Feeds:
Articles
Commentaires

Ce baryton qui chantait dans le métro bouleverse la télé mexicaine

par A.Se., publié le 31/10/2014 à  08:45

Jahvel Johnson chantait dans la rue dans un quasi-anonymat… Jusqu’à ce qu’il passe dans l’émission México tiene talento, où sa prestation a conquis le public.

Ce baryton qui chantait dans le métro bouleverse la télé mexicaine

Le baryton Jahvel Johnson a épaté le public mexicain (Capture d’écran Youtube).

Youtube / AztecaTube

 

C’est le genre d’histoires dont les spectateurs de télé-crochets raffolent. Jahvel Johnson, une sorte de baryton du métro de Mexico, a fait sensation avec sa voix grave dans México tiene talento (version latine de La France a un incroyable talent). La vidéo de son passage dans l’émission, le 17 octobre dernier, a été visionnée par plus de cinq millions d’internautes.

Difficile de déceler son talent au premier coup d’oeil, derrière sa barbe négligée et sa démarche fatiguée par huit années à vivre dans la rue. Il n’aura pourtant fallu que quelques secondes pour que le public s’emballe, tout comme les jurés de l’émission.

Bien que vivant dans l’anonymat, Jahvel Johnson avait déjà fait sensation sur Internet. Des internautes conquis avaient déjà, par le passé, publié des vidéos de lui chantant dans les couloirs du métro avec son vieux radiocassette. Et notamment celle-ci, qui remonte à septembre 2013, où on le voit appuyé sur une canne et où son nom n’est même pas mentionné

 

Gouvernance220px-Presidential_Standard_of_Madagascar_svg

Caprice de star de la ministre de l’Artisanat, de la Culture et du Patrimoine

vendredi 31 octobre 2014, par Léa Ratsiazo

Tous les directeurs, généraux, techniques et ceux des organismes rattachés au ministère de l’Artisanat, de la Culture et du Patrimoine ont reçu l’ordre signé du secrétaire général dudit ministère le 27 octobre 2014 de verser le 29 octobre avant midi la somme de 1 million d’ariary chacun, sur le compte personnel du directeur administratif et financier à la BOA. Ceci afin de remplir la mission confiée au ministère mais qui n’en a pas les moyens, sans plus de précisions. 11 organismes sont rattachés au ministère de l’Artisanat, de la Culture et du Patrimoine qui dispose en plus d’une dizaine de directions généraux et techniques.

Mais quand les directeurs en question ont su que la ministre Randrianarisoa Vaonalaroy avait affrété un avion pour rejoindre Mananjary afin de participer aux évènements socio-culturels du Sambatra, ils ont fait le lien et n’ont pas du tout apprécié. « Est-ce une caprice de star ou un écolage ? » se demandent certains directeurs. Car le paiement « d’écolage » est une pratique récurrente pour ceux qui occupent des postes de responsabilités dans la haute sphère de l’État : ceux qui ont été nommés versent une certaine somme, régulièrement ou non, à ceux à qui ils doivent leurs postes. Pratique carrément institutionnalisée dans certains ministères.

Ils espèrent, si l’on peut dire ainsi, que c’est un caprice de star qui ne se renouvellera pas souvent. Car la ministre de l’Artisanat, de la Culture et du Patrimoine, Randrianarisoa née Ramahatodisolomanana Vaonalaroy, évoluait comme artiste sous son nom de scène Nala et était élue députée dans le district de Brickaville sous la couleur du parti indépendant, Mpirahalahy Mian’ala. Le grand public connaît la ministre en tant que porte-parole du gouvernement après les conseils de gouvernement mais sinon on ne la connaît pas beaucoup.

Il est vrai que la ministre n’est pas la première ni la dernière à se donner des libéralités sur l’argent public et qui s’en sorte indemne. Il s’agit d’une pratique courante qui se transmet de régime en régime, d’un ministre à un autre

220px-Presidential_Standard_of_Madagascar_svg

Appel de détresse de son épouse et de ses deux enfants

vendredi 31 octobre 2014

Lila Randriambololona, l’épouse de Jean Marc Koumba, l’ancien garde de corps de Marc Ravalomanana, a partagé ce jeudi 30 octobre son désarroi. Elle dénonce la manière de faire des enquêtes dont elle a été l’objet. « Les enquêteurs voulaient absolument que je dise que mon époux avait, à un moment donné, disparu de ma vue le dimanche 12 octobre 2014, le temps de préparer l’arrivée de Marc Ravalomanana, alors qu’il n’en était rien », déclare-t-elle. Selon ses explications, Jean Marc Koumba était durant cette journée du dimanche 12 octobre à la maison car elle était malade et il devait alors s’occuper de l’hôtel-restaurant. Jean Marc Koumba avait été expulsé en 2005, et depuis selon son épouse, il n’a plus eu de contact avec Marc Ravalomanana.

Lila Randriambololona regrette que les droits de l’homme soient bafoués de la sorte car aucun membre de sa famille ne sait où il se trouve aujourd’hui ; elle a informé l’ambassade d’Allemagne de la situation, sachant que Jean Marc Koumba est citoyen allemand. Ses deux enfants de 7 ans et de 4 ans implorent une mère désespérée qui ne sait plus où donner de la tête.

C’est dans les pleurs que Lila Randriambololona apparut à l’écran de télévision de MaTv ce jeudi soir, adressant un appel aux deux personnalités qui sont à l’origine des malheurs des trois membres de la famille de Jean Marc Koumba : Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana. Au premier, elle reconnaît son impuissance devant la situation d’un combat impossible car perdu d’avance ; elle avoue qu’elle ne peut rien faire que le supplier pour le respect des droits de l’homme dans le cas de Jean Marc car la situation est comparable à celle d’un œuf face un bloc de pierre. Elle demande que Hery Rajaonarimampianina éclaire sur la tourmente dans laquelle l’opinion et en particulier son époux, Jean Marc Koumba est actuellement. Au second, elle le prie de dire toute la vérité car c’est lui qui détient la clé de tout ce qui se produit aujourd’hui. Elle l’implore qu’il fasse la lumière sur la manière dont il est rentré au pays.

La situation est telle qu’elle provoque des victimes innocentes d’après Lila Randriambololona qui ajoute qu’elle s’alarme de l’état de santé de son époux qui observe la grève de la faim depuis une semaine si on devait croire son épouse.

Recueilli par Bill

Arnaud Montebourg retourne à l’école pour devenir « haut dirigeant »

LE MONDEPar Cédric Pietralunga

French former Economy minister Arnaud Montebourg looks on during his Autumn University (Universite d'automne) in Laudun-l'Ardoise, southeastern France, on October 5, 2014. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT<br />
 » width= »534″ /> <figcaption class=French former Economy minister Arnaud Montebourg looks on during his Autumn University (Universite d’automne) in Laudun-l’Ardoise, southeastern France, on October 5, 2014. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT  | AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

« Je retourne à l’école ! » Excité comme un enfant une veille de rentrée, Arnaud Montebourg, 52 ans, ne tient plus en place. Lundi 3 novembre, l’ex-ministre de l’économie va emménager pour quatre semaines à Fontainebleau (Seine-et-Marne), où il va suivre une formation à l’Insead, une école de commerce réputée. Appelé « Advanced Management Programme », le cursus choisi par M. Montebourg, où se côtoient cadres sup’ et dirigeants du public, alterne cours théoriques et mises en situation. Objectif : faire de vous un « haut dirigeant ».

« J’ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m’en suis rendu compte ces deux dernières années », explique le ministre, mis à la porte de Bercy le 25 août après avoir remis en cause la politique économique du gouvernement. S’il refuse…

Pas-de-Calais : une école fermée à cause des voisins injurieux et menaçant
Ecole de Lisbourg (Pas-de-Calais). Parce qu’ils craignent pour la sécurité des enfants, les élus ont décidé d’interpeller les pouvoirs publics en maintenant l’école fermée.

Ecole de Lisbourg (Pas-de-Calais). Parce qu’ils craignent pour la sécurité des enfants, les élus ont décidé d’interpeller les pouvoirs publics en maintenant l’école fermée. | Google Street View

Doigts d’honneur, insultes, menaces… En raison des incivilités d’une famille très agressive habitant à côté d’une l’école à Lisbourg, près de Béthune (Pas-de-Calais), les élus de cette commune ont décidé de ne pas rouvrir l’école lundi lors de la rentrée des vacances de la Toussaint. Les seront remplacés par un service d’accueil dans une salle de la commune.

 «On ne va pas attendre qu’il y ait un drame», a déclare le premier adjoint Willy Gallet dans «la Voix du Nord»

Cela fait plusieurs années qu’un couple et leur fils vivant dans un social attenant à l’école multiplient les écarts : «Des doigts d’honneur aux élèves, des insultes aux enseignants ou encore des menaces de tir à l’arme à feu, laquelle a depuis été saisie par la gendarmerie», énumère le quotidien nordiste.

La a ordonné dernièrement l’expulsion sous deux mois de ces voisins asociaux, régulièrement sous l’emprise de l’alcool et très mauvais payeurs – ils doivent 6000 euros à la commune. Mais la trêve hivernale, qui démarre ce 1er novembre, risque de différer cette expulsion au printemps.

Excédés, les élus, soutenus par le corps enseignant et les parents d’élèves, ont donc pris la décision de fermer l’établissement. « C’est la sécurité des enfants, du personnel et des enseignants qui est engagée », selon Willy Gallet. Pour combien de temps? «On va bien voir la réaction de la préfecture», répond-il.

LeParisien.fr

VIDEO. Incendie à la Maison de la radio: le feu est « éteint » annoncent les pompiers

Par LEXPRESS.fr,

Un incendie s’est déclenché au 8e étage de la Maison de la radio, ce vendredi à Paris. Son origine est encore inconnue. Il a été maîtrisé 1h30 après s’être déclenché. Aucun blessé n’est à déplorer.

VIDEO. Incendie à la Maison de la radio: le feu est "éteint" annoncent les pompiers

L’incendie qui a ravagé les derniers étages de la Maison de la radio a été maitrisé 1h30 après s’être déclenché.

REUTERS/Gonzalo Fuentes

La Maison de la radio brûle. De hautes colonnes de fumées se sont échappées du 8e étage de ce bâtiment qui abrite toutes les « radios France », dont France Inter, France Info, vendredi vers 12h30. Les flammes ont été maîtrisées peu après 14h, selon les pompiers, qui annoncent que le feu est « éteint ». Le personnel a été rapidement évacué et aucun blessé n’est à déplorer.

Voir la vidéo ci-dessous:

Paris : incendie à la Maison de la Radio

REVUE DE TWEETS – Un violent incendie s’est déclaré vendredi 31 octobre au siège de Radio France à Paris.

La Maison de la Radio à Paris vendredi 31 octobre 2014

Crédit : @SylvainTronchet

La Maison de la Radio à Paris vendredi 31 octobre 2014

Un incendie est en cours à la Maison de la Radio en fin de matinée, ce vendredi 31 octobre, ont annoncé les pompiers, confirmant les informations dévoilés par plusieurs internautes sur Twitter. Les origines du départ de feu sont encore inconnues

Capture

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 268 autres abonnés