Feeds:
Articles
Commentaires

Frais de santé : la ministre suspend le tiers payant généralisé

Le Parisien: Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé, a décidé de suspendre le tiers payant généralisé en attendant le rapport de la mission d'évaluation demandée à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS).
© Le Parisien Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé, a décidé de suspendre le tiers payant généralisé en attendant le rapport de la mission d’évaluation demandée à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). La mise en oeuvre du tiers payant généralisé devait intervenir au 1er décembre. La nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a demandé une évaluation du dispositif à l’Inspection générale des affaires sociales.

Retour en arrière ou simple pause pour améliorer le dispositif ? Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé, a annoncé sur RTL la suspension du tiers payant généralisé mis en place par le gouvernement de Manuel Valls, sous François Hollande. Une enquête d’évaluation va être menée par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Ce dispositif critiqué par les médecins, qui devait s’appliquer à partir du 1er décembre, devait dispenser les patients d’avancer les frais remboursés par la sécurité sociale. Les patients devaient juste avancer les frais remboursés par les mutuelles.

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était prononcé pour un tiers payant «généralisable plutôt que généralisé.» De son côté, Edouard Philippe en dévoilant les grandes lignes de l’action gouvernementale, s’est prononcé dans Le Parisien pour une évaluation du tiers payant généralisé. «Au moment du vote de cette réforme, j’étais dubitatif. Elle va dans le sens d’une forme de dématérialisation de ce que représente le coût de la santé.»

Eviter la paperasserie supplémentaire pour les médecins

Pour Agnès Buzyn, ce n’est pas le principe du tiers payant qui est remis en cause. «Certains Français ont du mal à accéder à un médecin pour des raisons financières», reconnaît-elle. Cependant, la ministre estime que ce dispositif est difficile à mettre en oeuvre. «Il faut que les médecins y trouvent un intérêt», souligne-t-elle.

En d’autres termes, il faut que le tiers payant ne représente pas de la paperasserie supplémentaire pour les médecins. Le tiers payant est déjà appliqué dans les maternités et pour les patients les plus fragiles financièrement mais aussi dans les pharmacies.

L’annonce de cette suspension a été saluée par les médecins. «Le fait qu’Agnès Buzyn insiste sur les difficultés techniques montre qu’elle a bien compris la nature du problème», a commenté Claude Leicher, président du syndicat MG France. «Il n’est pas question que les médecins se transforment en banquiers pour tenter de récupérer leurs honoraires», ajoute de son côté la Fédération des médecins de France.

Une étude avait estimé que le coût du tiers payant dans un centre de santé était de 4,40 euros par consultation (25 euros).

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :