Feeds:
Articles
Commentaires

Affaire Fillon : l’enquête élargie à des soupçons d' »escroquerie aggravée et faux »

 

Affaire Fillon : l'enquête élargie à des soupçons d'"escroquerie aggravée et faux"© Reuters Affaire Fillon : l’enquête élargie à des soupçons d' »escroquerie aggravée et faux » Selon des informations du Monde, confirmées ensuite par l’AFP, l’enquête sur de possibles emplois fictifs visant la famille Fillon a été étendue à des soupçons de d' »escroquerie aggravée, faux et usage de faux ». Le candidat de la droite est déjà mis en examen, notamment pour « détournement de fonds publics ».

Une semaine tout juste après sa mise en examen, François Fillon voit l’enquête le visant s’élargir. Les juges ont étendu leurs investigations à des soupçons de d' »escroquerie aggravée, faux et usage de faux », a indiqué mardi à l’AFP une source judiciaire, confirmant des révélations du Monde.

Des nouveaux documents retrouvés lors d’une perquisition sèment le doute

Comme le mentionnait le quotidien, le parquet national financier (PNF) a délivré aux juges d’instruction dès le 16 mars un réquisitoire supplétif visant des faits d' »escroquerie aggravée, faux et usage de faux ». D’après Le Monde, la justice se demande si « les époux Fillon ont pu produire des faux pour justifier les salaires » versés à Penelope, l’épouse du candidat. C’est lors d’une deuxième perquisition menée au domicile du couple ce mois-ci que des nouveaux documents ont été saisis, explique le journal. Qui précise : « Ces feuilles, signées par Penelope Fillon, comportaient différents calculs d’heures travaillées. » Les juges cherchent donc à savoir s’ils ont été réalisés a posteriori.

La semaine dernière, la même enquête qui a valu à François Fillon sa mise en examen a été également étendue aux conditions dans lesquelles des costumes de luxe révélés par le JDD lui ont été offerts. L’avocat Robert Bourgi avait ensuite reconnu avoir acheté ces costumes, pour un montant de 13.000 euros, à François Fillon. « Un simple cadeau amical » effectué, selon lui, sans « conflit d’intérêt ni trafic d’influence », a-t-il dit à l’AFP. Mardi 14 mars, le candidat avait été mis en examen pour les motifs suivant : « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de biens sociaux » et « manquements aux obligations de déclarations à la haute autorité de la vie publique ».

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :