomètres, on a eu énormément de pluie. On ne voyait absolument rien par moment. J?ai en plus eu un problème avec mes essuie-glaces qui ne fonctionnaient plus. Je suis vraiment content d?en finir », a commenté l’Espagnol.
« C?était un peu comme le RAC (rallye de Grande-Bretagne, caractérisé par ses précipitations). Sinon, tout s?est bien passé avec la « , a poursuivi le double champion du monde des rallyes (1990 et 1992).
Les quatre autres prétendants à la victoire ont terminé juste derrière Sainz. Ses trois coéquipiers chez Volkswagen, le Qatari Nasser Al-Attiyah, l’Américain Mark Miller et le Sud-Africain Giniel de Villiers sont respectivement 3e, 4e et 5e.
L’autre grand adversaire de Sainz, le Français Stéphane Peterhansel (BMW), qui totalise un record de neuf victoires sur le Dakar (6 en moto, 3 en voiture) termine 2e.
Nani Roma (Nissan) et Guerlain Chicherit (Mini BMW) ont à l’inverse connu une journée difficile. L’Espagnol, gêné par un défaut de son système antibuée, a perdu 17 minutes.
Le Français, lui, a collectionné les ennuis mécaniques au volant d’une nouvelle voiture qu’il avait à peine testée avant la course, pour terminer la journée à plus de 57 minutes de Sainz. « C?est dur. Un an de travail pour en arriver là… », a-t-il soupiré.

 

Read Full Post »

 
 
 
 
Dakar 2011 : ces papys font de la résistance
 
 
 

Jorge Perrone, l’Argentin, a 74 ans. Yoshimasa Sugawara, le Japonais, 69 ans. Et Etienne Smulevici, le Français, 63 ans. Tous les trois sont au départ de la première spéciale.

 
 Éric Bruna
 
 
C’est parti pour de bon. Ce matin, entre Victoria et Cordoba, les concurrents du Dakar 2011 commencent leur course contre le chronomètre. Des premiers frissons à savourer de 20 à… 74 ans! Fidèle à l’adage « mieux vaut tard que jamais », Jorge Perrone, pilote argentin originaire de la banlieue de Buenos Aires, a en effet attendu d’être septuagénaire pour découvrir les joies du rallye-raid. 
 

« L’an dernier, je regardais passer l’épreuve dans la rue et il m’est arrivé quelque chose d’étrange, confie cet alerte papy aux longs cheveux blancs, les yeux brillants derrière les verres jaunes de ses lunettes. Je me suis senti comme transporté dans un autre univers. Un ami commerçant m’a dit : Cours-le, je vais t’aider. Mais je n’avais pas la moindre idée de ce dans quoi je me lançais! »
En rentrant à la maison, cet ancien compétiteur sur route, qui possède un atelier de mécanique, a demandé à Violeta Iris, son épouse depuis cinquante ans, de s’asseoir. « Je lui ai dit : Je vais courir le Dakar, dit-il en souriant. Elle a baissé la tête et m’a répondu : de toute façon, quoique je te dise tu n’en feras qu’à ta tête… Depuis, elle me soutient. C’est notamment elle qui s’est occupée de me mettre à la diète. »
Parce qu’avec 124 kg au compteur il y a un an, pas question de partir à l’assaut des dunes. « Je suis tombé à 92. Je vais au gymnase tous les jours de vingt à trente minutes, lance-t-il fièrement. Quand il a fallu faire des examens médicaux pour le dossier d’inscription, mon médecin m’a dit que je serais le dernier à être recalé! En fait, ma seule crainte au début était qu’il y ait un âge limite. »
Il n’existe heureusement aucune date de péremption à l’esprit d’aventure. « Je sais que je prends des risques. Avoir un numéro sur la portière de la voiture signifie beaucoup mais je ne suis pas suicidaire, poursuit celui dont le copilote est un débutant de 50 ans. Beaucoup me disent que je suis fou, mais c’est parce qu’ils n’ont pas la chance de savoir ce qu’est une passion. Ce n’est pas une folie, c’est concrétiser un rêve à portée de main. » Un rêve que le Japonais Yoshimasa Sugawara, 69 ans, vit pour la 28e fois. Moto, auto et camion, le pilote d’Hokkaïdo a tout connu depuis ses premiers tours de roue en 1983. « Cette course a rythmé ma vie, explique-t-il. Au début, la caravane était un art de vivre. Depuis, malheureusement, le côté sportif a pris le pas sur l’humain. Mais je reviens avec bonheur. Cette année, mon camion arbore de nouvelles couleurs et cela suffit à me donner un enthousiasme de débutant! » Yoshimasa a transmis le virus de l’épreuve à Teruhito, l’un de ses fils, qui attaque à 38 ans son 13e Dakar. « Il n’est pas mauvais conducteur, souffle le père, dont l’unique but est désormais de partager son savoir avec son team. Mais il est encore un peu jeune… » A 63 ans, le Français Etienne Smulevici, qui s’est lance dans son 29e périple hier, sait déjà où placer le curseur. « Après mon 50e Dakar, j’arrête! » promet le pilote oisien.

407 véhicules (140 voitures, 170 motos, 30 quads, 67 camions) ont passé hier les vérifications techniques et administratives à Buenos Aires. 430 véhicules étaient initialement annoncés, 23 d’entre eux ne se sont pas présentés aux vérifications techniques, a indiqué l’organisation. 

Le Parisien

Read Full Post »

Older Posts »