Feeds:
Articles
Commentaires

Présidentielle: Hollande redoute un match Mélenchon – Le Pen 6/14

Présidentielle: Hollande redoute un match Mélenchon – Le Pen 6/14

Le chef de l’Etat s’inquiète, dans les colonnes du Monde ce mercredi, de la hausse spectaculaire de Jean-Luc Mélenchon à 10 jours du premier tour. Au point de redouter un face-à-face avec Marine Le Pen le 7 mai.

François Hollande redoute un deuxième tour Marine Le Pen - Jean-Luc Mélenchon.

© afp.com/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT François Hollande redoute un deuxième tour Marine Le Pen – Jean-Luc Mélenchon. François Hollande sort de son silence. Et ça ne va pas faire plaisir à Jean-Luc Mélenchon. Ce mercredi, Le Monde rapporte une évolution de la stratégie du chef de l’Etat à 10 jours de l’élection présidentielle. Lui qui avait fait voeu de silence et ne soutenait publiquement ni Benoit Hamon ni Emmanuel Macron -même s’il prodiguait des conseils à ce dernier en privé- commence à parler. Et livre à la presse ses doutes et ses interrogations sur la campagne en cours.

Devant des très proches, François Hollande a jugé la campagne « hors sol », centrée sur les affaires -le Penelopegate ou celle des assistants parlementaires du FN- et laissant peu de place au débat d’idées et de projets. Il regrette que « l’émotion » et les dynamiques de campagne aient pris le pas sur la « raison » et le fond.

Le scénario redouté de Hollande

Si François Hollande partage ainsi ses doutes, c’est notamment à cause de forte progression de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, passé de 11% à 19%, talonnant voire dépassant François Fillon, en quelques semaines. Une remontée spectaculaire qu’il juge d’un mauvais oeil selon nos confrères, au point de redouter désormais un match final entre la président du FN et le leader autoproclamée de la France insoumise. Signe de cette inquiétude: le chef de l’Etat a lâché en privé que cette campagne « sent mauvais ».

En mars dernier, toujours dans les colonnes du Monde, François Hollande partageait ses craintes sur la « menace » d’une victoire de la cheffe du Front national. Une menace dont il était persuadé à l’époque qu’elle ne prendrait pas forme. Un mois plus tard, la donne a changé: les favoris ont marqué le pas dans les sondages et les outsiders ont pris de l’assurance, rebattant ainsi les cartes.

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :