Feeds:
Articles
Commentaires

Réforme de la justice : la discrète colère des greffiers

le Jeudi 10 Avril 2014 à 08:06

Par Evelyne Chatelais

Les greffiers en colère se rassemblent mais ne font pas grève © Maxppp

Depuis début avril, la colère monte dans les tribunaux parmi les greffiers. Le mouvement est pour le moment discret, sans grève, ni blocage des institutions, mais la protestation pourrait se durcir. Alors qu’une réforme se profile, la profession réunie ce jeudi à Paris va demander davantage de reconnaissance et une meilleure rémunération.

Une réforme de "la justice du 21e siècle" est en préparation au gouvernement. Elle inquiète les greffiers qui pourraient se voir attribuer de nouvelles missions. Un changement alors que la profession se dit surchargée de travail avec des salaires gelés.

De nouvelles missions pour les greffiers

La réforme voulue par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, passerait par de nouvelles attributions pour les greffiers. Ces officiers de justice sont chargés en quelque sorte de faire tourner les tribunaux, en veillant au bon déroulement des audiences, depuis les débats jusqu’à la signature des actes et des jugements. Une éventuelle extension de leurs missions n’est pas vue d’un bon oeil. Michel Carlier, secrétaire adjoint de la CGT- Justice, dans le Nord-Pas-de-Calais donne l’exemple du divorce jusqu’ici dévolu aux magistrats.

"Madame Taubira aurait bien voulu que les greffiers divorcent les gens" (Michel Carlier, CGT-Justice sur France Bleu Nord)  

Lecture

Partager

La ministre de la Justice a annoncé aux syndicats de greffiers l’ouverture des négociations le 11 avril, sans préciser le montant de l’enveloppe allouée pour la réforme.

Les salaires au coeur des revendications

Un greffier de Montpellier témoigne d’un quotidien professionnel chargé. Le périmètre de leurs missions ne leur donne pas le temps de souffler, il ne voit pas comment il pourrait faire plus, à salaire égal. Boris exerce à la cour d’appel. Il évoque un métier passionnant mais "une profession exaspérée, des jeunes qui commencent leur carrière à 1.500 euros après cinq ans d’études".

"Nous sommes payés au lance-pierre" (Boris, greffier à la cour d’appel d’Aix-en-Provence au micro de France Bleu Hérault)  

Lecture

Partager

Si des missions supplémentaires sont mises à l’étude, la question de la rémunération va se poser. Les salaires des fonctionnaires étant gelés, les négociations s’annoncent serrées.

Par Evelyne Chatelais

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), hier. François Hollande « a simplement voulu répondre avec franchise à un salarié qui l’interrogeait », assure un conseiller.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), hier. François Hollande « a simplement voulu répondre avec franchise à un salarié qui l’interrogeait », assure un conseiller. | Philippe Wojazer

  

Une gaffe ? Une façon de se remettre sur le devant de la scène ? Une tentative de diversion ? Hier soir, les socialistes se perdaient en interrogations : mais qu’a voulu dire ? A l’occasion de sa visite chez à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le président a lâché une petite bombe : « Si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017 (NDLR : la prochaine présidentielle), je n’ai ou aucune raison d’être candidat ou aucune chance d’être réélu », a-t-il dit. >

Certes, Hollande a toujours pris soin de préciser qu’il serait « jugé à la fin de son mandat sur ses résultats », notamment sur l’emploi. Mais, hier, en faisant cette confidence lors d’un déjeuner avec une vingtaine de salariés, c’est la première fois qu’il évoque en ces termes son avenir politique. Du coup, les socialistes sont partagés. « C’est du Mendès France tout craché, approuve Olivier Faure, porte-parole du PS. Il a un calendrier, un mandat et je veux être uniquement jugé sur mon action. C’est courageux. »

D’autres y voient du Lionel Jospin mais dans l’erreur. « Jospin a créé 1 million d’emplois. Pour autant, il n’a pas été élu en 2002, rappelle le député Laurent Baumel. Ce que fait Hollande est honnête, mais il ne faut pas sous-estimer l’autre question, celle du pouvoir d’achat. »


>> Question du jour : François Hollande doit-il se représenter en 2017 ?

Quant au timing, il étonne. « Hollande change tout du sol au plafond pour un nouveau départ et il laisse entendre qu’il pourrait s’en aller, étrange… » souffle un député PS. A moins qu’en pleine affaire Aquilino Morelle, le président ait choisi d’allumer un contre-feu. En clair, personne n’y comprend grand-chose alors que, pour son entourage, « il ne faut y voir aucune arrière-pensée politique ». « Le président a simplement voulu répondre avec franchise à un salarié qui l’interrogeait », assure un conseiller.

Sauf que la démarche a déjà connu des ratés dans le passé. La formule du président n’est pas sans rappeler celle de son prédécesseur : Nicolas Sarkozy en 2007 avait promis d’abaisser la barre du chômage à 5 %. « Si j’échoue, je le dis aux Français, il faut en tirer les conséquences », avait-il indiqué. La suite est connue… Hollande, lui, évite de donner un chiffre : pas question de s’enfermer à nouveau dans une promesse intenable de type « inversion de la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année ». « C’est une ruse, confie un député. Cette phrase est une façon de tuer dans l’oeuf toute concurrence à gauche pour 2017. » Et pour cause : à l’Elysée, on sait que le chômage devrait baisser d’ici la prochaine présidentielle. La candidature de Hollande sera alors toute… naturelle.

 

Le Parisien

 

 

 

Le Parisien

 

 Source: Monputeaux.com

Le compte caché au Luxembourg de Joëlle Ceccaldi : RDV au tribunal le 13 juin 2014

IMG_1014Joëlle Ceccaldi-Raynaud a possédé un compte caché à l’étranger. En 2011, le Canard enchaîné a révélé que la justice avait découvert 4 millions d’euros sur un compte ouvert au nom du maire UMP de Puteaux dans une banque luxembourgeoise.

Entendue par un juge de Nanterre comme "témoin assisté", Joëlle Ceccaldi explique que cet argent provient d’un héritage.

Ayant rappelé l’existence de ce compte luxembourgeois dans un tweet publié en décembre 2012, Joëlle Ceccaldi a porté plainte contre moi. Je suis convoqué devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris le 13 juin 2014 à 13h30.

Joëlle Ceccaldi aurait planqué des millions au Luxembourg, mais c’est moi qui suis convoqué au tribunal ! Cherchez l’erreur !

(photo : Canard Enchaîné)

 

La Gazette de Puteaux:

Nous n’avons jamais vu autant de procès contre une seule personne , depuis le début de la mandature de

Joëlle  Ceccaldi-Raynaud  , et de Christophe Grébert.

C’est vraiment scandaleux , car c’est avec l’argent des contribuables Putéoliens que sont payer les procès que ce soit par Joëlle , que par Christophe ,puisqu’il a un comité de soutien qui est chargé de récolté de l’argent pour l’aider à régler les frais de son avocat.

Cela fait 6 ans que cela dure, il faudrait peut-être que la 17 è chambre correctionnelle de Paris , mette un frein à ces attaques.

Si le Canard Enchainé  n’est pas attaqué , c’est simplement parce qu’ils  ont des preuves , et que Christophe Grébert n’en a pas. Un journaliste vérifie toujours si les faits sont véridiques ou pas, alors que Christophe Grébert  se contente simplement de reprendre un article.

C’est pareil pour l’histoire du chauffage de la Défense , ou Christophe  Grébert  en a remis une  couche, lors des élections municipales ,  car il n’a pas été capable de vérifié les faits qui sont les suivants:

" Mr  Charles Ceccaldi-Raynaud , a gagné le procès contre la société de chauffage de la Défense , il a gagné énormément d’argent .

Cette somme gagné dans le chauffage de la Défense , Mr Charles Ceccaldi-Raynaud a fait en sorte que cela serve à faire baisser le chauffage de toutes les Résidences qui sont sur le territoire de la défense , cela à bénéficier à Mme Nadine Jeanne  car sa note de chauffage à baisser."

Une fois de plus cela montre l’incompétence de  Mr Christophe Grébert à ne pas vérifier ces sources.

 

La Gazette de Puteaux  , vous  souhaite un Bon Week-End Pascal

 

 

 

 

7b33ac3b43215360ad0f723f2179d515

Reeva Steenkamp dans un SMS à Oscar Pistorius peu avant le meurtre: "Parfois j’ai peur de toi"

Le HuffPost avec AFP  |  Publication: 24/03/2014 14h57 CET

INTERNATIONAL – Tout allait pour le mieux avec Reeva Steenkamp. C’est ce que répète Oscar Pistorius depuis le début de son procès pour le meurtre de sa compagne en février 2013. Un élément dévoilé lundi 24 mars à l’audience tend à contredire le tableau presque idyllique que le champion handisport sud-africain dépeint.

Sa petite amie lui avait en effet reproché ses scènes de jalousie dans un texto envoyé peu avant avant le meurtre, disant qu’il la rendait "heureuse 90% du temps" mais qu’il lui faisait peur parfois. Le 27 janvier 2013, Reeva Steenkamp assiste aux fiançailles d’un de ses meilleurs amis. Elle se plaint en ces termes par messagerie instantanée sur son téléphone portable, décrypté lundi à l’audience par un expert de la police sud-africaine :

"Depuis que tu es rentré du Cap, tu m’agresses constamment et je comprends que tu sois malade, mais c’est méchant. (…) Je ne flirtais avec personne aujourd’hui. Ça me rend malade que tu aies suggéré ça et que tu aies fait une scène à table qui nous a fait partir plus tôt."Elle exprimait sa "déception", et se plaignait d’une "relation déséquilibrée" où il a le droit d’être "en colère" ou "distant", mais pas elle.

Et d’ajouter : "Parfois j’ai peur de toi, comment tu me parles et comment tu réagis. (…) Tu me rends heureuse 90% du temps et on est super ensemble mais je ne suis pas une autre de ces pétasses rabat-joie. (…) Pourquoi continuer ? Je me fais agresser et tu te plains que tu n’aimes pas ma voix et mon accent."

 

Un autre message retrouvé dans le téléphone portable de Reeva confirme que Pistorius était très inquiet de voir sortir dans la presse l’incident du Tashas, un restaurant à la mode de Johannesburg où il a déchargé le pistolet d’un ami, Darren Frescoe, manquant de blesser un autre ami boxeur attablé avec eux, en janvier 2013.

"S’il te plaît, mon ange, ne dis rien à personne. Darren a dit à tout le monde que c’était de sa faute. Je ne peux pas me permettre que ça sorte. Les mecs ont promis de ne rien dire", lui avait-il écrit.

Lundi, le procès est entré dans sa quatrième semaine avec un nouveau témoignage faisant état de cris terrifiants et de coups de feu la nuit où l’athlète a tué sa compagne. Anette Stipp, une voisine citée par l’accusation, a dit avoir entendu des coups de feu, puis une femme crier, puis d’autres coups de feu aux premières heures du matin de la Saint Valentin.

Coups de feu trop rapprochés pour qu’elle puisse crier

"J’ai entendu trois… ce qui m’a semblé être des coups de feu", a témoigné Anette Stipp. "Et puis, c’était quelques instants après les coups de feu, j’ai entendu une dame crier. Des cris de terreur, de terreur". Son témoignage, qui concorde avec de précédentes déclarations, vient contredire la version de l’accusé.

La défense a fait valoir que les coups de feu qui ont tué Reeva Steenkamp ont été trop rapprochés pour qu’elle puisse crier et alerter son ami. Lui affirme qu’il croyait à la présence d’un intrus dans les toilettes.

"Après la première série de coups de feu, une femme a clairement crié pendant un certain temps", a témoigné Anette Stipp qui dit avoir également entendu une voix d’homme. Puis "juste avant la deuxième série de coups de feu il y a eu un hurlement d’homme, et puis après les coups de feu c’est redevenu tranquille".

D’autres témoins habitant plus loin avaient entendu des cris, puis un coup de feu, puis les hurlements d’une femme, puis trois autres coups. Les lumières étaient allumées chez Oscar Pistorius, et la fenêtre de la salle de bain était ouverte, a encore dit Anette Stipp à la Cour, comme son mari avant elle. L’accusé a affirmé qu’il avait tiré dans l’obscurité totale.

maire d'aix

La maire UMP d’Aix mise en examen pour prise illégale d’intérêts | AFP

JUSTICE – Maryse Joissains, maire (UMP) d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), récemment réélue, a été mise en examen mardi 8 avril dans la soirée pour prise illégale d’intérêts dans le cadre d’une affaire d’emplois présumés de complaisance, a-t-elle annoncé à l’issue de sa garde à vue.

Convoquée à 15h au TGI d’Aix-en-Provence, elle est ressortie peu avant minuit du bureau du juge d’instruction Marc Rivet, entourée de ses trois avocats Gaëtan Di Marino, Mireille de Portalon et Alain Roustan. "On a gagné à moitié, il y avait une imputation sur quatre fonctionnaires, et il demeure une imputation sur deux fonctionnaires", a commenté Maryse Joissains. "C’est un soulagement, et je suis persuadée que les nouveaux éléments que nous allons apporter entraîneront un non-lieu global", a-t-elle déclaré.

"Ce ne sont pas des emplois fictifs"

Elle a précisé être poursuivie pour l’emploi à la Communauté du Pays d’Aix (CPA) d’une collaboratrice de son cabinet, chargée d’une mission concernant les animaux, et la promotion de son chauffeur en catégorie A, le plus haut grade dans la fonction publique. "Ce qui est contesté, c’est l’avancement de l’un. Pour l’autre, la communauté d’agglomération n’a pas la compétence protection animale mais elle était souhaitée par tous les maires", a souligné Maryse Joissains.

"Il n’est pas contesté que ces deux personnes travaillent, ce ne sont pas des emplois fictifs", a-t-elle assuré. "J’ai appliqué la loi, purement et simplement". "La question est: est-ce que le respect des règles administratives suffit à assurer la légalité d’une décision?", a argué Me di Marino, évoquant un problème d’ordre administratif, et non pénal.

Les charges concernant le statut du directeur des services de la CPA et le recrutement du fils de son chauffeur à la CPA sont abandonnées, selon l’élue et ses conseils. D’abord fixée à janvier, cette convocation avait été reportée à leur demande.

La maire avait été placée en garde à vue le 26 décembre par la brigade financière de la police judiciaire de Marseille, sur commission rogatoire du juge aixois, dans cette enquête pour trafic d’influence et détournement de fonds publics. Elle était ressortie libre huit heures plus tard sans charge contre elle. La mairie d’Aix est depuis 2001 tenue par Maryse Joissains-Masini, 71 ans, qui a été réélue au 2e tour des dernières municipales avec 52,61% des voix dans une triangulaire.

l’Express.fr

Une petite fille de 4 mois et demi a été enlevée vers 23 heures le 17 avril à Nancy. Si vous localisez l’enfant ou le suspect, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 0805.200.200 ou envoyez un courriel à alerte.enlevement@interieur.gouv.fr

 

bebe-alerte-enlevement-18-avril-2014_4882525

 

 

Une petite fille de 4 mois et demi a été enlevée vers 23 heures le 17 avril à Nancy. Si vous localisez l’enfant ou le suspect, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 0805.200.200 ou envoyez un courriel à alerte.enlevement@interieur.gouv.fr.

 

 

Alerte enlèvement

Miah, bébé de sexe féminin, âgée de 4 mois et demi, de santé fragile a été enlevée vers 23 heures le 17 avril 2014 au centre maternel de Nancy. L’enfant porte un pyjama.

 

ADVERTISEMENT

 

La suspecte est la mère de l’enfant, âgée de 36 ans et déficiente mentale. Elle mesure 1m75, porte des lunettes gros foyer, a des cheveux châtain foncé ondulés et légèrement grisonnants. Elle porte une veste polaire beige avec un imprimé géométrique dans les tons rose et bleu ainsi qu’un pantalon et des baskets noires.

 

Elle est montée avec l’enfant dans un véhicule qui l’attendait à la sortie du centre maternel.

 

Si vous localisez l’enfant ou le suspect, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 0805.200.200 ou envoyez un courriel à alerte.enlevement@interieur.gouv.fr

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 249 followers