Feeds:
Articles
Commentaires

Prix du timbre

© Fournis par http://www.challenges.fr Prix du timbre

Les tarifs du courrier augmenteront de 4,7% en moyenne au 1er janvier 2018. Le prix du timbre vert passera concrètement de 73 à 80 centimes.

La Poste a annoncé jeudi que les tarifs du courrier augmenteront de 4,7% en moyenne au 1er janvier 2018, le prix des timbres ordinaires augmentant deux fois plus. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), qui a donné son feu vert à ces hausses tarifaires, note que la hausse des prix correspondant au service universel – les offres de base -, sera de 5%. Cette évolution « permet d’assurer la pérennité du service universel » dans un « contexte d’accélération de la baisse des volumes du courrier » transporté, justifie La Poste.

Dans le détail, le prix du timbre vert – pour un pli distribué en 48 heures en France métropolitaine – pour les particuliers passera de 73 à 80 centimes (+9,6%) tandis que celui du timbre rouge – pour une lettre prioritaire théoriquement distribuée le lendemain – grimpera de 85 à 95 centimes (+11,8%).

La Poste parle d' »avantage tarifaire » pour évoquer l’écart de prix entre les timbres vert et rouge, qui va passer de 12 à 15 centimes. Et ceux qui les achèteront en ligne paieront 3 centimes de moins, au lieu de 2 jusqu’à présent.

43 euros par an en produits postaux

Quant à l' »Ecopli » – formule la moins chère pour un envoi en quatre jours en moyenne -, il va augmenter de 71 à 78 centimes (+9,9%).

Nouveauté de l’année: on pourra pour 40 centimes acheter un autocollant de « suivi » à partir du 1er mars, qui pourra être apposé sur tous ses envois, prioritaires ou pas, afin de disposer d’informations sur leur acheminement et leur distribution.

Les tarifs des colis postaux classiques (Colissimo), qui étaient restés stables cette année, augmenteront de 1,5% au 1er janvier, tandis que ceux du courrier publicitaire, qui eux aussi étaient inchangés, progresseront de 1,8%, a précisé La Poste.

Les ménages français dépensant en moyenne environ 43 euros par an en produits postaux, l’impact de la hausse sera limité à moins de 3 euros par an et par ménage, affirme le groupe public.

(avec AFP)

Publicités

L’actrice légendaire du cinéma français avait tourné 110 films au cours d’une carrière d’une longévité exceptionnelle. Elle est morte mardi à plus de 100 ans.

 

Danielle Darrieux, le 2 mars 2002.

L’actrice légendaire du cinéma français Danielle Darrieux est morte mardi 17 octobre à plus de 100 ans à son domicile de Bois-le-Roi (Eure), a annoncé jeudi son compagnon.

Son état s’était « un peu dégradé récemment après une petite chute », a indiqué Jacques Jenvrin. Mardi « elle s’est endormie, on peut dire »« A 100 ans passés, c’était une personne un peu diminuée, mais malgré sa cécité, elle était très attachée à la vie. On a encore eu une visite le 4 octobre, elle était très bien », dit-il.

« Son talent, sa générosité ont illuminé le cinéma français. Danielle Darrieux savait tout jouer avec un naturel prodigieux », a réagi sur Twitter la ministre de la culture, Françoise Nyssen, à l’annonce du décès de l’actrice.

L’actrice avait tourné plus de 100 films au cours d’une carrière d’une longévité exceptionnelle. Archétype de la beauté féminine pour les générations d’avant-guerre, elle a été l’inoubliable partenaire de Jean Gabin dans La Vérité sur Bébé Donge (1953) et Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir (1954).

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux« je suis née le jour même où partout en France on vend du muguet », s’amusait-elle dans ses souvenirs, Danielle Darrieux tourne à 14 ans son premier film, Le Bal. Appréciée pour sa blondeur charmante et sa fraîcheur espiègle, elle joue dans des comédies avant d’aborder des rôles plus dramatiques et de triompher dans Mayerling aux côtés de Charles Boyer (1935).

 Lire aussi la nécrologie en abonnés :   La comédienne Danielle Darrieux est morte, à l’âge de 100 ans

Carrière internationale

Parallèlement, elle mène dès 1932 une carrière internationale qui la conduira à Hollywood et à Broadway. Egérie d’Henri Decoin, « DD », comme on l’appelait, tournera une demi-douzaine de films sous sa direction. Malmenée à la Libération (sous l’Occupation, elle a travaillé pour la Continental, dirigée par les Allemands), elle reprend néanmoins sa carrière et enchaîne les succès, dont La ronde et Madame de…  (adaptation du roman de Louise de Vilmorin) de Max Ophüls), L’affaire Cicéron (Mankiewicz) ou Marie-Octobre (Duvivier).

« Quelle sublime comédienne ! Regardez ce tendre mouvement de l’épaule ! Regardez ses yeux mi-fermés ! Et son sourire ! », s’enthousisamait Max Ophüls sur le tournage de Madame de.

« J’adore ce film. C’est même le seul que je regarde avec un vrai plaisir, racontait l’actrice à L’Express en 1997. Je devais être terriblement amoureuse pour dégager de telles ondes. Amoureuse de Max Ophüls, de Charles Boyer, que je retrouvais dix-huit ans après Mayerling, et de Vittorio De Sica, qui avait un charme fou. J’étais au milieu de ces trois hommes sublimes, comme dans un rêve. D’ailleurs, à l’écran, on voit bien que je suis sur un nuage. Il y a eu un miracle. C’est peut-être aussi parce que c’était mon dernier film avec Ophüls. »

https://youtu.be/GGyZJMRCMW8

En lui donnant un rôle dans Les Demoiselles de Rochefort  (1967), Jacques Demy relance la comédienne qui, à 50 ans, continue d’incarner des personnages de femme élégante et drôle. Sous la direction de Paul Vecchiali (En Haut des marches, 1983) ou d’André Téchiné (Le Lieu du crime, 1986), l’actrice montre qu’elle n’a rien perdu de sa verve. En 2002, François Ozon la choisit pour Huit femmes.

partir de 1969, Danielle Darrieux commence à se produire au théâtre, interprétant Feydeau, Guitry ou Marcel Aymé. En 2003, à 85 ans, seule en scène, elle crée Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt, qui lui vaut un Molière de la meilleure comédienne. Elle a encore travaillé pour le cinéma et la télévision en 2010.

« Parce qu’Oscar et la dame rose est un hymne à la vie, je l’ai dédié à Danielle Darrieux, écrira E.-E. Schmitt. Pétillante, malicieuse, caustique, rosse, naturelle, loin de tout pathétique, gourmande, lumineuse, pudique, elle est pour moi l’incarnation de ce que je voulais dire. »

Danielle Darrieux s’est mariée trois fois, avec Henri Decoin, le richissime play-boy Porfirio Rubirosa et le scénariste Georges Mitsinkidès, mort au début des années 90. Avec ce dernier, elle avait adopté un fils, mort lui-même peu après son mari.

 

Le Figaro
Eloïse Sibony
PARTAGER
figarofr: Gérard Depardieu a un vieux contentieux envers Harver Weinstein.© TIZIANA FABI/AFP Gérard Depardieu a un vieux contentieux envers Harver Weinstein.Ce mercredi, le comédien était au micro de France Inter dans la Bande Originale pour évoquer sa tour de chant consacré à Barbara. L’acteur ne s’est pas contenté de parler musique, il a aussi évoqué son différend qu’il a eu avec le producteurs américain, aujourd’hui accusé d’agressions sexuelles et de viols.

Mercredi sur le plateau de la Bande Originale, Depardieu a raconté à Nagui bien connaitre «le Weinstein en question» en ce moment accusé d’agression sexuelles, d’harcèlement et de viol. Le comédien a ensuite fait le récit de la fois où il a menacé le producteur «de lui crever les yeux». Fidèle à lui même, l’acteur n’a pas été avare de mots.

L’histoire date de la période où Gérard Depardieu produisait le premier film de Nick Cassavettes Unhook the Stars (1996) et avait «une série de films à faire avec lui dont She’so so lovely avec Sean Penn et Robin Wright. C’était le dernier film écrit pas John Casavetes. Nick voulait faire le film mais c’était distribué par Miramax (la société que dirigeait alors Weinstein, NDLR). Je m’aperçois qu’il nous a fait un accord où il nous volait carrément.»

Depardieu poursuit son histoire sur les ondes d’Inter. Il explique ensuite être allé à Tribeca «chez Robert de Niro» où se trouvait le bureau d’Harvey Weinstein. «Je vais le voir dans son bureau et je lui dis ‘‘Hé donc toi, Harvey ». J’étais tellement enervé, je suis passé derrière son bureau et j’ai dit: ‘‘Tu vois Harvey si tu fais quelque chose, mes deux doigts là, ils te crèvent les yeux. Tu touches une chose sur le deal que nous avons fait, je te crève les yeux et je te tue »».

De quoi refroidir les transports entre le producteur et l’acteur pour un long moment… Quand ils se croisaient à Cannes, ces deux poids lourds du cinéma s’ignoraient. «Je pense qu’il avait très peur», a confié Gérard Depardieu.

Publicité

En revanche, l’acteur n’a pas tenu à s’exprimer sur les accusations qui pèsent actuellement sur Harvey Weinstein.

C. Ape.
PARTAGER
Deux journalistes de Mediapart retracent six ans d’enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2007 par la Libye…

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi en décembre 2007.© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi en décembre 2007.Nicolas Sarkozy conteste formellement le fait que sa campagne présidentielle de 2007 ait été financée par le colonel libyen Mouammar Kadhafi. Pourtant, dans un ouvrage baptisé Avec les compliments du guide, les journalistes de Mediapart Fabrice Arfi et Karl Laske, dévoilent six années d’enquête étayée par des documents judiciaires et des entretiens avec différents protagonistes de l’affaire.

Les deux journalistes donnent ainsi à voir un tableau dont les différents morceaux avaient été révélés au fil des semaines notamment sur le site de Mediapart alors que le possible financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye fait toujours l’objet d’une enquête judiciaire.

Un tableau qui prend forme

Les deux journalistes exposent les pièces du puzzle les unes après les autres. En premier lieu l’audition devant la Cour pénale internationale d’Abdallah Senoussi, l’ex-chef du renseignement militaire libyen, qui a déclaré avoir supervisé le transfert de cinq millions d’euros. Dans les carnets de l’ex-premier ministre Choukri Ghanem, dont le corps a été retrouvé dans le Danube en 2012, figurent les sommes d’argent à répartir. Une note des services secrets libyens fait elle, état d’une promesse de 50 millions d’euros, faite à Nicolas Sarkozy. Authentifiée par la justice, cette note ne dit pas si la somme a bel et bien été versée.

Les journalistes démontrent également que la France a chargé de ses relations diplomatiques et économiques le Libanais Ziad Takieddine et Alexandre Djouhri. Le premier doit être jugé dans le volet financier de l’affaire Karachi. Il est mis en examen dans le dossier libyen après avoir affirmé qu’il a lui-même convoyé cinq millions d’euros destinés à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy. Le second, par peur d’être arrêté, serait actuellement en Algérie, selon les auteurs du livre.

Les auteurs indiquent aussi que l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon, a été contrôlé gare du Nord, en 2013, avec 350.000 euros et 40.000 dollars. Par ailleurs, ils rappellent que Claude Guéant, ancien secrétaire général de l’Elysée, à du mal à expliquer le demi-million d’euros qu’il aurait perçu par l’intermédiaire de circuits panaméens.

AUSSI SUR MSN : Sarkozy et l’argent de Kadhafi : comment certains médias ont étouffé l’affaire

Lecteur vidéo depuis : Dailymotion (Politique de confidentialité)


Avec 31,7% des voix, le parti ÖVP de Sebastian Kurz, 31 ans, devance le parti d’extrême-droite FPÖ (26%) et les sociaux-démocrates (26,9%), selon une première projection.

Des partisans du jeune conservateur Sebastian Kurz réagissent aux premiers résultats des législatives en Autriche, le 15 octobre 2017 à Vienne.
Des partisans du jeune conservateur Sebastian Kurz réagissent aux premiers résultats des législatives en Autriche, le 15 octobre 2017 à Vienne. (JOE KLAMAR / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Sebastian Kurz, 31 ans, devrait bien être le prochain chancelier autrichien. Sa formation, le parti conservateur ÖVP, est arrivé en tête, dimanche 15 octobre, des élections législatives en Autriche, selon une projection publiée par la télévision publique.

Avec 31,7% des voix, les conservateurs devancent le parti d’extrême-droite FPÖ (26%) et les sociaux-démocrates du chancelier sortant Christian Kern (26,9%), dont le classement ne peut pas encore être clairement établi, la marge d’erreur étant de 2,4%. Trois autres formations (les Verts, le parti libéral Neos et la liste de l’écologiste dissident Peter Pilz) sont susceptibles d’entrer au Parlement selon ces projections qui tiennent compte du vote par correspondance.

Sebastian Kurz, plus jeune dirigeant d’Europe ?

Si ces projections se confirment, Sebastian Kurz est bien placé pour devenir, à 31 ans, le plus jeune dirigeant d’Europe. Il pourrait cependant rapidement être confronté à la question d’une éventuelle entrée au gouvernement de l’extrême droite, qui égale le record établi en 1999 par Jörg Haider.

Près de 6,4 millions d’Autrichiens étaient appelés aux urnes pour élire leurs 183 députés du Nationalrat (Conseil national), la chambre basse du Parlement. La tenue de ces élections législatives anticipées avait été précipitée par Sebastian Kurz, qui a réclamé après son arrivée à la tête de l’ÖVP la suspension de la coalition de gouvernement entre les conservateurs et les sociaux-démocrates.

InternationalMadagascarPestesantéCroix-RougeOMSAntananarivo

Madagascar : l’épidémie de peste continue à sévir, 74 mort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du personnel médical du ministère de la Santé et des membres de la Croix-Rouge tiennent un point de contrôle sanitaire dans un quartier d’Antananarivo dans le cadre de la campagne de lutte contre la peste à Madagascar, le 5 octobre 2017. (AFP/RIJASOLO)

L’épidémie s’est notamment propagée «aux grandes zones urbaines, contrairement aux précédentes épidémies», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Au total 805 cas de la maladie ont été recensés sur le territoire de la Grande île. L’épidémie de peste qui s’est déclarée il y a deux mois à Madagascar continue à se propager, notamment dans sa capitale Antananarivo, et a fait déjà au moins 74 morts, selon un nouveau bilan publié mardi par les autorités locales.

 

 

La peste réapparaît presque chaque année à Madagascar, généralement de septembre à avril. Mais cette année, l’épidémie a débuté dès août et s’est propagée «aux grandes zones urbaines, contrairement aux précédentes épidémies», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a provoqué un vent de panique parmi la population, malgré les appels au calme du gouvernement.

 

Réunions publiques interdites, cours suspendus

 

A titre de précaution, les autorités ont interdit jusqu’à nouvel ordre les manifestations et réunions publiques dans la capitale et suspendu les cours dans plusieurs universités et écoles du pays afin de procéder aux opérations de désinfection. L’OMS est venu à la rescousse des autorités en livrant 1,2 million de doses d’antibiotiques et, avec des ONG comme la Croix-Rouge, a formé en urgence des centaines de volontaires pour la prévention et l’information de la population.

 

La bactérie de la peste, qui se développe chez les rats, est véhiculée par les puces. Chez l’homme, la forme pulmonaire de la maladie – transmissible par la toux – peut être fatale en seulement 24 à 72 heures. La forme bubonique est elle moins dangereuse. La plupart des patients recensés à Madagascar ont été infectés par la peste pulmonaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous gratuitement à nos vidéos !
© Rijasolo, AFP | Quelque 500 cas de peste et 54 décès ont déjà été répertoriés sur l’ensemble de Madagascar.

Vidéo par Gaëlle BORGIA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2017

À Madagascar, au moins 74 personnes sont mortes de la peste et plus de 800 cas ont été répertoriés. Un plan de riposte national a été mis en place mais les obstacles sont nombreux. Reportage à Antananarivo.

L’heure est au grand nettoyage à Antananarivo. Et tout le monde retrousse ses manches. Depuis fin août, la « saison » de la peste s’est déclarée dans le centre de Madagascar. Mais, cette année, la maladie s’est rapidement propagée jusqu’à la capitale. Selon le dernier bilan publié mardi 17 août par le ministère de la Santé, 805 cas et 74 décès ont déjà été répertoriés sur l’ensemble de la Grande Île, dont au moins 276 cas et 25 morts à Antananarivo.

Dans la ville, les pompiers sont mobilisés sur les marchés afin d’y éliminer les rats, dont les puces sont porteuses de la peste. Mais dans l’une des capitales les plus pauvres du monde, l’hygiène se heurte à la pauvreté. Dans le quartier d’Ampefiloha, les brocanteurs et autres ferrailleurs ne semblent guère avoir fait le lien entre peste et insalubrité. Au milieu des empilements d’ordures, ils continuent leur commerce, comme si de rien n’était. « Il y a des blocages liés à la pauvreté, constate au micro de France 24 Jacques Razafindraibe, délégué au maire d’Antananarivo. Les gens ne pensent pas au nettoyage mais à ce qu’ils vont manger aujourd’hui et demain. C’est ça le problème. »

Dans une usine de la capitale, quatre personnes ont contracté la peste pulmonaire, la forme la plus grave et la plus contagieuse de la maladie car, non soignée, on peut en mourir en 24 heures. Une équipe du ministère de la Santé a dû désinfecter 25 000 m2 de surface et traiter 1 600 employés…

« On est dans une guerre »

C’est là le principal défi auquel est confronté le gouvernement : enrayer coûte que coûte la propagation de la maladie. Le 11 octobre, le président Hery Rajaonarimampianina a proclamé la mobilisation générale contre la peste. « On est dans une guerre », a-t-il lancé lors d’une visite de terrain à Antananarivo.

Dans la capitale, les autorités ont multiplié les mesures de prévention. Dans le cadre du plan de riposte national, des agents font quotidiennement du porte-à-porte pour sensibiliser la population. L’université et les écoles ont été fermées pour désinfection, les gares routières sont contrôlées et les réunions publiques suspendues…

Appelée à la rescousse, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a livré 1,2 million de doses d’antibiotiques, capables de protéger jusqu’à 100 000 personnes, et des lots de « cache-bouche » et autres produits pour la désinfection. L’agence onusienne et la Croix-Rouge ont également formé en urgence des centaines de volontaires chargés de l’information et de la prévention auprès des populations.

Mais malgré tous ces efforts, la peste continue à faire des victimes. Treize jours se sont écoulés entre le premier décès et l’alerte donnée au ministère de la Santé. Un retard embarrassant pour les autorités qui clamaient, il y a trois semaines encore, que la peste était sous contrôle