Feeds:
Articles
Commentaires

Bruno Le Roux a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires

 

Bruno Le Roux a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires
© Reuters Bruno Le Roux a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires L’émission Quotidien, présentée par Yann Barthès sur TMC, a révélé lundi soir que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, lorsqu’il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

Polémique après l’affaire Théo, soutien à Valls malgré la demande de Cazeneuve de rester neutre… Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur le temps de la campagne présidentielle, est à la peine depuis son arrivée à Place Beauvau. Les révélations de Quotidien, lundi soir sur TMC, risquent de lui compliquer un peu plus la tâche. L’émission de Yann Barthès indique en effet que le ministre, quand il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires… alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

Interrogé par Quotidien, Bruno Le Roux n’a pas démenti : « Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence. » Dans le détail, les filles de Bruno Le Roux, aujourd’hui âgées de 23 et 20 ans, ont, tout au long de leur cursus au lycée et pendant leurs études supérieures, bénéficié de CDD à l’Assemblée nationale comme collaboratrices parlementaires auprès de leur père, alors député PS de Seine-Saint-Denis. Au total, elles ont cumulé chacune 14 et 10 CDD, effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

Des soupçons d’emploi fictif?

Les deux filles ont donc toutes deux commencé à travailler pour leur père quand elles étaient mineures, respectivement à l’âge de 15 et 16 ans. Rien d’illégal toutefois : si l’âge légal minimum pour travailler en France est de 16 ans, il est toutefois possible d’obtenir une dérogation si l’employeur est un parent proche. Sur le plan moral, Bruno Le Roux a par ailleurs rejeté toute accusation de népotisme en pleine affaire Fillon : « On parle d’un boulot d’été auprès d’un parlementaire. Et quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça. »

Quotidien soulève toutefois un lièvre. Du 10 juin au 9 septembre 2013, la fille aînée de Bruno Le Roux a donc travaillé à l’Assemblée nationale… alors qu’elle effectuait un stage à plein temps pour un magasin Yves Rocher à Tournai, en Belgique. Comment a-t-elle pu assurer les deux postes en même temps? « Chaque contrat faisait l’objet de missions qui ont été honorées […], puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc) et durant plusieurs jours supplémentaires à l’automne », a répondu à l’émission de TMC le cabinet de Bruno Le Roux.

Un autre contrat, concernant la fille benjamine cette fois, poserait problème : elle était embauchée pendant un mois à temps plein du 20 avril au 20 mai 2015… alors qu’elle était scolarisée dans le même temps en classe préparatoire d’un lycée parisien. Là encore, le cabinet du ministre apporte une réponse : « La mission a pu être effectuée en horaires renforcés les premières semaines puis s’est poursuivie en plus du temps universitaire les semaines qui ont suivi jusqu’à ce que la mission confiée ait été réalisée. »

1/25

Bruno Le Roux a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires
© Reuters Bruno Le Roux a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires L’émission Quotidien, présentée par Yann Barthès sur TMC, a révélé lundi soir que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, lorsqu’il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

Polémique après l’affaire Théo, soutien à Valls malgré la demande de Cazeneuve de rester neutre… Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur le temps de la campagne présidentielle, est à la peine depuis son arrivée à Place Beauvau. Les révélations de Quotidien, lundi soir sur TMC, risquent de lui compliquer un peu plus la tâche. L’émission de Yann Barthès indique en effet que le ministre, quand il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires… alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

Interrogé par Quotidien, Bruno Le Roux n’a pas démenti : « Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence. » Dans le détail, les filles de Bruno Le Roux, aujourd’hui âgées de 23 et 20 ans, ont, tout au long de leur cursus au lycée et pendant leurs études supérieures, bénéficié de CDD à l’Assemblée nationale comme collaboratrices parlementaires auprès de leur père, alors député PS de Seine-Saint-Denis. Au total, elles ont cumulé chacune 14 et 10 CDD, effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

Des soupçons d’emploi fictif?

Les deux filles ont donc toutes deux commencé à travailler pour leur père quand elles étaient mineures, respectivement à l’âge de 15 et 16 ans. Rien d’illégal toutefois : si l’âge légal minimum pour travailler en France est de 16 ans, il est toutefois possible d’obtenir une dérogation si l’employeur est un parent proche. Sur le plan moral, Bruno Le Roux a par ailleurs rejeté toute accusation de népotisme en pleine affaire Fillon : « On parle d’un boulot d’été auprès d’un parlementaire. Et quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça. »

Quotidien soulève toutefois un lièvre. Du 10 juin au 9 septembre 2013, la fille aînée de Bruno Le Roux a donc travaillé à l’Assemblée nationale… alors qu’elle effectuait un stage à plein temps pour un magasin Yves Rocher à Tournai, en Belgique. Comment a-t-elle pu assurer les deux postes en même temps? « Chaque contrat faisait l’objet de missions qui ont été honorées […], puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc) et durant plusieurs jours supplémentaires à l’automne », a répondu à l’émission de TMC le cabinet de Bruno Le Roux.

Un autre contrat, concernant la fille benjamine cette fois, poserait problème : elle était embauchée pendant un mois à temps plein du 20 avril au 20 mai 2015… alors qu’elle était scolarisée dans le même temps en classe préparatoire d’un lycée parisien. Là encore, le cabinet du ministre apporte une réponse : « La mission a pu être effectuée en horaires renforcés les premières semaines puis s’est poursuivie en plus du temps universitaire les semaines qui ont suivi jusqu’à ce que la mission confiée ait été réalisée. »

Publicités

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :