Feeds:
Articles
Commentaires

Total publie son premier «guide pratique» sur la religion au travail

Pour la première fois de son histoire, le groupe Total publie un «guide pratique» sur la prise en compte du fait religieux en son sein. Objectif : apporter des réponses concrètes aux managers et aux salariés du groupe dans le monde entier.

figarofr: Le groupe Total publie pour la première fois un «guide pratique» sur la prise en compte du fait religieux en son sein.

© MAHMUD HAMS/AFP Le groupe Total publie pour la première fois un «guide pratique» sur la prise en compte du fait religieux en son sein. Présent dans 130 pays et fort de 96.000 collaborateurs, le groupe Total a décidé de publier un «guide pratique» sur la prise en compte du fait religieux en son sein. Ce guide s’adresse aux collaborateurs du groupe dans le monde entier et ne se limite donc pas à la France.

Total avance plusieurs explications pour justifier cette parution: le refus de toute discrimination, la coexistence de nombreuses croyances à l’intérieur du groupe et enfin – point central – le fait que les collaborateurs de l’entreprise soient «plus fréquemment qu’auparavant confrontés à la question de l’expression des convictions religieuses». «Les managers et collaborateurs sont confrontés depuis toujours a des interrogations sur les pratiques religieuses dans le contexte du travail, même si elles sont normalement du domaine de l’intime. De fait, les questions sur ces sujets ont eu tendance à être plus nombreuses ces dernières années et les managers à y être plus attentifs compte tenu du contexte général», indique Jean-Jacques Guilbaud, conseiller auprès du PDG de Total. La problématique de la religion en entreprise dépasse le seul cas de Total: en 2016, 18% des managers français s’estimaient par exemple «débordés» par la question religieuse en entreprise.

Alimentation, salles de prière, tenues vestimentaires: des conseils concrets pour les managers

Le guide pratique de Total – long de 88 pages – propose notamment aux collaborateurs de comprendre les différentes pratiques des principales religions dans le monde. Branches du christianisme, courants de l’islam, heures des prières, dates des fêtes religieuses, interdits alimentaires, pratiques vestimentaires, définition du jeûne en islam, du shabbat…. Tout est détaillé religion par religion, et même pays par pays.

Très concrètement, l’objectif du guide est de donner des outils aux managers – applicables au jour le jour – dans plusieurs domaines spécifiquement confrontés aux faits religieux chez Total: la prise de congés (avec des demandes d’aménagements liés aux fêtes religieuses), l’alimentation et la restauration collective, la mise à disposition de salles de repos ou de prière, les tenues vestimentaires ou encore les relations entre collègues hommes-femmes. Pour chaque domaine, des conseils précis sont donnés aux managers. «Pendant leurs temps de pause, les salariés sont libres de vaquer à des activités personnelles. Ils peuvent profiter de cette coupure pour se reposer, lire ou encore prier, sans pour autant entraver le bon fonctionnement de l’entreprise et de ses espaces partagés», détaille par exemple le guide.

Concilier liberté religieuse et bonne marche de l’entreprise

Le guide pratique de Total – que nous avons pu consulter – rappelle aussi un certain nombre de principes juridiques. En toile de fond, la volonté d’assurer la liberté religieuse des salariés, de prendre en compte les particularités culturelles des différents pays et enfin d’assurer la bonne marche économique de l’entreprise. «En vertu des normes internationales relatives aux Droits de l’Homme, tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression», est-il expliqué. Le guide poursuit toutefois: «La liberté de conviction religieuse est un droit dont l’expression peut être encadrée par des critères clairs tels que la sécurité, l’hygiène, les impératifs de fonctionnement de l’entreprise, ou encore le respect de la dignité». Un esprit que Jean-Jacques Guilbaud résume avec la phrase suivante: «Le fait religieux en entreprise doit être traité en privilégiant le dialogue et la bienveillance en respectant les convictions des autres, sans tolérer le prosélytisme et en privilégiant la sécurité et le bon fonctionnement de l’entreprise».

Si l’on revient au cas spécifique de la France, les principes généraux de ce guide s’inscrivent dans la lignée de ce que prévoit le droit en matière de religion en entreprise. Dans une entreprise privée, l’employeur ne peut en effet interdire – de façon générale et absolue – le droit d’exprimer sa religion. Et ce, en vertu de la liberté d’opinion. Il existe cependant des limites au droit d’exprimer sa religion: le bon fonctionnement de l’entreprise, les impératifs de santé ou de sécurité, la dissimulation du visage ou encore le prosélytisme actif et agressif (qui vise à contraindre et à convertir d’autres salariés). Ces dispositions «limitantes» peuvent d’ailleurs être contenues dans les réglements intérieurs des entreprises. Encore faut-il définir ce qu’est «le bon fonctionnement de l’entreprise». Un concept flou et vague qui génère beaucoup d’insécurité juridique. Les polémiques récentes autour de salariés voilées en sont l’illustration.

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :