Feeds:
Articles
Commentaires

Affaire Grégory : Murielle Bolle dépose une demande de remise en liberté

Le Parisien: Ecrouée depuis le 29 juin, Murielle Bolle et ses conseils déposent ce lundi une demande de liberté. (archive)
© LP/VINCENT LESAGE Ecrouée depuis le 29 juin, Murielle Bolle et ses conseils déposent ce lundi une demande de liberté. (archive) Déposée par ses avocats ce lundi, cette demande sera examinée avant la fin du mois. Murielle Bolle sera également confrontée prochainement à son cousin.

Le tragique décès, mardi dernier, du juge Lambert avait retardé la démarche. C’est finalement ce lundi que les avocats de Murielle Bolle déposeront la demande de remise en liberté de leur cliente. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon (Côte-d’Or) disposera alors d’un délai de vingt jours pour se prononcer sur le sort de la mère de famille de 48 ans, écrouée depuis sa mise en examen pour enlèvement de mineur suivi de mort le 29 juin. Depuis la relance de l’affaire Grégory il y a un mois, c’est la seule des trois personnes mises en examen à avoir été placée en détention provisoire.

Avant que la cour ne statue, Murielle Bolle connaîtra un autre moment crucial. Le 28 juillet, elle sera confrontée à l’un de ses cousins qui s’est récemment manifesté. Cet homme, qui n’avait jusqu’ici jamais été entendu malgré les centaines d’auditions déjà réalisées dans ce dossier hors norme, affirme que l’adolescente, alors âgée de 15 ans, a été molestée le 5 novembre 1984 par ses proches afin de revenir sur ses aveux.

Une grève de la faim de quelques jours pour protester

Ce matin-là, la jeune fille avait confirmé au juge Lambert que son beau-frère, Bernard Laroche, avait kidnappé le garçonnet. Mais le 6 novembre, après cette soirée familiale, l’adolescente s’était rétractée. Or les enquêteurs n’ont jamais cru à la sincérité de cette volte-face. Depuis, tous ceux qui se sont penchés sur le dossier ont essayé, d’une manière ou d’une autre, de faire revenir Murielle Bolle sur sa version initiale. Mais, interrogée à d’innombrables reprises, elle n’a plus jamais changé de version. Ses avocats ont d’ores et déjà mis en cause la sincérité de ce cousin et de son témoignage de dernière minute. «Un témoignage absurde qui ne tient pas debout», avait indiqué Me Jean-Paul Teissonnière, l’un de ses conseils. Plusieurs éléments précis de son récit sont ainsi sujets à caution.

Il y a dix jours, Murielle Bolle avait observé une grève de la faim de plusieurs jours pour «dire son innocence» et «protester contre son placement en détention». Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante de Grégory, ont quant à eux été placés sous contrôle judiciaire après leur mise en examen prononcée le 16 juin pour enlèvement et séquestration suivis de mort . Les enquêteurs les soupçonnent d’avoir récupéré l’enfant après son rapt. Un scénario qu’ils nient en bloc et qui repose davantage sur les déductions du logiciel de la gendarmerie Anacrim que sur des preuves tangibles.

Le suicide du juge Lambert, dont les obsèques seront célébrées jeudi, a encore accentué la dimension dramatique de cette affaire maudite. Jean-Michel Lambert avait été le premier juge d’instruction chargé de l’enquête. Ses méthodes de travail avaient été vivement critiquées

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :